Accueil Chronique de concert Saul Williams
Mardi 18 juin 2019 : 9630 concerts, 25522 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Chronique de Concert

Saul Williams

l'astrolabe - Orléans 08 décembre 2005

Critique écrite le par

Et bien ça ne va pas être simple, c'est moi qui te le dit, pourquoi? Mais réfléchis 5 mn merde! Parce que je ne connais pas ce style de musique : le Hip Hop.
Dans la vie il ne faut pas mourrir idiot, il faut être ouvert à tout. Ce qui m'a motivé ce sont les termes "guitares saturées et basses lourdes" inscrit blanc sur noir dans mon programme (à que j'aime ce mot un tantinet désuet) automne 2005 de l'Astrolabe. C'est décidé ce soir après ma soupe (carottes-pommes de terre-oignons-épices) je file dans ma salle de concert favorite pour voir et écouter (tu préfères le contraire pas de souci intervertis les termes, c'est aussi ça l'interactivité!) Saul Williams.

Ce rappeur originaire de New York est avant tout découvert et reconnu grâce à sa poésie. Il écrit de nombreux textes et se fait remarquer grâce à son "flow" lors de joutes verbales à la 8 miles. Son style particulier, le spoken word (tu vois au lieu de sécher les cours d'anglais pour aller jouer au flipper et bien tu aurais l'air moins con aujourd'hui si tu avais écouté ton prof!) ne laisse pas indifférent. En 1997 il débarque en France au festival de Cannes pour le Film "SLAM" dans lequel il est co-auteur et tient également le premier rôle. Il remporte la caméra d'or (bravo). Il publie plusieurs romans : The Seventh Octave, She et sort son premier album Amethyst Rockstar en 2001. Lors de plusieurs concerts on peut le voir à coté de Zack de la Rocha (Rage Against The Machine) ou bien Chad Smith (Red Hot Chili Pepper). Bien nous avons fait le tour? Non pas tout à fait : nous avons (j'ai?) oublié l'essentiel : son combat, son engagement : faire danser mais avant tout COGITER son public.

Bien entrons dans la reine (oh oui) : première surprise le concert prévu initialement à l'Astroclub est déplacé à l'Astrolabe. C'est noir de monde et surtout très hétéroclite (oula j'ai pas fait de faute?), beaucoup de jeunes (pas forcément des banlieues). La scène est dépouillée : Mister T (incroyable la ressemblance) derrière une console et rien d'autre. Il balance la musique...
et le voilà : Saul, putain quel charisme! Il nous explose à la gueule, il veut tout nous faire partager, plus besoin de micro, il descent dans la salle pour être au plus près de son public, je le touche, je suis électrifié! Sa voix, son style et son caleçon! En fait ce n'est pas du Hip Hop mais du Punk! Il a la rage, il parle avec ses tripes, il fustige Bush, il veut que blanc ou noir nous soyons fiers de nous, pour être honnête je n'ai pas toujours tout compris le flow est vertigineux et je n'ai pas Wallou mon dictionnaire Franco-américain avec moi! Mais quelles vitamines prend-il?
Comme toujours à l'Astrolabe le son est d'une pureté incroyable, quelques effets de lumières originaux (ben oui quoi), juste ce qu'il faut.

Un rappel en forme de discours pour bien faire passer le message et encore une soirée réussie. Tu diras ce que tu voudras mais la musique bordel rien ne pourra jamais l'égaler.
En premième partie Robert le Magnifique 90% Rapp et 10 guitare Basse, pourquoi pas? C'est beau la différence!

en savoir un peu plus : http://spaces.msn.com/members/magiclilive/

 Critique écrite le 11 décembre 2005 par Magiclilive


Saul Williams : les dernières chroniques concerts

Festival MIMI : Saul Williams-The Brother Moves On en concert

Festival MIMI : Saul Williams-The Brother Moves On par Phil2guy
Hôpital Caroline-Marseille, le 10/07/2016
Le rythme du chroniqueur-festivalier est tout de même assez intense, il faut garder ses oreilles bien ouvertes et son cerveau en éveil avec tous les sons dont on s'imprègne (et... La suite

John Cale présente l'album The Velvet Underground and Nico (+ invités : Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective)  en concert

John Cale présente l'album The Velvet Underground and Nico (+ invités : Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) par lol
Philharmonie de Paris , le 03/04/2016
Comme pour beaucoup de monde, le Velvet Underground est à mes yeux un groupe majeur, qui a bousculé et changé la face du rock en y transfigurant son côté obscur, arty et... La suite

John Cale présente <i>The Velvet Underground and Nico</i> (avec Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) en concert

John Cale présente The Velvet Underground and Nico (avec Carl Barat et Pete Doherty des Libertines, Mark Lanegan, Etienne Daho, Lou Doillon, Saul Williams, Animal Collective) par Charliii
Philharmonie de Paris, le 03/04/2016
Après une recherche désespérée de place pour ce concert unique, me voici à la Philharmonie de Paris pour voir John Cale et ses invités interpréter l'album The Velvet... La suite

RIAM : Aujourd'hui (Tey), un film d'Alain Gomis (avec Saul Williams sur l'écran et à côté) en concert

RIAM : Aujourd'hui (Tey), un film d'Alain Gomis (avec Saul Williams sur l'écran et à côté) par Philippe
Salle Seita, Friche Belle-de-Mai, Marseille, le 28/10/2012
...Ou "Comment une publicité mensongère peut vous amener à une excellente surprise"... Dans le cadre du Festival RIAM, à la Friche Belle-de-Mai en ce dimanche parcouru de... La suite

l'astrolabe - Orléans : les dernières chroniques concerts

Julien Doré par Magiclilive
l'Astrolabe - Orléans, le 01/07/2008
Concert complet, l'équipe de l'Astrolabe va pouvoir partir 2 mois aux Bahamas avec la recette de la soirée (non je déconne en fait c'est aux Seychelles !). Bon je vais mette fin au suspens immédiatement, ce concert est une réussite, ce petit garçon a un avenir dans la musique rock Française il l'a prouvé ce soir. Un public bigarré (ouvre ton... La suite

Philipe KATERINE par Magiclilive
l'astrolabe Orléans, le 15/03/2006
Tu as entièrement raison mes articles ont quelquefois tendance à être longs. Et bourrés de fautes d'othographes c'est également vrai! Mais ils sont si intéressants! Et de toutes manières je n'y peux rien mais il se passe systématiquement des choses incroyables, qui n'arrivent habituellement que dans les films (et encore pas tous les films). Le... La suite

The John Butler Trio par Magiclilive
l'astrolabe Orléans, le 16/03/2006
Les jours passent (tellement vite!) et ne se ressemblent , mais alors, pas du tout. Le public est totalement différent de celui de KATERINE (la veille à l'Astrolabe). Manifestement, excepté Valérie et moi personne d'autre ne devaient être là hier soir. Aujourd'hui Il y a de la dreadlock au métre carré mais pas un seul joint. La salle est non... La suite

The National + Film School par magiclilive
l'astrolabe Orléans, le 23/11/2005
Ce qui marque avant tout, c'est la complexité du groupe sur scène. A vrai dire on s'y perd un peu, l'oreille n'étant peut-être pas habituée à cette multitude de sons dont il faut parfois faire le tri. Un petit moment est nécessaire afin d'assimiler et digérer le style, le son et la voix particulière de Matt Berninger, front man du Combo. Ce... La suite