Accueil Paris Parc de Saint Cloud - St Cloud
Lundi 6 juillet 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Parc de Saint Cloud - St Cloud

Domaine National de Saint Cloud
92210 St Cloud

Plus d'info :

Parc de Saint Cloud : les dernières chroniques concerts 130 avis

Foals (Festival Rock en Seine 2019)

Critique écrite le 24 octobre 2019, par Pierre Andrieu

Parc de Saint-Cloud, près de Paris 25 août 2019

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris, aka "the city of lights" pour les étrangers, Yannis Philippakis et ses boys attaquent direct avec "On the Luna", l'un des hits de leur dernier album en date, "Everything Not Saved Will Be Lost - Part 1. Cette pop matinée de math rock et de punk groovy qui est le secret du son de Foals fonctionne toujours à plein régime : le public est en feu en un instant, les garçons et les filles tortillent du cul, c'est la fête sur toute la scène de La Cascade, blindée comme il faut. C'est la fin de l'été, il fait beau et chaud, il y a des palmiers sur scène pour rappeler la pochette du disque cité à l'instant et le fringuant Yannis a sorti sa plus belle chemise à fleurs, que demander de plus ? Et bien que Foals la joue comme il sait si bien le faire : carré, serré, dansant et rock. Ce que le groupe anglais s'empresse de faire, ne laissant pas l'once d'un début de répit à ses fans, littéralement bombardés de titres forts et méchamment sexy : "Olympic Airways",  "My Number", "Exits", "Providence", "Spanish Sahara", "Inhaler" etc. L'intenable leader venant souvent... Lire la suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019)

Critique écrite le 12 octobre 2019, par Pierre Andrieu

Parc de Saint-Cloud, près de Paris 25 août 2019

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le cagnard de la scène Firestone (aménagée en... garage, bravo le marketing et merci le sponsoring !), le très jeune combo post punk fait étalage de tous ses charmes : répertoire en acier trempé (cf les tubes "For Everything", "More Is Less", "Green & blue"... ), conviction en béton armé, monstrueuse présence scénique et looks de bad boys sensibles, néanmoins prêts à en découdre à la moindre occasion. Venu pour promouvoir son premier album "When I Have Fears" (sorte de mélange réussi entre un post punk frontal et une pop emphatique à la U2), The Murder Capital ne s'embarrasse pas de fioritures excessives et tranche direct dans le lard : le très sexy chanteur James McGovern use de sa voix grave de stentor suicidaire, les guitares hurlent leur rage, la basse démonte tout et la batterie claque sévère. Ces mecs n'ont probablement rien inventé (et alors ?), mais dans la lignée de Idles, Shame ou Fontaines DC, ils contribuent à replacer le punk réfractaire sur le devant de la scène. Leurs secrets : ils savent jouer, possèdent un leader/vocaliste dont le... Lire la suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019)

Critique écrite le 25 août 2019, par Pierre Andrieu

Parc de Saint-Cloud, près de Paris 23 août 2019

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du passage du combo de Robert Smith. Qui était en tournée pour fêter ses 40 ans de carrière (les cérémonies d'anniversaire ont débuté à Hyde Park à Londres en juillet 2018) et les 30 ans de l'album culte "Disintegration" (disque dont seront issus le plus de titres ce soir : sept)... Beaucoup de vieux "curistes" sur le site, toujours superbe, du Parc de Saint-Cloud pour fêter le retour de leur groupe favori, pas vu en France depuis 2016. ©Mauro Melis En fans exclusifs ne s'intéressant pas franchement au reste de la programmation, de nombreux spectateurs attendent de pied ferme devant la grande scène, et ce longtemps avant l'heure prévue du show, fixée à 21 heures... La grande cérémonie gothico pop commence en majesté avec "Plainsong", le titre inaugural de l'album "Disintegration", paru il y a 30 ans, en 1989, une période où on était déjà archi fan de The Cure. Et ça n'a pas changé aujourd'hui, le concert à La Route du Rock (Saint-Malo) en 2005 et celui à la Halle Tony Garnier (Lyon) en 2016 ayant contribué à entretenir la flamme, Smith & Co démontrant en... Lire la suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard

