Accueil Chronique de concert Indochine - 13 Tour
Mardi 22 mai 2018 : 9530 concerts, 24988 chroniques de concert, 5216 critiques d'album.

Chronique de Concert

Indochine - 13 Tour

Indochine - 13 Tour en concert

Zenith d'Orléans 3 mai 2018

Critique écrite le par

Indochine est le groupe de rock le plus populaire en France depuis le début des années 80. Actif depuis 1982, capable de remplir plusieurs Stades de France, le combo de Nicola Sirkis compte une base de fans allant de l'ado au quinquagénaire, du danseur de rock nantais des beaux quartiers à l'apprenti gothique en mal de Cure. En 13 albums studios, Indo a connu des sommets vertigineux, des tournées internationales, mais aussi des périodes de vaches maigres au début des années 90, un comeback flamboyant au début des années 2000 avec l'album "Paradize". Le groupe français réussit à surmonter le départ du compositeur historique du groupe (Dominique Nicolas), la mort de Stéphane Sirkis (le jumeau de Nicola) en se réinventant sans jamais trahir son identité avec de nouveaux membres. La discographie d'Indochine est une accumulation hallucinante de tubes en puissance ("L'aventurier", "Canary Bay", "Trois nuits par semaine", "Miss Paramount", "J'ai demandé à la lune", "Elektrastar", "Les divisions de la joie", "Juste toi et moi", "Alice and June", "Little dolls", "La vie est belle"...)

Dans les années 90, alors que Nicola & Co étaient brocardés par la parodie des Inconnus ("Isabelle a les yeux bleus") certains leur prédisaient une trajectoire de has been, qui les auraient probablement menés à participer aux tournées des Stars 80 aux cotés de "Partenaire particulier" et "Début de soirée". C'était sans compter sur la détermination de Sirkis, qui a probablement été à un moment le seul à croire qu'Indochine était plus qu'un groupe de New Wave millésimé 80's. En ne lâchant jamais rien, en se réinventant musicalement avec l'apport du guitariste Oli de Sat, en continuant de pondre des tubes en puissance, Indochine n'a cessé de multiplier les concerts et les tournées et ainsi à fidéliser et à séduire de nouveaux fans. Il faut dire qu'Indo ne s'est jamais moqué de son public et s'est toujours efforcé d'offrir des pochettes, des clips et des productions musicales de qualité et des shows généreux, hyper travaillés, se renouvelant sans cesse avec des visuels et des éclairages dont feraient bien de s'inspirer 99,9 % des groupes de rock.



En 2018, Indochine est de nouveau sur la route pour défendre son nouvel album "13". Les "Ex-futurs Has been" sont désormais un poids lourd reconnu de l'industrie musicale et les dates de la tournée (5 Bercy, une trentaine de Zéniths et quelques festivals) sont sold out partout depuis des mois. C'est au Zénith d'Orléans, pour éviter l'immensité et la cacophonie de Bercy, que j'avais choisi d'aller revoir Indochine sur scène après un break de près d'une dizaine d'années.

C'est un show millimétré que nous ont offert Nicola S. et ses sbires. Cela commence fort avec une introduction de concert assez exceptionnelle qui voit le Zénith d'Orléans se transformer en capsule spatiale, grâce à de gigantesques écrans surplombants les ¾ de la salle. Après un décollage, dont les vrombissements faisaient trembler les gradins, c'est à un voyage interstellaire traversant des champs d'astéroïdes que nous invitèrent les maîtres de cérémonie en attaquant ce show par "Black star", suivi de "2033", "Station 13", "Henry danger". Toutes issues du nouvel album, ces chansons sont reprises en chœur par le public comme si elles étaient déjà des classiques de la discographie du groupe ! Il faudra 5 titres avant que le combo s'attaque à des morceaux des anciens albums. Ce sera chose faite avec "Adora" et "Alice and June" avant que Nicola n'arpente les travées du zénith pour un premier voyage au chœur des années 80 avec "Tes yeux noirs".

Si les sonorités du groupe sont assez loin des eighties, on ne peut pas en dire autant de la tenue de Sirkis. Avec une veste croisée bouffante bleue, une salopette moulante, des dock side montantes et une chevelure blond platine, il pourrait s'être échappé d'un clip de Dead or Alive ou Duran Duran. Mais sa voix, qui a souvent été injustement moquée, est bien là, et reconnaissable entre mille comme les lyrics de ses chansons...S'il se donne du mal en déployant beaucoup d'énergie pour remplir la scène et l'immense avancée qui se prolonge au travers de la fosse, force est de constater que le poids des années se fait quelque peu sentir puisqu'il a désormais près de 60 ans malgré son look d'éternel ado. Le spectacle n'en souffre pas car les films et les effets lumineux lui donne beaucoup d'envergure, notamment sur les titres "kimono dans l'ambulance" et "Un été français".

