Accueil Chronique de concert Alice Cooper
Dimanche 24 juin 2018 : 10275 concerts, 25041 chroniques de concert, 5217 critiques d'album.

Chronique de Concert

Alice Cooper

Alice Cooper en concert

Olympia de Paris 7 décembre 2017

Critique écrite le par



A l'orée des années 70, Alice Cooper n'était pas uniquement l'incarnation scénique du chanteur Vincent Furnier. C'était un groupe et probablement l'un des meilleurs de l'histoire du rock ! Les albums "School's out", "Love it to death", "Killer", "Billion dollars babies" et "Muscle of love" sont au panthéon des grands disques des 70's et de l'histoire. Ils initièrent le mouvement glam-rock et furent les pierres angulaires de ce que l'on appela par la suite et souvent à tort le Hard Rock.

A l'époque, l'extraordinaire voix rock (assurément l'une des plus marquantes de tous les temps) de Vincent Furnier était soutenue à la guitare par le formidable guitariste Glenn Buxton (co-auteur des grands titres de cette période), la basse de Dennis Dunnaway, la guitare rythmique de Michael Bruce et la batterie de Neil Smith. Cette formation historique se sépara malheureusement à la fin de l'année 1973. Furnier endosse désormais seul, depuis plus de 40 ans, le nom d'Alice Cooper.



Pendant toutes ces années, le nom d'Alice Cooper est devenu synonyme de grands shows où se côtoient le hard rock le plus pur et des mises en scènes de grand guignol macabres où le hurleur en chef se fait tour à tour guillotiner, électrocuter, décapiter à grands renfort de trucages et de pyrotechnie. Et ce sous les applaudissements d'un public chauffé à blanc par les solos et les refrains incandescents du répertoire plus que tubesque du maître de cérémonie.

Bien que toujours actif, Alice Cooper a une postérité non négligeable puisqu'il est sans nul doute l'influence majeure de groupes comme Kiss, Marilyn Manson, Ghost et que de nombreuses sommités de l'histoire du rock ont souvent débuté avec lui ou l'ont accompagné à un moment ou à un autre de son immense carrière. On citera les noms de Joe Satriani, Steve Vai, Steve Hunter (le guitariste historique des albums live de Lou Reed), Bob Erzin, Steve Lukather, et même Richard Kolinka (le batteur de Téléphone).



S'il a tutoyé les sommets de la popularité et du show business avec des albums comme "Trash", "Welcome To My nightmare", "Hey Stoopid "dans les années 70 et 80, Cooper a aussi connu des années moins fastes où il ne se produisait plus que dans des "petites salles" comme le Bataclan à Paris. Cependant, en restant fidèle à son ADN hard rock et au professionnalisme de ses grands shows macabres, il a fini par renouveler son public en multipliant les concerts et en ne rechignant pas à se produire dans la plupart des grands festivals de la planète, et ce en inspirant le plus profond respect à tous les amateurs de rock un peu éclairés.

Bien que n'étant pas un inconditionnel, c'est la troisième fois que j'assistais à un concert d'Alice Cooper. Après un Zénith en 1991, un Bataclan à l'orée des années 2000, me voilà dans les travées d'un Olympia sold out pour applaudir un Vincent Furnier désormais âgé de 70 ans.



Comme à chaque fois, la recette est la même et elle est savoureuse ! Entouré d'un groupe de fines gâchettes rajeunies et hyper efficaces qu'il dirige à la baguette, Alice C. fait d'emblée monter la température, en débit d'un problème de sonorisation évident et que l'on regrettera pendant tout le concert. Il faut dire que quand on attaque un show par "Brutal planete", "No more Mister nice Guy" et "Under my wheels" cela envoie du lourd ! Le groupe, qui compte 3 guitaristes virtuoses ferraillant à coup de solos chacun dans son style, donne au show une énergie juvénile qui se marie parfaitement avec la voix du maître.

Il arrive dans certains concerts que l'on attende gentiment le ou les quelques titres historiques du groupe qui se produit. Avec Alice Cooper, il en surgit de partout ! On passe de "Billion Dollars baby" à "Feed My Frankenstein" en passant par les refrains fédérateurs du tube eighties "Poison". Le côté grand guignol fait lui aussi fureur ! Du Frankenstein géant à la légendaire guillotine, tout y passe, sans que le rythme ne baisse d'un iota. La ballade "Only Women bleed" montrera à quel point la voix de Furnier n'a pas bougé depuis La première moitié des années 70.



