Accueil Chronique de concert Dickybird + Doppler + Unlogistic + Shane Cough (Les Volcaniques de Mars 2004)
Mardi 20 octobre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Dickybird + Doppler + Unlogistic + Shane Cough (Les Volcaniques de Mars 2004)

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 5 mars 2004

Critique écrite le par



Pour débuter cette soirée réservée aux amoureux transis de musique dure, le groupe havrais Dickybird a déversé un torrent de décibels dans les oreilles de ses fans. La survoltée chanteuse/guitariste du trio hardcore s'appuie toujours sur une rythmique monstrueusement efficace pour placer ses guitares tranchantes et ses hurlements déchirants en anglais. Les trois musiciens ne sont jamais aussi convaincants que lorsqu'ils se laissent aller à leur sérieux penchant pour l'ultra violence sonique ; dans ces moments-là, la musique de Dickybird fait l'effet d'une bombe explosant en pleine gueule de ses victimes (consentantes). Le mécanisme de mise à feu a d'ailleurs été concocté avec l'aide d'un spécialiste dans un laboratoire basé à Chicago - Electrical Audio - qui en a vu passer d'autres (Nirvana, Pixies, P.J. Harvey et... Dionysos) : un ingénieur du son nommé Steve Albini... Certains morceaux plus "pop" font moins d'effet, mais l'alternance calme (relatif)/tempête renforce l'impact de la musique de Dickybird. Le set se termine par un titre en français "pour surfer sur la vague actuelle de la chanson" ; après une longue partie instrumentale, la chanteuse répète à l'infini : "T'en voulais, en v'là... du français pour toi, enculéééééééééééé !" Bien envoyé !

Dans un style encore plus violent, Doppler a fait très forte impression... Après un sample d'ouverture - aussi drôle que potache - où des gamins déblatèrent des enfantillages plutôt salés, Doppler démarre les hostilités (c'est le cas de le dire !) sans tergiversation aucune. Pour obtenir un effet hypnotique, le trio lyonnais bâtit un mur du son absolument assourdissant à base de batterie martelée et de guitare/basse/hurlements (sur)saturés. Dans les cordes, on se retrouve complètement sonné par les coups répétés du combo. On voit 36 chandelles certes, mais ce noise rock extrêmement agressif a un côté fascinant...

La suite ne fait pas non plus dans la dentelle mais la musique d'Unlogistic est plus "classique" : du punk hardcore anticapitaliste. Deux guitares déchaînées joignent leurs efforts à une boite à rythme à la Bérus et un chant en anglais aussi revendicatif qu'énervé... Rien de bien original mais Unlogistic, c'est du nerveux ! Le public semble ravi de renouer avec les grandes heures du pogo hystérique, encouragé par un membre du groupe qui ne foulera pas la scène une seule seconde. Muni d'un micro, le petit agité hurle comme un malade pour soutenir ses camarades puis fait des commentaires souvent drôles - mais parfois un peu limites - qui annihilent les velléités révolutionnaires du discours du chanteur. Pour résumer, tout cela donne un joyeux bordel qui permet à tout le monde de bien se défouler avant de retourner se faire exploiter par le système le lundi matin...

Les prétentions de Shane Cough sont plus "raisonnables" : le groupe - déjà aperçu sur la scène du festival Osmose - produit un electro rock poseur destiné à faire danser. Tous les musiciens portent un costume de scène ultra voyant, et chacun essaie d'attirer l'attention du public sur lui. Les efforts de l'excité derrière les platines sont assez probants mais pas assez tout de même pour rivaliser avec la chanteuse qui semble tout droit sortie d'un Peep Show. La belle est un genre de sosie de Nico habillée en dominatrice ; pas maladroite derrière le micro, elle fait son petit effet dès qu'elle se trémousse sur le vacarme assourdissant de ses acolytes. Le début du set de Shane Cough est donc assez cinglant, les morceaux voient cohabiter des rythmes électroniques avec des guitares tour à tour noisy, punk ou metal. Les brefs instants de calme ne sont que des prétextes pour mieux réenclencher la distorsion en se jetant partout quelques secondes plus tard. Le point d'orgue de ces bons moments sera une version electro punk de Pretty vacant de Sex Pistols : ce morceau produit clairement un effet orgasmico sonique. Si par la suite, Shane Cough gardera sa puissance de feu, on se rend compte que le groupe utilise toujours la même formule et les mêmes poses...
Le système auditif dangereusement poussé dans le rouge, c'est donc avec la délicieuse sensation d'avoir tenu le choc face à quatre attaques en règle qu'on rejoint la sortie en se jurant qu'on... nous y prendra encore !


