Accueil Chronique de concert David Bowie
Dimanche 19 septembre 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

David Bowie

David Bowie en concert

Maison des Sports de Clermont-Ferrand 19 juin 1997

Critique écrite le par




Ce compte-rendu de concert et ce qui l'entoure sont sortis le lendemain de l'annonce de la mort de David Bowie, d'où les circonstances précisées et les circonvolutions émues.
Il y a des concerts qui changent des vies.

*

Concert à la Maison des Sports, Clermont-Ferrand : 19 juin 1997.
Concert "des cinquante ans" au Madison Square Garden, New York : 9 janvier 1997, diffusion dans la foulée sur Canal +.
À côté, The Rise and Fall..., sans doute reçu en cadeau à noël 1996, ou 1995 mais j'en doute.
Avant, un nom qui revient comme un mantra dans la chose qui nous intéresse de plus en plus mon frère et moi. Le hasard et l'un des premiers Rock&Folk qu'il a achetés nous ont donné Lou Reed d'abord, que nous explorons passionnément du Velvet à The Blue Mask et Set the Twilight Reeling avec une prédilection personnelle pour Berlin, écouté en boucle dans le bus des obligations scolaires. L'outrance, déjà, ne fait plus peur, elle est distinction mariée à l'élégance. On suppose dans les interstices des légendes une vie incroyable et pourtant du même os que la nôtre, la fameuse lutte contre l'ennui.
Bowie existe comme un mystère sans porte d'entrée, difficile à relier avec les quelques tubes rescapés des années quatre-vingt et l'apparition lors de l'hommage à Freddie Mercury filmé à Wembley, première VHS cruciale. Après celle-ci, il y a eu Nirvana, Metallica, Black Sabbath. Aucun d'eux ne suffit à faire une vie, aucun d'eux n'existe sans costume. Leur exotisme n'est remplacé par celui des putes et des drogues de Reed que parce que ce dernier s'adresse au creux de l'oreille plutôt que d'hurler au lointain, nous lâche les basques avec un Cthulhu que même en rêve on est certain de ne jamais approcher. Un premier indice de génie, dépecer les bas-fonds réels ou fantasmés de leur extériorité, nous les donner.

*

Une image suffit lors d'un de ces documentaires télévisés d'avant Internet, sources essentielles d'images et de sons, quelques secondes d'un Bowie théâtral au possible, chantant un crâne en main, petit Hamlet, sur fond de guitare inscrites hurlantes dans mon cerveau. L'image la plus excitante de mes quinze ans, l'image fondatrice : "il existe".

*

Ziggy Stardust, donc, chef-d'œuvre officiel et obligatoire, personnage légendaire. L'album d'abord me déçoit : je ne retrouve pas les guitares hurlantes de l'image fondatrice mais des chansons qui débutent et s'achèvent de façon étrange, des guitares acoustiques, du piano qui fait même penser à Elton John, des violons, trop de choses que nourri par la rugosité d'un certain metal et Lou Reed, je trouve molles voire jolies. Ça ne dure pas. La voix.
Comme chez Reed sur ses bons disques, chaque mot chanté s'aligne sur une fréquence intime, le plus souvent inconnue, qu'elle fait vibrer avec une constance et une justesse qui me ravissent autant qu'elles m'épuisent. Bowie en chantant Ziggy m'interpelle à chaque mot, ne me délaisse pas une seconde, me donne à découvrir en moi une foule de possibles. Par dessus, les chansons et leur art narratif, leur déploiement à chaque fois inattendu glissent de la déception à l'admiration la plus complète. Comment fait-il ? Tout me semble étranger et pourtant tout me parle avec force. C'est comme dire qu'une œuvre donne un monde, sauf que Bowie en donne des quantités, dans et entre les chansons, avec minutie.
Peu à peu les différents éléments forment un ensemble adoré de chansons, d'arrangements, d'interprétations et de sons.

