Accueil Chronique de concert Bikini Machine
Samedi 28 novembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Bikini Machine

Poste à Galène, Marseille 10 Fevrier 2006

Critique écrite le par

Live report initialement posté sur Massilia's Burning : https://massilia.burning.free.fr/



Il y a foule quand j'arrive au Poste à Galène aux alentours de 21h30, facile une dizaine de personne se sont masser prêt du bar, un chiffre qui atteindra une pénible petite cinquantaine de personne au fur et à mesure de l'avancée du concert, donnant un air un peu plus remplie à une salle qui sonnait un peu vide au départ du set. Un public flirtant avec la trentaine d'ou ne ressortira aucun visage familier si ce n'est celui de Pirlouiiiit de Live in Marseille arrivé un peu plus tard. Preuve que je m'aventure un peu en dehors de mon champ d'écoute musicale habituel. C'est en effet sur le nom du groupe (que je trouve incroyablement attirant et classe) et sur les chroniques enthousiastes de Pierre Andrieu que je me suis décidé à être curieux. Et la (totale) curiosité à 10€ c'est un luxe que je ne peux guère souvent me payer.



Signe qui ne trompe pas, dés l'arrivé du groupe tout le monde lâche le bar et s'agglutine devant la scène. Les rennais de Bikini Machine montent donc sur scène, le chroniqueur un peu feignant qualifierait leur musique d'electro-rock avec des petites touches diverses, ça tombe bien c'est ce que je suis, donc pour faire court et pour ceux qui ne connaîtrait pas, Bikini Machine c'est donc de l'électro-rock. Les gars sont cinq sur scène : un batteur, deux guitaristes, un bassiste et un clavier. Ça du moins c'est la position initiale puisque le groupe opère une véritable tournante dans son line-up (un peu comme au volley-ball) tout au long de l'évolution du set, ce qui, il faut bien l'avouer, ajoute une petite touche de fraîcheur au set. Ainsi le batteur passe au chant principal, parfois au deuxième clavier, quand ce n'est pas le guitariste qui s'y colle.



Le bassiste passe tantôt au chant, tantôt à la batterie où il est alors remplacé à la basse par l'un des deux guitaristes, bref ça n'arrête pas. Seul le clavier et l'un des deux guitaristes ne bouge pas. Ca donne une bonne dynamique à l'ensemble du set et l'on s'amuse à constater ces divers (et fréquents) changement. Seul léger hic, le chanteur principal manque un poil de charisme pour un 'frontman' d'une telle formation. Le bassiste ayant un peu plus d'entrain à l'exercice quand il s'y colle. Mais ça n'enlève toutefois rien à ses qualités de chanteur et de batteur.



Si vous n'avez pas encore décrocher avec tout cet imbroglio, sachez que musicalement c'est donc de l'électro-rock avec parfois des petites touches surf (trop rares malheureusement) comme sur l'intro, des influences garage rock, des bruitages et bien sur de l'électro, plus ou moins présente. Les morceaux trop électro m'on un peu lassé car je n'aime pas spécialement le genre (ou alors à petite dose), en revanche ceux plus rock sont de véritable machine à danser où le dosage entre rock garage et électro touche à la perfection. Ces justement ces fréquents changement dans le line-up qui apporte cette diversité au set, selon le rôle de chacun les morceaux sonneront plus ou moins rock, ou plus ou moins électro.



Il y en a pour tout les goûts, mais une chose est sure, le public a très bien réagis, avec pas mal de gens en train de danser frénétiquement sur un son résolument rétro (dans les milieux autorisés on dit vintage) et groovy. Ajoutés à cela quelques reprises, dont deux ou trois de Dutronc tiré de leur fameux EP où ils revisitent les morceaux de l'homme au cigare, et vous obtenez un bon set bien dansant. Une bonne grosse heure de concert, un rappel pour un morceau plutôt long, une bonne présence sur scène, des morceaux bien foutus, un public conquis, il y a du bon dans cette machine à bikini, fun et groovy qui donne envie de remuer du popotin et de battre la mesure.



