Accueil Chronique de concert Uriah Heep
Samedi 28 mars 2020 : 10032 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

Uriah Heep

EisenbahnHalle à Losheim am See (Allemagne) 15 décembre 2007

Critique écrite le par

Un grand groupe des 70s qui fait une petite tournée en Allemagne, pour supporter un album à venir sous peu, pas de quoi sauter au plafond pour beaucoup.
Sauf que pour moi, Uriah Heep, c'est pas n'importe quel groupe. Et ce, même si je ne les ai découvert que sur le tard, il y a seulement quelques années.
Du Hard Rock un peu psyché, juste un poil prog mais pas trop, mais surtout, des hymnes reconnaissables entre mille, des titres imparables et enfouis dans la mémoire collective, du genre "ah oui mais je connais ca ! C'est d'eux ?"

Alors pour les voir dans une petite salle, j'ai bravé, une fois n'est pas coutume, le froid du nord en plein décembre ! Et c'est pas rien pour moi ! Ok, le fait de combiner ce live avec un long week end de fiesta à la frontière luxembougeoise m'a conforté dans mon idée, mais ne minimisons pas le pouvoir du Heep ! Heureusement, il a fait bien beau pendant trois jours, ce qui nous a evité des routes dangeureuses.

Nous arrivons à la salle de Losheim am See, petite bourgade dont je ne connaissais meme pas l'existence, pile pour le début de la première partie prénommée SHESAYS. Un groupe germanique, avec une jolie chanteuse qui va dévoiler une voix assez fantastique ! Musicalement ca lorgne vers la pop rock americaine, parfois vers la pop rock allemande. Rien de bien extraordinaire, ni revolutionnaire. Mais le timbre proche de Alanis Morissette, plein de décrochés, plein de nuances, tantôt puissant sans être casse-oreilles, tantôt doux, est un vrai plaisir à ecouter. Sur la longueur, on peut se lasser, car 50 minutes, c'est assez enorme pour une première partie dont on ne connait aucune chanson. Mais c'est pêchu souvent, bien rodé et enjoué. Une voix à retenir dans tous les cas.

http://www.shesays.cc/index.php

L'entracte me permet d'apprécier la salle, qui a du être une enorme grange, bien plaisante, aux dimensions assez similaires à l'Usine de Istres, donc dans les 2500 personnes je dirai, si on compresse un maximum de pèlerins. Ce soir nous etions une bonne moitié à vue de pif, pratique pour y voir d'où qu'on soit sans se bousculer.

Puis les Heepsters déboulent enfin sur la scène spacieuse ! Et vous savez quoi ? Les vieux briscards ils fracassent tout ! Je m'attendais à un live assez pépère, jouant sur une ambiance typique 70s, déroulant avec professionalisme tous leurs hits passés, entrecoupés de jams instrumentales... Ben tout faux, sauf pour les hits !

Déjà ils entament le show par un nouveau morceau, d'un album à paraitre début de l'année prochaine. Ils en joueront deux autres, avec le "Tears of the world" aux choeurs entêtants et facilement mémorisables, (n'est ce pas la stéréo de mon coté gauche), et un "Shadows" endiablé à la batterie survitaminée. Dénominateur commun à ces trois brulôts ? Du grand Heep ! C'est rare qu'en ne connaissant aucune note je sois autant en dedans, mais ca le faisait plus que bien !

Alors que dire des morceaux plus anciens, connus de toute l'assistance, faisant monter l'ambiance, jusqu'au paroxysme induit par l'enchainement "Gypsy"/"Look at yourself"/"July morning" ! Un paroxysme largement dépassé par le premier rappel, ou le gratteux nous annonce quelques vieux vieux classiques en enfilade où ca riffe, tels "Bird of prey" et le mythique "Easy living" tant attendu ! Et paroxysme ultime atteint personnellement lors du dernier rappel constitué de mon titre favori du Heep: "Lady in black", entonné comme un seul homme par le public de fans !

