Accueil Chronique de concert Royal Republic + Aaron Buchanan And The Cult Classics
Jeudi 19 avril 2018 : 10703 concerts, 24950 chroniques de concert, 5210 critiques d'album.

Chronique de Concert

Royal Republic + Aaron Buchanan And The Cult Classics

Royal Republic + Aaron Buchanan And The Cult Classics en concert

Le Cabaret Sauvage / Paris 2 décembre 2017

Critique écrite le par

En ce samedi soir, on est heureux de se rendreau Cabaret Sauvage, qui se situe dans le parc de la Villette, tout proche du Zénith et à un pas du canal de l'Ourcq. Cela faisait un petit moment qu'on ne s'y était pas rendu et c'est toujours un plaisir de vivre un concert là-bas tant le cadre en forme de cirque et ses couleurs rouges et son plancher en bois est tout simplement magnifiques et atypiques. Ce soir, la salle qui contient 1200 places debout affiche complet. On va y retrouver le rock'n'roll déluré qui vient tout droit de Suède, les très dynamiques et gros déconneurs Royal Republic. Après leur excellente prestation à Rock en Seine en août 2016, après un Trabendo complet en mars dernier, après un show qui a fait sensation à Musilac à Aix les Bains au mois de juillet 2017, ils repassent donc par Paris en cette fin d'année. Ils continuent d'ailleurs leur tournée pour défendre leur troisième album, "Weekend Man", sorti il y un petit moment puisque cela remonte à février 2016. Grâce à leur succès grandissant et à leur capital sympathie qui ne cesse de s'accroître, ils ne s'arrêtent plus de brûler les planches ! Ils continueront d'ailleurs tout le premier semestre 2018 avec notamment de nouvelles dates en France en province sur le mois de mars.



Aaron Buchanan and the Cult Classics

A 20 heures, on retrouve en première partie Aaron Buchanan and the Cult Classics. C'est devant une salle déjà remplie aux 2/3 que le chanteur et ses quatre musiciens investissent la petite scène. Si on la compare à l'Elysée Montmartre par exemple, il est vrai que la scène n'est pas très grande vu que nous sommes dans un chapiteau. Aaron Buchanan est l'ancien chanteur de Heaven's Basement et son groupe qui s'est fondé en 2016 a sorti un premier album "The Man With Stars On His Knees". On retrouve à côté de lui sa soeur à la guitare, un autre guitariste, un bassiste et un batteur recouvert de tatouages. En 30 minutes, ils auront mis le feu aux planchers grâce à une intensité de tous les instants. Il est rare de voir une première partie rendre aussi dingue le public qui pour la plupart découvre la formation.



Avec des morceaux efficaces à la sauce Foo Fighters, Queen, Soundgarden ou Muse et un frontman version pile électrique, on peut dire qu'ils nous ont bien secoués ! On n'attendait rien et on a pris cher pendant ces 30 minutes de pure folie. Aaron Buchanan était en transe, il nous à littéralement emporté et il n'a pas hésité à plonger dans le public. Le lendemain, on a encore l'image de lui dans la tête où il est porté par le public avec la tête en bas et les pieds en haut. On a vécu une première partie remarquable et archi dynamique. Clairement, on retournera les voir car ils nous ont renversés. Beaucoup de groupes auraient eu du souci à se faire après un tel cataclysme mais avec Royal Republic, on est sûr que le déluge d'énergie ne va pas s'arrêter en si bon chemin...


Royal Republic

Après 30 minutes de battement, nos Suédois préférés arrivent tout sourire à 21 heures, accompagnés de très chaleureux applaudissements. Les 1200 personnes présentes ce soir ont été bien chauffées et elles sont prêtes à exploser au son de Royal Republic. Ladies and Gentlemen, on retrouve devant nous le batteur Per Andreasson, le guitariste Hannes Irengard, le bassiste Jonas Almén et le chanteur/guitariste Adam Grahn. C'est "When I See You Dance With Another" qui ouvre le bal. Ce morceau dynamique, rock and roll et drôle est idéal pour débuter car il incarne parfaitement Royal Republic. Le titre suivant, "Walk!", nous propulse dans une dynamique à la The Hives tant on saute comme des kangourous.



Souvent, entre deux titres, Adam Grahn nous sort des vannes très second degré, il nous parle avec un sourire espiègle et son humour décalé fait rage. On aime leur esprit, le fait qu'ils ne se prennent absolument pas au sérieux. De plus, ils ont un paquet de titres qui sont parfaits pour la scène. On préfère même les entendre en concert que sur disque où ils sont souvent trop produits. En salle ou en festival, ils sont toujours au top. On ressent l'immense complicité entre eux et chacun à son poste donne le meilleur. Les pogos sont au rendez-vous et on finit même par voir un cercle de kangourous se former dans la fosse.



La chenille est lancée et au même moment, Adam Grahn demande à ses fans de se baisser pendant un morceau après que les musiciens aient ralenti le tempo. Sauf que le chanteur a du mal à tenir ses troupes car on assiste à un très joyeux bordel et tout cela dans un esprit remarquable. Le public finit par s'agenouiller pour mieux sauter en l'air les bras levés une fois le morceau reparti à fond. Pour ralentir le rythme, ils nous sortent "Addictive" en version acoustique qui permet à Adam et ses compères de jouer à nouveau avec le public.



