Accueil Polyphonic Spree en concert
Vendredi 15 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Pop universelle et ensoleillée.

Polyphonic Spree en concert

Il n'y a pas de concert actuellement annoncé pour cet artiste.

Polyphonic Spree : l'historique des concerts

Sa.

03

Août

2013

Festival Les Nuits Secrètes en concert
Grande Scène : Billions Of Comrades - By The Rivers - The Polyphonic Spree - Vitalic Vtlzr Festival Les Nuits Secrètes | Vitalic | Polyphonic Spree
Le Jardin - Aulnoye Aymeries (59)

Ve.

02

Août

2013

Festival Les Nuits Secrètes en concert
Vitalic, Sexy Sushi, Breakbot, Shantel & Bucovina Club Orkestar, Rokia Traoré, Mr Oizo, Ebo Taylor, Skip & Die, Don Cavalli, U Roy... Festival Les Nuits Secrètes | La Femme | Ebo Taylor | U-Roy | Rokia Traore | Vitalic | Don Cavalli | Polyphonic Spree | Shantel | Sexy Sushi | Mr Oizo | Skip&Die | Breakbot
Le Jardin - Aulnoye Aymeries (59)

Polyphonic Spree : les dernières chroniques concerts 6 avis

The Cure, Yo La Tengo, The Raveonettes, Great Lake Swimmers, Camille, !!!, The Polyphonic Spree, The Wedding Present, The National, Sébastien Shuller, Mus, The Organ, Art Brut, Alamo Race Track, Boom Bip, Maxïmo Park, Colder, Sonic Youth, Mercury Rev (La Route du Rock 2005)

Critique écrite le 28 décembre 2005, par Pierre Andrieu

Fort de Saint Père et Palais du Grand-Large, Saint-Malo 12 au 14 août 2005

The Cure, Yo La Tengo, The Raveonettes, Great Lake Swimmers, Camille, !!!, The Polyphonic Spree, The Wedding Present, The National, Sébastien Shuller, Mus, The Organ, Art Brut, Alamo Race Track, Boom Bip, Maxïmo Park, Colder, Sonic Youth, Mercury Rev (La Route du Rock 2005) en concert

Quinzième anniversaire réussi pour la Route du Rock. Fort de la plus belle affiche de l'été, la quinzième Route du Rock a permis d'offrir aux festivaliers ravis un panorama quasi complet de ce qui se fait de mieux actuellement en pop et rock (voire électro, mais dans une moindre mesure). Les slogans affichés sur les t-shirts 2005 du meilleur festival français de la catégorie pop - qui semblaient un peu trop aguicheurs avant le début des hostilités - étaient cette année "Pop is not dead" et "Sea, sex and rock 'n roll" ; ils se sont finalement révélés prémonitoires et furieusement tendance. La pop n'est toujours pas morte, c'est vrai, mais ça on s'en doutait quand même un peu... La plage de Saint-Malo est plus que jamais magique, avec son sable fin et sa vue imprenable sur les bikinis et autres strings ou top less, et si l'eau est un froide au début, quand on en ressort elle provoque instantanément des envies humides, voire lubriques. Hum, hum... Le rock 'n roll, quant à lui, est toujours la chose la plus réjouissante inventée par l'homme pour péter les plombs. La preuve ? Même les branchés têtes à claques, qui il n'y a pas si longtemps s'extasiaient sur le moindre DJ planqué derrière ses sinistres platines et dissertaient à n'en plus... Lire la suite

Christopher O' Riley + Boom Bip + Maximö Park + The Polyphonic Spree + Sonic Youth + Metric + Vive la fête (Route du Rock 2005)

