Accueil Chronique de concert Jonathan Richman
Samedi 22 février 2020 : 10768 concerts, 25928 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jonathan Richman

Poste à Galène - Marseille 3 Mai 2008

Critique écrite le par

Parce que sa beauté est brute et sauvage

57, c'est le nombre d'années que Jonathan Richman a passé sur cette terre. 57, c'est approximativement le nombre de personnes qu'il y avait au Poste à Galène samedi 3 mai pendant la première partie de Suzanne (Suzanne Piesker, qui a commencé son set vers 20h, alors que la soirée était sensée débuter à 20h30).



57, c'est aussi, sans doute à peu près le nombre de minutes que Jonathan Richman avait prévu de passer sur cette scène. Mais c'était sans compter que la salle allait se remplir pendant les dernières minutes avant son set, c'était avant de savoir que ce public attentif (et apparemment composé, au moins en partie, de fans de la première heure) allait applaudir l'énergumène et hurler jusqu'à ce qu'il revienne chercher sa guitare. Sans avoir imaginé que cet auditoire chauffé à blanc allaient l'accompagner de ses bravos jusqu'à ce qu'il quitte la salle (pas juste la scène, la salle !) et que la lumière revienne...

57, c'est enfin la température qu'il faisait au Poste à Galène à la fin du show de "Jojo", puisque, ne "pouvant pas chanter avec le froid", il avait demandé à ce que la "trop puissante" climatisation de la salle soit tout simplement coupée.



On a beau lire partout depuis quelques années que voir Jonathan Richman en concert est une expérience étonnante, que ses larges yeux grand ouverts et ses élans vers le public donnent l'impression d'une grande communion entre lui et l'assistance, il n'en reste pas moins, qu'on se laisse surprendre et charmer par ce monstre de la pop.

Techniquement, l'installation sur scène de Jonathan Richman est très simple. Il y a lui, avec deux micros sur le même pied (un pour chanter, et un autre un peu plus bas pour prendre le son de sa guitare classique), et un batteur (Tommy Larkins, son collègue de longue date). Il ne faut pas s'attendre à un show carré, ni espérer une playlist préétablie : Richman chante ce qu'il a envie de chanter sur le moment, enchaîne (et mélange) plusieurs titres sans attendre d'applaudissements, tente d'expliquer les textes de ses chansons (dans un français plus que correct) quand il lui semble que c'est nécessaire, et fait des rappels sur simple demande (sans sortir de scène) : "vous en voulez encore une ?". Il chante en anglais, parfois, en espagnol de temps en temps, en italien un peu, et même en français (le magnifique "Printemps des Amoureux Est Venu"). Il chante et joue près des micros mentionnés précédemment, ou s'en éloigne, soit pour modifier le son de sa guitare, pour montrer qu'il est avec nous, se rapprochant du bord de la scène, ou alors pour danser et nous regarder un par un dans les yeux.


My baby Love Love Loves Me + "you can have a cell phone" (?)

Si l'on peut, par certains côtés, être déçu par le penchant bricolé d'un tel concert, on ne peut par contre qu'être charmé par le bonhomme, ses textes, ses superbes mélodies et sa présence bienveillante et déjantées. Jonathan Richman offre, en concert ce que l'on voit (trop) rarement ailleurs (surtout de la part de légendes comme lui) : de la chaleur humaine et de la spontanéité. Ses chansons sont parfois sérieuses, d'autres fois amusantes, et toujours touchantes. Il m'est arrivé, pendant ce concert, de penser à Daniel Johnston, à Adam Green ou à Jens Lekman...



57, c'est, pour finir, presque le nombre d'albums enregistré par ce zinzin de la scène (il n'en a en réalité fait "QUE" 21 !)... Mais "Les amoureux, [qui] n'ont pas d'interest dans le monde du bizness" chante-t-il, et la plupart des albums de cet ex leader des Modern Lovers sont malheureusement difficile à trouver, même le dernier intitulé "Because Her Beauty Is Raw And Wild". Alors si vous en avez l'occasion, si il passe près de chez vous, courrez le voir !

Jonathan Richman : les dernières chroniques concerts

Jonathan Richman + Zak Laughed en concert

Jonathan Richman + Zak Laughed par pierre
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 20/10/2010
"J'ai dit bonsoir, ça veut dire bonsoir !" Une semaine pile après un concert extrêmement détendu, drolatique et farfelu à La Boule Noire (Paris), Jonathan Richman, sans... La suite

Jonathan Richman en concert

Jonathan Richman par Pierre Andrieu
La Boule Noire, Paris, le 13/10/2010
Le troubadour de l'amour, et de l'humour ! Ahhhh, prendre une grande bouffée de fraicheur folk avec le génial barde polyglotte Jonathan Richman (également pitre décalé... La suite

Jonathan Richman par Sami
Poste à Galène, Marseille, le 03/05/2008
J'aurais bien aimé vous parler en long et en large de la prestation de l'ex Modern Lovers mais j'en ai hélas raté une bonne moitié, avec ce paradoxe tout marseillais de commencer un concert très tôt un samedi alors qu'en semaine ils commencent généralement trop tard. Si l'on ajoute la chaleur insoutenable de la salle (pleine en plein pont du 1er... La suite

Jonathan Richman + James Yorkston par Pirlouiiiit
Knitting Factory (Main Space) - New York, le 23/06/2003
N'ayant pas eu de nouvelles de tous les mails que j'avais pu envoyer a propos de Jonathan Richman je me suis dit que je ne verrai donc pas de si tôt l'auteur de Rock at the Govt Center seul chanson de lui que je connaissais grâce a la reprise des Little Rabbits. Cela ne tombait pas plus mal car la semaine promet d'être chargée : Daniel Barenboim... La suite

Poste à Galène - Marseille : les dernières chroniques concerts

Venus en Mars + Marie-Flore en concert

Venus en Mars + Marie-Flore par Pirlouiiiit
Makeda, Marseille, le 16/01/2020
Pour être honnête ça partait mal ... rien ne me laissait penser que j'allais accrocher à la musique de cette Marie-Flore dont le portrait envahissait les rues du quartier depuis... La suite

The Bellrays + Lemon Cars en concert

The Bellrays + Lemon Cars par G Borgogno
Le Makéda, Marseille, le 19/10/2019
BELLRAYS Acte III. The Bellrays aiment Marseille. Qui le leur rend bien. C'était au moins leur troisième passage phocéen en groupe. Plus un Bob et Lisa, les deux "leaders",... La suite

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) en concert

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) par Sami
Makeda, Marseille, le 21/11/2019
Entre deux têtes d'affiche internationales du festival Tighten Up, de Puppetmastaz la veille au cabaret aléatoire à Pete Rock à la voute quelques jours après, c'est ce soir un... La suite

Release Party du livre Histoire du Rock à Marseille, Vol.2 avec De la Crau feat. Nicolas Dick + Screamin' Jungle + Oh Wee + Neurotic Swingers + Parade (Vendredi) / Elektrolux + Conger! Conger! + Cowboys from Outerspace + Venus as a Boy en concert

Release Party du livre Histoire du Rock à Marseille, Vol.2 avec De la Crau feat. Nicolas Dick + Screamin' Jungle + Oh Wee + Neurotic Swingers + Parade (Vendredi) / Elektrolux + Conger! Conger! + Cowboys from Outerspace + Venus as a Boy par odliz
Le Makeda, Marseille, le 30/11/2019
Deux mois après la Rue du Rock, Phocea Rocks remet le couvert, sauf que cette fois-ci, on laisse la sono branchée le temps d'un week-end dédié au rock immortel. Histoire de... La suite