Accueil Chronique de concert Frank Carter & The Rattlesnakes + The OBGMs
Vendredi 3 février 2023 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Frank Carter & The Rattlesnakes + The OBGMs

Frank Carter & The Rattlesnakes + The OBGMs en concert

La Cigale, Paris 2 décembre 2022

Critique écrite le par

C'est par un temps hivernal et bien glacial que nous rejoignons La Cigale, juste à temps pour le début du concert. A peine le temps de passer prendre une bière au bar que les premières notes de The OBGMs raisonnent dans la salle. La fosse est pleine à craquer alors nous nous positionnons stratégiquement dans la coursive, sous le balcon et juste derrière la régie son et lumières. Idéal pour dominer la fosse et très bien voir la scène. Nous découvrons le quatuor de Toronto qui joue un punk rock de bonne facture et qui s'y connait pour ambiancer le public, qui ne demande que ça. Le chanteur et leader Densil McFarlane se démène pour faire participer la salle qui est déjà chaude comme la braise. Les 30 minutes allouées au sympathique groupe canadien passent bien vite. Pas inoubliable mais la mission est remplie car le public a participé bruyamment et de manière dynamique grâce à moult circle pits, et perso je vais aller réécouter ce que cela donne sur disque.



Un rapide changement de scène nous permet de nous repositionner encore mieux alors que tous les espaces de La Cigale semblent bien remplis. Preuve que Frank Carter et ses serpents à sonnette ont maintenant une fan base bien imposée dans l'hexagone, à force de tourner et notamment de jouer dans les festivals (Hellfest 2017 & 2022, Download 2018 là où nous les avions découverts).
Dès que "My town" démarre, le public explose et première constatation le son n'est pas insupportablement fort, comme il a très souvent tendance à l'être, et le mix est très bon. L'ami Frank est toujours aussi explosif sur scène, et ne tarde pas à aller au contact via des stage divings et un joli poirier sur fans 😊 . Le groupe anglais délivre son punk rock de manière directe, tel un bel uppercut en pleine face, sans jamais oublier ce côté mélodique, presque pop sur certains refrains. Le magnifique "Tyrant Lizard King" laisse entendre que le public est très en voix ce soir et l'ambiance est explosive. Preuve en est, juste après "Cobra queen" le chanteur tatoué des pieds à la tête remarque un abruti de première classe dans le public qui ne cesse de l'invectiver et de lui faire des doigts d'honneur... mais que fait ce type ici s'il n'aime pas le groupe ? Ni une, ni deux, le chanteur, après lui avoir demandé à maintes reprises ce qu'il veut, saute dans le public, bien décidé à en découdre. Le fauteur de trouble, pas bien courageux, se barre vers l'arrière de la salle, vite rattrapé par la sécurité qui l'expulse manu militari sous les huées nourries du public. Excellent ! Justice est faite !
Le concert repart comme si de rien n'était avec le très efficace "go get a tattoo" bien nommé (Frank Carter tient aussi un salon de tatouage à Londres).
Avec "Wild Flower" le chanteur, comme à son habitude, demande au public de laisser le mosh pit uniquement aux représentantes du sexe féminin et tient un discours exemplaire sur la tolérance et la place des femmes dans le rock : "Les concerts de rock sont dominés par les hommes depuis des années, tous les groupes doivent travailler pour donner du pouvoir aux femmes" sous les hourras d'un public conquis d'avance. A part un second abruti qui viendra faire du crowdsurfing en plein milieu du pit exclusivement féminin, ce qui interrompra le morceau... pas d'exclusion pour ce bas de plafond représentant tout l'opposé de ce que venait de dire le chanteur, mais une explication très pédagogique en face à face... décidemment, quelle ambiance !
Les morceaux s'enchainent avec un public qui donne de plus en plus de voix et qui fait plaisir à voir et à entendre. Sur scène, le reste du groupe, même s'il parait en retrait face à l'hypervitaminé chanteur, donne tout ce qu'il a, notamment le complice de Carter, le guitariste Dean Richardson, qui envoie du riff punk rock à tout va ! Seul bémol à mon goût, le lightshow, bien que très beau, n'éclaire que très rarement les musiciens en direct, ce qui les laisse tout le temps dans une sorte de pénombre, ou de contrejour, ce qui est un peu frustrant sur la durée. 1h30 de show, ça peut paraître court mais vu l'énergie sur scène il serait difficile de tenir bien plus longtemps. En rappels, le génial "I hate you" est repris par toute la Cigale, frissons garantis, et le surpuissant "Crowbar" nous fait rendre les armes, le sourire aux lèvres et avec le sentiment que le week-end commence sacrément bien ! Merci Frank Carter & the Rattlesnakes, et à très vite !

