Accueil Red en concert
Lundi 3 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.


Blues folk rock. Les folklores du monde résonnent en écho aux stridences urbaines, bidouille et débrouille riment avec farfouille, free et muzak fusionnent, rock déglingue et jazz minimaliste jouent à saute-mouton. Chacun des morceaux de Red voient le blues, la folk music et le rock s'entrechoquer violemment pour donner un style âpre et authentique.

Red : vos chroniques d'albums
Site

Red : tous les concerts

Red : l'historique des concerts

Ma.

03

Mars

2020

Ve.

26

Juillet

2019

Binic Folks Blues Festival en concert
Binic Folks Blues Festival 2019 : Beechwood, King Khan, Death Valley Girls, The Schizophonics, Red, Handsome Jack, Baby Shakes, Steal Shit Do Drugs, Jet Reactions, Kepa, Henry's Funeral Shoes Binic Folks Blues Festival | King Khan | Baby Shakes | Henry's Funeral Shoe | Mr. Airplane Man | Death Valley Girls | Red | Beechwood | Go!Zilla | The Schizophonics
Sur les Quais - Binic (22)

Ma.

19

Fév.

2019

Ma.

22

Janv.

2019

Red + Léche Moi + Philiform + Baton XXX + Terrine Raymond Bar - Clermont-Ferrand (63)

Di.

24

Nov.

2013

Ve.

08

Fév.

2013

Di.

11

Sept.

2011

Kiosquorama en concert
Red + La Féline + 1 Jeune Talent. Kiosquorama | La Féline | Red
Square Mgr Maillet - Paris (75)

Di.

24

Avril

2011

French Cowboy en concert
Red, Tessier, Marinescu + Lonesome French Cowboy Red | French Cowboy
Violon Dingue - Nantes (44)

Red : les dernières chroniques concerts 16 avis

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé)

Critique écrite le 23 mars 2020, par Pierre Andrieu

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 3 mars 2020

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de rire, parfois... ), la salle clermontoise réinvitait le toujours très en forme Bertrand Belin à peine un an après son mémorable dernier passage pour promouvoir l'inaltérable album "Persona". En bonus ce mardi 3 mars, deux bonnes premières parties : un très doué pote de Belin, le vétéran du folk blues Red puis le folk singer américain culte Elliott Murphy. Red Toujours aussi peu consensuel, Olivier Lambin alias Red se lance dans un set ultra dépouillé en solo, armé de sa seule guitare et d'un micro. Au programme : d'assez apocalyptiques folk blues songs chantées d'une voix caverneuse qui n'engendre pas exactement l'envie de faire la fête. Ce qui n'est pas bien gênant, la qualité des morceaux et de l'interprétation emportant vite l'adhésion, comme à Binic cet été. En guise d'au-revoir, Red termine par une reprise de Bob Dylan, un choix judicieux et ce même si l'on n'a pas reconnu le morceau (c'est pas bien grave !). Elliott Murphy Beaucoup de fans d'Elliott Murphy se sont déplacés pour assister au retour à La Coopé à peine quelques mois après sa... Lire la suite

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019)

Critique écrite le 05 août 2019, par Pierre Andrieu

Ville de Binic 26 juillet 2019

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Excellente première journée au Binic Folks Blues Festival 2019 le vendredi 26 juillet avec moult artistes de rock 'n roll, blues, garage, punk à voir en live sous le soleil, pas loin de la plage et au milieu d'un très nombreux public aussi festif que bouillant ! En plus d'avoir lieu dans une superbe petite ville surnommée "le grain de beauté des Côtes d'Armor", ce festival hors norme - totalement gratuit, rappelons-le - est une perle rare dont la programmation hautement bandante réjouit années après années. Et visiblement on n'est pas le seul à penser ça : 20 000 personnes (rockers de tout poil, familles avec enfants, bikers, seniors, jeunes, bretons, touristes etc) ont fait le déplacement aujourd'hui pour le coup d'envoi de la fête... Kepa 15 heures 45. Le premier concert du festival est signé Kepa et il est pas dégueu du tout, le jeune one man band français délivrant une série de titres de blues à la fois rugueux, accrocheurs, bien envoyés et originaux... Doté d'une belle voix, d'un jeu de guitare aventureux et d'un répertoire solide, le mec sait tenir une grande scène en solo. Mention spéciale pour son superbe instrumental inspiré par Ennio Morricone, qui nous fait penser pour la première fois du week-end en regardant... Lire la suite

Bertrand Belin + Red

Critique écrite le 15 avril 2011, par Pierre Andrieu

La Cigale, Paris 8 avril 2011

Bertrand Belin + Red en concert

Très belle prestation à la Cigale (Paris) pour Bertrand Belin, un chanteur français qui redonne ses lettres de noblesse à la " nouvelle chanson française " en lui proposant un flirt poussé avec le blues, le rock et la country folk... Cet élégant quarantenaire qui ne laisse pas insensible les filles (et les garçons aussi... ) avec sa voix grave et profonde, son délicieux humour pince sans rire, son jeu de guitare recherché et ses multiples acrobaties verbales - entre dérision, absurde, raffinement et quotidien - pourrait bien être une rencontre rêvée entre Dick Annegarn, Bill Callahan, Bashung, Dylan, Brassens, Jp Nataf, Trénet et Murat. Normal avec de telles références d'inviter en première partie l'excellent songwriter country folk rock Red, qui a récemment fait un virage serré en intégrant des textes en français... Red Le soirée, qui a lieu dans une Cigale très bien remplie, débute donc avec une prestation de Red, malheureusement pas très bien mise en valeur par un son pas assez puissant : la guitare n'est pas réglée assez fort, la boite à rythmes et les samples sont trop en retrait. Comme les gens parlent, il est un peu difficile de rentrer dans ce court concert. Toutefois, même si les nombreuses chansons en... Lire la suite

