Accueil Chronique de concert Les Insus ?
Samedi 27 mai 2017 : 9434 concerts, 24454 chroniques de concert, 5160 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Insus ?

Les Insus ? en concert

Le Dôme, Marseille 24 mai 2016

Critique écrite le 25 mai 2016 par Philippe


Ah Noël... les cadeaux dématérialisés... Et désormais on se fait offrir des places de concert auxquels on aurait pas forcément pensé à aller du tout ! Comme ce fut le cas pour ces Insus ? ("-portables", comme ils le complètent eux-même), soit les trois (meilleurs) quarts de Téléphone (...ceci affirmé sans aucun machisme hein, pas de faux procès !). S'il y a bien un groupe que je ne pensais pas voir un jour en concert... Et même, soyons vache, qui ne m'a pas du tout manqué ces trente dernières années... c'est bien celui-là. Tournée de la renaissance ou simple relevé des compteurs ? Bah, on a essayé d'arriver sans a priori au Dôme, certain.e.s au moins d'y réentendre des hymnes sympas (et quelques scies, aussi), qui ont largement baigné notre jeunesse. On leur sait gré d'avoir eu l'élégance de changer de nom en changeant de bassiste, ce n'est pas toujours le cas...

Parlons tout de suite du plus problématique dans leur show, qui n'est heureusement qu'assez accessoire. D'abord, presque plus personne ne fait des soli de guitare dans tous les morceaux comme ça, en se regardant en chien de faïence, enfin... c'est d'un ringard... On a bien compris qu'on avait sur scène l'une des guitaristes les plus expérimentés du circuit : nul besoin d'un solo pour s'en convaincre ! La moitié d'entre eux est trop longue, pas spécialement impressionnante (même si Bertignac a un très bon son, ce qu'on savait déjà). Et bien souvent, ils nuisent à l'énergie des morceaux en les faisant caler en plein milieu (c'est tout à fait visible au niveau du public, dont on voit bien que les bras et les smartphones retombent, et qu'il décroche...). C'est super généreux de jouer 2 h 30 (merci !), mais une durée de 2 heures aurait été vraiment parfaite, en enlevant tous ces petits bouts de gras superfétatoires...

Pour le reste, les trois gaillards (plus un bassiste qui fait bien son job) sont super sympathiques, enjoués, blagueurs (deux ou trois sketchs et interludes vraiment marrants), manifestement contents d'être là (et pas que pour les compteurs à relever donc). Richard Kolinka est toujours un terrible poseur (ah ces moulinets de baguettes incessants et épuisants, cet atroce t-shirt jaune fluo qui pique les yeux...) , Louis Bertignac fait toujours ce truc embarrassant avec ses cheveux quand il joue, et Jean-Louis Aubert a toujours une voix de casserole rayée à la fourchette quand il parle : ils n'ont pas beaucoup changé ! Fait surprenant, ils ont choisi de ne pas avoir d'écrans : on se demande bien ce qu'ont pu voir les gens du dernier rang ? Mais au moins cela reste dans l'esprit de l'époque où ils cassaient la baraque mitterrandienne, et où ces accessoires de concert n'existaient pas encore. Tout comme les lumières de téléphone qui ont hélas et très vilainement remplacé les briquets, puisque plus personne ne fume. Et donc, parlons des chansons !

A vrai dire, il y en avait un petit tiers dont je ne me souvenais pas (mais Céline oui), certaines assez sympa quand même (Flipper, Métro c'est Trop, Ce que je veux etc). Il y avait les tellement sur-entendues qu'on aurait aimé les zapper (l'un peu mollassonne Le jour s'est levé, l'épuisante Cendrillon heureusement un peu sauvée par le chant de Bertignac, la toujours surréaliste New York avec toi"les flaques de peinture sur les murs ont parfois, la couleur des sons que tu vois" - alors ça, je m'en suis jamais remis....). Et puis hélas il y a eu au premier rappel l'abominévitable Ca (c'est vraiment toi), qu'on a tant et tant subi dans des mauvaises "série rock" de mariages et de boites de nuit mal animées (toujours accolée aux également urticantes Sunday Bloody Sunday et Roxanne, comme chacun sait). Titre finalement pas trop insu?portable sur scène mais, comme déjà dit, coupé en deux par un pont interminable ! Et oui, je sais bien, si vous êtes arrivé à ce point de la lecture, vous l'avez dans la tronche pour au moins la journée, désolé pour vous.

Mais il y eut aussi un joli pool de chansons assez cool, très sympas à retrouver (Crache ton Venin, Fait Divers, Dure Limite...), et évidemment bien plus prenantes dans une salle comble et joyeuse, que sur RTL2 en voiture coincé sur l'A 55... En plus, "tu sais ici, on aime que la bière", ça vous parle vraiment, avec un godet d'infecte Amstel Free dans les mains... Et enfin, il y a une poignée de chansons où il a bien fallu se rendre à l'évidence (et se rendre, tout court), de vrais plaisirs régressifs et assumés, où l'on doit avouer avoir vraiment vibré et braillé de bon coeur : Hygiaphone, Argent Trop Cher, La Bombe Humaine, Au Coeur de la ville (presque un peu ému, je l'avais oubliée celle-là, alors que c'était ma préférée à 10 ans !), et sans doute le plus grand plaisir de la soirée, Un Autre Monde (joliment illustrée par une terre gonflable lancée dans le public). Ah ! Antenne 2, le mini-journal de Patrice Drevet, toute une époque...

