Accueil Chronique de concert Les Nuits d'Istres : Inna Modja + Gilberto Gil
Lundi 24 septembre 2018 : 14474 concerts, 25158 chroniques de concert, 5223 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Nuits d'Istres : Inna Modja + Gilberto Gil

Les Nuits d'Istres : Inna Modja + Gilberto Gil en concert

Pavillon de Grignan - Istres 14 Juillet 2012

Critique écrite le par

Une belle soirée se dessine sur Istres. Un peu plus fraîche que celles auxquelles nous a habitué ce lourd mois de Juillet ... Et ça fait du bien. C'est pourquoi il est bien dommage que le principe Concert+Dîner (assuré par La Table de Sébastien pour une somme toute à fait correcte) proposé les années précédentes par le Festival Des Nuits d'Istres, soit cette fois réservé exclusivement aux invités (choisis ? ... Ben choisis quoi !!). Un élitisme qui m'ôtera le plaisir de profiter pleinement de la soirée. Mais tant pis, c'est comme ça !!



La mise en place de la première partie se fait avec encore un peu de jour. La scène est Rock. Les lumières rouges. Quatre musiciens et une choriste très remuante ... On attend l'arrivée de la belle sur la musique qui a déjà commencé. Et lorsqu'elle fait son entrée, on est pas déçu : Coupe affro, robe à fleur et ses 2 mètres de jambes perchés sur des talons compensés !

Immédiatement, le rythme est enlevé et son sourire aux lèvres rouges est très communicatif. Elle chante principalement en anglais. Contrairement à l'année dernière, une fosse a été aménagée pour ceux qui préfèrent être debout (et ça c'est une excellente idée). On commence à y danser ... Et ce n'est qu'un début. Je vous rappelle que nous avons Gilberto Gil après !!



Le public arrive encore en nombre quand même. Super pour un concert qui a déjà commencé depuis 1/4 d'heure !! Mais qu'importe, la sculpturale Inna Modja a une très belle présence sur scène (et dire que dans son jeune âge, elle a hésité entre le Hard Rock et la chanson d'amour !!). Sa reprise de Life est pétillante. Bref, nous passons un très bon moment en sa compagnie.

Lors de la pause, elle en profite pour nous parler un peu d'elle : "Je viens d'une famille de 7 enfants. je suis la 6ème et la seule que mes parents trouvaient bizarre. Je ne savais pas danser !! Et toujours après des années de danse ... Mais ce soir, je veux me prendre pour La Fille Du Lido !!" Refrain en français pour des couplets en anglais. Plutôt sympa, mais très pop commerciale, même si elle est de bonne facture. Pas ce que préfère d'elle.



"J'aime écrire des chansons pour les gens que j'aime ...". Ainsi introduit-elle Emily, composée pour une amie ayant perdu son mari et deux de ses enfants dans un tremblement de terre en Nouvelle-Calédonie. Il ne lui reste qu'une petite fille et Inna voulais lui rendre hommage, trouvant ce qu'elles vivent très émouvant. Sa choriste se met à la flûte. La chanson est un peu parlée. C'est sans doute la plus belle et la plus personnelle qu'elle nous ai interprété depuis le début de ce concert et celle dans laquelle elle aura mis le plus de cœur.

"Il y a des jours où je me lève du pied gauche ... Et je me réveille avec une tête de chèvre morte ! Alors, on garde le sourire et demain ça ira mieux !" Une jolie clappe salut le début de ce morceau dont les couplets sont en français et le refrain en anglais (décidément, la demoiselle aime les mélanges). I Am Smiling est entraînante avec sa musique très légère et ses jolis jeux de contrastes. Tout particulièrement un redémarrage guitare/voix après une pause bien pensée. Et tout un public qui reprend en cœur "Oh Oh - Oh Oh".



