Accueil Chronique de concert Arctic Monkeys + WU LYF + The Jim Jones Revue + Cage The Elephant + Blonde Redhead + Interpol +The Streets (Festival Rock en Seine 2011)
Mardi 19 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Arctic Monkeys + WU LYF + The Jim Jones Revue + Cage The Elephant + Blonde Redhead + Interpol +The Streets (Festival Rock en Seine 2011)

Arctic Monkeys + WU LYF + The Jim Jones Revue + Cage The Elephant + Blonde Redhead + Interpol +The Streets (Festival Rock en Seine 2011) en concert

Domaine National de Saint-Cloud 27 août 2011

Critique écrite le par




Après avoir pris une bonne rasade de rock 'n roll avec The Kills & co la veille pour la première journée du festival Rock en Seine au Domaine de Saint-Cloud, retour sur le site samedi 26 août pour un programme alléchant de concerts se déroulant certes par un temps maussade mais avec une rafraichissante bonne ambiance dans la foule des festivaliers, très en joie... Il faut dire que l'affiche du jour est énorme et promet encore de gros coups de cœur musicaux !





Cage The Elephant

Déjà vus aux Transmusicales de Rennes 2008 pour un show d'anthologie, la furie Cage The Elephant réussit à foutre le feu à l'heure du goûter la scène de la Cascade avec une poignée de titres rock grungy 'n punk 'n pop... Même en loupant le début de leur prestation (on s'en veut, ce n'est pas bien de faire ça !), la décharge d'énergie, de bruit et de puissance brute fournie directement dans la face est quasi létale.. Car Cage The Elephant est un groupe de bêtes de scène irréprochables emmené par une pile électrique de chanteur évoquant une rencontre rêvée entre Iggy Stooge, Kurt Cobain et Ian Brown des Stones Roses. Soit le point de friction idéal entre les prémisses du punk rock, le grunge et la pop anglaise. Le gars hurle à s'en faire péter le gosier, se jette partout, se roule par terre comme un gamin faisant une crise de nerfs mais il n'oublie pas pour autant de chanter et d'accorder une place aux mélodies.



Du coup, c'est jouissif, à l'image du titre Shake Me Down , un extrait monumental du dernier album du groupe paru en 2011 qu'on trouvait sympa sans plus avant le concert mais que ce live de feu a réévalué, ce qui nous a poussé à d'urgentes nouvelles écoutes. Au menu : arpèges de guitare, voix plaintive, tonnerres de rythmiques, refrain à envoyer au septième ciel, accélération sonique, puis coda orgasmique et fédératrice. Deux jours et quelques concerts plus tard, on garde encore ce pur moment de rock 'n roll en tête. Rien que ça ! La fin du set est l'occasion d'une séance de convocation du grand Iggy Pop avec le très stoogien titre Sabertooth Tiger, qui fournit une occasion au hurleur de se jeter dans le public et d'exécuter un show d'équilibriste comme le grand Iguane à Cincinatti en 1970. Et tout ça se finit au pied de la scène dans des convulsions retransmises sur l'écran géant. Le groupe Cage The Elephant, qui pourrait aller très loin s'il ne se chope pas - comme les Kings of Leon - cette maladie consistant à affadir sa musique pour remplir les stades, est à voir sans délai sur scène.





Blonde Redhead

Après ce choc initial, direction la grande scène pour communier avec le trio américain Blonde Redhead, souvent en état de grâce avance sur les planches. Bon, là il faut avouer que le plein jour sur une scène immense n'est pas exactement idéal, mais cela dit, on se laisser assez rapidement charmer par cette pop stellaire, dissonante et habitée. La voix de Kazu Makino, son jeu de guitare noisy, la batterie métronomique de Simone Pace et les interventions guitaristiques et vocales d'Amedeo Pace interagissent ensemble de manière quasi magique pour créer des pop songs oniriques et envoutantes.



Petit plus : les arabesques que Kazu fait avec ses jambes en jouant et sa très petit jupe qui virevolte au vent... Petit moins, le titre un peu variétoche à la Enya joué en milieu de set. Et pour conclure, une série de hits imparables et toujours aussi saisissants en live : SW, Misery is a Butterfly et 23. Malgré une communication minimale et des circonstances pas forcément idéales, Blonde Redhead a su une fois de plus tirer son épingle du jeu et proposer un live étourdissant donnant envie de réécouter les disque du combo mixte. A la fin du concert, ce qui devait arriver arriva : les nuages qui s'étaient amoncelés au dessus du site de Rock en Seine finissent par lâcher des trombes d'eau. Heureux hasard, cela arrive pile au moment du concert des BB Brunes sur la scène de la Cascade. A force de chanter des inepties pour gamines en chaleur en plein air, le ciel se venge ! Il y a une justice, parfois.