Si vous appréciez le rock 60's et l'électro et que le mélange des genres ne vous effrayent pas, Bikini Machine devrait vous emballer haut la main.

Photos Pirlouiiiit


Bikini Machine : les dernières chroniques concerts

Arcade Fire + Air + Klaxons + TV On The Radio + The Good The Bad and The Queen + Loney, Dear + Bikini Machine + Tryo (Eurockéennes de Belfort 2007) en concert

Arcade Fire + Air + Klaxons + TV On The Radio + The Good The Bad and The Queen + Loney, Dear + Bikini Machine + Tryo (Eurockéennes de Belfort 2007) par Pierre Andrieu
Presqu'île du Malsaucy, Belfort, le 01/07/2007
Feu d'artifice final pour les Eurockéennes 2007, après deux belles journées vendredi (Marilyn Manson, Wu-Tang Clan, Les Rita Mitsouko, Amy Winehouse, Young Gods vs Dälek,... La suite

Tokyo Sex Destruction + Ghinzu + Baby Woodrose + The Bambi Molesters + Danko Jones + Bikini Machine + No One Is Innocent (Printemps de Bourges 2004) par Pierre Andrieu
Le 22, Bourges, le 23/04/2004
Et une soirée rock ‘n roll servie bien chaude au Printemps de Bourges, une ! Description par le menu : Tokyo Sex Destruction : groupe de garage rock espagnol dont les membres ont semble-t-il mis les doigts dans des prises de courant (alternatif) dès leur plus jeune âge... Leur album Red soul communitee le prouve de manière irréfutable :... La suite

Bikini Machine (Interview) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 22/06/2004
Le groupe rennais Bikini Machine s'apprête à prolonger une tournée qui semble ne pas devoir connaître de fin par une visite des festivals en juillet 2004... Un occasion de revenir avec Frédéric Gransart (chant, batterie, claviers etc) sur le parcours du combo électro garage depuis la sortie du disque - l'excellent disque An Introduction to... La suite

Burning Heads + Bikini Machine + Hawaii Samurai (Les Volcaniques de Mars 2004) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 06/03/2004
La dernière soirée des Volcaniques de Mars est traditionnellement une occasion de péter joyeusement les plombs en découvrant des jeunes groupes de rock festif (dans le bon sens du terme) ; l'édition 2004 de ce festival défricheur n'a pas dérogé à cette excellente règle... Les années précédentes King Khan et Bee Dee Kay & The Roller Coaster... La suite

Poste à Galène, Marseille : les dernières chroniques concerts

Gontard - Splash Macadam en concert

Gontard - Splash Macadam par Lb Photographie
Le Makeda - Marseille, le 12/02/2020
Splash Macadam. Bis Repetita. Y aura t'il quelque chose à ajouter à une chronique écrite il y a moins d'un mois sur un groupe vu en novembre ? Pas de promo d'album en vue, pas... La suite

Venus en Mars + Marie-Flore en concert

Venus en Mars + Marie-Flore par Pirlouiiiit
Makeda, Marseille, le 16/01/2020
Pour être honnête ça partait mal ... rien ne me laissait penser que j'allais accrocher à la musique de cette Marie-Flore dont le portrait envahissait les rues du quartier depuis... La suite

The Bellrays + Lemon Cars en concert

The Bellrays + Lemon Cars par G Borgogno
Le Makéda, Marseille, le 19/10/2019
BELLRAYS Acte III. The Bellrays aiment Marseille. Qui le leur rend bien. C'était au moins leur troisième passage phocéen en groupe. Plus un Bob et Lisa, les deux "leaders",... La suite

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) en concert

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) par Sami
Makeda, Marseille, le 21/11/2019
Entre deux têtes d'affiche internationales du festival Tighten Up, de Puppetmastaz la veille au cabaret aléatoire à Pete Rock à la voute quelques jours après, c'est ce soir un... La suite