Restant sur cette belle énergie et ce partage, on repart pour une autre petite histoire. "Et si on parlait d'amour. Une jeune fille qui arrive à Paris et qui tombe amoureuse d'un français ... Alors, romantique ? Non ? Ah au début seulement (rires) !! Laissez-moi mes illusions ! Y-a-t-il des Messieurs Sainte Nitouche ce soir ?" Dès les premières notes, tout le monde reconnait French Cancan et j'entend de-ci de-là : "Ah, c'est elle qui chante ça ?!! J'adoooore !!" Le public frappe dans ses mains mais reste tout de même hyper calme pour des censés amateurs de Bossa Nova. Mais bon, ça décolle un peu ... "Aller chantez ! On est entre nous". Les bravos et les sifflets amènent une exquise petite reprise à capella pour terminer, puisqu'on est déjà arrivé à la fin du show.

Avant la dernière, elle nous avoue être tellement fière de partager cette soirée avec Monsieur Gilberto Gil. Elle la chantait quand elle était petite "Je ne comprenais pas les paroles et je me demande encore comment mes parents me laissaient chanter ça ?!!" Pas faux ! Mais je ne m'en plains pas personnellement, puisque cela me donne l'occasion d'entendre un I Want Your Sex beaucoup plus intéressant que l'original, avec un bel arrangement musical très groovy et un petit passage en ska très rigolo (et en français). Et ce n'est pas le public en fosse qui se fait plaisir en dansant qui va me contredire !



Les remerciement se feront sur la musique, avec un petit bouquet de fleurs qu'elle vient chercher dans la fosse, en dansant au milieu du public, sourire aux lèvres. Après un dernier petit coucou à tout le monde, elle remonte par le côté toujours en dansant (plutôt pas mal pour cette demoiselle prétendant ne pas savoir mettre un pied devant l'autre !) et s'en va sur la musique qui continue ... Repartant comme elle était venue.

Inna Bocoum : Chant
Franck Ema : Basse
Philippe Foiera : Guitare
Stéphane Le Nevellan : Claviers
Benjamin Farrugia : Batterie
Charlotte Berry : Choriste

Setlist
1 - Kinks In My Hair
2 - Life (Des'ree)
3 - La Fille Du Lido
4 - Emily
5 - I Am Smiling
6 - French Cancan
7 - I Want Your Sex (Georges Michael)

***************************************************************************

Après le départ de Inna Modja qui assurait la première partie de soirée, grands mouvements de techniciens sur la scène des Nuits d'Istres, pour lui donner une nouvelle forme assez originale en "escalier", si je puis dire. Des panneaux de plexi entourent la batterie et beaucoup d'instruments prennent place, devant un public assez impatient.



Mais l'attente est de courte durée et les musiciens s'installent sur fond de blues. Puis Gilberto Gil fait son entrée sous les bravos du public, avec une bien belle allure pour ce jeune homme qui porte à merveille ses 70 printemps ... Et un fringant pantalon blanc !!

Aux premières notes, sa voix juste parfaite s'élève vers les étoiles istréennes, accompagnée du son de cloche mat du percussionniste et des cordes : C'est superbe et on se rend compte à quel point son talent n'a pas bougé d'un pouce. On est à la fois bercé et porté par ces rythmes venus tout droit du Brésil. Décollage immédiat pour un ailleurs couleur de Bossa, avec nos corps qui se mettent à onduler quoi qu'on fasse ... Et comment résister ?!!



A chaque morceau, il laisse la part belle aux musiciens qui l'accompagnent. Il semble y prendre un immense plaisir. Et ce n'est pas le seul. Les visages ravis dans le public en disent long sur l'esprit de partage qui règne sur le Pavillon Grignan. Mon voisin me parle même du merveilleux souvenir qu'il a de son passage à Martigues l'été dernier, avec un concert mémorable donné sur l'eau. Et Gilberto Gil y fait allusion quand il nous souhaite le bon soir et nous fait partager le plaisir qu'il a d'être à nouveau dans notre belle région et surtout en cette date du 14 Juillet !



Depuis les gradins, je distingue trois gamins quasi perchés sur la scène qui paraissent aux anges. Mais je suis un peu étonnée par le public de la fosse qui est bien moins dansant que ce à quoi je m'attendais ... J'espère que cela va changer, parce que c'est inimaginable d'écouter cette musique sans être possédé par l'esprit de la danse selon moi ! Sur scène, l'ambiance est à la fois studieuse et festive. Tout se déroule avec une incroyable évidence, mêlée à une complicité de folie.

