Accueil Chronique de concert Slift
Mardi 18 juin 2024 : 6045 concerts, 27114 chroniques de concert, 5413 critiques d'album.

Chronique de Concert

Slift

Slift en concert

Espace Julien, Marseille 6 avril 2024

Critique écrite le par


J'avais vraiment coché ce concert de longue date ! Je m'étais d'ailleurs débrouillé pour que le Père Noël m'y invite... Je m'étais même agacé dans les jours précédents que l'Espace Julien n'utilise pas la formidable affiche créée pour l'occasion (ou au moins, une des pochettes splendides des vinyles de Slift, signées Caza), pour y préférer une affiche de com' institutionnelle franchement dégueulasse, que la bonne bouille des trois musiciens ne pouvait pas sauver à elle seule... Et pourtant, j'ai bien failli ne pas venir du tout !

Slift by Pirlouiiiit 06042024
Il se trouve que ce samedi 6 avril 2024, fut la journée de l'agonie (pas trop douloureuse, heureusement), de notre family cat, une certaine Miaulette (sans doute le félin le plus gentil du monde, pour votre gouverne), qui nous a quittés précisément à 21h30 ce soir-là. La pauvre bête n'ayant certes plus besoin de nous, on m'a alors poussé à bien aller me faire ramoner les oreilles, le cerveau (et pourquoi pas, le coeur) par le fantastique trio - certes la meilleure surprise sonique du rock en France de ces dernières années ! J'y fus donc, mais avec une attention quelque peu flottante et quelques mixed feelings, on le comprendra... En plus d'avoir totalement raté la première partie, bien sûr.

Slift by Pirlouiiiit 06042024
Slift, voyez-vous, est ce type de groupe que toute votre famille déteste écouter en voiture, à part vous (heureusement, c'est vous qui conduisez généralement) - à l'évidence il est d'ailleurs plutôt enregistré pour s'épanouir sur vinyle, et avec un son plus ample ! Le public amateur de rock bruyant ne s'y est pas trompé, à voir le nombre d'aficionados, mais aussi de musicos croisés pendant et après le concert (citons notamment l'ex- Moon Rà, dont la musique certes moins brutale, a quand même une parenté génétique avec Slift). Public très majoritairement masculin et velu, comme souvent, au delà d'une certaine dose de brutalité sonique - c'est un simple constat...

Slift by Pirlouiiiit 06042024
Le groupe a à peine commencé quand j'arrive - vu la durée de leurs chansons j'aurai encore une bonne part d'Ilion, déclaration aussi ambitieuse que belliqueuse qui ouvre le récent album du même nom, et s'achève dans un finale déjà terrifiant... Sur scène, on voit surtout les projections psychédépileptiques (habituelles pour le genre "space rock", au sens large), qui parviennent presque à masquer ces trois garçons au look de metalnerds, charismatiques et sans chichis. Très sympas et très contents de rejouer à Marseille - car il se trouve que Cooki et ses sbires de La Salle Gueule les avaient déjà repérés et programmés, dans leur grande sagacité, il y a des années !

Slift by Pirlouiiiit 06042024
Un fantastique raffut, fort bien sonorisé ce soir-là, et fait seulement à trois, avec une batterie, dix cordes en tout sur deux outils de chez Gibson, un ou deux claviers à potards, une belle gamme de hurlements allant des plus graves aux plus aigüs... Et sans doute, une bonne trentaine de pédales d'effet sous les panards (j'ai oublié de vérifier...). Le son de Slift peut passer avec fluidité (et souvent dans le même titre) de passages psychédéliques façon Pink Floyd, à des brutalités metal contondantes pour ne pas dire doom, façon Amenra. Avec un net tropisme vers le brutal tout de même, y compris quand le départ est très atmosphérique (Weaver's weft).

Espace Julien by Pirlouiiiit 06042024
Chaque titre prend le temps de devenir une sorte de construction sonore, puis mentale, évocatrice tour à tour d'espaces cosmiques, d'apocalypses à venir et autres cités cyclopéennes englouties (comme dirait H.P. qui-vous-savez) : le genre de choses qui ne déparerait pas sous la tente Valley du Hellfest (si vous voyez), et de nature à vous faire planer très haut sans avoir à recourir au moindre adjuvant ! Mention spéciale à Ummon, à jamais la première, courte mais dont on ne s'est jamais remis.