Sites Internet : www.timer-records.com, www.shanecough.com.

Dickybird : les dernières chroniques concerts

FUGAZI + Dicky Bird par Hum !
Moulin - Marseille, le 07/10/1999
Groupe mythique enfin de retour à Marseille. J'ai eu quand même un peu peur en rentrant dans un Moulin qui m'a paru vide ... les organisateurs aussi ... mais comme d'habitude les gens sont arrivés tard, et n'ont pour la plupart pas assisté à la première partie (les méchants) et ont donc raté quelque chose. (sinon sachez le : les concerts au Moulin... La suite

Venus Coma + Enema + Dickybird par Yann
MJC mirabeau - Marseille, le 09/02/2001
Venus coma: pop mélodique-post rock d'une finesse incroyable (que John en prenne de la graine) la guitare acoustique, tres mélodique est soutenu par une deuxieme guitare (une strat) tres aérienne, trés discrète mais trés efficace. La section rythmique ne compte qu'une batterie mais là aussi les nuances dans le jeu et la pureté du son sont un régal.... La suite

Doppler : les dernières chroniques concerts

Plod+Kabu Ki Budda+NED+Doppler+Bananas at The Audience+Vomit For Breakfast par metal@concertandco
CCO, Villeurbanne, le 27/09/2001
A l'occasion de la sortie de la compilation "?", un concert marathon était organisé au CCO avec pas moins de six groupes invités. Cette soirée a été l'occasion pour moi qui était très heureux de voir que la scène métal lyonnaise est assez active et riche en groupes intéressants de faire le même constat pour ce qui est du rock. En effet, de rock... La suite

Shane Cough : les dernières chroniques concerts

Tripod+ Sleepers + Burning heads + Shane Cough par Pierre Andrieu
Nohanent (pres de Clermont-Ferrand) Place de l'Eglise, le 22/06/2001
Arrivé à 21 heures, je loupe Wheel, que je ne connais pas : je les verrai une autre fois j'espère ! Arriver dans une petite ville, où la place de l'église est occupée par un festival de musique de jeunes, est assez surprenant ! Le site, pouvant contenir près de 1500 personnes, est rempli à moitié ce soir mais l'ambiance sera tout de même chaude et... La suite

Unlogistic : les dernières chroniques concerts

Unlogistic + Stanley Kubi par Mystic Punk Pinguin
Machine à Coudre - Marseille, le 01/12/2005
Après les excelentissimes Kabu ki Buddha et Homosuperior, voici d'autre groupe de barges qui pratique du punk destructuré. Unlogistic se présente avec deux guitaristes qui se font face, avec une boite à rythmes en fond un peu à la Binaire. Ils hurlent à tour de rôle un punk anticapitaliste, son oppressant et violent, le résultat est scotchant.... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2020
Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de... La suite

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) en concert

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) par Didlou
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 07/03/2020
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la Coopérative de Mai, vingt ans ça se fête et la salle clermontoise sait le faire avec plein de concerts à l'affiche (IAM, Mustang, Iggy Pop,... La suite

Pomme (Les Failles Tour) en concert

Pomme (Les Failles Tour) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 20/02/2020
Grande Coopé quasi complète pour la pétillante et mélancolique Pomme, venue présenter de manière touchante, drôle et assurée son très beau deuxième album d'obédience chanson folk,... La suite

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) en concert

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2020
Animée chaque année par les efforts de moult cadors rock 'n roll blues, la caravane du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator passe une nouvelle fois par La Coopé en ce... La suite