Le percussionniste sort un Berimbau, drôle d'instrument à corde brésilien qui produit un son magnifique. C'est tout un voyage de l'écouter, de le regarder changer d'instrument et mon compagnon brésilien de droite connait juste toutes les chansons par cœur ... Ça rajoute encore au plaisir que je ressens ce soir. Et quand la Bossa se fait douce, c'est du miel à mes oreilles. Puis la guitare repart dans un tourbillon et un déchainement de cordes fabuleux et c'est un fort beau sourire qui répond à nos cris de joie.



A chaque morceau, on change d'univers et c'est fantastique de parvenir à cette richesse musicale. Quand la douceur de la guitare reprend ses droits et que Gilberto Gil chante en jouant seul, nous avons droit à un véritable morceau d'amoureux, qui donne aux filles l'irrésistible envie de se blottir dans les bras de l'homme qu'elles aiment pour danser tout doucement. Une musique de rêve jouée par des musiciens de rêve, avec pour seule envie celle de fermer les yeux pour se laisser porter.

Le fabuleux voyage musical prend par moment un petit côté jazzy et sautillant. On se met à chanter, même si l'on ne parle pas un mot de portugais (sauf pour ce qui est de mon fameux voisin bien sûr !!) et l'ambiance devient vraiment géniale. Gilberto Gil taquine un peu son fils (qui l'accompagne à la guitare). Il sifflote et le voyage continue ... Nous planons à un mètre du sol et nous ne sommes plus du tout à Istres !!



Reprise d'une chanson d'Antonio Carlos Jobim (je suis novice, mais il me semble que c'est de la Bossa) : Outra Vez. Musique qui appelle à la rêverie encore une fois. Puis Lamento Sertanejo, où il s'accompagne de sa guitare, seul avec le violoncelle. Un chant qui flirte avec les onomatopées. Un magnifique duo musical d'une douceur et d'une beauté magiques. Une poésie infinie habite cette interprétation, qui se termine par un cri lancé vers le ciel étoilé.

Quand tout le monde est de retour, la musique change de nouveau. Très orchestrée et élaborée, avec un Gilberto Gil qui donne de la voix. Beaucoup de violon et une richesse musicale vraiment incroyable. Le percussionniste, véritable illustration de l'homme orchestre, tient sa baguette d'une main et frappe de l'autre un grand tambourin plat disposé entre ses jambes. Puis nous prenons un nouveau virage à 180°, avec "Une chanson à Jimmy Hendrix". Très amusant de l'entendre chanter Up From The Skyes en anglais, avec un arrangement toujours aussi parfait.



Gilberto Gil nous a déjà interprété plus d'une douzaine de morceaux et pourtant il ne semble pas avoir bougé d'un pouce, toujours paisiblement assis sous sa douche de lumière (et en tong, s'il vous plait !!). On attaque sur Tres Palabras et on est hélas obligé de subir le bruyant départ de certaines personnes, qui ne s'inquiètent aucunement de la gêne occasionnée (j'espère au moins que ce n'est pas juste pour aller se désaltérer à la buvette !). Mais cela n'empêche pas la fête de continuer et Panis Et Circences nous offre un début tout en douceur, comme pour tromper l'ennemi, qui éclate ensuite en feu d'artifice (et c'est bien le jour idéal pour ça !) avec un public qui frappe dans ses mains avec bonheur pour accompagner cette magnifique chanson aux contrastes superbes.

"Quelqu'un m'a dit que des musiciens n'aiment pas la Marseillaise à cause des paroles qui parlent de violence ... Mais il faut l'aimer !" Une drôle d'introduction à Oriente, avec beaucoup de percussions et des cordes bondissantes. Un rythme très haché et changeant. Une musique excessivement moderne et agréablement inattendue. Gilberto Gil passe au Cabaça, en jouant debout sur le côté de la scène. Le son est parfait, jusque dans la perception des nuances et il termine par un cri digne d'un indien Cherokee, lancé vers les étoiles.



