Accueil Sleaford Mods en concert
Vendredi 7 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Composé de Jason Williamson (paroles) et d'Andrew Fearn (musiques), Sleaford Mods est un très remonté groupe anglais de punk hip hop ou d'électro post punk, c'est selon. En concert en France en 2017 pour jouer en live l'album English Tapas ! Sleaford Mods était en concert à la Gaité Lyrique à Paris le 23 mai 2017 et en tournée en France en 2017 puis 2018... Nouvel album, Eton Alive, le 22 février 2019. En concert au festival We Love Green (Paris) le 1er juin 2019, au festival de Binic le 28 juillet, à L'Aéronef (Lille) le 26 septembre, au festival Détonation (Besançon) le 27 septembre, à La Laiterie (Strasbourg) le 28 septembre, à La Cigale (Paris) le 1er octobre, au Bikini (Toulouse) le 2 octobre, à l'Espace Julien (Marseille) le 3 octobre et à l'Epicerie Moderne (Feyzin/Lyon) le 4 octobre. Sortie le 15 mai 2020 d'une compilation "Best of" avec inédits nommée "All That Glue".

Sleaford Mods : vos chroniques d'albums
Site

Sleaford Mods en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Sleaford Mods : l'historique des concerts

Ve.

04

Oct.

2019

Je.

03

Oct.

2019

Sleaford Mods + the DSM IV Espace Julien - Marseille (13)

Me.

02

Oct.

2019

Ma.

01

Oct.

2019

Sa.

28

Sept.

2019

Ve.

27

Sept.

2019

Detonation en concert
Festival Détonation 2019 : Sleaford Mods, Deluxe, Flavien Berger, Mix Master Mike, Guts & Les Akaras De Scoville, Pongo, Ouai Stephane, Mauvais Oeil, Bad Fat Feat Napoleon Maddox, Zenobia, Casual Gabberz Detonation | Deluxe | Sleaford Mods | Mix Master Mike | Flavien Berger
La Rodia - Besançon (25)

Je.

26

Sept.

2019

Di.

28

Juillet

2019

Binic Folks Blues Festival en concert
Binic Folks Blues Festival 2019 : Sleaford Mods, Cannibale, Prettiest Eyes, The Messthetics, Cellophane Suckers, The Valderamas, Cathedrale, Shifting Sands, Moody Beaches, Buck, MOD CON, Burn In Hell, Hudson Maker, Cannon Fodder, The Kill Devil Hills etc Binic Folks Blues Festival | Cannibale | Cathédrale | Sleaford Mods | The Messthetics | Burn In Hell | Prettiest Eyes
Sur les Quais - Binic (22)

Sleaford Mods : les dernières chroniques concerts 8 avis

Sleaford Mods (Binic Folks Blues Festival 2019)

Critique écrite le 18 mai 2020, par Pierre Andrieu

Ville de Binic 28 juillet 2019

Sleaford Mods (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Après deux jours absolument parfaits (chroniques ici), le Binic Folks Blues Festival 2019 prend fin le dimanche 28 juillet avec une dernière salve de concerts tout à fait indiqués pour ceux qui apprécient les vibrations rock and roll, qu'elles soient issues du blues, de la folk, du punk, du hip hop, voire du hip punk (on pense aux Sleaford Mods, qui jouent à 22 heures 15 !). Super prog ne générant aucun temps mort - Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers -, cadre idéal en bord de mer, ambiance de dingue avec 20 000 personnes au taquet, le pied intégral ! S'il y a un peu moins de monde sur le site que la veille, l'esplanade de La Banche est prise d'assaut comme jamais pendant l'heure où la très attendue tête d'affiche du festival, Sleaford Mods, est sur scène ! Tout le monde veut voir Jason Williamson et Andrew Fearn en direct et en vrai, c'est bien compréhensible tant le duo est exceptionnel en live. Binic et les Sleaford Mods étaient vraiment faits pour se rencontrer : du début à la fin du set mitraillette des lascars gonflés à bloc, l'ambiance est méchamment incroyable ! C'est le feu, tout le monde se jette partout et chante. C'est une... Lire la suite

Sleaford Mods (+ The DSM IV)

