Accueil Chronique de concert Graham Coxon + Pete and the Pirates
Samedi 6 mars 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Graham Coxon + Pete and the Pirates

Graham Coxon + Pete and the Pirates en concert

The Cluny, Newcastle Upon Tyne, Angleterre 18 Mai 2009

Critique écrite le par

Ahhhhh, enfin un premier concert dans la salle hyper classe du Cluny, à Newcastle. Nous avions déjà loupé un grand nombre d'artistes (Bob Log III, The Rakes, The Virgins (non, blague, on n'avait pas envie de les voir eux)) en ce printemps tout pourri anglais.

Ce soir c'est autre chose. C'est l'un des plus grand nom de l'Histoire de la pop anglaise qui se présente devant une salle archi comble (200 personnes à vue de nez). Mr Graham Coxon est présent. Souriant, prêt à faire une photo souvenir avec Roger au bar ou signer un autographe à quelques fans...

A l'abordage

Le guitariste à lunette est précédé sur scène ce soir, comme sur le reste de sa tournée anglaise, de Pete & The Pirates, quintette visiblement peu influencé par l'homme que, décidément, nous ne pouvons cesser de mentionner. Leur pop rock pas dérangeant, mais pas très sexy nous rappellera très rapidement que si nous nous décalons de quelques pas sur la droite, nous pourrions nous procurer une énième pinte de cette douceur appelée : bière.





Saint Graham

Afin de jouer les morceaux de son dernier album, The Spinning Top, le talentueux guitariste s'est entouré de musiciens de jazz, aussi souriants et l'air bonnard que lui. Et cette formation en trio va nous réserver une soirée assez particulière.

Le silence est demandé dans la salle par de nombreuses affiches accrochées un peu partout autour de nous. L'homme au pull rayé enfile sa guitare acoustique et nous offre en premier l'introduction de son dernier effort: le très beau Look into the light. Suivent les morceaux This house et...In this house (!), respectivement pistes numéro 2 et 3 de l'album précédemment cité..." Mais à quoi joue-t-il?" se demande l'auditeur déjà au fait de la composition de l'album à la pochette présentant une femme de profil, dessinée par l'intéressé. Soit dit en passant, la troisième chanson (vous suivez?), longue de 9 minutes, est l'une des plus belles chansons que l'auteur, aujourd'hui habitant du Kent, ait écrit.




Graham Coxon : Quel son!

Le voilà qu'il prend la guitare électrique, pour nous jouer If you want me, ENFIN une chanson où l'on entend le magique son de l'instrument préféré du musicien! Le pied! De plus, les paroles, toujours sur le thème du "jeu"... t'aime moi non, que Graham affectionne tout particulièrement nous amèneront très loin dans nos souvenirs de jeunes insouciants et nous conforteront en même temps dans nos rêves de jeunes adultes.

N'en perdons pas une miette

Quoi que sa voix ait un peu souffert des précédents concerts, le poète, artiste, musicien, accessoirement adulé par quelques millions de personnes, prend le temps de plaisanter, de mentionner le burger du resto de la salle de concert et de se retirer sur November avec autant de classe qu'il a assumé pleinement son nouvel album aux accents américains, quoi qu'on en dise (voir Sorrow's Army, Brave The Storm).

Le public devra donc attendre la reformation de Blur pour finalement Freakin' Out!


Blur : les dernières chroniques concerts

Blur + Courtney Barnett en concert

Blur + Courtney Barnett par Xavier Averlant
Madison Square Garden, New York (USA), le 23/10/2015
Suite des nos aventures new-yorkaises avec le concert des anglais de Blur et l'australienne Courtney Barnett... Bon déjà, grande émotion de mettre les pieds dans cette fameuse... La suite

Blur + Jupiter & Okwess International en concert

Blur + Jupiter & Okwess International par Pierre Andrieu
Le Zénith de Paris, le 15/06/2015
Zénith de Paris en ébullition totale pour le grand retour des Anglais de Blur, venus dérouler avec envie et joie de jouer une set list de rêve présentant le dernier album du... La suite

(mes) Eurockéennes de Belfort 2013, 2/2 : The Black Angels, Tame Impala, Neurosis, Skunk Anansie, My Bloody Valentine, Blur en concert

(mes) Eurockéennes de Belfort 2013, 2/2 : The Black Angels, Tame Impala, Neurosis, Skunk Anansie, My Bloody Valentine, Blur par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 07/07/2013
Le samedi, c'est par ici !. Comme le veut la tradition (et la fatigue de la veille), le début de la programmation du dimanche est souvent ratée pour cause de flânage... La suite

Graham Coxon + Apes & Horses (Eldorado Music Festival) en concert

Graham Coxon + Apes & Horses (Eldorado Music Festival) par Pierre Andrieu
Café de la Danse, Paris, le 17/09/2012
Concert jouissif et rock 'n roll du guitariste de Blur, Graham Coxon, au Café de la Danse (Paris), à l'occasion du festival Eldorado, le 17 septembre 2012... Venu pour... La suite

Graham Coxon : les dernières chroniques concerts

Graham Coxon + Apes & Horses (Eldorado Music Festival) en concert

Graham Coxon + Apes & Horses (Eldorado Music Festival) par Pierre Andrieu
Café de la Danse, Paris, le 17/09/2012
Concert jouissif et rock 'n roll du guitariste de Blur, Graham Coxon, au Café de la Danse (Paris), à l'occasion du festival Eldorado, le 17 septembre 2012... Venu pour... La suite

Interview de Graham Coxon (Blur) en concert

Interview de Graham Coxon (Blur) par Benjamin Fournet
The Cluny, Newcastle Upon Tyne, Angleterre, le 16/06/2009
Alors que son retour scénique avec le groupe Blur est imminent (en France, le 5 juillet aux Nuits de Fourvière, à Lyon), le songwriter guitariste chanteur Graham Coxon... La suite

Pete And The Pirates : les dernières chroniques concerts

Summercase (Sex Pistols, Kings of Leon, Kaiser Chiefs, Los Campesinos!, The Kooks, The Breeders, Leila, Mystery Jets, Dorian, Pete & the Pirates) par Gringo & Cybermetiss
Parc del Forum, Barcelone, le 19/07/2008
Cette seconde journée commence sympathiquement avec PETE AND THE PIRATES. Ce groupe est typique de la programmation NME du Summercase, avec leur coiffures affreuses et leur acné mal assumée. Bref ça fait penser à tous les autres bidules sortis depuis le succès de Franz Ferdinand... Dans 2 ans on s'en souviendra autant que The Music ou Oasis, ces... La suite