Accueil Chronique de concert Be My Weapon et Santa Cruz
Jeudi 21 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Be My Weapon et Santa Cruz

Be My Weapon et Santa Cruz en concert

Théâtre Denis - Hyères 24 octobre 2009

Critique écrite le par

J'arrive un peu en retard, et m'asseoie vite afin de ne pas rater un instant de Be My Weapon, superbe groupe américain, mieux connu sous le nom de Swell, dont le son singulier a fait la renommée. Le trio nous entraine dans une atmosphère sombre et étrange, notamment dûe à la saturation des basses, les morceaux sont originaux et efficaces. Les projecteurs sont éteints, l'éclairage est faible, nous sommes transportés dans une ambiance intimiste et dépressive. Le batteur a un jeu très intriguant, n'hésitant pas à s'acharner sur les cymbales ; l'ambiance devient plus rock, avec de virulents riffs, ce que semble apprécier le public du Théâtre Denis. Le groupe nous propose ensuite quelques ballades douces et élégantes, quoique marquées par de puissantes rythmiques, la voix si particulière du chanteur est teintée d'une forte mélancolie, rappelant Black Francis (Pixies) à ses grandes heures. Cependant on notera les arrangements sonores de la salle : les réglages des basses sont dignes d'un concert de heavy metal, ce qui est assez gênant pour de la folk. Le côté roots, typique du sud des Etats-Unis, s'affirme par la suite au travers du jeu de guitare de David Frane et de la batterie mais on regrettera le manque d'implication du bassiste, qui passe complètement à côté du concert. Les musiciens se retirent et laissent un public enthousiaste, qui après de longs applaudissements, parvient à faire revenir le chanteur pour un rappel avec le sublime Sunshine Everyday, véritable perle de leur imposant répertoire. Leur prestation s'achève donc de belle manière, après nous avoir montré leur indéniable talent.

A l'entracte, je croise les membres de Santa Cruz, qui semblent fort joyeux avant de monter sur scène, malgré le fait que la salle se soit un peu vidée. La première surprise vient de la composition du groupe, il ne compte pas moins de deux basses, une guitare, un clavier, une batterie, un banjo, sans oublier le chanteur. Ils nous proposent une musique folk sympathique, dans un répertoire anglophone propre et intéressant accompagné de notes de synthétiseur très aigües. Ces types-là sont d'habiles mélodistes, en effet, ils nous emportent dans une folk, plus dense et roots, très animée sans toutefois sombrer dans la cacophonie. On enchaîne avec un morceau plus triste accompagné d'un violoncelle en pizzicato dont le son est fort harmonieux puis le groupe nous dévoile une facette plus rock, pas forcément novatrice mais toutefois agréable. Le chanteur sort de sa poche un enregistreur et amplifie le son de craquellements bizaroïdes, les compositions qui suivent sont plus dépouillées, cela est véritablement moderne. Dans la lignée, ils lancent une musique aux accents cold wave teintée de hululements du chanteur sur fond électronique, ce qui en résulte est simplement génial. Le groupe repasse à un registre folk pop plus conventionnel, quoique marqué durant certains passages par des sons entre industrial et noisy. Le chanteur se révèle un peu ennuyeux à la longue mais heureusement un des bassistes joue avec excitation et ranime le morceau. La suite est plus acoustique et mélodieuse, en l'absence des bassistes mais avec le retour du violoncelle, la folk ressurgit de manière très mélancolique, ces passages sont de vraies réussites, avec les sifflotements du chanteur pour égayer la composition. Ces morceaux ne sont pas sans rappeler le génial Beirut par moments, sauf pour la présence des basses, ces musiciens détiennent tout de même un répertoire de choix. Le batteur est appliqué à sa tache, les bassistes sont présents et solides alors que le clavier est assez effacé. Ce morceau plus doux et sombre s'ouvre sur un bon arpège, comme destiné à être la bande originale de nuits blanches mélancoliques. Cet interlude passé, on retourne vers des choses plus rythmées et roots à l'américaine, on se croirait dans un bar douteux du fond de l'Arizona, avec la chanson Before the rain falls, ce n'est pas leur passage le plus inspiré selon moi. Le groupe poursuit avec Broken Hero, mélodie calme et légère tutoyant l'ambient mais qui a son charme. Le public ovationne les musiciens qui reviennent, avec le violoncelle pour mon plus grand plaisir, pour Too Loud, ballade romantique un peu niaise cependant. La seconde chanson dévoile une pop agréable et douce, le chant est triste, les sons s'allient de belle manière, c'est puissant sans être pour autant agressif. Pour finir, on a le droit à un très long morceau principalement instrumental d'une qualité enchanteresse. Les musiciens reviennent pour une troisième chanson au rappel, ceci est totalement improvisé car ils ne s'attendaient pas à un tel enthousiasme de la salle, le résultat n'est pas mauvais du tout. Les lumières s'éteignent et je repars avec une très bonne impression de Santa Cruz, qui nous a livré une musique subtile de grande qualité.


