Accueil Chronique album : Sleaford Mods - Eton Alive, par Pierre Andrieu
Samedi 20 juillet 2019 : 11510 concerts, 25586 chroniques de concert, 5260 critiques d'album.

Critique d'album

Sleaford Mods : "Eton Alive"

Sleaford Mods :

Pop - Rock / PunkHop

Critique écrite le 14 février 2019 par Pierre Andrieu


Traditionnelle et récurrente dépression hivernale ? Lamentable mollesse due à la fatigue accumulée depuis que la luminosité a baissé, en novembre ? Perte de motivation pour sortir du lit le matin pour bosser ou aller faire la teuf le soir ? Rupture du stock de Vitamine C et de Magnésium à la maison ? Rupture tout court ou problèmes de compréhension manifeste avec les personnes qui vous plaisent  ? Pour tout faire passer au second plan, une solution simple et pas chère existe à portée de main : l'écoute à fort volume matin, midi et soir du dernier né des Sleaford Mods, Eton Alive ! Qui, comme ses prédécesseurs tournant en boucle chez toutes les personnes de goût, possède d'étonnantes vertus revigorantes en forme de coups de fouet instantanés donnant envie de se jeter partout avec enthousiasme... Sortes de Sex Pistols 2.0 adoubés par Iggy Pop - leur premier supporter - et fans du Wu-Tang Clan et de The Streets, Jason Williamson et Andrew Fearn ont choisi de faire débuter le disque par un fort sympathique rot dans le micro, comme sur la mythique version de "My Way" par Sid Vicious. Les grands esprits se rencontrent, ce n'est donc pas une légende ! Après ce coup d'éclat dans la sono, Eton Alive prouve que les deux working class heroes, désormais rois du punk hop, que l'on voit évoluer avec jubilation dans le génial documentaire "Bunch of Kunst" ont toujours autant de gnaque et d'inspiration... L'album est une succession ininterrompue de tubes, la nouvelle méthode de travail (Andrew envoie ses musiques à Jason, qui pose ses mots dessus, alors qu'avant le premier cité mettait en son des textes déjà existants), moins à l'arrache et orientée vers des titres chantés plus que rappés, aboutit à l'émergence de moult perles à la fois abrasives et accrocheuses. De l'excellent premier titre, "Into The Pay zone", au dernier, le très remonté "Negative Script", on n'observe absolument aucune baisse de tension ! Il y a même de nombreux pics, qu'on ne peut tous citer, et qui sont appelés à devenir des hits massifs : l'énorme single "Kebab Spider", qui booste les défenses immunitaires en un claquement de doigts, ""O.B.C.T", un genre de post punk gothique adouci par ce qui ressemble bel et bien à un solo de kazoo, "Discourse", un titre à donner des trépidations à un neurasthénique chronique, "Flipside", un truc relativement hystérique qui te pousse au cul et ne se situe pas très loin du Prodigy des années 90 (en moins putassier !), "When You Come Up To Me", une chanson qui tue créée à partir d'un petit bruit d'ordi, d'une boite à rythmes basique et des fameuses percutantes parties vocales signées Jason W., ou encore le très rap et punchy "Top It up", entre autres. Putain de merde, ou plutôt " shiiiiite ", comme le beuglerait volontiers Mister Williamson, les Sleaford Mods viennent encore une fois de lâcher une bombe qui va exploser toute la concurrence !



Liens : www.facebook.com/SleafordModsOfficial, www.sleafordmods.com, twitter.com/sleafordmods, www.instagram.com/sleaford_mods/...



22 février 2019 (Extreme Eating - Differ-ant)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 14 février 2019 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu

Sleaford Mods : les chroniques d'albums

Sleaford Mods : English Tapas

Sleaford Mods : English Tapas par Pierre Andrieu
03/04/2017
Idéal pour attaquer une journée du bon pied ou faire passer au second plan en début de soirée toutes les inepties vues et entendues chaque jour que Dieu fait (c'est une expression, pas de panique... ), le nouvel album des impayables Sleaford Mods... La suite

Sleaford Mods : Divide And Exit (chubbed Up)

Sleaford Mods : Divide And Exit (chubbed Up) par Philippe
05/03/2015
Ah, les gracieux 'lads' que voilà ! Ladies & Gentlemen, please meet the Sleaford Mods ! Dont le nom lui-même est sans doute déjà une boutade (autant que la coupe de cheveux du leader, peut-être). Sleaford est en effet un trou paumé d'Albion que même... La suite