Accueil Chronique de concert (mes) Eurockéennes de Belfort 2013, 2/2 : The Black Angels, Tame Impala, Neurosis, Skunk Anansie, My Bloody Valentine, Blur
Vendredi 22 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mes) Eurockéennes de Belfort 2013, 2/2 : The Black Angels, Tame Impala, Neurosis, Skunk Anansie, My Bloody Valentine, Blur

(mes) Eurockéennes de Belfort 2013, 2/2 : The Black Angels, Tame Impala, Neurosis, Skunk Anansie, My Bloody Valentine, Blur en concert

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 7 juillet 2013

Critique écrite le par

Le samedi, c'est par ici !.


Comme le veut la tradition (et la fatigue de la veille), le début de la programmation du dimanche est souvent ratée pour cause de flânage dominical, convivialité amicale et autres cervelas cuits au barbecue. Dommage donc pour le concert programmé vraiment trop tôt des Palma Violets dont le premier et peut-être unique album n'est pas désagréable du tout. On verra bien si ces perdreaux de l'année passent l'hiver, parmi les hordes de nouveaux groupes de djeun's que l'Angleterre déverse traditionnellement en continu... Pas très grave non plus si on rate pour cette fois la totalité du show, forcément punchy, de notre pasionaria locale phocéenne, Keny Arkana, déjà revue cette année et actuellement un peu en recherche d'un nouveau souffle de révolte.


Mais c'est que sur le site aussi, toujours en tempête de ciel bleu, ça branle un peu dans le manche : on dirait qu'il n'y a que les animations de rue qui bossent déjà, notamment ce charmant couple de mariés homos et ... culs-nus. Les campeurs, après 4 jours, commencent à se repérer de loin à leur couleur rose-brun, à leur air carbonisé, sinon à leur odeur... Les pauvres, ne les blâmons pas, ils doivent affronter les toilettes de l'Enfer au moins une fois par jour. The Vaccines avaient été une très bonne surprise sur scène à Rock en Seine en 2011. Auraient-ils fait aussi bien cette année ? On ne le saura jamais, on est partis après 45 minutes d'attente (heureusement adoucie de soleil et de bière fraîche). Puisqu'un problème de transport les a empêchés d'arriver à temps, eux et/ou leur matos, et qu'à ce moment-là sur scène, on était à peine en train de commencer les balances... Branleurs d'angliches ! Après 20 ans d'expérience de festivals, statistiquement, ce genre de choses n'arrive décidément qu'avec eux.


Les Black Angels eux, sont américains (from Austin, Tx) et commencent donc à la minute prévue, ah mais ! Comme l'autre groupe en "black" d'hier mais avec un nom bien moins classieux (voire complètement naze), ils sont assez bons sur disque mais notoirement répétitifs dans leur son. L'entrée toxique et lente sur Vikings essaye de poser une ambiance glauque qui fonctionnerait sans doute mieux en salle (ou sous un temps dégueulasse) : assez lancinante quand même. Mais une fois qu'on a entendu leur plaisant hit pop/psyché Don't Play with guns et la plus sonique I see Colors, bons titres du dernier album (pas génial par ailleurs), on a déjà un peu fait le tour de la question - puisque beaucoup de titres sont nettement plus faibles et qu'ils jouent principalement de ce disque (You're Mine, The Day & Indigo Meadow ? bof, bof). Evidemment, ces gens qui ne rigolent que quand ils se brûlent ne sont pas non plus de grands entertainers - on retrouve leur côté un peu autiste qui m'avait déjà gêné au Bataclan en 2010. Au bout d'un moment, fatalement, l'attention décroit, on décroche après passage au bar et l'on finit tanqués dans l'herbe (ou ce qu'il en reste) avec une bonne bière, regardant de loin ce groupe quand même un peu nonchalant sur scène, finir son set dans une indifférence à peu près générale et devant un public plus que clairsemé.


