Accueil Chronique de concert Arno
Lundi 18 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Arno

Arno en concert

Espace Julien - Marseille 11 Décembre 2012

Critique écrite le par

La file d'attente s'étire bien bas sur le Cours Julien en cette soirée frisquette de décembre. Avec sa reptation de lombric, elle progresse rapidement mais quand nous arrivons devant l'entrée de L'Espace Julien, elle est encore aussi longue derrière nous. Le Belge Européen Arno fait salle comble.
Arno honore Marseille de fréquentes visites, il était récemment au Dock Des Suds, mais revient le plus souvent dans ce même lieu : c'est un habitué de L'Espace Julien, je l'y avais vu il y a très très longtemps.



J'adore Arno, son personnage, sa musique, ses textes et les propositions qui émanent de tout cela. Je crois que c'est avec lui que j'ai pour la première fois entendu le terme de 'rock européen', et à l'entendre encore aujourd'hui, il est évident que s'il n'est pas le créateur de ce concept (mais il l'est peut-être), il en est certainement un des plus éminents représentants, pour ne pas dire le porte-drapeau. A entendre sa musique, on comprend la pertinence de cette étiquette qui le place dans une famille où -c'est le privilège des grands artistes- il énonce toute sa personnalité, sa singularité.



La salle est pleine, configuration debout jusqu'au fond. Les petites marches de la partie haute et reculée permettent au nabot que je suis de bien voir tout le concert, sans être trop éloigné. Génial.
Les chansons sont issues du dernier album Future Vintage et beaucoup d'autres sont d'anciens titres. La plus ancienne remonte au TC Matic des années 80, puis on a droit, entre autres et dans le désordre à Putain, Putain, Vive Ma Liberté, Bathroom Singer, Die Lie, Black Dog Day, Je Veux Nager, With You, I Don't Believe, Quand les Bonbons Parlent, Ratata, Oh La La, Show Of Life, Comme à Ostende (de Ferré / Caussimon), Les Yeux De Ma Mère, Lola, Etc (dédiée à sa grand mère), Elle Pense Quand Elle Danse (dédiée à une ex-copine branchée de son fils).



Les chansons interprétées sont courtes (entre 3 et 4 minutes en moyenne). Leur brièveté ajoute à leur intensité. Ça instaure un rythme qui est ponctué par une chanson calme pour trois pêchues, qui envoient. Rythme nécessaire au chanteur, certainement, mais aussi très agréable pour le public.



Les arrangements sont top et dégagent une énergie incroyable, qu'Arno impulse et rythme avec son chant, ses saccades nerveuses et ses cris de rouille ivre et agonisante. Il orne deux titres de son harmonica, et l'on constate qu'il est aussi un souffleur inspiré, habile et blueseux. Certains titres ont l'allure déglingué d'un vieux cirque ambulant, de Tod Browning sans aucun doute, dont il serait le Monsieur Loyal : il nous livre un jeu de cymbales sur Bathroom Singer, lors du rappel, aux allures superbes et décadentes de monstrueuse parade. D'autres morceaux ont la teneur d'un rock apocalyptique.



Je reconnais Serge Feys, le compagnon compositeur de la première heure, aux claviers, Le bassiste gaucher au nom yougoslave et le jeune batteur sont excellents aussi. Qu'ils me pardonnent de ne pas pouvoir honorer ce texte de leurs noms, l'un des revers de la voix d'Arno étant qu'on ne saisit pas tout, encore moins les noms yougoslaves à rallonge.



Les textes sont riches, aux phrases courtes, laconiques, aux images décalées qui laissent à l'auditeur une grande marge d'interprétation. Arno sous de fausses allures de philosophe de comptoir, est un poète du quotidien, observateur sensible, tel Francis Ponge, qui au lieu de poétiser sur les choses, le ferait sur les gens. Un sarcasme courtois, et même affectueux transparaît dans beaucoup de ses textes. A d'autres moments, il me semble y voir aussi une parenté avec une certaine facette du regretté Nino Ferrer.



