Accueil Chronique de concert Danakil + Phases Cachées
Dimanche 24 mai 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Danakil + Phases Cachées

Danakil + Phases Cachées en concert

Le Moulin - Marseille 3 avril 2014

Critique écrite le par

Nous sommes plusieurs dizaines de personnes à attendre devant les barrières à l'entrée de la salle de concert Le Moulin pour venir voir et écouter le groupe de Reggae français Danakil... Je suis surpris par l'âge du public qui se trouve là avec moi car j'ai l'impression d'être à la sortie d'un lycée, voire d'un collège tellement les jeunes sont vraiment jeunes ! Certains sont accompagnés par papa ou maman et pour d'autres c'est certainement leur premier vrai concert. Enfin, les portes s'ouvrent sur la grande salle des lieux pouvant accueillir 1300 personnes dans la fosse car le balcon de 200 places n'est pas ouvert pour ce concert. La salle continue de se remplir avec une moyenne d'âge qui commence à grimper, ça me rassure. Il est un peu plus de 20h30 quand arrive sur scène les trois compères du groupe Phases Cachées qui assure la première partie du concert de Danakil.

Ils ne sont pas vraiment rappeurs, pas vraiment chanteurs de reggae ou de R 'N'B mais disons que c'est un savant mélange de tout ça qui donne leur originalité, le rythme et la couleur à leurs morceaux. Dès le premier morceau Cheeko, D'Clik et Volodia envoient du lourd aidés par le synthé et les platines à scratch, je suis impressionné par le débit et la subtilité des mots de chacun.



Comme les balles du jongleur, ils interviennent chacun leur tour se croisant et se recroisant sur scène dans un mouvement perpétuel avec comme seuls outils leurs voix et leurs micros. Ils sont super bons dans leur façon de chauffer la salle, leurs musiques et leurs textes sont excellents me replongeant dans certains aspects de ma vie de banlieusard.



Le public apprécie la qualité de leur prestation car à la fin de chaque morceau les cris et applaudissements fusent avec force.
Encore plus étonnant lorsque D'Clik, l'animateur du groupe, demande au public de lui donner cinq mots au hasard pour les écrire sur un tableau afin de mettre au défi Cheeko d'improviser dessus.



Les mots donnés sont on ne peut plus tordus et je me demande comment il va pouvoir placer tout ça dans une impro vocale. Hé ! Ben ! Ça s'est fait... Cheeko a vraiment assuré dans son impro car pour placer "ornithorynque" ou "antépénultième" il faut avoir un sacré sens du vocabulaire, de la répartie et de la rime.



Même Volodia y va de son morceau à la guitare folk apportant encore une nouvelle facette à leur talent.



Le public bouillant comme une baraque à frites est conquis par les Phases Cachées et les félicite chaleureusement après leur dernier morceau posant même pour une photo prise du fond de scène avec en premier plan les artistes et derrière le chaleureux public du Moulin. Cette photo est visible sur la page Facebook des Phases Cachées. Merci messieurs pour votre époustouflante prestation.

Set list :

Rattrapes toi si tu peux
Globetrottoirs
Panique sur la Ville
Alias
Ma Gueule
Style Libre
Boule à Facettes
Impro
Boogie Woogie Flow
J'étais pas là


La pause de mise en place de la scène pour la venue de Danakil laisse le temps au public d'aller se désaltérer à la buvette de la salle en consommant divers breuvages. Coup de bol, comme le talentueux photographe qui assure l'illustration de cette chronique et moi-même faisons partie du public on en profite également pour s'envoyer une ch'tite mousse car l'ambiance est torride dans cette salle surchauffée par le passage de Phases Cachées.

Tout le monde à repris sa place dans la salle pleine comme un œuf pour accueillir ce groupe de la banlieue parisienne maintenant reconnu de tous dans le monde du reggae depuis plus de dix ans, Danakil avec à la basse Boris Arnoux, à la batterie Thierry Renaud, la section cuivres Mathieu Dassieu et Thomas Souil, l'excellent guitariste Fabien Giroud, au claviers Martin Bisson et Tino et le chanteur leader et non moins charismatique Balik, il est assisté par le chanteur sénégalais Natty Jean.



À peine l'intro attaquée sur un rythme reggae roots propre au groupe lâché copieusement par les musiciens que déjà le public danse et frappe des mains en attendant l'arrivée sur scène de Balik le chanteur leader de la formation. Le voici qu'il débarque sous les applaudissements et les cris de la foule qui le vénèrent avec ses dreadlocks extra longues bien vissées sous sa casquette et qui descendent en dessous de sa ceinture.

Il attaque la chanson du dernier album Les signes comme la route à suivre pour le reste de ce concert. Puis il enchaîne sur la chanson qui, c'est sûr, a été écrite pour moi et qui a fait grand succès et grand bruit sur les ondes, je veux parler de Quitter Paname. Tout le public chante en cœur ce morceau pour un monde meilleur, il en connait chaque parole.