Tame Impala, comme tout ce qui vient d'Australie, bénéficie d'un coefficient de sympathie exotique certaine, reste à voir ce que cela donne en live. Comme sur disque où l'on a pas spécialement accroché, on met un moment à y entrer - mélodies psychédéliques et du coup déconcertantes (Music to walk home by ou Endors Toi par exemple), voix aigüe façon old Pink Floyd (Apocalypse Dreams) et parfois un peu irritante, le tout aggravé sur écran géant par des visuels super vilains qui rappellent un écran de Winamp 1.0 - mais pourquoi ces étranges indigènes chevelus et au cul maigre ne veulent-ils pas plutôt être filmés ? Puis peu à peu, le charme agit, on entre dans leur ambiance mélancolique avec la jolie Feels like we only go backwards, on est pris de mouvements répétitifs de la tête sur la rythmique martiale Be Above It... Et bien sûr, leur tube à riff vrombissant, Elephant, un vrai hymne psyché, sera le point culminant du concert, effet musique de pub aidant. Contrairement aux texans précédents, on s'est ennuyés d'abord, puis on a fini par adhérer, et repartir bien décidés à redonner une chance à la maison à ce groupe méritant et au moins, au son très original...


Avant d'aller voir si la chanteuse Skin a bien vieilli, on commence par un groupe potentiellement plus novateur : Neurosis qui, selon des sources amicales très bien informées, serait potentiellement l'un des projets metal le plus intéressant du 21ième siècle. Aheum... L'intérêt principal de leur performance fut de nous faire découvrir un genre de metal inconnu : le peine-à-jouir metal (hard-to-come metal ?). Tout ce que fait ce groupe, pourtant composé de gaillards robustes et sans doute capables de tronçonner du riff jouissif, est au contraire d'une lenteur effarante. Pire, le groupe s'écoute jouer et rejouer les mêmes notes lentes pendant des plombes. 20 minutes après le début, ce concert chiant au point d'en être comique, n'a toujours pas l'air d'avoir commencé, tandis que nous commençons à être pris de baillements irrépressibles à force de contempler les pédalos sur le lac : il est temps d'aller déguster entre amis notre tarte flambée quotidienne, le cul dans le gazon...


On reviendra par conscience professionnelle voir les dernières minutes du "spectacle" névrosé, où il semble enfin démarrer (un peu) : 2 minutes, en tout et pour tout, où le batteur cogne comme un sourd, les guitaristes s'agitent et hurlent tous les deux sur un titre très chouette. Mais 2 minutes seulement, puisque c'est la toute-fin du concert ! Des peine-à-jouir, on vous dit. Ou alors un concept qui nous passe très, très au dessus de la tête. Ou bien une setlist expérimentale testée ce jour-là ? Un jour sans ? Une édition 2013 vierge de bon concert de metal donc - Red Fang pose un problème de timing et le trash pop banal Kverletak était sans intérêt. Au moins, on a pu se balader et vaquer à nos occupations pendant leur show, et notamment aller faire un tour sur la grande scène.


Parce que Skunk Anansie, on en a de bons souvenirs, notamment d'ici même il y a très longtemps. 1996, quelqu'un ? La tigresse à l'époque chauve y avait réalisé un des plus beaux sauts de stage diving que j'aie vu, avec élan depuis la grande scène, dans un océan de k-ways trempés. Mais on court le risque que leur son très marqué US/nineties, à l'instar de celui de Garbage par exemple, n'ait pas survécu au changement de siècle... Evidemment ça ne rate pas, le groupe fait la même chose, mais à part quelques vieilleries (Weep cause I have...) et autres tubes qui nous rappellent notre jeunesse (I can Dream, jouée sans assez de guitare hélas), on s'ennuie vite. Avec la mèche péroxydée et la combinaison sportswear de la chanteuse, on croit même par moments assister à un cours d'aérobic des années 90. Ulcéré par leur tube le plus récent et tout pourri, Just because you feel good, on estime avoir vu bien assez de ce show ultra-formaté, pour le quitter...


