Accueil Chronique de concert Charlie Winston / Daby Touré
Dimanche 15 septembre 2019 : 14038 concerts, 25673 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.

Chronique de Concert

Charlie Winston / Daby Touré

Charlie Winston / Daby Touré en concert

Usine - Istres 03 Juin 2012

Critique écrite le par

C'est Charlie Winston en personne qui va venir nous présenter l'artiste qui va assurer sa première partie. Un ami Spécial (ce sont ses mots) ... Alors il nous demande de lui offrir une grande et belle clappe pour l'accueillir sur la scène de L'Usine, ce soir.



Daby Touré prend place tout seul devant un rideau noir, sa guitare à la main et commence à chanter dans une langue qui m'est inconnue (cet artiste vient de Mauritanie), mélangée ensuite à de l'anglais, avec une belle voix folk qui monte dans les aigües sans aucune difficulté. Le tout sur une musique pleine d'émotion, aux mélodies très chantantes.



Les bravos demandés tout à l'heure par Charlie Winston partent du public sans se faire prier. Il réussi à nous embarquer dans son univers, mais il faut reconnaitre que tout est dans la voix, parce que pour être honnête, le jeux de guitare me semble un peu léger. Même s'il trouve d'autre ressources à l'instrument quand il commence à la transformer en percu, voire même à improviser un petit solo, emporté qu'il est par le tempo.



A chaque morceau, l'ambiance monte d'un cran. Bravo, sifflets ... Ça monte gentiment.
"Vous avez la forme ce soir ?" ... Et comment !! On reste dans des mélodies plutôt folks, aux couleurs de musique du monde, ce qui donne beaucoup d'originalité et de caractère même aux chansons interprétées en dialecte mauritanien (je ne suis pas assez experte pour vous dire lequel).

Par moment, il ralentit ses mélodies entraînantes, comme le temps d'une prière, puis reprend de plus belle, pour terminer par un rythme encore plus enlevé qu'au début. Il saute, porté par l'élan de sa guitare, les yeux mi-clos. Il demande une clappe, qu'il soutient en transformant encore une fois l'instrument à cordes en percussion, tapant sur le bois, tapant sur les cordes. Il embarque toute la salle dans son voyage et, avec l'aide de sa Box, sa voix se démultiplie à l'infini pour chanter à l'unisson.



Dans ce tourbillon, il nous propose une petite pause, avec une chanson en français, co-écrite avec Maxime Le Forestier : Iris. C'est un nouveau morceau, pour l'interprétation duquel il nous demande notre indulgence ... Peine perdue. Parce qu'elle est magnifique et les applaudissements du public le lui prouve sans aucun souci. Il reprend ensuite sur une musique toujours aussi enlevée et enjouée (après, hélas, ne pas comprendre les paroles donne peut-être un peu moins de relief et rend parfois un côté un peu répétitif au tout). Mais il repart dans son jeux si particulier de guitare, mi-cordes mi-percu. Il enchaîne les derniers morceaux direct et là je dois dire que, finalement, je suis plutôt impressionnée niveau guitare. Il en arrive même à faire chanter la salle, qui apprend du même coup une nouvelle langue. Une sacrée fin ... Suivie par l'annonce d'un album tout beau tout chaud à sortir dans deux semaines et une auto-promo faite par Charlie Winston himself ... S'il vous plait !!



Daby Touré : Chant & Guitare

Setlist
1 - Angel
2 - Amundo
3 - Chez Les Autres
4 - Mi Wawa
5 - Iris
6 - Mon Lang(u)age
7 - Mariko

***************************************************************************

Après le départ de Daby Touré, nous découvrons la mise en place de la scène de Charlie Winston : Batterie à paillettes dorées et impressionnante ligne de spots en direction du public. Je pense que ça va péter !!



Ils se mettent en place dans le noir et on attaque franco. Charlie fait son entrée, avec ses allures de Dandy londonien aux faux airs de Dr House (en plus jeune, bien sûr !!) Ses musiciens arborent eux aussi une touche rigolote et décalée et effectivement : On s'en prend plein les mirettes et les oreilles, avec une salle hyper réactive. La voix et les attitudes de Mr Winston sont excessivement rock et il parcours la scène guitare au poing.

