Accueil Chronique de concert Franz Ferdinand
Vendredi 17 août 2018 : 11752 concerts, 25130 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Chronique de Concert

Franz Ferdinand

Franz Ferdinand en concert

Zénith de Paris 27 février 2018

Critique écrite le par

Franz Ferdinand est assurément l'un des meilleurs groupes, si ce n'est le meilleur groupe, apparus depuis le début de ce siècle. Bien sûr, la concurrence n'a rien à voir avec celle qui sévissait dans les années 60, 70, 80 et 90, mais les Ecossais ont une capacité à pondre des chansons fédératrices avec une facilité et une constance déconcertantes ! Avec désormais près de 15 ans de carrière et 6 albums au compteur, ils ont désormais un répertoire super costaud qui leur permet de faire danser les salles de concert du monde entier, et qui est très loin de se limiter à leur hit "Take me Out". S'il y a du rock dans la musique de Franz Ferdinand, ce n'est pas le rock ravageur d'Iggy Pop ou de Nirvana. Ce n'est pas non plus le rock envoûtant et solennel de Nick Cave. La Musique de Franz Ferdinand se veut plus légère, plus joyeuse et va se nourrir d'une basse discoïde et d'un songwriting à la Kinks, qui la transforme en une pop bondissante, hyper festive et redoutablement efficace.

C'est pour promouvoir leur nouvel album, "Always ascending" que le groupe entamait sa tournée française dans un Zénith plus que bondé. Il y avait beaucoup de curiosité pour les aficionados historique du groupe, car il s'agissait du premier album et de la première tournée depuis le départ du Guitariste fondateur du groupe, Nick McCarthy. Avec ce départ, Franz Ferdinand s'est mué en un quintet en ne se contentant pas de remplacer uniquement la guitare mais en incorporant également un clavier dans le groupe afin de s'ouvrir à de nouvelles sonorités. Si beaucoup de groupes se sont brûlés les ailes en opérant de tels changements, on peut parler d'une franche réussite lorsque l'on évoque ce nouvel album, produit par Philippe Zdar, pionnier de la French Touch et moitié du duo electro français Cassius. La réussite de cette nouvelle formule n'allait d'ailleurs pas tarder à se transfigurer sur la scène du Zénith en ce 27 février 2018.



C'est par le titre éponyme de ce nouvel album que le concert a débuté pour s'envoler très vite vers des sommets que peu de groupes fréquentent. On est tout de suite pris par le beat et la montée en puissance de ce titre encore meilleur sur scène que sur disque. Alex Kapranos, qui est clairement le leader et la figure tutélaire du groupe, ne perd pas de temps et enchaine par des titres historiques comme "The dark of the matinee", "No you Girls", "Do you want to" qui transforme la fosse du zénith en un véritable dance floor. Le nouveau single "Lazy" s'intercale avec bonheur et sans l'ombre d'une baisse de rythme dans une set list peuplée de tube historiques comme "Walk Away" ou "Finally".

Si Kapranos qui a maintenant 45 ans n'est plus aussi bondissant qu'au début des années 2000, il fait preuve d'une belle stature sur scène et rappelle à tout le monde qu'il n'y a pas de bons groupes sans un bon chanteur. Assurément sa voix de basse, qui peut avoir des accent de Bowie ou de Brett Anderson(Suede), donne aussi une vraie identité au groupe. Au fur et à mesure que les titres s'enchainent et que l'ambiance ne faiblit pas, on s'aperçoit que Franz Ferdinand a une bonne recette dans la structure de ses chansons et qu'ils l'exploitent sur tout son répertoire. Les débuts de chansons solennels qui s'envolent avec un changement de rythme pour déboucher sur un refrain ultra fédérateur, tout en étant rythmé par ce beat disco qui est clairement l'arme secrète du groupe, ça fonctionne à tous les coups !