Problème du coup, on n'a pas pu s'échauffer les tympans et se mettre les oreilles en chou-fleur pour ce qui va suivre. Or les oreilles en chou-fleur, c'est précisément l'état recommandé pour écouter My Bloody Valentine, dont la réputation de perceurs de tympans à coups de nappes shoegaze sursaturées n'est plus à faire. Mal éclairés, anti-sonorisés en dehors de toute bienséance, le groupe envoie en effet au casse-pipe les pourtant historiques chansons de son mythique album Loveless. "Et soudain, entre deux assauts sursaturés de guitare, on entendit la chanteuse quelques instants..." Ici encore, on est régulièrement pris de fou-rires devant ce deuxième concert-gag de la journée. Dommage, le potentiel vibratoire de nos bien-aimées When You Sleep, Only Shallow et autres I Only said ne méritait pas ça, et restera inexploité ! Drôle de démarche que la leur, et finalement assez punk : remonter sur scène 20 ans après pour défendre un album déjà amorti, et finalement le fracasser littéralement contre un mur de son... Cela étant les visuels assez jolis et les rares instants où l'on entendait les chants nous ont quand même donné un peu de plaisir, mais pas assez pour subir cette purge sonore jusqu'au bout.


On finira évidemment par la tête d'affiche en reformation (et exclusivité française en 2013 !), après avoir attendu un long moment parsemé d'agréables rigolades, debout au milieu d'un océan de flâneurs assis à la forte inertie, pour être sûrs d'avoir un placement idéal. Ah tiens, comme nous le rappelera Damon Albarn, c'est encore plus vieux aux Eurocks, en 1995 exactement, où ils avaient joué le même jour que leurs connards à sourcils de rivaux historiques au nom de boisson chimique...). 18 ans donc, ce qui est aussi l'âge d'une partie des festivaliers, comme le remarquera gentiment le chanteur. Voici donc Blur, une formation à l'époque très en avance sur son temps, que son leader a laissé de côté avec raison afin de lui éviter de vieillir, pour se consacrer à moult autres projets (il est depuis venu aux Eurockéennes présenter certains d'eux, comme le plaisant The Good, The Bad & The Queen en 2007)...


Que reste-t-il de Blur en 2013 ? Eh bien, euh... comment vous dire... tout ! Ca s'est même quelque peu bonifié en vieillissant. Et d'abord, devant un groupe impeccable, une section cuivres et des choristes au poil, un leader aussi sympathique, modeste, punchy et souriant qu'un Gallagher peut être hostile, prétentieux, statique et chafouin. Qui envoie d'entrée toute la purée avec Girls & Boys, histoire de transformer sa fosse en boite de haricots sauteurs ! Sur la super There's no other way, on constate avec joie qu'une partie importante du public, qui a en gros la moitié de notre âge, a l'air de parfaitement connaître ses classiques ! Le concert est par contre assez orienté sur les balades, finies en jam déchaîné, comme Beetlebum et la classe mais peu connue Trimm Trabb, tout en sautant bizarrement un classique comme Charmless Man.


Mais on a pas le temps de le regretter, pris dans le tourbillon Albarn : c'est que le chanteur est partout, courant et sautant, blaguant entre les chansons, se marrant d'une guitare désaccordée, chaussant des lunettes magnifiquement ridicules pendant plusieurs titres avant de se donner beaucoup de mal pour retrouver leur propriétaire. Graham Coxon aussi a l'air tout heureux, le nerdissime et timide guitariste, qui chante (bien) sur quelques titres, tandis que le bassiste en short et pieds nus donne au tout un petit air, très bienvenu, de début d'été à la plage ! Blur réaffirme s'il en était besoin son statut d'immense source de balades essentielles - mention spéciale à la sublime Tender secouée de refrains gospels, et à l'énorme Country House chantée façon harangue des foules, juché sur la barrière de sécurité pour le plus grand plaisir des premiers rangs qui pourront ainsi tous lui taper dans les mains...


