Accueil Chronique album : The Picturebooks - Imaginary Horse, par Pierre Andrieu
Jeudi 20 juin 2019 : 9965 concerts, 25526 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Critique d'album

The Picturebooks : "Imaginary Horse"

The Picturebooks :

Pop - Rock

Critique écrite le 24 octobre 2015 par Pierre Andrieu

Fier duo allemand de rock 'n roll blues garage composé de Fynn Claus Grabke (au chant et à la guitare) et de Philipp Mirtschink (aux fûts), The Picturebooks vient d'asséner un virulent nouvel album nommé Imaginary Horse, aussi cradingue que basique. Ce disque semblant capté en direct live dans un garage (c'est visiblement le cas, d'ailleurs ! ) brûle d'un inextinguible feu sacré pour le bluuuuuuuuues, toute la musique qu'ils aiment doit venir de là... Et puis à partir de ces très bonnes bases, ils mettent le truc à leur sauce, sauvage : voix chamanique, rythmes tribaux, guitare thermo nucléaire, ambiances sexy made in bayou, langueurs donnant envie de rock et de roll... Vous voyez le genre ? Comme les Black Keys à leurs débuts, les deux mecs formant The Picturebooks s'approprient tous les codes du blues et du rock 'n roll en faisant comme s'ils étaient les premiers à se lancer dans cette noble tache. Cette absence de crainte de la redite et d'excès de réflexion au moment de mettre leur musique sur bande s'entend parfaitement, et fait beaucoup de bien aux oreilles... Oui, Fynn Claus et de Philipp n'ont vraiment peur de rien : la preuve, ils se sont lancés fin 2014 dans une tournée commune avec les dangereux malades heavy rock psyché et compatriotes de Kadavar, un groupe avec lequel il doit être difficile de cohabiter sur les planches, vu l'atomique puissance qu'il dégage. Quoi qu'il en soit, avec le cartouches présentes sur Imaginary Horse, les Picturebooks ont toutes les raisons d'être confiants avant de côtoyer de près n'importe quelle bête de scène !



Liens : www.facebook.com/ThePicturebooks , www.thepicturebooks.com/, www.deezer.com/album/8795251.

2014 (Riding Easy Records)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 24 octobre 2015 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu