Accueil Chronique de concert Bunny Wailer
Jeudi 30 mai 2024 : 5864 concerts, 27096 chroniques de concert, 5413 critiques d'album.

Chronique de Concert

Bunny Wailer

Bunny Wailer en concert

Le Cabaret Sauvage, Paris 20 juillet 2014

Critique écrite le par




Comme chaque été, Le Cabaret Sauvage propose une série de concerts énormes pour les Parisiens en manque de congés payés. Les malheureux peuvent passer un été plein de vibes et de groove en allant voir entre autres des légendes vivantes comme Georges Clinton et son PFunk, Yellowman, Taj Mahall, Fred Weisley... En ce dimanche 20 juillet 2014, c'est une icône du Reggae Roots qui tenait le haut de l'affiche du cabaret sauvage. En effet pour les profanes, le Jamaïcain Bunny Wailer est le dernier survivant des Wailers, qui est juste le trio d'harmonie vocale de Bob Marley et de Peter Tosh.

Il enregistra avec eux les fabuleux singles de la période studio one, puis les 2 premiers mythiques albums édités par Island records "Catch a fire" et "Burnin" avant de quitter le groupe en 1974 pour vivre pleinement sa foi Rastafarienne en Jamaïque loin de la fièvre des tournées. Si sa notoriété est, bien entendu, en dessous de celle de Marley et de Tosh, Bunny Wailer, la voix de basse du trio, a sorti en solo quelques albums intéressants comme le Blackheart man ou Protest dans la seconde moitié des 70's. Il ne les a que très peu défendu sur scène puisqu'il ne quitte que très rarement la Jamaïque. Il n'était d'ailleurs pas passé à Paris depuis des lustres...

Si à l'instar de George Harrisson des Beatles, Bunny Wailer est un peu le "quiet man" des Wailers, il n'en reste pas moins un redoutable performer et l'un des véritables Pionnier du reggae Roots encore en activité. Le Concert du 20 juillet m'a fait terriblement pensé au concert donné par Max Romeo, il y a quelques mois dans la même salle et probablement devant le même public.

Accompagné d'un groupe avec une section cuivre retentissante, Bunny Wailer a pourtant démarré son set assez doucement en jouant des versions aimables pour ne pas dire passables de certains titres de son meilleur album Solo "Blackheart man". Puis, chemin faisant, le moteur du désormais presque septuagénaire s'est décrassé et l'a vu enchaîné avec une même virtuosité des standards Ska, et des classiques reggae avec un savoir-faire évident.

On a eu droit à quelques singles de la période Studio One des Wailers, des Hommages aux Skatellites, des manifestes Rasta , des odes au quartier de Trenchtown mais aussi des titres solos historiques de ses acolytes des Wailers comme "No Woman no cry" et un puissant "legalyze It". La mise sur orbite a donc bien fonctionné, même si on peut regretter le peu de place laissée aux plages instrumentales et dub qui auraient certainement amené un plus à ce concert.

Mais ne boudons pas notre plaisir, quand on aime le reggae roots cela reste toujours un bon moment que de voir l'un de ses créateurs sur scène. Les occasions vont se raréfier. Lorsque les apôtres ou les ambassadeurs que sont Bunny Wailer, Max Romeo, Burning Spear, Israel Vibration, Sly and Robbie, The Congos, The Abyssinians ou les Twinckle Brothers ne seront plus en état de tourner, le reggae Roots ne sera, comme le jazz, plus qu'une musique morte. Elle ne subsistera qu'à travers les interprétations de formidables "followers" comme peuvent l'être Groundation, mais elle n'aura plus son âme. C'est justement ce qui reste de cette âme que l'on vient chercher lors des Concerts des vétérans comme Bunny Wailer. Si elle n'est présente, ne serait-ce que sur quelques morceaux, et que l'on arrive à saisir, on vit un vrai bon moment de soleil et de musique.

Bunny Wailer : les dernières chroniques concerts

Garance Reggae Festival : Big Youth + Turbulence + Luciano + Bunny Wailer + Brigadier Jerry + Charlie Chaplin + Jahlivemusik & Culture Dan +Josey Wales en concert

Garance Reggae Festival : Big Youth + Turbulence + Luciano + Bunny Wailer + Brigadier Jerry + Charlie Chaplin + Jahlivemusik & Culture Dan +Josey Wales par Audrey H
Garance Reggae Festival - Bagnols sur Ceze, le 31/07/2010
Le soleil se lève pour cette dernière journée de festival. On part dans les rues à la recherche de produit frais et on en profite pour suivre les flèches de l'exposition de... La suite

Le Cabaret Sauvage, Paris : les dernières chroniques concerts

Salif Keita en concert

Salif Keita par Lebonair
Cabaret Sauvage - Paris, le 07/07/2023
Le festival d'été du cabaret Sauvage se tient du 27 juin au 29 juillet 2023. C'est un mois entier qui est consacré aux musiques du monde. Le programme avait de quoi nous faire... La suite

Shame & They Hate Change en concert

Shame & They Hate Change par Sébastien Lopez
Cabaret Sauvage, Paris, le 15/03/2023
Le rendez-vous pour voir Shame au Cabaret Sauvage était pris de longue date, pour l'occasion les copains de l'Ile de Ré faisaient le déplacement s'enfilant un aller-retour... La suite

Shame en concert

Shame par lol
Cabaret Sauvage, Paris, le 15/03/2023
On avait découvert avec bonheur le groupe Shame à l'Elysée Montmartre fin 2017. Ce combo de jeunes branleurs anglais distillant un punk rock haut en couleurs avait alors fait forte... La suite

The Damned en concert

The Damned par Electric Eye
Cabaret Sauvage, Paris, le 03/03/2023
Les légendes du keupon rosbif The Damned étaient de passage à Paris pour inaugurer leur nouvelle tournée et présenter "Darkadelic", leur prochain album prévu pour avril.... La suite