The Streets

Après s'être abrité et sustenté, retour sur la grande Scène pour la fin du set de The Streets, conforme à la première impression laissée il y a quelques années : Mike Skinner sait écrire des textes dans lesquels il est drôle, fin et corrosif, il possède quelques tubes imparables à son actif (Fit but You Know It, joué vers la fin... ) mais la plupart du temps sur scène, c'est pas joli joli. Le groupe de scène de The Streets est catastrophique : une bande de tacherons sonnant horriblement variétés et ce qui couronne le tout : deux chanteurs d'appoint affublés d'organes vocaux affligeants, un qui se prend pour Bob Marley et sonne comme Tonton David et l'autre, sosie parfait de Moby, qui vocalise comme une tanche. C'est pénible cette soupe FM !






The Jim Jones Revue

Sur la scène cachée au milieu des bois à l'entrée du site, The Jim Jones Revue fait comme d'habitude : il administre une monumentale branlée à un public de fans en état d'hystérie patentée... Normal, chaque concert de cette troupe d'Anglais aux mines patibulaire est un hommage vibrant et vivant au rock 'n roll et à ses fiers pionniers ou disciples : Little Richard, Chuck Berry, Jerry Lee Lewis, Elvis, Jon Spencer... Et en ce jour de l'an de grâce 2011, The Jim Jones Revue décide de poursuivre sa campagne d'évangélisation par la musique du diable ; tel un prêcheur ayant une forte envie de baiser tout ce qui bouge - ses déhanchements incessants le laissent supposer en tout cas... - , il encourage la foule à scander de tonitruants " Fuck that shit ! " au nom de la revue de Jim Jones. Entre deux séances de cris sexuels, riffs salaces, piano gravement obsédé et autres rythmiques suggestives... Malgré leurs teints livides et leurs allures de croque-morts habillés en noir, les membres actifs de The Jim Jones Revue dévoilent une vitalité et une envie de faire vivre plus intensément leur prochain qui ne peut que réjouir au plus haut point le commun des mortels. God bless The Jim Jones Revue !






Interpol

Les maitres des ténèbres cold wave, Interpol, en plein jour et en plein air pour ce qui ressemble à une tournée d'adieu, quelle tristesse mes amis ! Ajoutez à cela un son merdique au début, une grande mollesse des musiciens et vous obtiendrez un début de set assez déprimant. Si la seule vue du nouveau bassiste, sorte d'hybride entre un rugbyman, un primate ou un bassiste de Metallica, nous donne envie de pleurer pour réclamer le retour de Carlos D, il faut avouer que les tubes du groupe commencent à faire - un tout petit peu - d'effet le set avançant... Mais de grand frisson, point !






WU LYF

Grosse hype ne rime pas toujours avec grand groupe ou concert exceptionnel se dit-on en se rendant au concert de WU LYF à Rock en Seine, intrigué par les singles du groupe (LYF, Heavy Pop) mais pas convaincu par l'album Go Tell Fire To The Mountain, assez lassant sur la longueur... Ce petit détail, personne ne l'a mentionné dans les chroniques dithyrambiques parues dans la presse papier (joli concours de " qui fera la couve en premier "? ) sans doute parce que les journalistes étaient trop occupés à recopier les avis publiés sur Pitchfork ou dans la presse anglaise. Passons... Mis à part l'attitude un peu énervante du chanteur/organiste (Monsieur en fait un peu trop... et se tape trop fréquemment le torse, pour bien montrer à quel point il est habité par sa musique ) et un concours de torses nus assez ridicule vu le froid ambiant, WU LYF prend soin de donner un très bon et prometteur concert pour son public parisien...



