Accueil Karim Tobbi en concert
Jeudi 5 décembre 2019 : 10638 concerts, 25825 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.


Explorateur du blues des temps historiques, Karim Tobbi revisite avec gourmandise le répertoire désormais presque séculaire de l'invention du blues, dans des concerts chaleureux, maîtrisés et non dénués d'humour.

Site

Karim Tobbi : tous les concerts

Sa.

07

Déc.

2019

Surfin'K Arlequin (13)
21H Infos & résa : 07 60 82 11 12

Je.

12

Déc.

2019

Surfin'K Arlequin - Marseille (13)
21H Info : 04 42 83 25 06

Ve.

13

Déc.

2019

Ve.

13

Déc.

2019

The Flea Brain Trio Le Divin - Saint-Rémy-de-Provence (13)
21H Infos & résa : 06 81 06 34 58

Di.

22

Déc.

2019

The Flea Brain Trio Promenade du Soleil (06)
11H30 Info : 06 09 71 50 04

Lu.

23

Déc.

2019

Bakélite Sextet L'Estelle en Camargue - Les Stes-Maries-de-la-Mer (13)
11H30 Info & résa : 04 90 97 89 01

Karim Tobbi : les dernières chroniques concerts 5 avis

Surfin'K

Critique écrite le 27 octobre 2019, par Pirlouiiiit

Le Non-Lieu, Marseille 26 octobre 2019

Surfin'K en concert

Je n'ai pas fini de rattraper mes chroniques de Jo Keita et des Vilains Chicots, du Tchoc Fest 2, de Calle Sol et Tahar Tag'l ... donc la logique voudrais je ne sorte pas ce soir et rattrape ce retard plutôt que de l'aggraver ... Pourtant ce soir j'avais bien envie de me changer les idées et puis en plus il y avait Surfin'K au Non-Lieu ... ... que j'avais bien envie de revoir depuis que je l'avais revu en compagnie de Michel Basly à la dernière Rue du Rock. "Passionné de musiques nord-américaines des années 20 aux années 60" comme le dit si justement sa bio Karim Tobbi joue dans plusieurs groupes qui continue à faire vivre cette musique. Je l'avais vu il y a très longtemps dans Oh Wee en première partie de Paris Combo (au Poste à Galène en 1999), et il y un peu moins longtemps dans le Bal Decalé au kiosque de la Canebière en 2012). Ce soir je vais donc découvrir la formule Surfin'K Lorsque j'arrive au Non-Lieu à toute vitesse les 3 musiciens sont devant la salle, seuls, signe que c'est sur le point d'attaquer. Revenant d'être allé boire un coup avec Amandine que je n'avais pas vu depuis une dizaine d'année et avec qui j'ai causé de New York, de Blanche Gardin et de Marseille Cassis, je suis un peu ailleurs dans ma tête (le fait... Lire la suite

(ma) Rue du Rock #7 (Festival Phocea Rocks) : Johnny Marre, Nebraska, Meteoclub, Karim Tobbi & Michel Basly, Stef & the Maïronnettes, Silver Gallery, Grzzzzzz, Claude Fernand, Spinabifida, De la Crau, Gériatrie, No Jazz Quartet, Parade

Critique écrite le 30 septembre 2019, par Philippe

Rue Consolat, Marseille 29 septembre 2019

(ma) Rue du Rock #7 (Festival Phocea Rocks) : Johnny Marre, Nebraska, Meteoclub, Karim Tobbi & Michel Basly, Stef & the Maïronnettes, Silver Gallery, Grzzzzzz, Claude Fernand, Spinabifida, De la Crau, Gériatrie,  No Jazz Quartet, Parade en concert

