Accueil Chronique album : Christophe - Aimer Ce Que Nous Sommes, par Philippe
Jeudi 27 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

Christophe : "Aimer Ce Que Nous Sommes"

Christophe :

Autres / Concept/Romantique

Critique écrite le 01 août 2008 par Philippe

Christophe a une voix à la fois aigûe et éraillée, il vit manifestement sur une autre planète (l'expression semble avoir été inventée pour lui), il adore les synthétiseurs et écrit des paroles d'un romantisme a priori complètement excessif. En plus, Christophe a composé Aline qu'on peut légitimement confondre avec du Guy Marchand par inattention... il a tout pour nous horripiler en somme. Mais il a aussi composé Les Mots Bleus, ce qui dénote un talent d'auteur-compositeur indéniable. Dans le doute, on a écouté cet album buzzé à mort, par curiosité, presque pour se moquer, et voilà que deux semaines plus tard, totalement séduit, on le recommande aussi...
Car Aimer ce que nous Sommes est un album-concept, totalement hors format, 13 titres pratiquement sans couplets ni refrains, aux mélodies bien souvent sublimes, dont on entend que chaque seconde a été travaillée au millimètre - outre une formidable aptitude à faire de belles mélodies, l'extra-terrestre étale une insolente richesse d'accompagnements, qu'il s'agisse de synthés, guitares, korg, choeurs d'enfants ou flamenco, parfois méconnaissables, ou à peine audibles, comme au troisième plan, et pourtant jamais surnuméraires... de titres pop, rock, slow, électro, leur style étant finalement secondaire puisque les mélodies et les paroles font presque oublier les rythmes. En somme, il tient les promesses que Sebastien Tellier n'a jamais fait que formuler, sans doute bloqué par la peur de tomber dans le ridicule quand, au contraire, il faut foncer sans se retourner pour vraiment émouvoir son monde...
Chateaubriand s'est-il demandé si son romantisme était cucul, Artaud s'est-il demandé s'il était compréhensible ? Cantat a-t-il pensé à quel point il nous ferait renifler en chantant un texte oublié de Ferré ? Christophe s'est-il demandé si la vieille dame qui parle, puis le choeur à la fin d'It must be a sign allaient nous foutre la chair de poule ? Si le désespoir sincère exprimé au travers de Parle lui de moi allait nous briser le coeur ? Si les soli de guitare vocodée et les violons de Lita allaient nous faire vibrer ou nous ennuyer ?
Non évidemment, et c'est ce qui fait sa force ! Qu'il parle de Berlin la nuit, d'un ancien amour, d'odeurs de femmes, ou même d'autres choses globalement incompréhensibles (la très sibylline Stand 14), il fait mouche presque à chaque fois... Ajoutez à ça quelques titres vraiment bizarres, comme celui où l'on entend que des borborygmes et des bouts de réponses à un Interview de..., oubliez un titre instrumental anecdotique, et vous obtiendrez, dans un style certes très différent, l'album le plus étrange (et donc, le plus fascinant) entendu en chanson française depuis l'Imprudence de Bashung. Et son auteur, dont on a finalement plus du tout envie de rire après de multiples écoutes attentives, de rester aussi insaisissable que l'étrange puzzle de sa couverture...
(2008)
PS 2009 : magnifique en live...
Vignette Philippe

 Critique écrite le 01 août 2008 par Philippe
 Envoyer un message à Philippe

Christophe : les chroniques d'albums

CHRISTOPHE : OLYMPIA2002

CHRISTOPHE : OLYMPIA2002 par Pirlouiiiit
25/02/2003
J'avoue qu'il y a encore quelques mois je n'aurais pas imaginer que j'allais m'acheter un disque de Christophe, mais voilà après avoir lu quelques chroniques de concert plutôt élogieuses et à l'approche de son passage à Marseille, lorsque je suis... La suite