Au final, après 2 h 30 donc, même si on les a un peu senti passer sur la fin, on ne peut pas nier qu'on a (re)découvert là un groupe motivé et assez attachant, en pleine possession de ses moyens, qui a ravi les curieux tout comme ses fans les moins jeunes (mais aussi les plus jeunes : la génération n+1, sans doute !), et un public très hétéroclite (où les t-shirt Téléphone cotoyaient ceux d'Indochine, mais aussi, si si, du Hellfest ou d'Exploited...). Une belle réunion à éventuellement ne pas manquer donc, même si pour durer au delà d'une tournée, il va bien falloir qu'ils retrouvent leur mojo de 1986 pour composer de nouvelles chansons... exercice forcément casse-gueule après trente ans de silence. Souhaitons-leur bonne route en attendant !

Photos ? Pas d'accréditation, pas de photos ! Allez donc sur FB voir les horreurs au smartphone de vos collègues, ils nous ont gonflé tout le concert !
(Photo promo : http://www.lesinsus-portables.net/ )

> Réponse le 27 mai 2016, par Ingrid

Merci pour ce beau texte Philippe ! "Tu sais ici, on aime que la PIERRE" ;-)  Réagir

> Réponse le 19 juin 2016, par jerome

Que ton manque d'appréciation des soli de guitare se traduise par de la ringardise, cela ne regarde et n'engage que toi... Et puis c'est tellement utile de savoir que tu n'aimes pas le jaune fluo ! Comme la plupart des critiques qui cherchent le bon mot en se regardant le nombril, en voici un qui est bon pour faire des piges chez les tous les bons folkeux & journaleux *. Ah, ces Philippe !... ils ne sont décidément bons qu'à des mauvaises Manoeuvre. P.S. : Ingrid, pour la mauvaise retranscription de Faits divers, je pense que le monsieur essayait sans doute l'humour ; ceci dit, les relents de mauvaise bière ne sont pas loin à la lecture de sa chronique. Ne manque plus qu'un petit jingle : "vous êtes sur la mauvaise bande F.M, coincés sur l'A55, ne zappez pas"... * merci mr...  La suite | Réagir


Les Insus? : les dernières chroniques concerts

Les Insus, Lilly Wood And The Prick, The Avener, Deluxe, Caribbean Dandee, Giedré, Bastille, Pandour (Paleo Festival 2016) en concert

Les Insus, Lilly Wood And The Prick, The Avener, Deluxe, Caribbean Dandee, Giedré, Bastille, Pandour (Paleo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 22/07/2016
Paléo Festival de Nyon 2016, dernier jour... Pandour Pour ce dernier jour moi, je démarre la journée avec le show case de Pandour, qui est un jeune groupe Suisse... La suite

Les Insus? en concert

Les Insus? par lol
Zénith de Paris, le 08/06/2016
Cela fait 30 ans que des dizaines de milliers de fans attendent la reformation de Téléphone... On a du mal, si l'on n'a pas vécu lors des grandes heures du groupe de... La suite

Les Insus? (Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka)   en concert

Les Insus? (Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka) par Xavier Averlant
Le Splendid, Lille, le 15/09/2015
Ambiance à bloc hier soir pour le deuxième concert des Insus? (aka Téléphone sans Corine Marienneau, c'est à dire : Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka), à Lille... La suite

Les Insus?  (Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka)   en concert

Les Insus? (Jean-Louis Aubert, Louis Bertignac et Richard Kolinka) par Xavier Averlant
Point Ephémère, Paris, le 11/09/2015
On l'a attendue cette journée, depuis ce fameux message de Richard Kolinka le 27 août dernier... L'attente a été longue. Les premiers jours, on a douté, faut avouer (non c'est... La suite

Le Dôme, Marseille : les dernières chroniques concerts

Frero Delavega + Bon Air en concert

Frero Delavega + Bon Air par Lumak
Le Dôme - Marseille, le 03/03/2017
J'arrive au Dôme à la fin de la première partie, assurée ce soir par Bon Air, qui est est un duo basque faisant de la musique pop folk. Le publicn et plus précisément les... La suite

Gauvain Sers + Renaud en concert

Gauvain Sers + Renaud par Philippe
Le Dôme, Marseille, le 19/12/2016
Tentative risquée en ce 19 décembre 2016 : retourner voir Renaud... ou ce qu'il en reste. Chacun sait qu'il a traversé des années très difficiles, certaines même au fond du trou -... La suite

Neil Young en concert

Neil Young par Jacques 2 Chabannes
Le Dôme, Marseille, le 16/06/2016
Le Temps Des Cerises... À L'Eau De (LA) Vie ! Question(s) Sous Dôme Tandis que la salle bruisse d'envie et rumeurs concernant à la fois, le show à venir, et la sortie... La suite

Neil Young + Promise Of The Real  en concert

Neil Young + Promise Of The Real par Cabask
Le Dôme - Marseille , le 16/06/2016
Ah, Neil Young ! Que dire, si ce n'est que j'ai véritablement baigné dedans depuis mon plus jeune âge, mon père le vénérant et jouant quantité de ses titres à la guitare ? Les... La suite