Accueil Chronique album : L.A. Witch - Play With Fire, par Pierre Andrieu
Lundi 18 octobre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Critique d'album

L.A. Witch : "Play With Fire"

L.A. Witch :

Pop - Rock / Garage

Critique écrite le 13 août 2020 par Pierre Andrieu

Deuxième album de garage 'n roll bien couillu et légèrement gothique pour les Californiennes de L.A. Witch, fier trio sachant trousser de très accrocheurs morceaux chantés d'une voix boudeuse. Elles étaient déjà en forme en 2017 sur leur prometteur premier disque puis lors de la tournée ayant suivi, aujourd'hui Sade Sanchez (chant / guitare), Irita Pay (basse) et Ellie English (batterie) en remettent une couche en musclant leur jeu sur le bien nommé "Play With Fire". Un disque qui déborde de tubes barbelés façon rock and roll punk - les deux premiers titres bien punchy, "Fire Starter" et "Motorcycle Boy", le hit "I Wanna Lose", avec un son de distorsion bien gras, "Sexorexia" et ses penchants grunge à la Courtney Love/Hole -, teintés de psychédélisme bon teint ("Dark Horse") ou mélangeant les deux options, comme l'énorme "Gen-Z", sorte de garage psyché lancinant et crade, ou encore le trippant "Maybe the Weather". Outre les guitares enflammées et les rythmiques prenantes, le secret de la formule gagnante de ce gang fan du tandem cuir/moto réside dans les parties vocales à la fois félines et pleines de morgue de Sade Sanchez, sorte de synthèse magique entre l'ex femme de Kurt Cobain et Hope Sandoval (de Mazzy Star). Les sorcières de L.A. Witch, attirées par le côté obscur de la force tout en étant douées pour confectionner des bombes irrésistibles, ont pas mal d'atouts pour exploser à la face du monde avec "Play With Fire".



Liens : lawitches.bandcamp.com/album/play-with-fire, www.facebook.com/lawitches, twitter.com/la_witch, www.instagram.com/la_witch, www.suicidesqueeze.net, suicidesqueeze.bandcamp.com, twitter.com/suicidesqueeze...





21 août 2020 (Suicide Squeeze Records - Differ-ant)
Vignette Pierre Andrieu

 Critique écrite le 13 août 2020 par Pierre Andrieu
 Envoyer un message à Pierre Andrieu