RED+Bill B. Beat+ Jonaz+Le Comte de mon cul

Critique écrite le 12 septembre 2008, par stephane

Le Club 10 Lille 6 Septembre 2008

RED+Bill B. Beat+ Jonaz+Le Comte de mon cul  en concert

Soirées d'inauguration du Club 10 Les 6 et le 7 septembre 2008 RED en concert accoustique le vendredi soir, puis une affiche des plus alléchantes pour la grande soirée de samedi avec le trio de Neji Prod alias MC Billy B.Beat, Jonaz le rappeur iconoclaste et le célèbre Comte du cul et ses comptines freudiennes. C'est l'affiche plus qu'alléchante concoctée par Julien Cache et Lucille Gueuret pour l'ouverture du CLUB 10, le nouveau lieu culturel lilloise. Situé dans un quartier excentré de la capitale lilloise, au milieu des friches industrielles, le Club 10 a pour volonté de retrouver la convivialité des petites structures. Cache et Gueuret ont ainsi investi une maison de quartier qu'ils ont complètement transformé pour l'adapter à des concerts à la fois intimistes et intenses. Le salon a ainsi été transformé en scène tandis que la cuisine sert de bar et le jardin de chill out. Voilà pourquoi, le vendredi soir, une soixantaine de personnes triées sur le volet ont pu accéder à la première soirée. Vers 22h, RED, installé devant une armoire censée représenter une discothèque intérieure, branche les putters et empoigne sa guitare. L'assistance se serre dans la petite pièce. On s'assoit par terre, on se pose sur les... Lire la suite

Red : les chroniques d'albums

Red : Social Hide And Seek

Chronique écrite le 22/02/2007, par Pierre Andrieu

Red : Social Hide And Seek

Très rock, et aussi superbement rustique que remarquablement riche, le nouvel album de Red - Social hide and seek - est une nouvelle étape importante dans le parcours de ce franc tireur atypique et passionnant. Enregistré dans l'urgence au Vauban à Brest avec son groupe de scène, et avec l'aide de ses amis de longue date Neman Herman Düne et Noël Akchoté, cet album saisit l'auditeur grâce à l'intensité des compositions, à la force émotionnelle de la voix rauque et à la versatilité des atmosphères... Le rock de Red, marqué au fer rouge par la country, la folk music et le blues, arpente des chemins poussiéreux où souffle un vent mauvais ; rien n'est facile, rien n'est glamour, rien n'est gratuit dans cet univers tourmenté. La grande force de Red est d'avoir su s'entourer pour la composition et l'enregistrement de musiciens hors pair, qui enrichissent encore la palette des influences d'un monsieur capable de reprendre sur scène avec la même conviction les Talking Heads, Leonard Cohen, Lambchop ou Bob Dylan. Social hide and seek navigue à vue entre rock lardé de guitares hypnotiques, truffé de riffs de blues... Lire la suite

Red : Nothin' To Celebrate

Chronique écrite le 24/03/2005, par Pierre Andrieu

Red : Nothin' To Celebrate

Sur scène, comme sur disque, les rencontres avec Red sont toujours de bons moments, et le nouvel album - Nothin' to celebrate - ne déroge pas à la règle, loin de là... Plus que jamais brillant songwriter et interprète saisissant, Red s'est encore une fois entouré de musiciens excellents (Tonio Marinescu - batterie -, Jerôme Excoffier - guitare -, Léo Prud'homme - piano, orgue) et d'invités triés sur le volet (Bonne "Prince" Billy et Laetitia Sheriff viennent pousser la chansonnette). Sans surprise, ce nouvel opus est donc une réussite dans la veine folk/rock/blues ; les morceaux sont bien écrits, sonnent roots, la production est sobre mais riche (présence de nombreux instruments originaux et classieux - comme un banjo, une scie musicale, un orgue farfisa ou une harpe - ainsi que de quelques touches électroniques) et la voix de Red est sidérante de profondeur et... Lire la suite

RED : 33

Chronique écrite le 10/12/2002, par Pierre Andrieu

RED : 33

L'écriture tourmentée et la voix troublante de Red habitent littéralement les onze plages de ce disque ! Chaque morceau voit le blues, la folk music et le rock s'entrechoquer violemment pour donner un style âpre et authentique. On croit même discerner l'ombre inquiétante de Johnny Cash : la voix de Red évoque en effet celle de l'homme en noir de manière troublante ! Pour lui rendre hommage, le songwriter lyonnais reprend même The beast in me, un des moments forts du... Lire la suite

Red : Vidéo