*

Earthling sort en février 1997. Bowie présente deux chansons en live à Nulle Part Ailleurs, nous achetons le disque que nous fréquentons déjà quand Canal + diffuse le concert enregistré au Madison Square Garden pour ses cinquante ans.
C'est l'année de la grande accélération puisque je connais et estime tous les invités de la célébration - Frank Black, Lou Reed, Sonic Youth, Billy Corgan. Robert Smith m'indiffère encore, les Foo Fighters ne servent déjà à rien. L'esthétique devient un centre. Autour, l'électronique par un album révéré, épuisé d'écoutes, prêté et jamais retrouvé, expérimental et pop. Bowie écoute de la drum'n'bass, en use dans des chansons qui me plaisent, c'est donc qu'une musique vit aussi dans ce qui jusqu'alors m'exécrait, la machine.
Nous prenons langue entre camarades de classe, nous arrivons avec un rien d'exigence au même stade au même moment, l'importance de Bowie et de ce qu'il y a autour, nous nous répartissons sans préméditation l'achat des albums, avant de nous les échanger pour en faire des cassettes. Et je me souviens ainsi de la première écoute de Hunky Dory, du canapé, de l'heure et de mon état à la fin du disque.
Pianotage. Première basse, premiers groupes et l'ennui : impatient, je voudrais que tout soit aussi génial que ce que j'écoute mais ni Stuart Staples, ni Will Oldham ne fréquentent mon bahut. On se comporte, on fait comme on peut, on enregistrera même sans avoir encore la constance.

*

Sur ce terrain lycéen fertile survient l'annonce d'une tournée : Bowie vient jouer à Clermont-Ferrand. Hors auditions de mon école de musique, je n'ai jamais vu de concert. On se précipite sur les places, ignorant qu'elles seront loin de toutes se vendre. Il n'y a pas d'air du temps à l'indifférence.
Nous sommes une petite bande accompagnée de mon frère, prudemment réfugiée dans les gradins, effrayée encore par le principe de fosse. Du son est diffusé avant le show, j'ai lu quelque part que Bowie était méticuleux y compris à ce sujet et attentif, je prends une claque. La musique électronique, instrumentale, au volume surprenant, magique, parvient presque à stopper nos échanges frénétiques.
Il arrive, petit, joue beaucoup de morceaux que je ne connais pas, beaucoup que je connais, il joue beaucoup de saxophone. Tout devient immense, la lumière, le son, sa voix, ce qui semblait normal et neutre comme la batterie et les amplis devient autre, vecteurs animés. C'est un premier concert et c'est David Bowie qui étire ses chansons, qui chante "The Man Who Sold the World", qui chante pour tout le monde et pour chacun. Nous sommes debout les enthousiastes du gradin et jurerons convaincus que son signe et son "yeah" enthousiaste pendant "All the Young Dudes" était pour nous, ce signe que j'ai reconnu hier soir en visionnant le concert final de Ziggy à l'Hammersmith Odeon et qui m'a plus ému que le reste, ce soin de la connivence.

*

Le reste comme tout le monde, l'exploration, le goût et l'usage, des moments, ainsi le jour où en écoutant pour la trentième fois "Station to Station" j'ai enfin reçu estomaqué le morceau. Des bamboches suspendues en s'extasiant devant tel ou tel tour à sa manière, un "Starman", un "Always Crashing in the Same Car". La suite ne vaut vraiment que pour soi, je la laisse.

*

Puis "Blackstar", d'abord la chanson et son clip usés avec parcimonie, tellement géniaux que je ne voulais pas les éteindre dans la compression numérique du son streamé. "Lazarus", commentaire intriguant, moins susceptible d'épate par sa durée mais à la même séduction. L'album, acheté en CD à sa sortie, écouté religieusement la musique détachée d'images et de nouveau ces mille mondes dans la voix, cette interprétation déployée dans, encore, de nouvelles façons. Il m'a mis à genoux une nouvelle fois, la composition, l'arrangement, l'interprétation, le son. Puis il est mort.
C'est tellement parfait en soi que je ne peux rien regretter.