Du coup, il fait aussi brailler de joie les 25 000 spectateurs, hurlant à l'unisson des Park Life ! endiablés. Enchanté(e)s, on frôle même le frisson pendant qu'il interprète This is a Low, suivie d'une sortie de scène à laquelle personne ne croit une seconde... Le groupe revient comme prévu 2 minutes après, commençant le rappel avec l'un de leurs nouveaux titres enregistrés il y a un ou deux ans. Non seulement sa musique a bien vieilli, mais le garçon du 20ième siècle de For Tomorrow n'a pas pris un ride - Damon n'est pas trop amoché non plus, il reste sacrément beau mec et semble même nettement plus affuté qu'à son précédent passage ici. Les "la-la-la-la-la" de For Tomorrow, repris tous ensemble les mains levées, donnent lieu au plus beau moment de communion de ces deux jours de festival, choristes et cuivres étant de sortie et brièvement dirigés par le chanteur lui-même. Et bien évidemment, le tout se finit par "dugu-d'gudugu-d'gudugu-dudu-dudu-WOUH-HOUUUU !" : Song 2, géniale sur scène, forcément géniale, qu'on avait vu reprise par plein de gens mais jamais en originale ! Ovation et triomphe, sur une sortie hélas rapide et cette fois définitive.


Conclusion idéale à une journée super agréable pour déambuler sur le site (car un peu moins peuplée que le samedi), mais quand même en demi-teinte niveau musique, ce concert de Blur a donc largement sauvé notre soirée ! Pendant que les gens gagnent tranquillement la sortie, comme le veut la tradition, quelques animations dans le ciel de la presqu'île : une grande structure gonflable et énigmatique, et un feu d'artifice final. Et l'on repart, pour citer une amie, "comme un enfant le lendemain de noël", un peu tristes de devoir attendre un an pour pouvoir à nouveau fêter ici le début de l'été...


Mais avec la certitude chevillée au corps qu'on y reviendra encore et toujours, aussi longtemps que possible, et pourquoi pas même encore vingt ans de plus, au plus sympathique et au plus beau des festivals... Longue Vie aux Eurockéennes !

Photos pro par Andy Trax.
Quelques Vidéos-souvenir : par ici !

PS : chroniques dédicacées à mon pantalon spécial Eurockéennes, qui sauf erreur a fait les 20 éditions, et a rendu l'âme cette année. RIP.

-------------------------------------------------------------
Flashback : Chroniques de (mes) 19 Eurockéennes précédentes - ou comment passer 20 ans de sa vie aux Eurockéennes :
2012, 2011, 2010, 2009, 2008, 2007, 2006, 2005, 2004, 2003.... et plus anciennes encore, jusqu'au siècle dernier, en trois parties depuis 1994...

> Réponse le 17 juillet 2013, par Yann M

Maiiis non c'était pas si fort My bloody Valentine ! c'est vrai que la génération "y" qui a grandi au son d'iPods limités en volume a fui piteusement, comme de la volaille devant le boucher. Mais enfin Philippe, vieux comme tu es (^^) tu as bien écouté ton walkman à K7 trop fort dans ton adolescence non ? peut-être même MBV en cassette si ça se trouve ? Ben ça sonnait comme ça au concert, comme à l'époque, alors moi j'ai aimé !! tu connais le proverbe: "si c'est trop fort c'est que tu es trop v..." - bon pardon j'arrête ! ;-) sinon tout d'accord pour les commentaires sur Neurosis, c'est pourtant bien sur certains albums mais là, quel purgatoire ! Et Blur, quelle party ce fut !  Réagir