Le son du groupe, à base de cris torturés, d'orgue gothique, de guitares claires et de rythmes afro pop, fait très bonne impression, les musiciens savent jouer et tenir une scène, les morceaux convaincants sont aux rendez-vous, créant une sorte d'atmosphère religieuse et très prenante. Le parterre de fans en pâmoison des premiers rangs n'en fait pas trop, l'orgue emplit l'espace, les cri de Tom Waits speedé du chanteur résonnent comme des incantations poignantes, la guitare part dans un écho stratosphérique, les rythmiques basse batterie inventent des trucs afro pop pour faire danser et c'est très souvent bluffant. On se laisse emporter, comme le reste du public. Et le slow du set, l'élégiaque 14 Crowns For Me & Your Friends nous donne l'impression de faire partie d'un étrange secte se réunissant au fond des bois. A suivre...




Arctic Monkeys

22h pétantes, forts d'un dernier album rutilant et déjà classique, les Arctic Monkeys proposent un set de pop rock mâtiné de stoner dont ils ont le secret, c'est à dire avec force titres tubesques bien joués par un groupe au taquet et chantés avec ferveur par un leader ultra doué (et relooké avec une coupe de cheveu façon James Dean ou Elvis mais brushé et gominé années 80, fin du point coiffure pour les filles... )... Il manque certes un peu de présence et des enchainements plus rapides pour faire de ce show à Rock en Seine un moment culte mais la nonchalance et le je-m'en-foutisme juvénile d'Alex Tuner & Co sont les corollaires de circonstances ayant rapidement propulsé le très jeune combo en tête d'affiche des grands festivals. Et puis merde, on pinaille un peu pour la forme parce qu'on sait les auteurs de Suck It And See capables de monter encore leur niveau de jeu, mais il faut avouer qu'à part un ou deux détails (peu de communication ou quelques mots semblant sortir de la bouche d'un robot, durée du show un peu courte, 1h20) la prestation des Arctic Monkeys au Domaine de Saint-Cloud est excellente. Elle est d'ailleurs saluée par un public des grands jours déferlant sur chaque portion de pelouse et accueillant les titres interprété avec force pogos, cris, et applaudissements.



L'assistance a droit au grand jeu lors de ce set racé et intense : entre autres, les récents et marquants She's Thunderstorms, Don't Sit Down Cause I've Move Your Chair, Brick By Brick, mais surtout une version cataclysmique du tube I Bet You Look Good On the Dancefloor avec cet orage de distorsion dans le riff titanesque, un grand numéro de Crooner sexy sur Suck it And See, l'épileptique Brianstorm, le menaçant Crying Lightning et que l'hymne générationnel Fluorescent Adolescent, le très accrocheur et hyper anglais When The Sun Goes Down et en final, le superbement vintage 505. Arctic Monkeys est plus que jamais un putain de bon groupe sur disque et sur scène, même si la pression du succès semble le fatiguer au plus haut point. Ce qui est plutôt sain finalement... Et puis un groupe qui tolère un batteur montant sur scène en pantalon de jogging Adidas et en t-shirt Arctic Monkeys ne peut être foncièrement mauvais. L'important résidant dans le fait qu'il défonce ou caresse ses fûts comme un Dieu.

A demain...


A lire également, les comptes rendus des journées du dimanche 28 août The Horrors, Miles Kane, Crocodiles, The Vaccines, Trentemoller, Cat's Eyes, Concrete Knives, The La's, François And The Atlas Mountains, Archive, Lykke Li, Tinie Tempah et du vendredi 26 août The Kills, Seasick Steve, Foo Fighters, CSS, Kid Cudi, Smith Westerns, Odd Future, The Feeling Of Love, Beat Mark, sans oublier les chroniques de l'édition 2010 avec Black Rebel Motorcycle Club, Queens Of The Stone Age, Jello Biafra, Lcd Soundsystem, Jonsi, Martina Topley Bird, Two Door Cinema Club et Arcade Fire, Roxy Music, Beirut, Eels, Wave Machines...





Photos : Nicolas Brunet (Cage The Elephant), Sylvere H. (Arctic Monkeys, WU LYF, Interpol, Blonde Redhead, The Streets), Nicolas Joubard (ambiance, ci-dessous) et Flore-Anne Roth (ambiance)





Liens : www.rockenseine.com, www.myspace.com/rockenseine, www.facebook.com/rockenseine.


