Accueil Chronique de concert Eric McFadden
Dimanche 25 août 2019 : 11581 concerts, 25627 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.

Chronique de Concert

Eric McFadden

Eric McFadden en concert

Le Café de la Danse, Paris 26 mars 2010

Critique écrite le par



Après un belle soirée en compagnie de Wax Tailor la veille à l'Olympia, place à Monsieur Eric McFadden au Café de la Danse près de Bastille en ce vendredi soir. 20h30, la 1ère partie Rodney Branigan a déjà commencé avec son numéro à deux grattes, on n'entend  que les deux derniers morceaux, musicalement, ça à l'air intéressant et à voir, c'est plutôt étonnant "a man with two guitars", à suivre....



Le Café de la Danse est une salle intimiste de 300 places, elle est unique. Elle dégage une atmosphère incroyable, c'est un lieu carrément magique. Un amphithéâtre avec pratiquement que des places assises, une très belle déco, qui donne la possibilité à une soixantaine de personne d'être debout offrant au public une vision imprenable. Du balcon, c'est encore plus beau avec une vue exceptionnelle, j'aime beaucoup le Café de la Danse et son cadre.



Pas à dire, ce concert, on l'attendait avec une grande impatience. Découvert en décembre 2009 grâce à ma bible, le magazine Xroads et son rédac chef Christophe Goffette qui a réalisé la 1ère couverture d'Eric en France,  il a fallu rattraper le temps perdu depuis. Entre l'écoute de ses nombreux disques (voir chronique sur le site, d'autres vont être déposées pour info bientôt), faire  connaissance avec son label français Bad Reputation et les poulains qu'il défend, avec son big boss en tête, Eric Coubard  (il est bon de rencontrer dans sa vie des passionnés comme lui), on peut dire que je me suis laissé complètement enivré par Eric McFadden et ça ne m'arrive pas souvent en vieillissant.



Dans un cadre pareil, avec une salle bien remplie, la soirée s'annonce de toute beauté. Eric McFadden est accompagné ce soir de sa bassiste attitrée Paula O' Rourke, du fameux accordéoniste Max Marcilly, non voyant au talent immense, d'un batteur sobre, élégant et efficace et d'une grande, charmante et souriante violoniste.
Un ukulélé fera son apparition et nous verrons aussi les deux frères Di Bona du groupe Red Lemons à l'harmonica et à la guitare. 


21h, le rêve commence, il va durer 1h45... C'est donc là mon 1er concert en compagnie de cet immense artiste, une belle conclusion à mon fameux trimestre passé à le découvrir et y'a pas à dire, ce que j'entends, ce que je vois est à la hauteur de mes attentes.



McFadden a un charisme énorme, une voix grave qui scotche littéralement doublé d'un jeu de guitare hors pair qui ne tombe jamais dans la démonstration. Eric McFadden va nous offrir ce soir une leçon d'humanité, nous donner une claque énorme : rare sont les concerts qui m'ont touchés à ce point. Quand le charisme, la générosité, le plaisir sont au rendez-vous, que le talent transpire de partout, que les chansons sont fabuleuses et d'une grande richesse mélodique, on partage donc un moment rare que chaque passionné de musique rêve de vivre régulièrement, ce qui n'est pas fréquent, admettons-le.



Mention spéciale à Paula et sa bonne humeur, à Max Marcilly, énorme par ce qu'il dégage, assis sur sa chaise à droite de la scène, il ne bouge quasiment pas mais il est là et bien-là. Il joue à la perfection et apporte une véritable touche d'humanité.
Le batteur est très bon bref c'est une dream team.




Entre morceaux calmes et plus enlevés, l'esprit rock d'Eric n'est jamais bien loin, en solo, à trois, à quatre ou avec tous les musiciens cités précédemment, tout s'enchaîne parfaitement et on aimerait que cela ne s'arrête jamais.



A la fin du set, le public est debout, une ovation est réservée aux musiciens. Le respect, voilà ce que les spectateurs ont eu pour Eric McFadden en voyant tout ce que ce mec a dans les tripes. Avec cet unique talent à nous transporter vers ce bonheur tant recherché.



C'est beau à vivre, à partager avec ce petit quelque chose qu'on ne peut vraiment expliquer, juste par un mot, simplement "la CLASSE" ! Eric McFadden est un grand, il a la classe et c'est tout.



Eric McFadden : les dernières chroniques concerts

Eric McFadden  en concert

Eric McFadden par Lebonair
Café de la danse, Paris, le 25/05/2011
25 Mai, je viens de subir coup sur coup deux ravalements de façades avec Triggerfinger et les Queens Of The Stone Age et voilà la dernière couche avec Eric McFadden qui vient... La suite

Eric McFadden + Roland Tchakounté + Rodney Branigan en concert

Eric McFadden + Roland Tchakounté + Rodney Branigan par Lebonair
Paris le New Morning , le 09/11/2010
Ce fut une bien belle soirée au New Morning ce mardi avec un double plateau comprenant un illustre inconnu (pour ma part), Roland Tchakounté, blues-man Camerounais vivant en France... La suite

Interview de <i>Eric McFadden</i> en concert

Interview de Eric McFadden par Lebonair
20/10/2010
Bonjour Eric, Je suis ravi de réaliser cet entretien afin de mieux faire connaître un mec comme toi à nos visiteurs. Après le compte-rendu du concert au Café De La Danse le... La suite

Le Café de la Danse, Paris : les dernières chroniques concerts

Jean-Louis Murat en concert

Jean-Louis Murat par Kid
Café de la Danse, Paris, le 10/12/2018
Il y a peut-être une chose que l'on peut reprocher à Murat, qui se tient là derrière les portes, non pas de Naples, mais du Café de la Danse : sa bonne humeur. On a souvent comparé... La suite

Fantastic Negrito en concert

Fantastic Negrito par Samuel C
Café de la Danse - Paris, le 04/11/2018
Alors qu'un mois de novembre fort en commémorations débute, voir débouler Fantastic Negrito au Café de la Danse livrer un show époustouflant file le baume au cœur qui manquait... La suite

MIEN en concert

MIEN par Samuel C
Le Café de la Danse - Paris, le 24/09/2018
Dans un Café de la Danse à l'éclairage judicieusement tamisé, une invitation à une expérience spatio-temporelle était proposée par MIEN, un groupe composé de membres de The Black... La suite

Mark Lanegan Band en concert

Mark Lanegan Band par Samuel C
Café de la Danse - Paris, le 25/11/2017
Deux légendes vivantes qui ont définitivement marqué les grandes décennies noisy et (post) grunge ont foulé les planches du Café de la Danse en moins d'une semaine. Thurston... La suite