Critique écrite le 04 octobre 2019, par Philippe

Espace Julien, Marseille 3 octobre 2019

Sleaford Mods (+ The DSM IV) en concert

A peine remis d'une superbe Rue du Rock #7 il y a 4 jours, on s'est poussés au cul pour venir honorer la venue de nos bien-aimés Sleaford Mods à Marseille - premier passage sauf erreur, contrairement à ce que croyait leur chanteur... Une bonne partie du public du festival (et de ses musiciens !) en a fait de même : l'Espace Julien (qui n'a même pas daigné afficher un calicot avec, juste le groupe le plus excitant de l'année de sa prog'...), est évidemment bondé jusqu'à la gueule de rockeurs. Et pourtant, le fantastique duo n'a pas l'ombre d'un des instruments nécessaires... Pour ma part je les ai déjà vus trois fois (mais la dernière fois dans un état un peu second à Rock en Seine ne compte pas vraiment...). On a bien repéré leur camion de tournée garé devant : un 10 m3 maximum, à vue de nez, il faut dire qu'ils voyagent léger, les deux lads du Nottinghamshire, ils pourraient même tourner en Ouigo ! En première partie, un groupe assez abominable, The DSM IV, qui vaut pourtant le coup d'oeil, ne serait-ce que pour ses looks improbables - je ne pensais pas que les infâmes "Naive New Beaters et autres "Salut C'est Cool" avaient un équivalent visuel en Angleterre, - le pays des rockeurs les mieux habillés du monde donc - mais en... Lire la suite

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019)

Critique écrite le 13 août 2019, par Pierre Andrieu

Ville de Binic 28 juillet 2019

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Après deux jours absolument parfaits (chroniques ici), le Binic Folks Blues Festival 2019 prend fin le dimanche 28 juillet avec une dernière salve de concerts tout à fait indiqués pour ceux qui apprécient les vibrations rock and roll, qu'elles soient issues du blues, de la folk, du punk, du hip hop, voire du hip punk (on pense aux Sleaford Mods !). Super prog ne générant aucun temps mort, cadre idéal en bord de mer, ambiance de dingue avec 20 000 personnes au taquet, c'est parti pour le jour 3 à Binic  ! Shifting Sands Les choses sont placées sur d'excellents rails dès le milieu de l'après midi (16h45) avec le groupe Shifting Sands qui emmène tout le public réuni devant la scène de la Banche dans sa barque folk rock. Ne tenant pas en place sur son tabouret, le chanteur et leader Geoff Corbett déclame ses textes un tantinet désespérés d'une voix qui charrie moult émotions. Les ambiances crées sont majoritairement calmes et folk (la formation évolue en format batterie, guitare folk, six cordes électriques et claviers/choeurs) mais il y a parfois de brusques accès de violence qui font tout le sel de ces chansons toujours au bord du précipice. Autre point fort de Shifting Sands, l'apport de la douce voix féminine, qui répond de... Lire la suite

Sleaford Mods

Critique écrite le 30 septembre 2018, par Lebonair

Le Trianon - Paris 26 septembre 2018

Sleaford Mods en concert

" Sans aucun doute, absolument, assurément le meilleur groupe de rock'n'roll du monde. " C'est dans ces termes qu'Iggy Pop s'est exprimé à propos du duo de Nottingham, Sleaford Mods. L'iguane a donc attisé notre curiosité et réveiller notre instinct animal. Fort d'un excellent album "English Tapas" sorti en 2017 et toujours en pleine tournée pour défendre ce dernier sur scène, Jason Williamson, le chanteur qui s'occupe aussi d' écrire les textes, et son compère Andrew Fearn, qui gère la musique, sont revenus à Paris au Trianon qui affiche complet ce soir, 4 mois après leur dernier passage parisien le 23 mai dernier à la Gaité Lyrique. Après une insupportable première partie dont on taira le nom (une chanteuse qui ne faisait que crier et des musiciens, enfin si on peut dire, qui dégueulaient un son horrible avec des samples), on a enfin retrouvé le sourire à l'arrivée des Sleafords Sons à 21 heures 05. La salle est comble et le public plutôt âgé est prêt à se lâcher et à retrouver une seconde jeunesse. La scène ne peut être plus épurée que ce soir. Andrew Fearn est face à ces trois caisses de bières qui supporte son pc portable et il a sa binouze dans sa main gauche. Jason Williamson a de son côté son micro pour seul compagnon.... Lire la suite

Sleaford Mods : les chroniques d'albums

Sleaford Mods : All That Glue

Chronique écrite le 16/05/2020, par Pierre Andrieu

Sleaford Mods : All That Glue

Autoproclamé à juste titre "Best band in the land", Sleaford Mods publie - sous pochette urinoir tagué "S. Mods 2013-2019" - une copieuse compilation nommée "All That Glue" qui démontre, s'il était besoin, à quel point le groupe basé à Notthingham est au-dessus de la mêlée et pisse beaucoup plus loin que les autres (jusqu'en Australie et aux USA, au programme des tournées passées ou à venir). Arrivant après le très bon "Eton Alive" publié en 2019 sur le propre label des deux Anglais, le double album rétrospective dont il est question ici marque un retour chez Rough Trade (leur maison de disques historique) et regroupe 22 morceaux en forme de bombes post hip punk couvrant la période 2013-2019. C'est à dire celle depuis laquelle le très punchy chanteur Jason Williamson forme un duo de choc avec le doué DJ et producteur Andrew Fearn. Les deux acolytes très "working class" qui étaient faits pour se rencontrer puis devenir les auteurs de tubes electronic punk adoubés par Iggy Pop himself décochent une série de morceaux qui réveillerait sans problème des personnes se trouvant malencontreusement en état de mort cérébrale. On trouvera ici, comme sur tout bon "greatest hits" des familles, les tubes incontournables et imparables que sont "Jobseeker"... Lire la suite