Rock en Seine : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

Arctic Monkeys : les dernières chroniques concerts

Arctic Monkeys (Les Nuits de Fourvière 2018) en concert

Arctic Monkeys (Les Nuits de Fourvière 2018) par Pierre Andrieu
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 04/12/2020
"Le plus grand groupe de rock du monde..." Affichant toujours une classe américaine leur permettant d'évoluer bien au-dessus des autres, les Arctic Monkeys ont une fois de... La suite

Arctic Monkeys (Le Printemps de Bourges 2006) en concert

Arctic Monkeys (Le Printemps de Bourges 2006) par Pierre Andrieu
Le Phénix, Bourges, le 28/11/2020
Au cours de leur percutant concert sous l'immense chapiteau du Phénix à l'occasion du Printemps de Bourges 2006, les quatre adolescents du groupe Arctic Monkeys prouvent que,... La suite

Miles Kane en concert

Miles Kane par Lb Photographie
La Cigale - Paris, le 04/10/2018
Miles Kane a des choses à prouver. Et c'est à La Cigale qu'il a choisi de le faire, prêt à défendre un troisième album déroutant, éloigné de la trajectoire jusqu'ici prise dans la... La suite

The Last Shadow Puppets + Youth Disorder (Festival Europavox 2016) en concert

The Last Shadow Puppets + Youth Disorder (Festival Europavox 2016) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 02/06/2016
Grand concert des Last Shadow Puppets d'Alex Turner (Arctic Monkeys) et Miles Kane (ex The Rascals) à l'occasion du festival Europavox dans une grande salle de la Coopé... La suite

Blonde Redhead : les dernières chroniques concerts

Kazu en concert

Kazu par Daddrock
Les Etoiles - Paris, le 22/11/2019
Rue du Paradis. Tout est dit. Il m'aura fallu attendre l'âge d'Or pour traverser la rue de Paradis. Passer du côté pair au côté impair. S'engouffrer dans cet endroit qui de la... La suite

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead en concert

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
JOUR 2 - SAMEDI 27 AOÛT 2011 METEO : Averses par ci, averses par là, c'était sauve-qui-peut à l'approche de chaque nuage. Assez désagréable et plus froid qu'Austra en... La suite

Festival Pantiero : Suuns + Zombie Zombie + Blonde Redhead + A Place To Bury Strangers en concert

Festival Pantiero : Suuns + Zombie Zombie + Blonde Redhead + A Place To Bury Strangers par Sami
Terasse du Palais des festivals, Cannes, le 11/08/2011
Le soleil n'est pas encore couché que Suuns débutent cette soirée. Je ne connaissais de ces Canadiens que le premier morceau joué, l'impressionant "Arena" qui ne donne... La suite

Blues Explosion + Dionysos + Blonde Redhead + Girls In Hawaii + Mojave 3 (La Route du Rock 2004) en concert

Blues Explosion + Dionysos + Blonde Redhead + Girls In Hawaii + Mojave 3 (La Route du Rock 2004) par Pierre Andrieu
Fort de Saint Père , le 15/08/2004
La veille, on avait aperçu le très bronzé et coquet (mais beaucoup plus vieux que sur ses photos de presse) Bernard Lenoir sur la plage après Nouvelle Vague en train de... La suite

Cage The Elephant : les dernières chroniques concerts

The Rolling Stones + Cage The Elephant (No Filter Tour 2017) en concert

The Rolling Stones + Cage The Elephant (No Filter Tour 2017) par Pierre Andrieu
U Arena, Nanterre, le 22/10/2017
Deuxième soirée pour les Rolling Stones à l'U Arena de Nanterre le dimanche 22 octobre avec 40 000 personnes réunies dans ce tout nouveau stade de rugby couvert, plutôt bien... La suite

Rock Werchter - Jour 4 : Foo Fighters - Cage the elephant - Thuston Moore Group - The Kills - Benjamin Clementine - Alt-J en concert

Rock Werchter - Jour 4 : Foo Fighters - Cage the elephant - Thuston Moore Group - The Kills - Benjamin Clementine - Alt-J par Cabask
Werchter, le 02/07/2017
Toutes les bonnes choses ont une fin et on entame le 4ème et dernier jour du festival Rock Werchter ce dimanche 2 juillet. Pour ne pas revivre le cauchemar de la veille et... La suite

Main Square Festival 2017 - jour 2 : DIE ANTWOORD, CAGE THE ELEPHANT, TALISCO en concert