Entre deux, Arno discute, prend son temps, cabotine et nous fait savourer son accent et sa diction si caractéristiques. Il est comédien autant que chanteur. Son personnage était déjà en place il y a une vingtaine d'années, il l'a peaufiné en préservant l'impression d'authenticité. Après tout, peut-être est-il réellement comme ça dans la vie. Il est question de belle-fille potentielle amatrice de macrobiotique, du rayon yaourts du supermarché, de bières évidemment mais aussi de thé au lait, de sa grand-mère, d'instants volés comme la conversation de deux épouses discutant de leurs amants respectifs, de Johnny Vacances et Mireille Mathieu et ses capacités de stimulation, et plus souvent du bordel généralisé dans laquelle nous évoluons actuellement.



Son rock a des allures déclamatoires : cri énergique, vital, pavé dans la mare, désir de se battre, besoin de hurler générés par ce monde de merde. Ses chansons plus calmes sont le territoire du sensible, du refuge, de la résignation, de tout ce qui lui sert de mythe de survie.



Arno se pose en héritier du siècle passé, en porteur, ou portefaix, de celui qui vient. Le titre de son dernier album Future Vintage en atteste. Et dans quelques autres siècles, les scientifiques retrouveront son ADN au fond d'une chope de bière. Ils pourront reconstituer l'un des plus beaux fleurons/archétype de la société contemporaine.



Arno : les dernières chroniques concerts

Arno en concert

Arno par Lb Photographie
La Croisée des Arts - Saint Maximin, le 27/11/2016
Ce dimanche, il ne fallait pas être en retard pour être sûr de voir Arno venir défendre sur scène Human Incognito, son 13ème album, dans le cadre de la tournée éponyme. D'abord... La suite

Arno + Magali  en concert

Arno + Magali par Sami
Espace Julien, Marseille, le 22/03/2016
Chose somme toute rare pour les concerts vus récemment c'est dans un Espace Julien à guichets fermés que j'arrive à me faufiler pour voir les derniers morceaux de la première... La suite

Arno  en concert

Arno par xavier
Théâtre Sébastopol, Lille, le 27/02/2016
Putain Putain, c'était vachement bien... Arno, c'est un peu un bon copain qu'on suit depuis des années. On l'aime, on va toujours le voir en concert quand il joue dans le... La suite

Arno en concert

Arno par Lebonair
Café de la Danse, Paris, le 28/11/2012
Le sorcier belge Arno est revenu en force en cette fin d'année 2012 avec un nouveau disque, le très réussi "Future Vintage". Ainsi une nouvelle tournée a débuté et se... La suite

Espace Julien - Marseille : les dernières chroniques concerts

Skip The Use + Parade en concert

Skip The Use + Parade par Zulone
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2020
Mercredi 4 Mars 2020, l'espace Julien est plein à craquer... Petits et grands de tous âges confondus sont là ce soir pour voir et re re revoir les Skip The Use. Le groupe a plus de... La suite

EPMD en concert

EPMD par Sami
Espace Julien, Marseille, le 26/02/2020
Les amateurs de rap US sont gâtés ces dernières semaines avec les passages de Havoc de Mobb Deep, Talib Kweli dans cette même salle, et à quelques jours d'intervalle Das Efx à... La suite

Charlélie Couture en concert

Charlélie Couture par G Borgogno
Espace Julien, Marseille, le 14/12/2019
C'était la troisième fois où je voyais CharlÉlie. Je l'avais vu à l'époque de "Comme un avion sans ailes" (Poèmes Rock, 1981, donc). Et au moment de la tournée "Solo Boys &... La suite

Toy Dolls en concert

Toy Dolls par Griffu
Espace Julien, Marseille, le 03/12/2019
"Marseille ville rock" ? ça fait doucement rigoler... Mercredi 3 décembre, à peine 500 métalleux se pressaient au Silo - pouvant en contenir plus de 2200 - pour accueillir... La suite