Accueil Chronique album : R.E.M. - IN TIME 1988-2003, par Pierre Andrieu
Mercredi 13 novembre 2019 : 11977 concerts, 25765 chroniques de concert, 5274 critiques d'album.

Critique d'album

R.E.M. : "IN TIME 1988-2003"

R.E.M. :

Rock

Critique écrite le 05 novembre 2003 par Pierre Andrieu

En 1991, le premier label de R.E.M., I.R.S., avait fait paraître The best of R.E.M pour capitaliser sur le succès du single Losing my religion et de l'album Out of time. Cette excellente première compilation couvrait la période 1982/1987 et permettait de revenir sur les premiers albums du groupe d'Athens...
En 2003, les données ont changé, R.E.M. est toujours un groupe unique artistiquement mais traverse une mauvaise passe au niveau des ventes de disques. Pour relancer la carrière du groupe, l'idée d'un album Best of précédé par une tournée mondiale a fait son chemin... Après avoir vérifié la forme éclatante du groupe sur scène cet été lors d'un concert mémorable au théâtre antique de Vienne dans le cadre du festival Les Côtes du Rock, on se retrouve donc avec In time 1988 - 2003 entre les mains (et les oreilles).
Ces 18 titres sont l'occasion d'un agréable retour sur les albums Green, Out of time, Automatic for the people, Monster, New adventures in Hi-Fi, Up et Reveal. On découvre aussi des morceaux signés pour le cinéma et deux nouveaux titres qui ont été enregistrés pour l'occasion. Bad day est un nouveau single plutôt bon même si le débit de Michael Stipe sur les couplets rappelle fortement la chanson qui conclut chaque concert de R.E.M. : It's the end of the world as we know it (And I feel fine). Animal, quant à lui, constitue un inédit plutôt efficace.
Toutes les plus grandes réussites de R.E.M. sont bien sûr présentes : Losing my religion, dont on ne se lasse pas, Everybody hurts, une chanson bouleversante, Man on the moon, un morceau magique, E-bow the letter, un magnifique duo avec Patti Smih, Stand, toujours aussi puissant, Electrolite et Nightswimming, aussi simples que captivants... On remettra souvent In time sur la platine car R.E.M. compte en son sein un chanteur dont la voix et les textes émeuvent instantanément, un guitariste inventif se rappelant toutefois de ces illustres aînés (The Byrds, The Beach Boys, The Velvet Underground, The Stooges... ) et un bassiste/pianiste/choriste lunaire et talentueux ; les trois réunis (plus le batteur Bill Berry jusqu'en 1997) écrivent ensemble des chansons saisissantes...


2003 (Warner Bros)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 05 novembre 2003 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

R.E.M. : les chroniques d'albums

V/a : Kurt Cobain About A Son

V/a : Kurt Cobain About A Son par Pierre Andrieu
09/04/2008
La BO du film About A Son permet de faire un tour quasi complet des influences de feu Kurt Cobain, et de comprendre ainsi la genèse de l'univers de Nirvana... Le métal rock experimentalo bruitiste des Melvins, le blues ancestral de Leadbelly, la pop... La suite