Jusqu' à la 14ème chansons ce show 2018 aura été presqu'uniquement consacré aux chansons du nouvel album. Si certaines sont plus qu'efficaces et fédératrices ("La vie est belle"), d'autres sont parfois un peu trop similaires et l'envie d'entendre les classiques historiques du groupe commence à se faire désirer. C'est avec "A l'assaut !" un des premiers titres du groupe, qu'Indochine enclenchera la machine à remonter le temps. Etonnamment, malgré une bonne version, cette chanson qui fut l'un des grands hymnes lors des premières tournées du groupe ne rencontre qu'un accueil mesuré, alors que je pensais qu'elle allait tout emporter sur son passage. Absente du cultissime best of "Birthday album" consacré aux 10 premières années du groupe, elle n'est probablement pas connue par le jeune public principalement nourri aux hits des albums des années 2000.

Cela n'empêchera pas l'ambiance de monter d'un cran lorsqu'un medley regroupant "Canary Bay", le formidable "Les tzars" et "Paradyze" fut embrayé par le groupe. Je ne suis pas fan des Medleys car, même si c'est sympathique, cela tronque des chansons plus que sympathiques et l'élan est toujours coupé par une espèce de mélodie de transition qui apporte plus de frustration qu'autre chose. Bref, on aurait aimé avoir ces trois chansons (surtout "Les Tzars") dans des versions complètes, voire étendues.

Après un intermède acoustique, au cours duquel on aurait aimé voir "Elektrastar" s'électrifier après une version assez réussie, l'artillerie lourde est désormais activée avec" J'ai demandé à la lune", "3 trois nuits par semaines" et l'inévitable "Bob Morane contre tous chacal, l'aventurier contre tout guerrier" en final, pour le plus grand bonheur des fans toutes générations confondues.

C'est donc un show de 2h30 , plastiquement et techniquement extrêmement réussi, qu'Indochine a offert à ses fans. Pour autant, la set list aurait gagné à être plus équilibrée entre les nouvelles et les anciennes chansons, trop peu présentes à mon gout. J'aurais adoré entendre "Monte Cristo", "Punishment Park", "La guerre est finie", "La chevauchée des champs de blés", "3ème sexe", "Kao Bang", "Juste toi et moi", "Danceteria", "Les divisions de la joie", "Atomic sky", "Little dolls", "Le grand secret" et "Miss paramount" ... Ce sera peut-être pour une prochaine tournée Best Of...






Indochine : les dernières chroniques concerts

Indochine  en concert

Indochine par Xavier Averlant
Le Trianon, Paris, le 09/12/2015
Pour la fin de l'année 2015, Indochine a décidé d'offrir à ses fans un concert gratuit "sur invitations" mais retransmis sur la nouvelle plateforme de streaming TIDAL. Ce... La suite

Indochine en concert

Indochine par Lebonair
Stade de France, Saint-Denis (Paris), le 27/06/2014
Indochine a rempli deux Stades de France les 27 et 28 juin 2014... En préambule de ces deux soirs, j'avais reçu une rapide présentation par mail de cet évènement : "Dans moins... La suite

Indochine + Klink Clock (Black City Tour 2) en concert

Indochine + Klink Clock (Black City Tour 2) par Pirlouiiiit
Dome, Marseille, le 30/11/2013
Me voici dans la délicate situation de devoir faire la chronique en n'ayant vu que 3 morceaux. En effet je comptais rester aussi longtemps que possible pour remplacer le... La suite

Indochine + The Buns en concert

Indochine + The Buns par coco
Parks&Suite Arena - Montpellier, le 09/11/2013
Je pourrais commencer par parler du temps qu'il a fallu pour que quelqu'un ouvre le guichet des pass presse, ou de la sécurité. Oui j'ai eu une remarque sur un petit paquet de... La suite

Zenith d'Orléans : les dernières chroniques concerts

BENABAR par Christelle
Zénith ORLEANS, le 02/03/2009
Voilà 7 ans que je suis ce petit bonhomme, Amoureuse de l'humour, des maux mis en mots ! Alors le voir là sur scène, tout en haut ! Terrible, touchant et agité comme un bubble gum ! Merci, Merci et Merci à lui ! La suite

RFM Party 80 par TUJA SEBASTIEN
ZENITH D'ORLEANS, le 11/12/2008
Le concert RFM PARTY 80 qui s'est déroulé à ORLEANS LE 11 DECEMBRE était très bien. Tous les artistes étaient magnifiques. J'aimerais y retourner l'année prochaine avec tous les résidents de mon foyer de vie car nous passé une excellente soirée. Je souhaite acheter votre album pour faire profiter les résidents qui n'ont pas pu assister au... La suite

RFM party 80 par Jahier charlène
zénith à orléans, le 11/12/2008
Concert plus que bien, Moi qui suis vraiment une fan de tous les groupes des années 80, je peux vous dire que j'étais comblée, heureuse. Et cela impressionne, car les stars que l'on a vu, on a tellement l'habitude des les voir à la TV que cela parraissait un peu irréalisable, incroyable. Continuez à mettre le feu comme vous le faîtes, croyez... La suite

Status quo par jacky
Zénith ORLEANS, le 24/11/2008
J'ai eu la chance d'aller les voir hier soir à Orléans, c'était magique, STATUS QUO a beaucoup donné à son public, quel bonheur de les voir et de réentendre tous ces airs qui ont accompagnée pratiquement toute notre vie, encore chapeau messieurs de Status Quo et merci ! La suite