Critique écrite le 04 septembre 2005, par Bertrand Lasseguette

Fort de Saint Père - St Malo 14 aout 2005

Ah qu'il faisait bon somnoler le matin au bord des plages de la baie de Saint-Malo. Le vent était vif toutefois, un peu dur même ; pointe de la Sarde, un concours de pêche en haute mer était annulé. Christopher O' Riley : Radiohead à marée basse Vers 16h, c'est par hasard que je tombe sur le petit concert de Christopher O' Riley. Son piano est posé au pied des remparts et autour de lui des centaines de spectateurs se sont assis sur le sable. La plage est l'endroit le plus agréable du festival. C'est gratuit, un public autre que les jeunes-vieux, dont je suis, peut profiter des artistes invités, et mieux encore, on peut y écouter de la musique sans se soucier du coude de son voisin ou des pieds de sa voisine. Christopher O' Riley est un pianiste de musique classique, plus familier des auditoriums que des festivals de rock en plein air. Interprète talentueux de Chostakovitch et de Prokofiev, l'américain est aussi un grand fan de Radiohead. Sa passion l'a ainsi conduit a enregistré un disque, True love waits, dans lequel il a adapté des chansons de son groupe fétiche à son instrument de prédilection, le piano. Je ne suis pas moi-même un grand amoureux de Radiohead, je possède et connais néanmoins la plupart de leurs disques... Lire la suite

Benicassim 2005

Critique écrite le 03 septembre 2005, par cheap girl

Benicassim (Espagne) 04 au 08 aout 2005

Dernière édition du "FIB" comme on dit quand on est branché. Moi je dis "banco"! Rien à voir avec la précédente édition où le son était pourri, et où la prog. était diminuée de moitié pour payer des papys du rocks qui ont moyennement assuré. Donc FIB 2005, d'abord, un soleil et un ciel radieux, très important quand on a attendu le soleil toute l'année (sinon autant aller à la route du rock), et puis convivialité, propreté, tout ça... parfait pour débuter ce festival emminemment sympathique. Soir d'ouverture: j'avoue que moi et mes amis étions un peu crevés du voyage, et voulions nous réserver pour le lendemain, une soirée un petit peu molle donc, même si Polyphonic spree était très marrant (un chanteur pas génial qui gigote partout en chantant toujours la même chose, un esprit très "hair", avec une dizaine de choristes en toges vertes plantés en plein milieu de la scène surexcités, un revival 70's et une mise en scène bien foutue. 1er soir officiel: Bon bien sûr j'ai foncé voir Peaches que je connaissais déjà bien, mais qui est une telle bête de scène comparée à plein de petits groupes sans aucun charisme qui pullulent dans ce genre de festivals très "hype" que je n'ai pas pu résister, elle a assuré évidemment, j'ai juste été... Lire la suite

Compte rendu complet des Eurockéennes de Belfort 2003

Critique écrite le 16 juillet 2003, par Pierre Andrieu

Belfort (90) 4, 5, 6 juillet 2003

La quinzième édition des Eurockéennes de Belfort a été une indéniable réussite artistique mêlant habilement découvertes et stars. Le très nombreux public (90 000 personnes en 3 jours) a pu assister à d'excellents spectacles de groupes couvrant tout le spectre musical. A Belfort, les fans de pop, rock, punk, électro, metal et hip hop trouvent leur bonheur et ont ainsi l'occasion de s'ouvrir sur des styles qu'ils n'ont pas l'habitude d'écouter. Si au camping et sur le site du festival, la coexistence de publics différents se passe dans une atmosphère bon enfant (mais malheureusement sous le regard omniprésent de la Gendarmerie et des Douanes mandatées par le sinistre maire de Belfort, Jean-Pierre Chevénement, un fidèle larbin de Sarkozy), ce clash musical peut entraîner des dommages irréversibles sur certaines oreilles sensibles (ou non). Dans un cadre bucolique, l'inconditionnel du trash metal de Slayer peut tomber fortuitement sur le très calme Exit music (for a film) de Radiohead, tandis que l'aficionado de le pop de Nada Surf ou de Tom McRae se voit contraint de subir (un bref instant) les outrages sonores Nu Metal de AqME. Plus loin, les extrêmes prestations de Tomahawk ou The Melvins peuvent ruiner les velléités de... Lire la suite