Be my weapon: www.myspace.com/bemyweapon album: Be My Weapon
Santa Cruz: www.myspace.com/themusicofsantacruz album: A Beautiful Life

Be My Weapon (ex Swell) : les dernières chroniques concerts

Be My Weapon/Swell + The Sleeping Years + The Two en concert

Be My Weapon/Swell + The Sleeping Years + The Two par Pierre Andrieu
La Maroquinerie, Paris, le 02/11/2009
Encore un bon moment à la Maroquinerie à Paris : après Micachu & The Shapes la veille, c'est le plateau Talitres Records avec Be My Weapon/Swell et The Sleeping Years (+ The... La suite

Be My Weapon/Swell en concert

Be My Weapon/Swell par Pierre Andrieu
Le Rat Pack, Clermont-Ferrand, le 26/10/2009
De retour à Clermont-Ferrand au Rat Pack après un concert controversé il y a un an, David Freel et son groupe Be My Weapon (ex Swell) ont cette fois-ci tenu leur rang, malgré... La suite

Swell en concert

Swell par Pierre Andrieu
Le Rat Pack, Clermont-Ferrand, le 14/11/2008
Le tournée européenne de l'excellent groupe Swell s'intitule Waiting for a beer somewhere in Europe, allusion au dernier titre du magistral album du retour des californiens,... La suite

The Dead Science + Swell en concert

The Dead Science + Swell par Mystic Punk Pinguin
Poste à Galène - Marseille, le 13/11/2008
Belle date en théorie ce soir au Poste. Swell est du genre à squatter les platines avec son folk tout à la fois ténébreux et en apesanteur. Et j'avais lu chez des collègues que... La suite

Santa Cruz : les dernières chroniques concerts

Yann Tiersen & Shannon Wright + Santa Cruz + Modey Lemon + Kraftwerk (Trans Musicales 2004) par Pierre Andrieu
Parc des Expositions et L'Aire Libre, Rennes , le 04/12/2004
Troisième (et dernière) journée des 26èmes rencontres Trans Musicales de Rennes Le troisième jour d'un festival voit souvent arriver des festivaliers sur les rotules, avec de vilaines cernes sous les yeux et une démarche traînante. Nous faisons partie de ceux-là, avouons le... Mais quoi de mieux pour se "reposer" qu'un concert dans une... La suite

Théâtre Denis - Hyères : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin en concert

Bertrand Belin par Pierre C
Théâtre Denis Hyères, le 20/11/2016
Le temps est chafouin ce dimanche 20 novembre à Hyères. Les nuages menaçants et le vent ravissent les quelques planchistes et kite-surfeurs à l'Almanarre tout proche. La pluie... La suite

Interview de Françoiz Breut à l'occasion du festival <i>Les Femmes s'en mêlent</i> en concert

Interview de Françoiz Breut à l'occasion du festival Les Femmes s'en mêlent par Lartsenic
théâtre Denis à Hyères, le 26/03/2016
Françoiz Breut était invitée par le festival Les Femmes S'en Mêlent le 26 mars au théâtre Denis à Hyères, en co-plateau avec Alejandra Ribera. Son dernier album Zoo vient tout... La suite

Elysian Fields + Ladylike Lily (Festival Faveurs de Printemps) en concert

Elysian Fields + Ladylike Lily (Festival Faveurs de Printemps) par Aureza
Théâtre Denis - Hyères, le 10/04/2014
Dans ces villes du sud le soleil est un élément clé. Il semble s'intégrer aux constructions. La cité n'aurait pas la même allure sous une pluie battante, les palmiers feraient... La suite

Anna Aaron + Forêt en concert

Anna Aaron + Forêt par Callie-Cotto
Théâtre Denis - Hyères, le 26/03/2014
" Il régnait ici cette même impression d'être entouré par les habitants endormis d'un monde au seuil de l'éveil ". Ces mots écrits par William Gibson ont probablement marqués au... La suite