Les enchaînements sont rapides. Aux premiers mots de quasi tous les morceaux, des cris montent du public. "Vous voulez chanter avec moi ?" ... Quelle question ! Les visages des demoiselles du premier rang sont radieux. Il pose sa guitare sur sa hanche. Le concert déroule, avec à la fois une simplicité et une efficacité sans faille.

Dans un faisceau de lumière bleue, Charlie nous offre un tour de magie avec des lucioles rouges. Le public est ravi. Et puis tout explose avec Great Conversation. Il se met au clavier, accompagné par la flûte de Ben. Il se met à siffler. C'est puissant, subtil et vraiment fabuleux musicalement. Il s'amuse avec le piano, nous jouant quasiment la Sonate au Clair de Lune qui tourne au trash. Une plainte fabuleuse qui monte, qui monte ...



Il reste seul ensuite, commençant par une intro en mode Beat-Box, puis continu à la guitare, demandant au public s'il reconnait la chanson. La réponse se fait d'elle-même, quand tout le monde reprend le refrain. Ses musiciens le rejoignent et ça repart de plus belle, tous autour du clavier. Ben joue les hommes orchestre, passant de la flûte, à l'harmonica, en passant par le clavier. Les trois autres sont aussi vraiment marrants avec leur look 70's et Charlie balade sa voix entre temps, contre-temps et contre-voix ... Un vrai bonheur !

Il va continuer ainsi, guitare dans le dos et quand il se met à chanter en français avec son petit accent anglais : C'est juste irrésistible ! Ajoutez à cela un sourire hyper craquant et vous imaginez l'état du public féminin à cet instant !! Il suspend tout. La salle hurle. Il est ravi et reprend de plus belle : "Aller Istres, aller !! ... Very good Ladies !! ... Et les hommes ?" Il teste les hommes seuls et il faut avouer que nous avons un baryton hors paire !! Il est au bord de tomber de scène pour les encourager, mais ce sont quand même les filles qui vont sauver ce chœur (il faut quand même que les choses soient claires !!)

A chaque intro, le public entonne les paroles qu'il a instantanément reconnues. C'est une véritable soirée d'échange et Ben nous offre même une petite choré hyper sexy :P !! Charlie, de son côté, monte debout sur la batterie avec sa guitare, nous offrant son côté pile (pas mal du tout, non plus !!) et tombe la veste avec un petite choré spéciale, à la limite de la natation synchronisée, qui se termine par un saut de cabri !



Petite annonce en milieu de concert : Comme il a dû annuler son précédent concert à L'Usine (c'est ce qui nous vaut le bonheur de le voir ce soir), il nous a préparé quelque chose de spécial pour se faire pardonner. Alors lumières de Night-Club et musique hyper rock. Et c'est reparti avec Lately !!

Le batteur tombe le tee-shirt (ça fait toujours plaisir !) et Charlie a regagné le piano. Sa voix est si chaude. Le piano qui sonne. La batterie, puis les autres qui le rejoignent un à un. On retrouve toujours cette force musicale et on se fait prendre par les cassures de rythme à chaque fois.

Un oiseau. Le tonnerre. De la musique électro et du piano ... Encore un savant mélange, auquel s'ajoute la voix de Charlie Winston sur la batterie qui tonne et les guitares qui dissonent. Ce mec est juste incroyable et maitrise totalement l'alliance de la douceur et de la force. C'est magique !



Il reprend sa guitare et arpente la scène au ralenti, comme si le temps était suspendu. La musique continue et il se retrouve dans le noir et la fumée. On est repartis dans de la Beat-Box et ils se positionnent tous les cinq en devant de scène, faisant passer des écrans grossissants devant leurs visages. Il n'y a aucun autre instrument que leurs voix, dont ils jouent de façon fabuleuse, avec cette mise en scène si simple et si subtile à la fois pour un Speak To Me comme on en rêvait.