> Réponse le 08 août 2013, par Philippe

Auto-réaction en forme de PS : oublié de dire que les Eurockéennes travaillent toujours plus avant sur le sujet du développement durable (par exemple sur l'accessibilité PMR, qui progresse sans cesse). D'autre part, les stocks de gobelets sont gérés au plus près et il n'était donc pas rare en 2013 de se retrouver avec un verre de 2011 ou 2012, tandis que ceux de l'édition en cours, édités en moindre quantités, sont à nouveau plus "collectors" pour ceux qui les recherchaient : tout le monde y gagne donc ! Par contre, le brave Damon Albarn, pour son concert exclusif de Blur en France, est apparu sur scène avec un verre de 2011, le pauvre... Lui aurait quand même mérité de repartir avec celui de 2013 !  Réagir


Les Eurockéennes de Belfort : les dernières chroniques concerts

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2019
Malgré la fatigue cumulée depuis jeudi, on est tout de même monté en régime au fil du week-end. Au programme, on retrouve notamment à l'affiche Stray Cats, Christine and the... La suite

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2019
Dans l'ambiance orageuse, bouillante et poussiéreuse d'un Malsaucy qui a fait le plein ce samedi, ceux sont les filles qui furent à l'honneur lors de cette troisième journée... La suite

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 05/07/2019
John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler... La suite

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Slash feat. Myles Kennedy and the Conspirators - Interpol - NTM (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 04/07/2019
La 31ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est achevée dans la nuit du dimanche au lundi à 1 heure 30 du matin. Après 4 jours de musique qui ont reflété notre époque au... La suite

Blur : les dernières chroniques concerts

Blur + Courtney Barnett en concert

Blur + Courtney Barnett par Xavier Averlant
Madison Square Garden, New York (USA), le 23/10/2015
Suite des nos aventures new-yorkaises avec le concert des anglais de Blur et l'australienne Courtney Barnett... Bon déjà, grande émotion de mettre les pieds dans cette fameuse... La suite

Blur + Jupiter & Okwess International en concert

Blur + Jupiter & Okwess International par Pierre Andrieu
Le Zénith de Paris, le 15/06/2015
Zénith de Paris en ébullition totale pour le grand retour des Anglais de Blur, venus dérouler avec envie et joie de jouer une set list de rêve présentant le dernier album du... La suite

Graham Coxon + Apes & Horses (Eldorado Music Festival) en concert

Graham Coxon + Apes & Horses (Eldorado Music Festival) par Pierre Andrieu
Café de la Danse, Paris, le 17/09/2012
Concert jouissif et rock 'n roll du guitariste de Blur, Graham Coxon, au Café de la Danse (Paris), à l'occasion du festival Eldorado, le 17 septembre 2012... Venu pour... La suite

Interview de Graham Coxon (Blur) en concert

Interview de Graham Coxon (Blur) par Benjamin Fournet
The Cluny, Newcastle Upon Tyne, Angleterre, le 16/06/2009
Alors que son retour scénique avec le groupe Blur est imminent (en France, le 5 juillet aux Nuits de Fourvière, à Lyon), le songwriter guitariste chanteur Graham Coxon... La suite

My Bloody Valentine : les dernières chroniques concerts

My Bloody Valentine (La Route du Rock 2009) en concert

My Bloody Valentine (La Route du Rock 2009) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 14/08/2009
My Bloody Valentine Tout est en place pour le moment tant attendu, des murs d'amplis ont été érigés sur scène, tout est branché sur le 200 000 volts, les limiteurs de... La suite

My Bloody Valentine + Deerhunter + A Place To Bury Strangers + Crystal Stilts + Tortoise + Marissa Nadler + Mark Kozelek + The Delano Orchestra (La Route du Rock 2009) en concert