Slift by Pirlouiiiit 06042024
A un point donné, le groupe annonce qu'il ne va plus jouer que 3 chansons, provoquant une bronca inutile : hé relax les gars, cela fait encore plus d'une demi-heure de musique ! En récupérant la setlist à la fin (merci au technicien sympa !), on pourra confirmer qu'il n'y a eu "que" 8 titres de joués - sur 90 minutes, quand même, faites le calcul de la durée moyenne... Mais quels titres !

Slift by Pirlouiiiit 06042024
Les amateurs de rock bruyant sont d'autant mieux servis qu'on oublie pas de proposer des passages rythmiques à headbanger ou pogoter, comme Lions, tigers and Bears, aussi jouissive dans son premier mouvement que déconcertante pour la suite ! Pire encore, la terrifiante The Story that has never been told, au départ également perché très-très haut, mais où l'on perd pied à la moitié, lorsque le rythme de batterie se fait non-binaire, donnant l'impression de littéralement tomber dans le vide...

Slift by Pirlouiiiit 06042024
Si notre esprit s'est bien égaré de façon récurrente pendant le concert (la faute à ces circonstances personnelles), l'expérience nous a toutefois fait du bien, d'autant que quelques passages centraux de leurs morceaux sont bien un peu abstraits/hermétiques, et se prêtent donc parfaitement à la déconnexion... On l'aura compris, un concert qui offre une expérience sensorielle presque complète - 90 minutes dans un shaker, pas besoin de rappel, on a été lavé, rincé et séché, peut-être même un peu consolé... Merci Slift et au plaisir de vous recroiser sur scène, espérons-le !

Slift by Pirlouiiiit 06042024

Setlist :
Ilion
Nimh
Ummon
The Words that have never been heard
Weavers weft
Altitude
Lions, tigers and Bears
The Story that has never been told

Plus de photos et vidéos par Pirlouiiiit par ici

Slift by Pirlouiiiit 06042024

> Réponse le 09 avril 2024, par lth

merci pour cette chronique qui donne envie de voir Slift live et toutes mes condoléances pour Miaulette (NdPh : merci à vous, c'est adorable !)   Réagir


Slift : les dernières chroniques concerts

Behemoth, Powerwolf, Young Gods, Clutch, Slift, Dark Funeral, Les Wampas, Perturbator, My Own Private Alaska, Hangmans Chair, Exodus, The Libertines, The Hives... (Motocultor Festival 2022) en concert

Behemoth, Powerwolf, Young Gods, Clutch, Slift, Dark Funeral, Les Wampas, Perturbator, My Own Private Alaska, Hangmans Chair, Exodus, The Libertines, The Hives... (Motocultor Festival 2022) par Kévin Cenier
Saint-Nolff, le 21/08/2022
Petit bilan du festival Motocultor 2022. On va commencer par le négatif, même si franchement je n'ai pas tant à me plaindre que ça... Ouverture du camping en retard mercredi,... La suite

Hellfest 2022 - Samedi 25 Juin : Guns n' Roses, Epica, Nightwish, The Exploited, Slift, Hallas, Stereotypical Working Class, Gloryhammer en concert

Hellfest 2022 - Samedi 25 Juin : Guns n' Roses, Epica, Nightwish, The Exploited, Slift, Hallas, Stereotypical Working Class, Gloryhammer par Pipoulem
Clisson, le 25/06/2022
Hellfest 2022 deuxième partie, samedi 25 Juin La fatigue commence à se faire sentir après les 5 premiers jours du Hellfest, mais cela devient comme une routine... La suite

Slift (Levitation France 2021) en concert

Slift (Levitation France 2021) par Pierre Andrieu
En plein air, devant Le Chabada, à Angers, le 25/09/2021
La deuxième et dernière journée de l'édition 2021 du festival Levitation France a permis de voir défiler sur scène Slift, Zombie Zombie & Sonic Boom, Working Men's Club, Shame,... La suite

Slift, Zombie Zombie & Sonic Boom, Shame, Tina, Lice, Working Men's Club, Anika, Los Bitchos, Baston, Wild Fox... (Festival Levitation France 2021) en concert

Slift, Zombie Zombie & Sonic Boom, Shame, Tina, Lice, Working Men's Club, Anika, Los Bitchos, Baston, Wild Fox... (Festival Levitation France 2021) par Pierre Andrieu
En plein air devant Le Chabada, à Angers, le 25/09/2021
La deuxième et dernière journée de l'édition 2021 du festival Levitation France était tout simplement mortelle ! Ce samedi 25 septembre au Chabada (Angers) en version Open Air,... La suite