Critique écrite le 27 août 2018, par Philippe

Parc de Saint-Cloud 24 août 2018

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle traditionnelle de Rock en Seine. Pour un passage comme souvent en pointillés, la capitale parisienne comportant d'autres attraits à découvrir en famille (comme par exemple, un squelette de T-Rex de belle taille au Jardin des Plantes). On s'en voudrait néanmoins de ne pas passer voir le Parc de Saint-Cloud, qu'on fréquente quand même presque chaque année depuis 2004. Et qui, sous des têtes d'affiche qu'on qualifiera d'inintéressantes et/ou déjà vues pour être charitable, cache quand même quelques belles références pour les amateurs de rock, avec des noms écrits en plus petit sur l'affiche. Le festival peinera toutefois à faire le plein les deux premiers soirs (à peine 20 000 personnes le vendredi, on circule tranquille !), la faute au capitalisme sauvage qui est entré dans le monde des festivals il y a déjà plusieurs années : il y a un événement rap concurrent à la U-Arena de Nanterre ! Entre l'idiote conviction (teintée d'un début de panique) qu'il faut bourrer la programmation de 50 % de rap pour continuer à attirer les djeuns, phénomène déjà observé aux... Lire la suite

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017)

Critique écrite le 30 août 2017, par Pierre Andrieu

Parc de Saint-Cloud 26 août 2017

PJ Harvey (Festival Rock en Seine 2017) en concert

Mémorable concert de PJ Harvey en tête d'affiche sur la grande scène du festival Rock en Seine, dans le toujours très agréable parc de Saint-Cloud... Dès son apparition sur scène en compagnie de sa copieuse troupe de musiciens, le temps s'arrête, plus rien n'a d'importance à part ce qu'il se passe sur scène, et l'on reste les yeux rivés sur celle qui prolonge depuis plus d'un an la tournée consécutive à l'excellent album The Hope Six Demolition Project. Contrairement à notre (brève) voisine de derrière qui trouve que " PJ Harvey, c'est un peu chiant ! " (sic), la plupart des personnes présentes tombent instantanément et durablement sous le charme de sa présence magnétique ! Le show très théâtral et hyper original - où Polly Jean apparaît en grande prêtresse gothique et joue du saxophone quand elle ne chante pas - est un authentique must, un spectacle total où tout est réglé au millimètre et où un soin extrême est apporté aux arrangements, les musiciens (John Parish, Mick Harvey, Jean-Marc Butty, James Johnston, Terry Edwards... ) axant principalement leurs efforts sur les percussions, les cuivres, les cordes et les chœurs. Si l'on ajoute a cela, la voix intacte et totalement bouleversante de mademoiselle Harvey, sans... Lire la suite

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco

Critique écrite le 28 août 2017, par Philippe

Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud 28 août 2017

(mon) Rock en Seine 2017 : DBFC, Lysistrata, Timber Timbre, The Kills, Frustration, Sleaford Mods, Deluxe, Ty Segall, Mac Demarco en concert

Hélas, trois fois hélas, l'été se termine déjà, puisque son marqueur de fin, le toujours aimable festival Rock en Seine (15 ans déjà ! on a pas vu le temps passer depuis les White Stripes en 2004, notre première venue...), est arrivé. Dernière occasion estivale pour les jeunes parisiennes en fleur de compléter leur collection de selfies sur fond vert ! Pour notre part, une fois de plus on y vient en mode relativement touristique, intégrant la chose dans un agréable week-end parisien globalement ensoleillé. Pour cette fois, ce sera donc "seulement" un samedi complet (mais sans PJ Harvey, puisque c'était elle qu'on aime moins qu'au siècle dernier, ou Frustration qu'on adore dans celui-ci...), et un dimanche après-midi en famille. Le site, agréable, est égal à lui-même, entre beaux arbres du parc, churros gonflables ... et gobelets de 47 cl. Tout au plus peut-on remarquer que l'affiche et surtout ses têtes, ne sont pas vraiment à tomber à la renverse d'originalité cette année, mais peu importe. Après une entrée hyper smooth (pas de queue, fouille cool, accueil sympa, bière disponible en tendant à peine un bras dûment pré-chargé en Cashless), on commence en compagnie de DBFC, des français pratiquant une électro-pop sympa, et poseurs... Lire la suite

Accès