Puis le groupe fait sonner les notes de la chanson Poupées russes issue du dernier album Entre les lignes sorti en février 2014, un morceau un peu plus calme où les cuivres font claquer le son avec énergie.



Les morceaux s'enchainent comme Regards croisés interprété par le très bon chanteur originaire de Dakar Natty Jean, Hypocrites...



Et oui ! La bienvenue dans un monde d'adultes, c'est au tour de Free chanson de l'album Echos du temps interprété en duo par Balik et Natty Jean, alors là ça déménage...





Les deux chanteurs mettent le feu au public qui n'en avait vraiment pas besoin, ils dansent et sautent tels des ressorts tombés d'un camion de livraison en route sur le périph. Les musiciens ont vraiment la pêche car ils n'arrêtent pas une seconde, les cuivres font sonner les notes très fort, le bassiste et le batteur assurent le rythme reggae, les synthés font claquer les mélodies et le guitariste se lance dans des solos d'une justesse écœurante pour un gratteux amateur comme moi.



Le roots continue de tourner avec Les vieillards de l'album Dialogue de sourds, La route des songes. Ne touche pas est interprétée par Natty Jean faisant ressortir une couleur d'Afrique au morceau.



Sous les chauds encouragements du public, Balik entame Marley avant de saluer la foule qui en redemande encore et encore.



Comme le groupe Danakil ne peut nous quitter comme ça, il revient sur scène et Balik nous raconte cette anecdote, pour préparer leur tournée ils ont répété dans cette salle du Moulin mais bien entendu sans public et que de voir autant de monde bouger et chanter dans cette même salle cela leur faisait chaud au cœur.



Il nous propose un voyage en chantant Les champs de roses, Alma de guerreiro qui fait danser tout le monde avec la surprise de voir arriver nos trois chanteurs de Phases cachées pour pousser la chanson avec le groupe vedette et pour finir avec Le rêve qui en dit long sur le message que véhicule ce groupe à tendance "écolo-humano-pacifico-musiciens"...



Comme ça fait du bien ce concert plein de beaux messages optimistes, d'Amour, de joie de vivre le tout transporté par une musique jouée dans le monde entier et qui reste intemporelle.
Chapeau bas Messieurs !



Danakil : les dernières chroniques concerts

Groundation, Danakil, Protoje, The Skints  (Baco Reggae Festival) en concert

Groundation, Danakil, Protoje, The Skints (Baco Reggae Festival) par Lebonair
Le Zénith - Paris, le 27/10/2018
Le label indépendant Baco Records a réuni quelques-uns de ses meilleurs artistes le 27 octobre au Zénith de Paris :Danakil, Groundation, Protoje, The Skints, Nattali Rize et... La suite

Danakil en concert

Danakil par Lebonair
L'Olympia, Paris, le 21/03/2014
Le groupe de reggae français Danakil a posé ses valises deux soirs de suite à l'Olympia les 21 et 22 mars 2014, 4 ans et demi après leur dernier passage dans cette même salle.... La suite

Natty Jean + Danakil Band + Dias + Korodjo + Conquering Sound en concert

Natty Jean + Danakil Band + Dias + Korodjo + Conquering Sound par Bertrand 13rugissant
Akwaba (Chateauneuf de Gadagne), le 16/03/2013
Soirée organisé par Korodjo c'est la Faites Sans OGM. Tout le weekend, des débats, des ateliers autour de cette problématique on ne peut plus d'actualité. Et pour animer nos petits... La suite

Danakil + Natty Jean en concert

Danakil + Natty Jean par Abigail Darktrisha
Atabal, Biarritz, le 31/03/2012
Après deux albums et un live, Danakil, le "reggae made in France" continue de transmettre son message engagé sur une musique métissée oscillant entre reggae et musique du... La suite

Le Moulin - Marseille : les dernières chroniques concerts

Camélia Jordana + Siem Folknomade en concert

Camélia Jordana + Siem Folknomade par Sami
Moulin, Marseille, le 09/11/2019
Les voix féminines et la Méditerranée sont à l'honneur au Moulin, qui, contrairement à ce qui était annoncé, est en configuration "petite salle" ce soir. Siêm Folknomade Pour... La suite

La Maison Tellier +  Blind Cinema en concert

La Maison Tellier + Blind Cinema par Sami
Le Moulin, Marseille, le 24/05/2019
Le Moulin a toujours été une des salles les plus ponctuelles de Marseille, beaucoup plus que les transports en commun en tout cas. Du coup comme souvent on aura juste le temps... La suite

Bukowski + Ultra Vomit en concert

Bukowski + Ultra Vomit par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 10/05/2019
Soirée (évier) metal potentiellement débile et bien régressive, avec les quasi-mascottes du Hellfest : les fameux Ultra Vomit de Nantes ! Le public devant l'entrée semble... La suite

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite