Accueil Chronique de concert Gomm + Blonde Redhead
Samedi 12 juin 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Gomm + Blonde Redhead

Cartonnerie - Reims 30 juin 2005

Critique écrite le par

C'est la cinquième fois que je les voie, la première, c'était l'année dernière en première partie de Blonde Redhead, justement, à la Cigale. C'est mon quatrième concert de Gomm pour cette seule année de 2005 et je ne m'en lasse toujours pas. Je n'aime pas la répétition, je ne suis pas non plus un monomaniaque, mais si la puissance de leur musique opère à chaque coup, c'est bien que nous sommes en présence d'un excellent groupe. Pour être honnête, je dois signaler que je n'ai pas payé ma place, qu'ils m'ont offert un joli tee-shirt rouge et que j'ai pu me gaver à l'œil de champagne, de mojitos, ainsi que d'un peu de vin rouge. Ces écarts de conduite (j'ai pris ensuite le volant pour rallier tant bien que mal et pas toujours en ligne droite Paris) n'enlève rien à la force de cette affirmation : Gomm est le groupe à voir pour toute personne fan de rock.



Le spectacle n'a rien d'époustouflant au niveau de leur présence. Ils sont sobrement habillés de noir. Ils n'usent d'aucune poses rock'n'roll. Pas de moulinet au-dessus des guitares, pas de harangue , pas non plus de saut dans la foule. Leur fougue à eux est tout entière concentrée sur la musique et les moyens de la jouer de la manière la plus efficace et la plus mémorable pour les tympans. Les yeux ne sont pas oubliés pour autant. Les quatre musiciens sont entourés par tout un appareillage de néons et de stroboscopes qui réagit aux différentes impulsions des chansons. Et ça n'en manque pas d'impulsions, de tensions, d'accélérations...



Chaque titre développe plusieurs idées mélodiques, tout en étant parfaitement cohérent et efficace.
Gomm revendique l'influence de Can et de Wire, deux groupes des années soixante-dix. Et c'est vrai que l'utilisation des claviers analogiques, les longs passages instrumentaux rappelle cette période, un mélange de heavy métal et de rock progressif, Black Sabbath versus Pink Floyd. Ces références évoquent des groupes qui sont rapidement tombés dans la caricature d'eux-mêmes avec des morceaux boursouflés de solos, les ambiances prenant le pas sur le rock'n'roll.



Mais Gomm injecte à ses ainés une bonne dose de speed. Il y a eu beaucoup de travail en amont, de nombreuses heures de répétition, un paquet d'accords jetées à la poubelle, pour ne garder que l'essentiel : de la très bonne musique.



Mon enthousiasme est beaucoup plus mesuré en ce qui concerne Blonde Redhead. Le trio (Kazu Makino, chant-guitare-clavecin, Amedeo Pace, chant-guitare, Simone Pace, batterie) ne parvient pas à interpréter correctement ses dernières chansons. Depuis Melody of Certain Damaged Lemons, les new-yorkais se laissent gagner par leur penchant pour Serge Gainsbourg. Les guitares doivent parfois laisser la place à du clavecin, les rythmes sont plus fins. Sur disque, c'est une réussite. Sur scène, ce fut ... éprouvant. A trois, il leur est impossible de reproduire les arrangements de Misery is a Butterfly, leur dernier album.



Alors en guise de béquilles, il s'aide de samplers. Béquilles ? Oui car les versions donnés sur la scène du cabaret de la Cartonnerie boitaient dangereusement. C'était moche et parfois d'affreuses stridences s'échappaient de cet ensemble très peu harmonieux. On ne savait si les samples accompagnaient les musiciens ou si c'était le contraire. Il n'y eut que deux bons moments pour moi :

Equus, le très bon dernier titre de Misery is a butterfly. Il y avait là aussi un peu de sample, la voix de Kazu, par-dessus laquelle elle chantait pour de vrai. Mais ici, ça fonctionnait.
Futurism versus Passeism, un ancien titre (présent en deux parties sur Fake can just be as good et In an expression of the Inexpressible), du temps où Blonde Redhead était un groupe à guitares. C'est un long morceau instrumental. Amadeo et Kazu se font face, s'affrontent, se séduisent à coups de riffs.



Dans ces moments, cet étrange assortiment d'une japonaise et de jumeaux italiens qu'est Blonde Redhead dévoile son charme singulier. Un objet musico-sexuel. Kazu, la chanteuse, déborde de sensualité. Elle n'est couverte que d'une légère étoffe. Ne cesse de bouger ses jambes, ses hanches et quand elle chante on croit l'entendre jouir. (Message personnel : je pense que cela doit exister, je serais intéresser par une compilation de cris de jouissances de japonaises ou de chinoises) C'est Amedeo qui semble avoir ses faveurs. Elle s'en approche, plonge son regard puis tourne les talons avant de revenir. Pendant ce temps, Simone bat la mesure dans le rôle du voyeur qui fait semblant de regarder ses cymbales. C'est assez troublant. L'impression de violer l'intimité d'un ménage à trois.



Ca vaut le détour. Musicalement, ça ne manque pas de soufre. Mais par pitié, qu'on leur vole leurs samplers !

