Accueil Chronique de concert Bring Me The Horizon, Fever 333 & LANDMVRKS
Samedi 4 février 2023 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Bring Me The Horizon, Fever 333 & LANDMVRKS

Bring Me The Horizon, Fever 333 & LANDMVRKS en concert

Halle Tony Garnier, Lyon 5 juillet 2022

Critique écrite le par

C'est une soirée de qualité qui nous attend ce soir à Lyon. Avec une date qui devait avoir lieu en février dernier, Bring Me The Horizon a quand même réussi à caler ce concert en juillet, au milieu de sa tournée de festivals.


LANDMVRKS

Pour commencer, ce sont les Français de LANDMVRKS qui entrent en scène, un peu avant 20 heures. Le groupe, qui est sur une lancée phénoménale, enchaîne les concerts depuis le début d'année. Il défend son dernier album, "Lost In The Waves" et commence d'ailleurs avec le titre d'introduction de ce dernier. Une chose est sûre, les Lyonnais aiment le metalcore de LANDMVRKS, il n'y a qu'à regarder le nombre de fans portant un t-shirt à leur effigie. Avec des morceaux explosifs comme "Scars", "Visage" ou "Death", les musiciens originaires de Marseille font le travail devant un public acquis à leur cause. Florent Salfati, en bon leader, signe une performance vocale toujours impeccable. "Fantasy" viendra clôturer leur petit set, et le public chante en choeur le refrain. Cela fait plaisir de voir un tel enthousiasme pour le groupe qui ouvrait le bal.


Fever 333

Une demi-heure plus tard, l'ambiance monte encore d'un cran avec les américains de Fever 333. Et dès les premières secondes, on rentre directement dans le vif : le public derrière la crash barrière est déchaîné, à l'instar du chanteur Jason Aalon Butler, courant d'un bout à l'autre de la scène (comme le guitariste Stephen Harrison), jetant son micro par terre et aspergeant la foule avec sa bouteille d'eau. Les morceaux évocateurs et engagés prennent tout leur sens sur scène avec ce groupe, qui n'hésite pas à critiquer le port d'armes aux Etats-Unis, ou encore le racisme, avec "Made In America" ou "One Of Us".



Fever 333 délivre un punk hardcore puissant, et toute sa rage est transmise sur scène, surtout avec "Burn It", qui verra tout l'auditoire chanter avec les bras en l'air. Les Californiens ne cesseront de remercier le public et lorsque le chanteur effectue un saut au-dessus de la batterie de son compère Aric Improta, la foule applaudit. "Hunting Season" mettra un point final à un set plus qu'énergique, bouillant de colère et pourtant si inclusif.


Bring Me The Horizon

Il est 21h45 pile lorsque les lumières s'éteignent à nouveau. Bring Me The Horizon était attendu de pied ferme par les fans, à en croire les cris et les pleurs, surtout quand Oliver Sykes fait son entrée dans un accoutrement noir très élégant. "Can You Feel My Heart" démarre sur les chapeaux de roue, suivi par un "Happy Song" repris en choeur par les milliers de spectateurs. La scénographie est vraiment réussie, avec un écran géant en fond continuant sur le sol. L'immersion dans l'ambiance du groupe est totale.



Beaucoup de titres de "POST HUMAN: SURVIVAL HORROR", le dernier opus des Britanniques sont joués, et prennent tout leur sens en live. Mention spéciale à "Teardrops", "Ludens" et "Dear Diary", absolument dantesques sur scène, mettant en valeur tous les musiciens, que ce soit Jordan Fish au synthé, Matt Nichols derrière les fûts, ou le guitariste Lee Malia, ainsi que la basse de Matt Kean. Le son est d'ailleurs extrêmement bon, bien qu'un peu fort si l'on ne porte pas de bouchons d'oreilles. Vocalement, Sykes s'en sort sans accroc, impressionne même lorsqu'il passe du chant clair au chant "crié".



Au milieu du set, le chanteur et leader se pose devant l'écran qui diffuse une boucle hypnotisante, nous demande de fixer le point rouge sans cligner des yeux, le tout en questionnant le sens de la vie, pour lancer un des meilleurs morceaux du groupe : "Shadow Moses". Le public s'époumone en hurlant les paroles, connues de A à Z par presque tout le public. Il faut dire que BMTH a su se construire une communauté de fans hardcore après l'album "Sempiternal".