Si les spectateurs de la tournée anglaise avaient eu la surprise quelques jours au paravent de voir débarquer les survivants du groupe historique (sans Glenn Buxton, mort en 1997) pour un final de concert tonitruant, l'Olympia n'aura pas cette chance et se contentera sans déplaisir des jeunes loups du groupe actuel qui atomiseront la salle sur de grands classiques comme "Killer", "Eigteen" et un "School's out" qui conclura de belle façon cette grand-messe de hard rock à l'ancienne !

Photos (prises à la salle Pleyel à Paris le 3 décembre 2017) : Manu Wino manuwino.com www.facebook.com/manuwino


Alice Cooper : les dernières chroniques concerts

Alice Cooper en concert

Alice Cooper par Samuel C
Salle Pleyel - Paris, le 03/12/2017
Pleyel, temple de la musique symphonique et de la variété : son marbre, son style art déco et ses fauteuils rouges. Un lieu classé monument historique au coeur du triangle... La suite

Hellfest 2015 (1/3) : Judas Priest, Alice Cooper, Billy Idol, Sticky Boys, No Return, Armored Saint, Vallenfyre...  en concert

Hellfest 2015 (1/3) : Judas Priest, Alice Cooper, Billy Idol, Sticky Boys, No Return, Armored Saint, Vallenfyre... par Gandalf
Clisson, le 19/06/2015
Et de 10 ! Dix ans déjà que le Hellfest existe, et quel chemin parcouru depuis les débuts... Jusqu'à devenir le plus gros festival Metal francais et un des plus gros... La suite

Casseurs Flowters, Alice Cooper, Fauve, Foals, -M-, Joris Delacroix, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, New Politics, Plaza Francia, Salut C'est Cool, Benjamin Clementine, François & The Atlas Mountains, Dakhabrakha, Eli Paperboy Reed (Festival Art Rock 2014) en concert

Casseurs Flowters, Alice Cooper, Fauve, Foals, -M-, Joris Delacroix, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, New Politics, Plaza Francia, Salut C'est Cool, Benjamin Clementine, François & The Atlas Mountains, Dakhabrakha, Eli Paperboy Reed (Festival Art Rock 2014) par Ludmilla A.
Saint-Brieuc, le 24/05/2014
JOUR 1 : AIR SUR LA TERRE Plaza Francia Arrivée à Saint-Brieuc trop tard pour voir The Craftmen Club lancer les festivités au Forum et le concert de TEMPLES, qui... La suite

Alice Cooper en concert

Alice Cooper par Ylxao
Halle Tony Garnier, Lyon, le 06/11/2011
Ce soir-là, direction Halle Tony Garnier pour un moment qui promet d'être merveilleux : Alice Cooper en Concert à Lyon... Les heures à venir s'annoncent explosives : une... La suite

Olympia de Paris : les dernières chroniques concerts

At The Drive-In en concert

At The Drive-In par Ludmilla
Olympia, Paris, le 28/02/2018
Grand (deuxième) retour des Texans d'At The Drive-In pour mon plus grand plaisir ! Après la sortie du merveilleux "Relationship Of Comman " en 2000 et deux concerts mémorables... La suite

Lee Fields & the Expressions + Theo Lawrence & The Hearts en concert

Lee Fields & the Expressions + Theo Lawrence & The Hearts par Lebonair
Olympia, Paris, le 27/01/2018
Pour ouvrir notre compteur de concerts 2018, on a été particulièrement gâté ce soir... Au programme, on va retrouver sur la scène mythique de l'Olympia, le vétéran et survivant de... La suite

Weezer + The Orwells en concert

Weezer + The Orwells par Pierre Andrieu
Olympia, Paris, le 19/10/2017
Olympia archi complet et rempli de fans très en forme pour le réjouissant et percutant concert des Américains de Weezer, qui faisaient leur retour à Paris après une trop longue... La suite

Les Fatals Picards + Frédéric Fromet en concert

Les Fatals Picards + Frédéric Fromet par Fred Boyer
l'Olympia, Paris, le 14/10/2017
Allez, cette fois, c'est ma dernière chronique d'un concert des Fatals Picards.. Troisième chronique en deux ans pour moi, à ce stade c'est plus de la critique, c'est carrément... La suite