*

Setlist :

Outside
I'm Deranged
Dead Man Walking
The Man Who Sold the World
Strangers When We Meet
The Last Thing You Should Do
V-2 Schneider
I'm Afraid of Americans
White Light/White Heat (The Velvet Underground cover)
The Motel
Battle for Britain (The Letter)
Seven Years in Tibet
Pallas Athena
Fashion
Fame
Under Pressure (Queen cover)
Stay
Telling Lies
Looking for Satellites
O Superman (Laurie Anderson cover)
The Jean Genie
Queen Bitch
All the Young Dudes
Hallo Spaceboy
Scary Monsters (And Super Creeps)
Little Wonder

A Bowie Celebration : les dernières chroniques concerts

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc)  en concert

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc) par Demi Playmobil
Carnegie Hall, New York, le 01/04/2016
Soirée hommage à David Bowie au Radio City Hall, à New York, hier soir... Le groupe de Mc Caslin qui joue sur le dernier album de du Thin White Duke Blackstar a composé une... La suite

David Bowie en concert

David Bowie par Vince-O-Matic
Maison des Sports, Clermont-Ferrand, le 19/06/1997
Bowie et Low-vergne : l'improbable rencontre Différent. Il le fut. Il le sera. Toujours. Chanté par Adjani, repris par à peu près tout le monde - et dans nombre d'idiomes.... La suite

DAVID BOWIE + N*E*R*D* + HAWKSLEY WORKMAN par Sami
Arènes de Nimes, le 14/07/2002
Ça faisait longtemps que je n'étais pas allé à un concert et encore moins un de cette importance. La dernière fois que je m'étais déplacé (hors festival) c'était pour Radiohead en 2000 à Frejus. Même si Nimes n'est qu'à une heure et demie de Marseille, j'étais un peu perplexe vu le temps exécrable de ce 14 juillet et donc la peur d'une annulation... La suite

David Bowie : les dernières chroniques concerts

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc)  en concert

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc) par Demi Playmobil
Carnegie Hall, New York, le 01/04/2016
Soirée hommage à David Bowie au Radio City Hall, à New York, hier soir... Le groupe de Mc Caslin qui joue sur le dernier album de du Thin White Duke Blackstar a composé une... La suite

Nous avons décidément une chance incroyable (ou une petite épitaphe pour Lemmy & David)           <i>[Bowie / Motörhead]</i> en concert

Nous avons décidément une chance incroyable (ou une petite épitaphe pour Lemmy & David) [Bowie / Motörhead] par Philippe
11/01/2016
Nous avons décidément une chance incroyable ! Et d'ailleurs des milliards de gens pourraient, non, devraient nous envier, à s'en rouler par terre de dépit et de jalousie !...... La suite

David Bowie en concert

David Bowie par Vince-O-Matic
Maison des Sports, Clermont-Ferrand, le 19/06/1997
Bowie et Low-vergne : l'improbable rencontre Différent. Il le fut. Il le sera. Toujours. Chanté par Adjani, repris par à peu près tout le monde - et dans nombre d'idiomes.... La suite

Showcase special David Bowie, by The Spiders from Venus en concert

Showcase special David Bowie, by The Spiders from Venus par Joshua
Lollipop Music Store, Marseille, le 16/10/2015
Bon, alors celle-là je vous la fais rapide parce que je suis quand même en plein dans mes toutes premières vacances d'école, alors j'ai pas que ça à faire non plus hein ! Mais... La suite

Maison des Sports de Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Iggy Pop + Die Cheerleader (American Caesar Tour) en concert

Iggy Pop + Die Cheerleader (American Caesar Tour) par Pierre Andrieu
Maison des Sports, Clermont-Ferrand, le 13/11/1993
"FUCK YOU CLERMONT !" Comme tous les artistes en cette année maudite pour les événements faisant potentiellement se mélanger les gens, Iggy Pop a été obligé de reporter sa... La suite

David Bowie en concert

David Bowie par Vince-O-Matic
Maison des Sports, Clermont-Ferrand, le 19/06/1997
Bowie et Low-vergne : l'improbable rencontre Différent. Il le fut. Il le sera. Toujours. Chanté par Adjani, repris par à peu près tout le monde - et dans nombre d'idiomes.... La suite

Garou par stephane sarpaux
Maison des sports Clermont-Ferrand, le 06/04/2003
Comment dire que l'on n'a pas aimé ce concert ? Impossible, Garou est vraiment une "bête de scène" ! Et pour rien au monde je ne raterais son peochain concert dans ma région ! La suite

DE Palmas par Priscillia
Maison des sports de Clermont Fd, le 07/03/2002
C'est la 3ème fois que je vais le voir en concert. Je vous recommande vraiment d'aller le voir. Il est génial, les musiciens aussi, tout est parfait. Allez-y vous ne serez pas déçus. La suite