Un des derniers titres en date, "DiE4u" passe le test du live haut la main, avec ses arrangements pop et ses paroles simples mais pourtant si efficaces. C'est peut-être pour cela également que de très jeunes fans sont présents, car Bring Me The Horizon sait mélanger les genres et de ce fait, plait autant aux fans de metal qu'à la jeune génération, plus friande de sons modernes. C'est là toute la force du groupe, et cela se ressent.



L'instant émouvant arrivera lorsque le vocaliste demandera à son public de trouver quelqu'un pour grimper sur ses épaules. Tout le monde s'exécute, les hommes notamment, et les fans majoritairement féminines sont donc toutes mises à l'honneur. Oliver Sykes demandera alors à tous d'éclairer la salle avec les flash de téléphones, avant d'entamer "Follow You" en version acoustique. On aurait presque la larme à l'œil tant le moment paraît intime. Pas le temps de se remettre, c'est avec "Drown" et son refrain particulièrement poignant que les Anglais terminent leur set.



Après une petite pause, Bring Me The Horizon revient pour le rappel, et c'est avec "Obey" et un ancien morceau, "Diamonds Aren't Forever", issu de "Suicide Season" (2006) que le groupe clôture un concert riche en émotions. "Throne" et son intro dévastatrice fait office de grand final pour un show trop court, au vu de sa qualité.



Bring Me The Horizon est un groupe qui mérite son succès, avec une musique innovante, inventive et absolument détonante en live. Au fil des années, les musiciens originaires de Sheffield ont su trouver leur son, et ne cessent de progresser. La Halle Tony Garnier n'était pas remplie ce soir, mais nul doute que BMTH ont rempli de joie le cœur de tous leurs fans français.



Photos : Florentine Pautet www.facebook.com/FlorentinePhotography

Setlist :
Can You Feel My Heart
Happy Song
Teardrops
Medicine
Ludens
Dear Diary,
Parasite Eve
Shadow Moses
Itch for the Cure (When Will We Be Free?) @Tape
Kingslayer
DiE4u
MANTRA
Follow You @Info[Acoustic]
Drown

Obey
Diamonds Aren't Forever
Throne







Bring Me The Horizon : les dernières chroniques concerts

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

Sonisphere Festival 2011 : Slipknot, Airbourne, Gojira, Mastodon, Dream Theater, Bukowski, Symfonia, Bring Me The Horizon,  en concert

Sonisphere Festival 2011 : Slipknot, Airbourne, Gojira, Mastodon, Dream Theater, Bukowski, Symfonia, Bring Me The Horizon, par Abigail Darktrisha
Snowhall Parc, Amnéville, le 08/07/2011
Après le Hellfest il y a trois semaines, me voici de nouveau sur la route pour un autre festival Français : le fameux festival itinérant Sonisphere dont les affiches varient... La suite

Bring Me The Horizon + Architects en concert

Bring Me The Horizon + Architects par Vand
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 23/06/2011
Allez, je reconnais que j'ai vraiment un hyper mauvais a priori en rentrant dans l'enceinte du Cabaret Aléatoire ce soir. Rendez-vous compte, Bring Me The Horizon, l'antithèse de... La suite

Halle Tony Garnier, Lyon : les dernières chroniques concerts

The Cure (The Cure Lost World Tour 2022) en concert

The Cure (The Cure Lost World Tour 2022) par Pierre Andrieu
Halle Tony Garnier, Lyon, le 07/11/2022
La musique de The Cure agit comme une madeleine de Proust : si on croque dedans quand on est jeune, elle a des effets très addictifs et évocateurs, qui font qu'on a toujours... La suite

Roger Waters (Pink Floyd) en concert

Roger Waters (Pink Floyd) par Philippe
Halle Tony Garnier, Lyon, le 09/05/2018
Après le compte-rendu détaillé de l'ami Gandalf à Barcelone, étant donné que la set-list était rigoureusement la même à Lyon et que Concertandco n'a pas été accrédité pour des... La suite

The XX en concert

The XX par Coline Magaud
Halle Tony Garnier, Lyon, le 21/02/2017
La Halle Tony Garnier à Lyon, lieu peu réputé pour un son de qualité et des concerts intimistes a pourtant été hier soir le théâtre d'un show intéressant livré par le groupe... La suite

The Cure en concert

The Cure par Pierre Andrieu
Halle Tony Garnier, Lyon, le 17/11/2016
Grand moment de communion extatique en compagnie de The Cure à la Halle Tony Garnier de Lyon : une set list de rêve marquée au fer rouge par l'inoxydable album Disintegration... La suite