Accueil Chronique de concert Anna Calvi (+ Roland Moog)
Dimanche 21 avril 2019 : 9568 concerts, 25453 chroniques de concert, 5249 critiques d'album.

Chronique de Concert

Anna Calvi (+ Roland Moog)

Anna Calvi (+ Roland Moog) en concert

Paloma, Nîmes 26 janvier 2019

Critique écrite le par


Déjà notre 6ième concert d'Anna Calvi depuis 2011 mais, quand on aime... on ne compte pas (on l'a d'ailleurs déjà poursuivie à vélo jusqu'à Lyon cet automne). Et puis on ne rechigne pas davantage à gagner, une fois n'est pas coutume, la splendide salle Paloma de Nîmes au coeur de l'hiver (plutôt que pour le merveilleux festival TINALS où l'on a passé trois jours l'été dernier). La salle réussit d'ailleurs l'exploit d'être aussi attrayante, et son personnel aussi sympathique, au coeur d'une glaciale nuit d'hiver que pendant les habituels et délicieux après-midi d'été...


En première partie, une dijette française au bonnet et au patronyme mystérieux, Roland Moog, distille une belle sélection de titres d'EDM en langues variées, allant du presque punk en français, au totalement industriel en allemand, pour finir par un titre qui nous semble bien être un classique, non identifié... de Sisters of Mercy peut-être ? Prestation sympathique avec un son dansant et qui nous aura fait onduler malgré nous, car quelques titres sont méchamment cool ! Mais ce n'est que le poussage d'une collection de disques - certes homogène et constituée avec bon goût - donc difficile de considérer cela comme une prestation live, tout comme de trouver le lien logique avec ce qui va suivre ! En tout cas nous ne manquons pas l'occasion de nous tanquer au premier rang, pile sous sa table noire, ayant bien noté que celle-ci se trouvait à 1m50 du futur micro de la belle Anna Calvi et donc, qu'on aurait de là une vue idéale pour la suite, une fois la table retirée...


Et en effet, on sera littéralement aux pieds de la minuscule diva dès son arrivée, avec un effet secondaire inattendu : comme on l'avait constaté l'été dernier à Rock en Seine, et à l'image de son parcours capillaire (parti d'un sévère chignon blond pour aboutir à une fière et ébouriffée chevelure brune), la Belle s'est vraiment totalement libérée - ce qui semble logique au vu du propos de fier coming out de son très beau dernier album, Hunter. Et donc, quand elle se roulera par terre ou quand elle prendra à parti deux filles du premier rang du public pour leur chanter un couplet, nous serons aux toutes premières loges ! Surtout que la première fille interpellée sera précisément mon amie, qui confessera avoir eu du mal à soutenir, à moins de 50 centimères, ce regard fulgurant et sensuel à la fois (rappelons juste aux malvoyants qu'Anna Calvi est une créature totalement canon), pendant ce qui nous a paru une éternité...


Pour la première fois pour moi, le concert ne commence pas par les arpèges soniques de Riders to the Sea (marquée en rappel sur sa set-list mais finalement pas jouée, hélas), mais par la plus tranquille (et heureusement un peu lynchienne) Hunter. Indies or Paradise permet néanmoins de muscler le son de sa fidèle et joliment usée Telecaster, toujours porté avec grâce et discrétion par ses deux acolytes. Avant de donner dans le groove (As a Man), puis le punchy (Eden), le céleste (Swimming Pool), ou encore le punchy & céleste tout à la fois (Wish). Quels que soient les titres (pour l'immense majorité, de son dernier album), l'interprétation est à la fois délicate, habitée et hantée, à l'instar de celle, poignante et presque a capella, du titre Away, notre climax du concert cette fois encore.


Classiquement, elle reprend ses anciennes Suzanne & I & Desire (pourtant de loin pas nos préférées sur son premier album), mais aussi la plus délicate I'll Be your Man et évidemement son plus récent single, Don't beat the girl out of my boy. Notre préférence ira au final, et toujours idéalement toxique, Ghost Rider piqué à Suicide (et à notre goût, largement aussi intéressante que l'originale), qu'elle avait sorti sur un méconnu mais splendide EP de reprises, Strange Weather. Toujours génétiquement incapable de racoler le public (cela viendra peut-être un jour ?), elle ne manquera pas de le remercier timidement à plusieurs reprises, ou de présenter ses deux musicienne et musicien. Et comme déjà précisé, de lasériser du regard plusieurs personnes au premier rang, lors d'une prestation toujours aussi enthousiasmante, terminée les bras en croix devant sa guitare à ses pieds, mourante dans un délicat bruit blanc...