"Les filles, celle-ci est pour vous !" et je peux vous dire que ça leur plait aux filles !! Il cabotine et tourne sur lui-même, se servant du dos en miroir de sa guitare pour renvoyer la lumière des spots et éclairer le public. Puis, pour faire monter encore la folie de la salle, il commence à descendre sur un des blocs de la crash barrière, puis passe la rambarde et traverse la foule tranquillement, au milieu d'une mer de bras levés et de cris. Il se perche sur les épaules d'un vigile et revient vers la scène (faisant des émules qui se baladent eux aussi dans les airs). Il y a vraiment une ambiance de folie ce soir.



Pour l'avant dernier morceau du set, il nous demande de chanter "Rocking In The Suburbs" avec lui et met carrément le feu, avec un charisme fabuleux et un talent de même ! Il retourne ensuite se placer tout devant, un pied sur la barrière et le corps penché vers le public, avec devant lui toutes les mains qui se lèvent pour le toucher. La salle s'éclaire. Il nous présente les musiciens, en précisant "Olivier is an amazing dancer !!" (mais ça on le savait déjà ... Et très sexy même !!) et ce dernier nous le démontre sur le champ, sur fond de Beat-Box et de batterie.

Alors, dans cette ambiance électrisée, au premier sifflement de Hobo mes oreilles en prennent un coup, avant de savourer le chœur qui va ensuite accompagner ce titre emblématique. Le clavier est à mourir de rire à sauter ainsi sur place, en ajustant ses lunettes de soleil. Ils nous la jouent simple, mais parfaite. Le tout dosé à la perfection, avec même Daby Touré qui vient les rejoindre avec son art maîtrisé de la percu-guitare.
Ce mec s'éclate vraiment trop sur scène pour ne pas être sincère et ils se mettent à sauter dans tous les sens pour une fin très rock n'roll attitude ... Avec la petite photo de rigueur, par dessus leurs dos.


Mais, bien entendu, cette fin est suivie d'un rappel. Départ de Generation Spent, comme une balade celte, très vite rattrapée par du bon gros son rock, avec un Charlie Winston qui joue les maîtres de chorale. Il parait transcendé par la musique et termine en jouant sur les cordes de sa guitare avec une cuillère. Puis il enchaîne au piano, en nous la jouant crooner et en mimant du play-back sur le public qui chante seul I Love Your Smile. Il s'éclate grave sur scène et nous offre une fin hyper jazzy : un petit bijou ! ... Et puis non, ce n'est même pas la fin, parce que ça reprend à une vitesse vertigineuse. Il compte jusqu'à trois et recommence encore et encore, pour ouvrir sur les solo de chacun : Daniel assure à la basse, Derek propose un quatre mains et Olivier a droit lui aussi à un duo de batterie, laissant le dernier mot à Ben et à son harmonica. Bref, cela se termine avec un dernier partage avec le public et un merci tout particulier à la demoiselle dans les premiers rangs, qui lui a écrit une si belle lettre (séquence émotion !)

Pour le tout dernier rappel, tout le monde sort et Charlie reste seul au piano, dans un halo de lumière. On termine sur un peu de nostalgie et beaucoup de poésie. Vraiment une très, très belle soirée ... Merci Mr Winston !!



Charlie Winston : Chant, Guitare & Piano
Ben Henri Edward : Harmonica, Flûte, Xylophone ...
Daniel Marsala : Basse
Danny aka Derek : Clavier
Olivier Ferrarin : Drums (batteur de Nadéah)


Setlist
1 - Wild Ones
2 - Hello Alone
3 - Great Conversation
4 - Bucket
5 - Happiness
6 - Tongue Tied
7 - I'm A Man
8 - Lately
9 - Making Yourself So Lonely
10 - Summertime
11 - Speak To Me
12 - Until Your Satisfied
13 - In Your Hands
14 - Rocking In The Suburbs
15 - Hobo
----------------------------------
16 - Generation Spent
17 - I Love Your Smile
18 - Boxes
----------------------------------
19 - She Went Quietly

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte

Charlie Winston : les dernières chroniques concerts

Charlie Winston + Naya en concert

Charlie Winston + Naya par Lionel Degiovanni
Paloma, Nîmes, le 15/11/2018
Quelques jours après Camille, retour sur Paloma pour voir un artiste anglophone qui ne dévisse que très rarement son chapeau de sa tête. Il s'agit de Charlie Winston. Je l'avais... La suite