C'est au moment ou on fait ce constat, que le groupe attaque le riff de "Take me out" que tout le public attendait et qui ne sera pas en dessous de ses attentes. Le moment du rappel est déjà arrivé alors qu'on a l'impression que le concert avait à peine commencé. Le niveau du concert montera alors d'un cran avec le nouveau titre "love illumination" dont la version s'éloignera de la version album pour emmener le morceau et le public bien plus loin. Le même traitement est aussi donné à "The Fire" qui clôturera la soirée de très belle façon.

Au vu des versions de ces derniers titres, on se dit qu'on aurait aimé que tous les morceaux aient été joués dans des versions étendues et que c'est peut-être l'un des seuls micro bémols de cette soirée. J'en ajouterai un autre, plus personnel, qui réside dans l'absence du single "Johnny Delusional" issu de l'album fait duo fait avec les Sparks il y a quelques années...




Franz Ferdinand : les dernières chroniques concerts

Franz Ferdinand + Frànçois & The Atlas Mountains en concert

Franz Ferdinand + Frànçois & The Atlas Mountains par Nwmb
Zénith de Montpellier, le 20/03/2018
Apéro français Groupe franco-britannique faisant partie du label Domino Records (tout comme Franz Ferdinand), nous avons eu le droit à la poésie envoûtante et... La suite

FFS (Franz Ferdinand + Sparks) (Festival Rock en Seine 2015) en concert

FFS (Franz Ferdinand + Sparks) (Festival Rock en Seine 2015) par lol
Domaine national de Saint-Cloud, le 28/08/2015
Il est d'usage de penser que les fruits d'une collaboration entre deux groupes, ne surpassent jamais ce que chacun d'eux aurait pu faire seul. Pour autant, la réunion... La suite

(mon) Rock en Seine 2015, 1/2 : Ghost, Jeanne Added, Benjamin Clementine, Jacco Gardner, FFS / Franz Ferdinand & Sparks, (Offspring) en concert

(mon) Rock en Seine 2015, 1/2 : Ghost, Jeanne Added, Benjamin Clementine, Jacco Gardner, FFS / Franz Ferdinand & Sparks, (Offspring) par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2015
Petit plaisir annuel de fin d'été : venir passer un dernier beau week-end à Paris ... et à Rock en Seine, pour la neuvième fois déjà, en ce qui me concerne - comme le temps passe... La suite

(mes) Eurockéennes 2014, 1/2 :  Pegase, Jungle, Jagwar Ma, Circa Waves, Franz Ferdinand, Parov Stelar Band, Shaka Ponk, M.I.A. en concert

(mes) Eurockéennes 2014, 1/2 : Pegase, Jungle, Jagwar Ma, Circa Waves, Franz Ferdinand, Parov Stelar Band, Shaka Ponk, M.I.A. par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 05/07/2014
"Etre rock en 2014", comme ont dit dans Rock & Folk, c'est peut-être écouter le concert de Metronomy en direct des Eurocks sur Inter, un vendredi soir dans sa cuisine, en... La suite

Zénith de Paris : les dernières chroniques concerts

Kasabian en concert

Kasabian par Samuel C
Zénith - Paris, le 11/11/2017
Parfois, on néglige un groupe ou un artiste, pleinement reconnu par ses pairs, sans raison réelle : Arctic Monkeys par exemple (vus très tardivement à l'occasion de l'édition... La suite

Prophets of Rage  en concert

Prophets of Rage par lol
Zénith de Paris, le 10/11/2017
C'est une armée de jeunes quarantenaires survoltés qui envahissait la fosse du Zenith en ce 10 novembre 2017... Je n'avais pas été aussi serré depuis les grandes heures des... La suite

Royal Blood en concert

Royal Blood par Samuel C
Zénith - Paris, le 09/11/2017
Au cours d'une semaine folle en décibels à Paris, il est difficile de suivre la cadence, en particulier au niveau porte-monnaie. On doit alors à regrets faire l'impasse sur des... La suite

Nick Cave and the Bad Seeds  en concert

Nick Cave and the Bad Seeds par Lebonair
Zénith de Paris, le 04/10/2017
Dans le cadre d'une grande tournée européenne de 8 semaines pour défendre leur 16ème album studio Sketelon Tree sorti il y a un an, Nick Cave and the Bad Seeds sont passés en... La suite