A la rubrique "gros délire", ils vont se lancer dans le metal deux minutes en présentant le titre "Battery" comme étant un nouveau morceau qu'ils ont écrit mais c'est un cover de Metallica qu'ils nous balancent en pleine poire et on rigole encore et toujours. On a droit également à un changement de poste sur "Roxanne" de Police. Le batteur, Per Andreasson, prend le chant, Jonas Almén le bassiste se place à la batterie et Adam Grahn à la basse. On chante à plein poumon et ce classique du rock est repris brillamment. Avant le rappel, ils nous servent le terrible "Full Steam Spacemachine" et on continue encore et encore à taper du pied !



Après un court instant d'accalmie, ils reviennent pour un rappel de 20 minutes et 5 chansons. Pour le dernier, Adam nous demande ce que l'on veut entendre et on finit très fort avec "Baby". "Babybabybabybaby", c'est par ce fameux refrain qu'on termine là un concert aussi épatant qu'éclatant..


Durée du set 1h30

Remerciements à Roger Weissier et Replica

Crédit photos: Jérôme Agier
dernière photo: libre de droit

Set-list :

When I See You Dance With Another
Walk!
Make Love Not War (If You Have to Make War - Make Sure to Make Time to Make Love in Between)
Strangers Friends Lovers Strangers
Underwear
Weekend-Man
Everybody Wants To Be An Astronaut
All Because of You
People Say That I'm Over The Top
Addictive
(acoustic)
Kung Fu Lovin'
Tommy-Gun
Battery
(Metallica cover)
Roxanne
(The Police cover)
Full Steam Spacemachine

Rappel:

Here I Come (There You Go)
Follow The Sun
Walking Down The Line
I Don't Wanna Go Out
(X cover)
Baby

Royal Republic : les dernières chroniques concerts

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017)   en concert

Jamiroquai, Sting, Phoenix, Texas, Julien Doré, Kery James, Justice, Vianney, Petit Biscuit, LP, Olivia Ruiz, Lee Fields, Last Train, Cocoon, Royal Republic, Calypso Rose, Birdy, Lulu Gainsbourg... (Festival Musilac 2017) par Lily Rosana
Aix-Les-Bains, le 13/07/2017
"Les 15 ans de Musilac !", "Déjà !" diront les musilakiens de la première heure. "Seulement !" crieront les gourmands. J'ai eu la chance de pouvoir être spectatrice des 4 jours... La suite

Royal Republic + The Wholls + Tim Vantol en concert

Royal Republic + The Wholls + Tim Vantol par Jérôme Justine
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 01/03/2017
Ce soir ça va être la fête à la Coopérative de Mai, trois groupes pour le prix d'un : The Wholls, Tim Vantol et Royal Republic... The Wholls C'est dès 20 heures 30 pétante... La suite

Interview avec Royal Republic en concert

Interview avec Royal Republic par fredc
Zénith - Paris, le 08/11/2011
Les Royal Republic font beaucoup du bruit depuis leur Suède natale, au point que les murs des salles françaises commencent à vrombir à l'unisson. Très souvent comparés à leurs... La suite

The Offspring + Royal Republic en concert

The Offspring + Royal Republic par Gerry
Zénith Paris, le 31/08/2011
Bonjour, j'ai cru rêver le 31 août 2011... The Offspring au Zénith de Paris, une salle de concerts pas très grande en plus pour un groupe "si grand" !! Quel pied d'enfer !!!... La suite

Le Cabaret Sauvage / Paris : les dernières chroniques concerts

Nada Surf (15ème anniversaire de l'album Let Go) en concert

Nada Surf (15ème anniversaire de l'album Let Go) par Lebonair
Le Cabaret Sauvage / Paris, le 05/02/2018
Le plus français des groupes américains, Nada Surf, est passé par le Cabaret Sauvage à Paris le lundi 5 février... Au cours d'une petite dizaine de dates ce mois-ci en France,... La suite

Israel Vibration en concert

Israel Vibration par lol
Cabaret Sauvage, Paris, le 16/06/2015
40 ans après l'enregistrement de son premier single (Why Worry), Israel Vibration se produisait devant le public d'un Cabaret Sauvage bourré à craquer. Le trio culte... La suite

Bunny Wailer en concert

Bunny Wailer par Lol
Le Cabaret Sauvage, Paris, le 20/07/2014
Comme chaque été, Le Cabaret Sauvage propose une série de concerts énormes pour les Parisiens en manque de congés payés. Les malheureux peuvent passer un été plein de vibes... La suite

The Twinckle Brothers et Trebunie Kuti en concert

The Twinckle Brothers et Trebunie Kuti par Lol
Le Cabaret Sauvage, Paris, le 04/01/2014
Le cabaret sauvage fêtait le noël Ethiopien le 4 janvier 2014... Pour l'occasion la scène avait été confiée au légendaire groupe de reggae Roots, The twinckle Brothers. Actif... La suite