 Critique écrite le 01 juillet 2005 par Bertrand Lasseguette


Blonde Redhead : les dernières chroniques concerts

Kazu en concert

Kazu par Daddrock
Les Etoiles - Paris, le 22/11/2019
Rue du Paradis. Tout est dit. Il m'aura fallu attendre l'âge d'Or pour traverser la rue de Paradis. Passer du côté pair au côté impair. S'engouffrer dans cet endroit qui de la... La suite

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead en concert

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
JOUR 2 - SAMEDI 27 AOÛT 2011 METEO : Averses par ci, averses par là, c'était sauve-qui-peut à l'approche de chaque nuage. Assez désagréable et plus froid qu'Austra en... La suite

Arctic Monkeys + WU LYF + The Jim Jones Revue + Cage The Elephant + Blonde Redhead + Interpol +The Streets (Festival Rock en Seine 2011) en concert

Arctic Monkeys + WU LYF + The Jim Jones Revue + Cage The Elephant + Blonde Redhead + Interpol +The Streets (Festival Rock en Seine 2011) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
Après avoir pris une bonne rasade de rock 'n roll avec The Kills & co la veille pour la première journée du festival Rock en Seine au Domaine de Saint-Cloud, retour sur le... La suite

Festival Pantiero : Suuns + Zombie Zombie + Blonde Redhead + A Place To Bury Strangers en concert

Festival Pantiero : Suuns + Zombie Zombie + Blonde Redhead + A Place To Bury Strangers par Sami
Terasse du Palais des festivals, Cannes, le 11/08/2011
Le soleil n'est pas encore couché que Suuns débutent cette soirée. Je ne connaissais de ces Canadiens que le premier morceau joué, l'impressionant "Arena" qui ne donne... La suite

Gomm : les dernières chroniques concerts

(mes) Eurockéennes de Belfort 2005, 1/3 : Bloc Party, Queens of the Stone Age, Emilie Simon, Nine Inch Nails, Interpol, Eagles of Death Metal, Bright Eyes, La Phaze, Gomm en concert

(mes) Eurockéennes de Belfort 2005, 1/3 : Bloc Party, Queens of the Stone Age, Emilie Simon, Nine Inch Nails, Interpol, Eagles of Death Metal, Bright Eyes, La Phaze, Gomm par Philippe
Presqu'Ile du Malsaucy, Evette-Salbert, le 01/07/2005
Photo : www.eurockeennes.fr Avec un brin de fierté, on fête cette année notre 12e participation sans interruption à ce somptueux festival : sur papier une programmation moins... La suite

Interpol + Bloc Party + Gomm (Printemps de Bourges 2005) par Pierre Andrieu
Le Palais d'Auron, Bourges, le 23/04/2005
L'énorme plateau rock composé du groupe français Gomm, des Anglais de Bloc Party et des Américains d'Interpol a entièrement tenu ses promesses dans un Palais d'Auron complet et transformé en fournaise... Gomm : une découverte rock au niveau des têtes d'affiche. Le public a répondu présent dès le début du set de Gomm, toujours... La suite

Zone Libre - Gomm en concert

Zone Libre - Gomm par Philippe
Poste à Galène, le 18/05/2007
Grosse affiche ce soir, malgré un week-end prolongé et divers concerts tentants à Marseille, c'est du moins ici qu'il faut être pour qui aime le rock un peu déviant, créatif et... La suite

Gomm, Hey gravity, Peplum par Bertrand Lasseguette
Orange Bleue, Vitry-le-François, le 06/04/2007
La soirée commence sur les chapeaux de roue. Perdu dans ma Twingo, je croise la route de deux jeunes sur leurs scooters. "L'Orange bleue ?" "-Vous n'avez qu'à nous suivre." Et j'arrive ainsi, en toute discrétion, avec deux lascars pour escorte qui m'ouvrent la voie en faisant des roues avant. Sur scène, ça pétarade sec aussi. Peplum, "The... La suite

Cartonnerie - Reims : les dernières chroniques concerts

Suicidal Tendencies + 22 Below en concert

Suicidal Tendencies + 22 Below par Fabrice Lmb
La Cartonnerie à Reims (51), le 16/04/2017
Un peu de douceur nous était proposée en ce dimanche de Pâques :) . Les légendaires Suicidal Tendencies faisaient escale à La Cartonnerie pour clôturer leur tournée française et... La suite

Ghost + Dead Soul en concert

Ghost + Dead Soul par Fanrem
Cartonnerie à Reims, 106 à Rouen, le 03/02/2016
Finalement, j'ai fait ces deux dates de concert du groupe Ghost qui personnellement succèdent a la Cigale en décembre dernier, et que j'avais adoré (chronique à lire ici). Les... La suite

Stuck In The Sound + Adam Kesher + The Elderberries en concert

Stuck In The Sound + Adam Kesher + The Elderberries par Pascal Power Mondaz
La Cartonnerie, Reims, le 28/03/2009
L'histoire de ce compte rendu du plateau FAIR (The Elderberries, Adam Kesher, Stuck In The Sound) à la Cartonnerie de Reims commence le jour du concert vers 19h30 quand un certain... La suite

Julien Doré par elo
Cartonnerie Reims, le 10/04/2009
Acheté les places sur un coup de tête, un peu stressée de me retrouver avec les jeunes groupies de cet artiste en herbe, mais vraiment pas déçue de ce concert de Julien Doré : tout le personnage était bien présent. L'humour décalé, les reprises, l'auto dérision face au peu d'enthousiasme de la salle et une sacrée présence sur scène quand... La suite