Sleaford Mods : Eton Alive

Chronique écrite le 14/02/2019, par Pierre Andrieu

Sleaford Mods : Eton Alive

Traditionnelle et récurrente dépression hivernale ? Lamentable mollesse due à la fatigue accumulée depuis que la luminosité a baissé, en novembre ? Perte de motivation pour sortir du lit le matin pour bosser ou aller faire la teuf le soir ? Rupture du stock de Vitamine C et de Magnésium à la maison ? Rupture tout court ou problèmes de compréhension manifeste avec les personnes qui vous plaisent  ? Pour tout faire passer au second plan, une solution simple et pas chère existe à portée de main : l'écoute à fort volume matin, midi et soir du dernier né des Sleaford Mods, Eton Alive ! Qui, comme ses prédécesseurs tournant en boucle chez toutes les personnes de goût, possède d'étonnantes vertus revigorantes en forme de coups de fouet instantanés donnant envie de se jeter partout avec enthousiasme... Sortes de Sex Pistols 2.0 adoubés par Iggy Pop - leur premier supporter - et fans du Wu-Tang Clan et de The Streets, Jason Williamson et Andrew Fearn ont choisi de faire débuter le disque par un fort sympathique rot dans le micro, comme sur la mythique version de "My Way" par Sid Vicious. Les grands esprits se rencontrent, ce n'est donc pas une légende ! Après ce coup d'éclat dans la sono, Eton Alive prouve que les deux working class heroes,... Lire la suite

Sleaford Mods : English Tapas

Chronique écrite le 03/04/2017, par Pierre Andrieu

Sleaford Mods : English Tapas

Idéal pour attaquer une journée du bon pied ou faire passer au second plan en début de soirée toutes les inepties vues et entendues chaque jour que Dieu fait (c'est une expression, pas de panique... ), le nouvel album des impayables Sleaford Mods agit à la manière d'une salvatrice purge à base de hip hop mâtiné de post punk servi avec accent working class anglais à couper au couteau et moult " fuck off ", " you fat bastards ", " twat " etc etc... On ne change pas une formule gagnante et donc, fort intelligemment le trapu et très punchy Jason Williamson - bravo pour la coupe de cheveux au bol ! - et le longiligne et " flottant " Andrew Fearn - super t-shirt " Still hate Thatcher " ! - réitèrent avec un mode opératoire plus ou moins similaire : Jason dégueule façon kalachnikov des textes bien tranchants tandis que son pote Andrew appuie sur play pour envoyer des tracks basées sur des lignes de basse et... Lire la suite

Sleaford Mods : Divide And Exit (chubbed Up)

Chronique écrite le 05/03/2015, par Philippe

Sleaford Mods : Divide And Exit (chubbed Up)

Ah, les gracieux 'lads' que voilà ! Ladies & Gentlemen, please meet the Sleaford Mods ! Dont le nom lui-même est sans doute déjà une boutade (autant que la coupe de cheveux du leader, peut-être). Sleaford est en effet un trou paumé d'Albion que même G----- Maps a du mal à retrouver, et les Mods, on ne vous apprend rien, sont ces très jeunes gens ultra-apprêtés et chics des grandes villes et de la côte méridionale anglaise branchée (époque Kinks/Who), aujourd'hui disparus. Ces deux grossiers personnages (un mécano, un vocaliste) dont rien ne prouve qu'ils aient changé de sous-vêtements cette semaine, semblent au contraire de joyeux lurons débraillés, quadragénaires bien sonnés, et qui récolteront peut-être bientôt sur scène un succès bien mérité sur la base de ce disque et d'un autre, plus court mais tout aussi efficace, Chubbed Up, également sorti en 2014... Avec une diction d'enfer, James Williamson, une bière à la main, mitraille à la vitesse de la lumière ce qui semble une engueulade issue d'un film de Ken Loach ou de Stephen Frears, avec un accent à couper au sabre-laser, tandis qu'Andrew Fearn, casquette vissée sur les yeux (également une bière à la main), envoie du gros son à travers un laptop hors d'âge. Et c'est tout ? Et c'est... Lire la suite

Sleaford Mods : Vidéo









Sleaford Mods : écoute