Main Square Festival 2017 - jour 2 : DIE ANTWOORD, CAGE THE ELEPHANT, TALISCO par Xavier Averlant
La Citadelle d'Arras, le 01/07/2017
Main Square Festival 2017, jour 2, 1er juillet... TALISCO Le Bordelais Talisco aura eu l'insigne honneur d'entamer la soirée de la seconde journée de cette édition... La suite

Festival Solidays 2017 : Archive, Ibrahim Maalouf, Cage The Elephant, House Of Pain, Gaël Faye, La Femme, Dizzy Brains, Alexis Calfan, The Pirouettes...   en concert

Festival Solidays 2017 : Archive, Ibrahim Maalouf, Cage The Elephant, House Of Pain, Gaël Faye, La Femme, Dizzy Brains, Alexis Calfan, The Pirouettes... par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 24/06/2017
Depuis 1999, Solidays est un rendez-vous incontournable chaque été. 3 jours de musique, de solidarité et d'engagement dans la lutte contre le sida, à l'hippodrome de... La suite

Interpol : les dernières chroniques concerts

Interpol (Le Printemps de Bourges 2005) en concert

Interpol (Le Printemps de Bourges 2005) par Pierre Andrieu
Palais d'Auron, Bourges, le 27/11/2020
Juste après l'énorme show de Bloc Party, la tête d'affiche du jour au Palais d'Auron pour le Printemps de Bourges 2005, Interpol, n'a eu aucune peine à plonger le public dans... La suite

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 04/07/2019
La 31ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est achevée dans la nuit du dimanche au lundi à 1 heure 30 du matin. Après 4 jours de musique qui ont reflété notre époque au... La suite

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) en concert

Interpol + Idles (Nuits de Fourvière 2019) par Cathy et Jeff Ville
Théâtre Antique de Fourvière - Lyon, le 01/07/2019
Idles Ils n'ont pas le même look, les visages juvéniles imberbes ont été supplantés par des visages d'hommes murs garnis de barbes bien taillées, les coupes en pétard voir à... La suite

Interpol en concert

Interpol par lol
Salle Pleyel, Paris, le 29/11/2018
En 2004, Interpol sortait "Antics", qui est indiscutablement l'un des 10, voire même 5, meilleurs albums de rock sorti pendant la première décennie du millénaire dans lequel nous... La suite

Paul Banks Julian Plenti : les dernières chroniques concerts

Interpol et Matthew Dear en concert

Interpol et Matthew Dear par Coline Magaud
Zénith de Paris, le 15/03/2011
Matthew Dear, l'inclassable. La première partie d'Interpol est ce soir assurée par Matthew Dear, musicien iconoclaste et impossible à qualifier. L'Américain nous gratifie... La suite

Queens Of The Stone Age + Nine Inch Nails + Interpol + Eagles Of Death Metal + Bright Eyes + CocoRosie + Chemical Brothers + Kaizers Orchestra + The Go ! Team (Eurockéennes de Belfort 2005) en concert

Queens Of The Stone Age + Nine Inch Nails + Interpol + Eagles Of Death Metal + Bright Eyes + CocoRosie + Chemical Brothers + Kaizers Orchestra + The Go ! Team (Eurockéennes de Belfort 2005) par Pierre Andrieu
Presqu'île de Malsaucy, Belfort , le 01/07/2005
Chaque année, les Eurockéennes de Belfort sont une excellente occasion pour tout un peuple de jeunes amoureux de rythmes rock, pop, punk, électro et métal de célébrer en... La suite

Interpol + Bloc Party + Gomm (Printemps de Bourges 2005) par Pierre Andrieu
Le Palais d'Auron, Bourges, le 23/04/2005
L'énorme plateau rock composé du groupe français Gomm, des Anglais de Bloc Party et des Américains d'Interpol a entièrement tenu ses promesses dans un Palais d'Auron complet et transformé en fournaise... Gomm : une découverte rock au niveau des têtes d'affiche. Le public a répondu présent dès le début du set de Gomm, toujours... La suite

Interpol + Blonde Redhead par Pierre Andrieu
Le Transbordeur, Villeurbanne, le 11/11/2007
Affiche de rêve au Transbordeur : les excellents Blonde Redhead, judicieusement placés en ouverture de programme pour 40 minutes de show, ont parfaitement chauffé la salle pour la grand messe de presque deux heures d'Interpol, le groupe "disco post punk" qui cartonne en ce moment dans le monde entier... Blonde Redhead au pays des... La suite