Setlist :
My Town
Rat Race
Tyrant Lizard King
Spray Paint Love
Cobra Queen
Go Get a Tattoo
Wild Flowers
Kitty Sucker
Why a Butterfly Can't Love a Spider
Original Sin
Devil Inside Me
Sticky
Lullaby
Neon Rust
The Drugs
Parasite
I Hate You (with Densil McFarlane from The OBGMs)
Crowbar


Frank Carter & The Rattlesnakes : les dernières chroniques concerts

Rivals Sons, Liam Gallagher, Frank Carter and the Rattlesnakes (Festival Beauregard 2022)  en concert

Rivals Sons, Liam Gallagher, Frank Carter and the Rattlesnakes (Festival Beauregard 2022) par Lebonair
Domaine de Beauregard, Hérouville-Saint-Clair, le 08/07/2022
La 12ème édition du festival Beauregard a refermé ses portes dans la nuit de dimanche à lundi après un 41ème concert. C'est le célèbre DJ français Martin Solveig qui s'est... La suite

(mon) Hellfest 2022, 1-3 : Frank Carter, Necrophobic, Opeth, Offspring, Mastodon, Dog Eat Dog, Dropkick Murphys, Baroness (+ Abbath, Deftones, Electric wizard, Mayhem) en concert

(mon) Hellfest 2022, 1-3 : Frank Carter, Necrophobic, Opeth, Offspring, Mastodon, Dog Eat Dog, Dropkick Murphys, Baroness (+ Abbath, Deftones, Electric wizard, Mayhem) par Philippe
Site du Hellfest, Clisson, le 17/06/2022
"We'll be back, someday, motherfuckers !" - ce que l'on peut évidemment traduire par "Nous reviendrons, un jour, les petits chatons !" : ainsi se terminaient les chroniques de... La suite

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2019
Dans l'ambiance orageuse, bouillante et poussiéreuse d'un Malsaucy qui a fait le plein ce samedi, ceux sont les filles qui furent à l'honneur lors de cette troisième journée... La suite

(mes) Eurockéennes 2019, 1/2 : Mass Hysteria, Hubert Lenoir, Kate Tempest, Weezer, The Psychotic Monks, Frank Carter & The Rattlesnakes, Mantar en concert

(mes) Eurockéennes 2019, 1/2 : Mass Hysteria, Hubert Lenoir, Kate Tempest, Weezer, The Psychotic Monks, Frank Carter & The Rattlesnakes, Mantar par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 06/07/2019
On aurait bien aimé commencer comme toujours ces chroniques par le petit couplet sur notre 26 ième participation d'affilée, sur les 31 éditions de nos chères Eurockéennes, par la... La suite

La Cigale, Paris : les dernières chroniques concerts

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) en concert

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) par Samuel C
La Cigale - Paris, le 14/12/2019
Croisé près de La Cigale, Anton Newcombe confie avant le concert de L'Épée qu'il n'arborera pas son célèbre t-shirt "Eat shit". Il l'a en effet porté la veille à l'occasion... La suite

Philippe Katerine (featuring Lomepal) en concert

Philippe Katerine (featuring Lomepal) par lol
La Cigale, Paris, le 16/12/2019
On ne savait pas vraiment à quoi s'attendre en allant voir Philippe Katerine en concert à la Cigale en ce 16 décembre 2019. En quittant la salle après 1h30 de spectacle, on n'était... La suite

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) en concert

L'Épée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) par lol
La Cigale, Paris, le 14/12/2019
L'Épée, super groupe regroupant les Liminanas, la chanteuse et actrice Emmanuelle Seigner et Anton Newcombe, la tête pensante de The Brian Johnstown Massacre, défendait sur la... La suite

Ty Segall And The Freedom Band en concert

Ty Segall And The Freedom Band par Samuel C
La Cigale - Paris, le 10/10/2019
Ty Segall a investi La Cigale les 9 et 10 octobre. Il arrive sur scène à 20h30 avec sa tenue habituelle, soit un croisement entre le bleu de travail et la combinaison réalisée... La suite