Alors celle-là, d'édition de La Rue du Rock, on pourrait l'appeler "la Miraculée" ! Parce que 15 jours avant, ça tanguait pas mal : un beau trou dans notre (pourtant modeste) trésorerie, la menace (mise à exécution) de déplacer le "Dimanche Canebière" dont la logistique est pourtant bien pratique pour nous, et surtout, toujours pas d'autorisation (donc pas de barrières, de blocs béton, de fourrière, etc). Ca nous a quand même forcé à organiser un barbecue d'urgence, c'est dire si on a souffert le martyre ! Après avoir un peu houspillé qui de droit (ça fait quand même déjà 6 événements sans problèmes, on devrait nous connaître un peu, non ?), tout est heureusement rentré dans l'ordre la semaine dernière. Mais gardons bien à l'esprit que rien n'est jamais acquis à Marseille, oui, même quand ça ne coûte pratiquement rien et que ça fait plaisir à des milliers de personnes ... Arrivés au matin, divine surprise, nos tractages/affichages/rubalisages forcenés ont convaincu les riverains de la rue Consolat - une seule voiture à faire enlever, record battu ! J'ai quand même du lutter pour garder ma petite mission perso, ô combien enviée, d'acheteur/porteur d'eau, pour laquelle j'ai même pu faire travailler des enfants mineurs, un dimanche, ah... Lire la suite

Le Bal Décalé + DJ K-RO (les Rendez-Vous du Kiosque)

Critique écrite le 31 juillet 2012, par Pirlouiiiit

Kiosque des Réformés - Marseille 29 juillet 2012

Le Bal Décalé + DJ K-RO (les Rendez-Vous du Kiosque) en concert

A peine revenu de Hyères où nous avons été une après midi et soirée du MIDI festival, et après une nouvelle sieste raté (décidément c'est le thème du week-end) nous voici en bas du cours Franklin Roosevelt / en haut de la Canebière pour le dernier Rendez-Vous du Kiosque ce cet été, mon quatrième après Temenik Electric, Isaya + Hannah, FK Club + Andromakers (zut en fait je n'ai raté que Mekanik Kantatik !) Un peu crevé de la veille donc nous arrivons alors que le Bal Décalé a déjà commencé ... J'avoue que au départ je n'étais pas sûr de venir et puis quand j'ai vu que le groupe de ce soir était en fait de composé de 4 Poum Tchack: Pee Wee au violon, Alex Morier et Olivier Dambezat aux guitares, et Sam Bobin à la batterie et de 2 Ooh Wee (que j'avais vu il y a 13 ans en première partie de Paris Combo au Poste à Galène) : Mr. K à la guitare et au chant et Abdenor Natouri à la contrebasse. Du coup le répertoire était à l'image de la fusion des deux groupes pour le résultat annoncé : "mélange tendre et détonant de Swing, de Rock n'roll ou de tango, de musique Tzigane ou New Orléans, de chanson et d'envolées virtuoses" Moi qui ne suis pas trop fan des reprises je dois avouer que j'ai passé un très bon moment. Alternant morceaux... Lire la suite

Karim Tobbi

Critique écrite le 11 décembre 2017, par Philippe

Le Non-Lieu, Marseille 2 décembre 2017

Karim Tobbi en concert

Le blues est une plante adventice vivace, depuis plus de cent ans sans doute, et dont les rejets ne cesseront jamais de m'étonner... Après une période à la fin du siècle dernier où certains l'ont poussé dans ses retranchements les plus obèses, notamment avec des soli interminables (exemple, l'infâme Gary Moore) ou en ont fait une version gonflée pour les stades (AC/DC bien sûr), il y a eu depuis le 21ième siècle toute une vague de blues "garage", c'est-à-dire avec un son ramené à l'os, bien souvent porté par des hommes ou femmes seul.e.s ou au pire, en duo, et dont le but est généralement de nous ramoner les oreilles de près avec un son de guitare aussi sale que possible (un seul exemple, le magnifique Seasick Steve). Cette dernière variation du blues électrique est un genre que j'adore, pour ma part... Mais ce que je n'avais jamais vu à ce jour, c'était un vrai archéologue du blues. Quelqu'un capable de déterrer la guitare de Son House et tous les autres - une acoustique bien évidemment - et de rejouer à peu près a capella un répertoire qui ne dépasse guère les années 1940. Karim Tobbi était donc ce chaînon manquant ! Apparemment il est déjà intervenu ici, au Non-Lieu, et le public ne s'est pas fait prier pour combler la jauge du... Lire la suite