The Jim Jones Revue : les dernières chroniques concerts

The Jim Jones Revue en concert

The Jim Jones Revue par Vilay
Metronum, Toulouse, le 19/09/2014
Vendredi 19 septembre 2014, le Metronum accueillait du rock'n'roll suintant made in London. Pour leur dernière tournée avant une retraite bien méritée, The Jim Jones Revue a... La suite

The Jim Jones Revue + John J Presley en concert

The Jim Jones Revue + John J Presley par Karen Solvery
L'Epicerie Moderne, Feyzin, le 11/09/2014
C'est un show un peu spécial, en cette soirée du 11 septembre 2014, à l'Epicerie Moderne, puisque Jim Jones et sa bande nous font le plaisir d'un ultime passage à Lyon. En effet,... La suite

Caribana Festival 2013 : Célien Schneider + Zaz + Imagine Dragons + FUN. + The Jim Jones Revue en concert

Caribana Festival 2013 : Célien Schneider + Zaz + Imagine Dragons + FUN. + The Jim Jones Revue par Mkhelif
Crans-sur-Nyon - Suisse, le 08/06/2013
Dernier soirée de concerts du festival Caribana, le dimanche étant une journée pour les jeunes artistes locaux : Caribateens (anciennement Caribakids). Le soleil était présent pour... La suite

The Jim Jones Revue + Parlor Snakes en concert

The Jim Jones Revue + Parlor Snakes par Jorma
Le Poste à Galene - Marseille, le 04/12/2012
Alors, pour passer une soirée rock n roll, vous prenez : Un pianiste stylé à la Jerry Lee Lewis. Le Jerry Lee quand il était encore jeune et qu'il épousait encore sa cousine,... La suite

The Streets : les dernières chroniques concerts

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead en concert

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
JOUR 2 - SAMEDI 27 AOÛT 2011 METEO : Averses par ci, averses par là, c'était sauve-qui-peut à l'approche de chaque nuage. Assez désagréable et plus froid qu'Austra en... La suite

Paolo Nutini / Chase & Status / The Streets en concert

Paolo Nutini / Chase & Status / The Streets par Johannagiudice
Festival International de Benicassim, Espagne, le 14/07/2011
Après un passeport oublié, un avion raté, et 20°C de plus, nous voilà enfin à Benicassim, où les festivités vont enfin pouvoir commencer. En ce premier jour, trois têtes... La suite

I Monster + The Streets + Exsonvaldes (Festival de Sédières 2004) par Pierre Andrieu
Grange du château de Sédières (19), le 26/07/2004
Alors que la semaine réservée aux musiques actuelles à Sédières commence à toucher à sa fin, une nouvelle soirée éclectique se profile à l'horizon. Au programme : du rock à guitares, de l'électro pop/rock et du UK Garage/Hip hop... En provenance du Nord, les petits Français d'Exsonvaldes ont fait preuve de professionnalisme dans leur... La suite

The Streets par Morningwood
Bataclan - Paris, le 29/05/2006
Bon, je cherchais des gens qui avaient un avis à donner sur ce concert, mais je n'en ai pas trouvé donc je vais donner le mien ! Connaissant l'énergumène depuis son premier album "Original Pirate Material" et ses frasques durant ses tournées (budget dilapidé durant les tournées, beuveries... ), je m'attendais à avoir quelque chose ne valant pas... La suite

Wu Lyf : les dernières chroniques concerts

WU LYF (Festival Rock en Seine 2011) en concert

WU LYF (Festival Rock en Seine 2011) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
WU LYF Grosse hype ne rime pas toujours avec grand groupe ou concert exceptionnel se dit-on en se rendant au concert de WU LYF - pour World Unite Lucifer Youth... La suite

(mes) Eurockéennes 2011, 1/3 : Keziah Jones, Tiken Jah Fakoly, Staff Benda Bilili, Battles, WU LYF,   Metronomy, Stromae en concert

(mes) Eurockéennes 2011, 1/3 : Keziah Jones, Tiken Jah Fakoly, Staff Benda Bilili, Battles, WU LYF, Metronomy, Stromae par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 01/07/2011
Retour, annoncé ensoleillé pour 3 jours, à nos chères Eurockéennes de Belfort, premier festival qui ouvre l'officiellement chaque été par trois jours de paix et de musique sur la... La suite

Domaine National de Saint-Cloud : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite