Accueil Chronique de concert Seven Hate + Nothomb (Osmose Festival 2002)
Mercredi 20 novembre 2019 : 11408 concerts, 25773 chroniques de concert, 5279 critiques d'album.

Chronique de Concert

Seven Hate + Nothomb (Osmose Festival 2002)

Nohanent, près de Clermont-Ferrand 29 juin 2002

Critique écrite le par

Après la performance de Kunamaka, le début du concert de Seven Hate a un peu de mal à faire bouger le public. Cependant, au bout de quelques morceaux, le punk rock mélodique made in Poitiers fait son effet : un pogo viril - mais semble-t-il correct - commence à se mettre en place devant la scène.



Seven Hate, malgré quelques changements de personnel, pratique une musique toujours aussi efficace et rafraîchissante. Le style n'autorisant pas beaucoup d'écarts, il y a donc deux guitares survitaminées, une basse bondissante, une batterie ultra rapide et un chant mélodique. Les règles du punk rock mélodique sont respectées à la lettre !



Pour varier les plaisirs et finir sur une note différente, Pinball wizard, une reprise des Who extraite de leur opéra rock Tommy, est jouée dans une version punk réjouissante. Puis, pour le dernier morceau, le chanteur peut se lâcher et fusiller sa voix, il gratifie donc le public de hurlements bien hardcore.

Pour patienter avant l'arrivée de Lofofora, Nothomb commence son set sur la petite scène quelques minutes après. Ici, la politique inverse est appliquée : d'entrée, le chanteur se met à pousser des hurlements gutturaux rappelant à s'y méprendre la période de La Guerre du Feu. Ses acolytes ne sont pas en reste ; les deux guitares et la basse créent un maelström sonore évoquant la fin du monde. Le batteur a été privé de concert, il est remplacé par une bonne boîte à rythme monolithique !



Comme c'est la tradition dans le métal, un des guitaristes se met à faire tournoyer de fort belle manière ses cheveux dans les airs. Il a une chevelure longue et blonde ressemblant à celle de Rahan, le "fils des âges farouches". Le public massé sur les marches de l'église de Nohanent semble apprécier le spectacle et en redemande bruyamment. Quant à lui, Jésus, plus que jamais crucifié sur la croix à quelques mètres de là, ne semble pas choqué par ce déferlement de décibels et de cris sataniques ; il en a sans doute vu d'autres au cours des siècles passés !
Vers la fin du concert, le chanteur annonce une reprise de Nailbomb et invite les hurleurs de Concept of Elation et 8NOP8 à monter sur scène ; un concours de cri primal couplé avec une compétition de slam s'ensuit. L'église résiste aux coups de boutoirs assez difficilement : ses fondations tremblent légèrement sur le "refrain" de ce morceau ultra violent. C'est normal : Nothomb est à réserver à des oreilles averties et pouvant supporter le choc !

(Photos : Flore-Anne Roth)

Seven Hate : les dernières chroniques concerts

SEVEN HATE + Thirty six side par Fatmike
Mondo Bizarro, Rennes, le 22/05/2003
TERRIBLE !!! En première partie, Thirty six side a bien assuré, un petit groupe à ne pas laisser passer s'ils font un show à côté de chez vous !!! Grosses influences "Deftonessienne" pour ce groupe qui est bien doué dans ses mélodies. Puis, pendant une bonne heure et demi on a vu ces excités de Seven Hate !!! Ils sont tous hyper balèze :... La suite

Seven hate, Superbus, Marcel et son orchestre par Ah Phil Good
Transbordeur, Lyon, le 12/06/2002
On pensait que le pire allait se produire pour ce festival : les pré-ventes qui ont du mal à se vendre (400), et donc le concert aura lieu au club et non pas dans la grande salle.... Conséquence : un groupe doit être "sacrifié" et ce sera malheureusement les Gueules de Bois. Sans commentaire, quand on est pas un groupe universal(e) on fait pas ce... La suite

Superbus, Marcel et son orchestre, Seven Hate par Anne Sophie
Transbordeur, Lyon, le 12/06/2002
J'avoue : j'y allais surtout pour Superbus. Le premier groupe, Seven Hate, style indéfini entre soft metal, hard metal et un peu de punk par dessus (noter une reprise de "Pinball Wizzard") m'a paru interminable, brouillon et peu charismatique. Par contre les Superbus furent clairement supérieurs à leur disque, déjà remarquable par sa pêche et sa... La suite

No Cure + Pookies + Seven Hate + Watcha par metal@concertandco
CCO, Villeurbanne, le 12/10/2001
Première soirée du Festival Music Session au CCO de Villeurbanne. Au programme, par ordre de passage, No Cure, The Pookies, Seven Hate et, en tête d'affiche, Watcha. Une affache attrayante malgré la profusion de bons concerts ce soir à Lyon. Le public, arrivé au fur et à mesure a bien rempli le CCO que j'ai tout de même connu plus rempli.... La suite