Robert Plant and The Sensational Space Shifters, Charlie Winston, Sianna, Yellow Teeth, Joan Baez, Rootwords (Paléo Festival de Nyon 2015)  en concert

Robert Plant and The Sensational Space Shifters, Charlie Winston, Sianna, Yellow Teeth, Joan Baez, Rootwords (Paléo Festival de Nyon 2015) par Lionel Degiovanni
Paléo Festival, Nyon, le 25/07/2015
Pour démarrer ce samedi au Paléo Festival de Nyon 2015, je commence avec du rap. Une fois n'est pas coutume. Il s'agit là de Sianna. Sianna On est ici dans la caricature... La suite

Ardeche Aluna festival 2015 : Deluxe, Charlie Winston, Ina-Ich, Leventon, famille Chedid en concert

Ardeche Aluna festival 2015 : Deluxe, Charlie Winston, Ina-Ich, Leventon, famille Chedid par Lionel Degiovanni
Aluna, Ruoms, le 19/06/2015
Pour cette édition de l'Aluna festival, je n'aurai pas pu, hélas couvrir les 3 jours, faute de temps ! Hé, oui, pas toujours évident d'être disponible pour des festivals qui... La suite

Charlie Winston + Tom Baxter en concert

Charlie Winston + Tom Baxter par Julyzz
le Casino de Paris, le 19/09/2012
Le Casino de Paris affiche complet ce soir pour Charlie Winston.C'est lui en personne qui vient annoncer sa première partie. Il est fier de présenter Tom Baxter, son frère... La suite

Daby Touré : les dernières chroniques concerts

Daby Touré par Joz
Cargo de Nuit à Arles, le 24/03/2007
Ca fait toujours plaisir de sortir un peu des habitudes et d'aller se faire un petit concert dans un nouvel endroit. Le Cargo de Nuit, très jolie salle à la programmation foisonnante, reçoit peu souvent la visite des marseillais et c'est bien dommage car l'endroit vaut le détour : jolie salle et restaurant sympa. Ce soir, c'est Daby Touré... La suite

Daby Touré par Pascale
La Cigale, Paris, le 20/03/2007
Daby Touré est un jeune artiste d'origine mauritanienne, qui a eu comme baptème du feu international l'occasion de chanter avec Peter Gabriel en première partie, rien que ça. Depuis, il continue son petit bonhomme de chemin, et ce 20 mars il remplissait la Cigale à Paris. Après une première partie sympathique, Lili, Daby entouré de ses deux... La suite

Usine - Istres : les dernières chroniques concerts

SKÁLD en concert

SKÁLD par Fredb Art
L'Usine Istres, le 29/03/2019
Ce soir, vendredi 29 mars, je prends la direction de l'usine d'Istres, avec une belle programmation atypique : SKÁLD. Mais quézaco ? C'est un groupe français qui chante en vieux... La suite

Steve'n'Seagulls, Képa en concert

Steve'n'Seagulls, Képa par Fredb Art
L'Usine Istres, le 09/02/2018
On est samedi soir 09 février et c'est une soirée finlandaise qui m'attend avec la tête d'affiche : Steve'n'Seagulls. Dès mon arrivée à L'usine D'Istres, je comprends tout de suite... La suite

Ladies Ballbreaker + Toys en concert

Ladies Ballbreaker + Toys par lsl
L'Usine Istres, le 02/02/2019
Pour ceux qui ne connaissent pas encore Lady Ballbreaker, c'est un groupe qui reprend ACDC, mais pas un groupe lambda, non non non rien de quelconque ici, puisque c'est un groupe... La suite

Eddy de Pretto + Nae en concert

Eddy de Pretto + Nae par Fred Boyer
l'Usine - Istres, le 17/12/2018
C'est pourtant pas compliqué, Public Enemy le disait déjà il y a 30 ans. Don't Believe The Hype. C'est devenu une sorte de credo inconscient pour moi. Un truc plus fort que moi.... La suite