Accueil Chronique album : Nine Inch Nails (Trent Reznor) - [with_teeth], par Philippe
Mercredi 16 octobre 2019 : 13785 concerts, 25719 chroniques de concert, 5267 critiques d'album.

Critique d'album

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : "[with_teeth]"

Nine Inch Nails (Trent Reznor) :

Metal - Hardcore

Critique écrite le 10 mai 2005 par Philippe

Trent Reznor est un génie torturé, adulé par des fans trop peu nombreux (il s'agit de metal industriel, genre semi-confidentiel qu'il a quasiment inventé), mais qui ramperaient sur du verre pilé pour le voir en concert. L'ayant vu aux Eurockéennes il y a quelques années nous faillimes mourir de bonheur dans le pogo poussiéreux qu'il déclencha sous le chapiteau avec March of The Pigs, son plus grand tube à ce jour.
L'oeuvre créatrice qu'il mène avec son groupe Nine Inch Nails depuis bientôt 20 ans est celle d'un très grand artiste, de la dimension d'un David Bowie (avec qui il a souvent joué). Nul ne sait par ailleurs si Marylin Manson aurait existé un jour sans croiser, être produit par (et pomper allègrement sur) Trent Reznor. Les heureux fans dont nous sommes savent déjà que cette oeuvre comporte au moins 2 points culminants et inévitables : The Downward Spiral (1994), et The Fragile (1999), deux albums concepts qui justifient déjà une existence d'artiste (et feraient douter de celle de Dieu).
A l'instar du Thin White Duke, il est cependant normal (certes ça ne s'était jamais produit avant) que Reznor commette de temps en temps un album, sinon raté, du moins mineur. Car il n'y a rien à faire, 10 écoutes n'y changent rien : il n'y a rien d'original dans cet album, mis à part peut-être la chanson The Hand that feeds, air qu'on pourrait qualifier de disco-indus puisqu'il pourrait se danser sur la chorégraphie d'un Cloclo tout en cultivant le son lourd et machiné de Nine Inch Nails. Le son est bon, lourdingue et chaotique comme on l'aime, mais chacune des 14 chansons ressemble hélas à une ancienne déjà parue, parfois il y a plus de dix ans. Même la balade habituelle de fin, Home, reste très en deçà de la sublime Hurt par exemple.
Une seule nouveauté : plus de livret, il faut aller le télécharger soi-même et il se présente alors sous la forme d'un poster géant en PDF (je ne sais pas comment on peut imprimer un truc pareil sans équipement professionnel). Bref on reste déconcerté devant cet objet, que j'hésite à conseiller à l'achat, même à des fans chevronnés, sauf pour compléter leur collection de mixes/remixes de NIN (soit une bonne dizaine de perles à ce jour).
Mauvaise nouvelle donc, le groupe semble être à la fin d'un cycle (la publication d'un live officiel en 2002, chroniqué par ici nous avait déjà mis la puce à l'oreille). Par contre une bonne nouvelle pour finir : c'est tout de même grâce à cette galette certes dispensable que nous aurons le bonheur immense de revoir Nine Inch Nails en concert cet été 2005 à Lille, Bruxelles, Paris (complet), puis à Belfort... et finalement sans forcément devoir ramper sur du verre pilé.
(Suite à cette chronique l'auteur s'est pris une bonne fessée de TZ et ses nouveaux potes, lors d'un concert fulgurant aux Eurockéennes 2005).
(Interscope, 2005)
Vignette Philippe

 Critique écrite le 10 mai 2005 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Nine Inch Nails NIN : les chroniques d'albums

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : Hesitation Marks

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : Hesitation Marks par Philippe
17/09/2013
L'avantage des groupes "faux-nez" cachant un seul membre permanent, est qu'ils peuvent disparaître et réapparaître à volonté, du moins tant que celui-ci n'est pas mort dans son vomi (...ou dans celui de quelqu'un d'autre). Il en va ainsi du Nine Inch... La suite

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : The Slip

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : The Slip par Arnaud D
31/07/2009
Les mélomanes aux penchants rock tendent parfois à regarder les années 60-70 comme un paradis : pas forcement par qu'on y faisait la meilleure musique mais surtout parce que la plupart des groupes sortaient au moins un (bon) album par an... Sorti de... La suite

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : Ghosts I - I V

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : Ghosts I - I V par Philippe
02/04/2008
Comme tous les artistes riches et prolifiques, Trent Reznor s'amuse comme un fou avec les nouvelles possibilités du Net. Quelques mois après le prix libre du formidable album co-signé avec Saul Williams, un an à peine après le jeu de piste Wiki... La suite

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : Year Zero

Nine Inch Nails (Trent Reznor) : Year Zero par Philippe
17/04/2007
Le bouillant Trent Reznor est de retour derrière son groupe gigogne Nine Inch Nails et signe un fracassant nouvel album de rock industriel : Year Zero, qui est donc son [Halo-24], le génie numérotant maniaquement ses oeuvres. Vous avez bien lu rock... La suite