Alors là, si on ne danse pas maintenant, on ne dansera jamais !! (Et comme il fait un froid de canard avec le vent qui s'est levé ... C'est vraiment le moment). On est gagné par de petites fourmis qui nous titillent les gambettes. Le violoniste se fait méga plaisir, au point de pousser de petits cris de joie ! Et nous, on chante (je ne sais pas quoi, mais je chante aussi !), accompagné par quelques accords de guitare et un rythme qui semble un peu plus africain ... Mais toujours en portugais. C'est dansant comme pas possible et la fosse s'y met (il est temps, puisque c'est la fin de ce set), même si je suis déçue dans l'ensemble par l'ambiance que j'aurais imaginé beaucoup plus festive avec un tel artiste ... Qui terminera en nous envoyant un "Merci ! Vive la France le 14 Juillet !!"

La nuit est bien entamée ?!! Qu'à cela ne tienne, nous aurons quand même des rappels (On va se gêner !) Et on les commence même par un long morceau musical, avec tambourin ... Une petite merveille ! Puis ils se regardent tous pour ce qui ressemble à une impro. Une bien belle bossa, rapide et entrainante. Au point que j'en sautille sur ma chaise et que ça tape des pieds derrière moi. Alors, même si nous sommes moins nombreux en cette fin de soirée, on en est pas moins motivés ;) !! Gilberto Gil crie le nom de ses musiciens, pour les encourager à se lâcher avec lui et c'est vraiment trop bon. Et au moment de nous quitter, il nous envoie des baisers et une promesse ... "A tout à l'heure ..."



Gilberto Gil : Chant & Guitare
Bem Gil : Guitare
Jacques Morelenbaum : Violoncelle
Nicolas Krassik : Violon
Gustavo di Dalva : Percussions

Setlist
1 - Maquina De Ritmo
2 - Eu Vim Da Bahia
3 - Domingo No Parque
4 - Estrela
5 - Quatro Coisa
6 - Quanta
7 - Futurivel
8 - Eu Descobri
9 - Saudade Da Bahia
10 - Outra Vez
11 - Nao Tenho Medo Da Morte
12 - Lamento Sertanejo
13 - Juazeiro
14 - Up From The Skyes
15 - Tres Palabras
16 - Panis Et Circences
17 - La Renaissance Africaine
18 - Oriente
19 - Expresso 2222
20 - Andar Com Fe
-----------------------------------
21 - Um Abraco Pro Joao
22 - Viramundo
23 - Bahia De Oxala

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte


Les Nuits d'Istres : les dernières chroniques concerts

Hyphen Hyphen & Imany (Nuits d'Istres 2018) en concert

Hyphen Hyphen & Imany (Nuits d'Istres 2018) par Fredb Art
Pavillon de Grignan, Istres, le 05/07/2018
Aujourd'hui, Jeudi 5 Juillet, je vais voir Hyphen Hyphen & Imany, oui oui une très belle affiche dans le cadre du festival Les Nuits d'Istres. Le lieu est vraiment agréable, c'est... La suite

Les Nuits d'Istres : Mika en concert

Les Nuits d'Istres : Mika par Ysabel
Pavillon de Grignan - Istres, le 09/07/2013
Lorsque nous arrivons dans les gradins du Pavillon Grignan pour le concert de Mika, ce qui me surprend tout de suite c'est la drôle de scène qui nous attend. Comment dire ...? On... La suite

IAM (Les Nuits d'Istres) en concert

IAM (Les Nuits d'Istres) par nonam
Pavillon de Grignan - Istres, le 04/07/2013
21h15 : Nous voilà au pavillon de Grignan à Istres. Le concert est en plein air dans un cadre magnifique. Photo : Pixxxo 21h30 : Première partie assurée par le groupe Just... La suite

Les Nuits d'Istres : Ahmad Jamal + George Benson en concert

Les Nuits d'Istres : Ahmad Jamal + George Benson par Mardal
Pavillon de Grignan - Festival Les Nuits d' Istres, le 09/07/2012
Ahmad Jamal prend son temps. Jeune pianiste fringant de 82 ans, déjà vu l'an dernier au FJ5C. Si James Cammack a cédé sa place à la contrebasse, le reste de la formation est le... La suite