Alors certes, on garde une petite nostalgie de la première version un peu coincée d'Anna Calvi, celle qui lézardait néanmoins votre cerveau avec les arpèges soniques de Love won't be leaving et un air boudeur, et puis vous hérissait le poil en reprenant la Jezebel de Charles Aznavour... Mais comme il semble acquis que cette fille-là ne reviendra pas, nous suivrons, où elle ira, la finalement bien plus intéressante sur scène Anna Calvi 2.0, fière amazone libérée et qui affiche encore un beau potentiel créatif et scénique pour le futur !

Setlist :
Hunter
Indies
As a Man
Wish
Eden
Away (pas notée)
Swimming pool
Suzanne & I
I'll be your man
Don't beat the Girl out of my boy
Alpha
(encore :)
Rider ? (pas jouée)
Desire
Ghost Rider


Anna Calvi : les dernières chroniques concerts

Anna Calvi + Warmduscher + Boy Harsher + Drahla (La Route du Rock Collection Hiver 2019) en concert

Anna Calvi + Warmduscher + Boy Harsher + Drahla (La Route du Rock Collection Hiver 2019) par Pierre Andrieu
La Nouvelle Vague, Saint-Malo, le 23/02/2019
Après un vendredi de haut vol permettant de voir à l'œuvre à La Nouvelle Vague Marble Arch, Mermonte, Flavien Berger, Bodega et Cannibale, le dernier soir de la Route... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc)  en concert

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc) par Demi Playmobil
Carnegie Hall, New York, le 01/04/2016
Soirée hommage à David Bowie au Radio City Hall, à New York, hier soir... Le groupe de Mc Caslin qui joue sur le dernier album de du Thin White Duke Blackstar a composé une... La suite

Festival du Chant Marin : Les Marins d'Iroise, Hugues Aufray, Plazia Francia, Anna Calvi, Denez Prigent, Orange Blossom, Cape North, Kanerien Trozoul, Fanfaraï ... en concert

Festival du Chant Marin : Les Marins d'Iroise, Hugues Aufray, Plazia Francia, Anna Calvi, Denez Prigent, Orange Blossom, Cape North, Kanerien Trozoul, Fanfaraï ... par Pirlouiiiit
Port de Paimpol, le 14/08/2015
Après la petite mise en jambe de la veille aux Halles Georges Brassens de Saint Brieuc, nous voici désormais à Paimpol pour l'immanquable Festival du Chant Marin qui a lieu tous... La suite

Paloma, Nîmes : les dernières chroniques concerts

Charlie Winston + Naya en concert

Charlie Winston + Naya par Lionel Degiovanni
Paloma, Nîmes, le 15/11/2018
Quelques jours après Camille, retour sur Paloma pour voir un artiste anglophone qui ne dévisse que très rarement son chapeau de sa tête. Il s'agit de Charlie Winston. Je l'avais... La suite

Camille en concert

Camille par Lionel Degiovanni
Paloma, Nimes, le 11/11/2018
Retour à la salle de Paloma pour revoir une artiste que j'ai déjà vue plusieurs fois et qui se renouvelle sans cesse. Il s'agit de Camille. Cette artiste est vraiment atypique... La suite

Nova Twins en concert

Nova Twins par Moncplaytime
Paloma, Nîmes, le 07/12/2018
Au fait, j'ai oublié de vous dire. En première partie de Wolf Alice vendredi dernier (lire ma première chronique ici), il y avait Nova Twins. Les deux frangines ont méchamment... La suite

Wolf Alice en concert

Wolf Alice par Moncplaytime
Paloma à Nîmes, le 07/12/2018
Je le dis tout net, je ne connaissais pas Wolf Alice avant de les voir sur la scène du Club de Paloma à Nîmes. Je ne vais donc pas faire référence à leur discographie, leurs... La suite