Entre ce début récent et cette fin ancienne de show, les vieux fringants n'auront pas oublié un "Free me" popisant à souhait, un "Falling in love" par ci, un "Cry freedom" par là, ou un "The wizard" bandant, pour n'en citer que quelques uns !
Et tout ca, avec une PATATE d'enfer ! Non mais quel entrain, quelle pêche de la part du chanteur notamment ! Le gratteux Mick Box etait plus statique mais de longue souriant, avec un toucher fantastique, le bassiste moins marquant sans être en reste, Phil Lanzon et ses cheveux blancs d'un enthousiasme qui fait plus que plaisir à voir, avec un son d'orgue hammond ou de keyboards typiquement 70s parfait, et un batteur hallucinant de maitrise technique, comme de bucheronnage ! Le tout servi par un son quasiment au poil (la gratte aurait gagné à être un peu plus claire parfois). Mais il faut rendre à Bernie ce qui appartient à Bernie: quel chanteur, quel frontman ! Pas besoin d'en faire des tonnes, juste une vraie présence, du charisme, de la chaleur humaine, et une voix toujours extraordinaire, qu'il peut pousser vraiment haut quand il faut, sans etre borderline !

J'ai bravé le froid mordant du nord pour être conquis et doublement conquis par ces "vieux" qui m'ont plus impressionné que bon nombre de plus jeunes aux dents longues, par la parfaite combinaison : Justesse Musicale/Plaisir de Jouer/Charisme/Classiques du (Hard) Rock/Bonheur d'être dans le public ce soir là.... Un immense merci aux Uriah Heep ! Revenez vite sur les planches en 2008 !


Setlist (merci à Dom d'avoir complété) :


Overload (album 2008)
cry freedom
between two worlds
words in the distance
tears of the world (album 2008)
falling in love
the wizard
free me
shadows (album 2008)
gypsy
look at yourself
july morning


rappel 1

bird of prey
sunrise
easy living

rappel 2

lady in black

Uriah Heep : les dernières chroniques concerts

Uriah Heep en concert

Uriah Heep par Gandalf
Espace Julien à Marseille, le 24/01/2019
La première fois qu'Uriah Heep est passé à Marseille c'etait en 1975. J'etais pas né. La première fois où je suis allé les voir, c'etait à Losheim am see, un bled allemand à la... La suite

Festival Guitare en Scène (2eme jour) Foreigner/Brian May/Uriah Heep/Robert Cray/Shakra en concert

Festival Guitare en Scène (2eme jour) Foreigner/Brian May/Uriah Heep/Robert Cray/Shakra par Gandalf
Stade des Burgondes à Saint Julien en Genevois, le 21/07/2013
Ca faisait un bail que je lorgnais ce festival à la frontière suisse, sa réputation de fest intimiste et bien organisé, couplé à une prog de qualité me titillait chaque année. Eh... La suite

Hellfest 2012 : Steel Panther + Death Angel + Koritni + Uriah heep + Exodus + Sebastian Bach + Edguy + Enslaved + Entombed + Behemoth en concert

Hellfest 2012 : Steel Panther + Death Angel + Koritni + Uriah heep + Exodus + Sebastian Bach + Edguy + Enslaved + Entombed + Behemoth par Abigail Darktrisha
Hellfest@ Clisson, le 16/06/2012
Samedi 16 juin 2ème journée du Hellfest 2012. Après cette première journée pluvieuse et son final en apothéose, ce samedi débutera sous le signe du rock-glam et du thrash... La suite

Blue Oyster Cult + Uriah Heep en concert

Blue Oyster Cult + Uriah Heep par Jorma
L'Olympia Paris, le 06/09/2009
Reprise de la saison des pèlerinages en ce doux mois de septembre, et c'est en direction de Paris et de l'Olympia que la procession me mène, pour un concert initialement prévu au... La suite