Gilberto Gil : les dernières chroniques concerts

Marseille Jazz des 5 Continents : Caetano Veloso/Gilberto Gil + Yilian Cazinares en concert

Marseille Jazz des 5 Continents : Caetano Veloso/Gilberto Gil + Yilian Cazinares par Phil2guy
Palais Longchamp, Marseille, le 24/07/2015
Ce n'est pas tous les jours que deux monuments de la musique populaire brésilienne (ou deux " monstres sacrés " comme le dirait Michel Drucker) viennent jouer à deux pas de chez... La suite

Festival des cinq continents : Chic feat Nile Rodgers, Gilberto Gil en concert

Festival des cinq continents : Chic feat Nile Rodgers, Gilberto Gil par Sami
Palais Longchamp, Marseille, le 20/07/2013
Ça fait pas mal d'années que je ne m'étais pas rendu au toujours très alléchant festival Jazz des Cinq Continents mais cette année ce sera double dose. Avant la classieuse Diana... La suite

Inna Modja : les dernières chroniques concerts

Orange Rockcorps : Lauryn Hill + Nas + Youssoupha + Inna Modja en concert

Orange Rockcorps : Lauryn Hill + Nas + Youssoupha + Inna Modja par Audrey H
Le Dome -Marseille, le 04/10/2012
Un concert gratuit en échange de quelques heures de bénévolats, ça vous tente ? Voici le principe d'Orange Rockcorps, "Tu donnes, tu recois", un principe qui met tout le monde à... La suite

Festival Aluna 2012 : Manu Chao, Arthur H, Hubert-Félix Thiéfaine, Lou Reed, Dionysos, Thomas Dutronc, Ayo, Shaka Ponk, The Elderberries, Izia, Caravan Palace, Julian Perretta, La Cafetera Roja, Inna Modja, Axel  en concert

Festival Aluna 2012 : Manu Chao, Arthur H, Hubert-Félix Thiéfaine, Lou Reed, Dionysos, Thomas Dutronc, Ayo, Shaka Ponk, The Elderberries, Izia, Caravan Palace, Julian Perretta, La Cafetera Roja, Inna Modja, Axel par Galoubet
Ruoms, le 22/06/2012
Festival Aluna : 22 Juin C'est la cinquième édition de ce festival qui se niche dans un grand camping ardéchois. La capacité a été portée à 20 000 festivaliers maximum par soir... La suite

Pavillon de Grignan - Istres : les dernières chroniques concerts

Roger Hodgson en concert

Roger Hodgson par Jacques 2 Chabannes
Pavillon de Grignan à Istres, le 07/07/2017
Au commencement, était l'école ! (School) A, comme... Acoustique ! En effet, lorsque le gars Roger s'attaque, 12 cordes en pognes, au sommet qui aura été, reste et restera,... La suite

Robert Plant and The Sensational Space Shifters en concert

Robert Plant and The Sensational Space Shifters par jorma
Pavillon de Grignan Istres, le 04/07/2016
Magique. Ce concert de Robert Plant au Pavillon de Grignan fut, pour moi,tout simplement magique. Un lieu intimiste, une nuit douce, après une journée étouffante, une petite... La suite

Les Nuits d'Istres : Mika en concert

Les Nuits d'Istres : Mika par Ysabel
Pavillon de Grignan - Istres, le 09/07/2013
Lorsque nous arrivons dans les gradins du Pavillon Grignan pour le concert de Mika, ce qui me surprend tout de suite c'est la drôle de scène qui nous attend. Comment dire ...? On... La suite

IAM (Les Nuits d'Istres) en concert

IAM (Les Nuits d'Istres) par nonam
Pavillon de Grignan - Istres, le 04/07/2013
21h15 : Nous voilà au pavillon de Grignan à Istres. Le concert est en plein air dans un cadre magnifique. Photo : Pixxxo 21h30 : Première partie assurée par le groupe Just... La suite