My Bloody Valentine + Deerhunter + A Place To Bury Strangers + Crystal Stilts + Tortoise + Marissa Nadler + Mark Kozelek + The Delano Orchestra (La Route du Rock 2009) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 14/08/2009
Meilleur festival français avec les Transmusicales de Rennes et une poignée de rares rassemblements musicaux ne faisant pas dans le tout commercial, La Route du Rock permet... La suite

My bloody Valentine par lol
Zenith - Paris, le 09/07/2008
Après plus de 10 ans d'absence, My bloody valentine officialisait son retour sur la scène d'un Zénith réduit de moitié faute d'affluence. Pas de nouveau disques, début de tournée, il y avait beaucoup d'interrogations autour de la prestation de la figure tutélaire du mouvement noisy shoegazing. Le résultat est assez mitigé. D'un coté l'allure du... La suite

Neurosis : les dernières chroniques concerts

(mon) Hellfest 2018, 2-3 : Redemption, Pensées Nocturnes, Get the Shot, Jessica93, L7, Turnstile, Ho99o9, Heilung, Memoriam, Terror, Body Count, Madball, Dead Cross, Neurosis, Dimmu Borgir en concert

(mon) Hellfest 2018, 2-3 : Redemption, Pensées Nocturnes, Get the Shot, Jessica93, L7, Turnstile, Ho99o9, Heilung, Memoriam, Terror, Body Count, Madball, Dead Cross, Neurosis, Dimmu Borgir par Philippe
Hellfest, Clisson, le 23/06/2018
Deuxième journée dans l'enfer - vraiment tout relatif - du Hellfest. Comme nous sommes accueillis dans un campement de thrashmetalheads très pointus, on y entend régulièrement au... La suite

Skunk Anansie : les dernières chroniques concerts

Skunk Anansie (Festival Fête du Bruit dans Landerneau 2016)  en concert

Skunk Anansie (Festival Fête du Bruit dans Landerneau 2016) par lol
Landerneau, le 14/08/2016
J'avais eu la chance de découvrir Skunk Anansie sur scène au début des années 90 en première partie de Therapy?. Ce soir-là, la chanteuse Skin et ses Boys avaient littéralement... La suite

Kill it Kid + Motörhead + The Animen + Skunk Anansie + The Coronas en concert

Kill it Kid + Motörhead + The Animen + Skunk Anansie + The Coronas par Mkhelif
Festival Caribana - Crans-sur-Nyon Suisse, le 05/06/2013
Première soirée de la 23ème édition du festival Caribana. Un festival à la programmation très éclectique : rock, pop, hip-hop. Situé dans le petit village de Crans-sur-Nyon, les... La suite

Festival Rock en Seine : Skunk Anansie + Cypress Hill + Black Rebel motorcycle Club + Blink 182 en concert

Festival Rock en Seine : Skunk Anansie + Cypress Hill + Black Rebel motorcycle Club + Blink 182 par Lebonair
Domaine national - Saint Cloud, le 27/08/2010
2003 marqua la 1ère édition du festival Rock En Seine. 2010, nous en sommes  à la 8ème édition qui se déroule toujours sur trois jours et le moins que l'on puisse dire, c'est que... La suite

Skunk Anansie + Black Box Revelation + Dissonant Nation (les Voix du Gaou 2010) en concert

Skunk Anansie + Black Box Revelation + Dissonant Nation (les Voix du Gaou 2010) par Douarte
Ile du Gaou, Six Fours les Plages, le 17/07/2010
Une belle soirée rock était programmée pour le démarrage du festival du Gaou avec comme tête d'affiche le retour sur scène du groupe Skunk Anansie. J'ai été agréablement... La suite

Tame Impala : les dernières chroniques concerts

Tame Impala, Idles, Stereolab, Black Midi, Fontaines D.C., Pond (La Route du Rock Collection Été 2019) en concert

Tame Impala, Idles, Stereolab, Black Midi, Fontaines D.C., Pond (La Route du Rock Collection Été 2019) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 15/08/2019
Chaude (surtout le jeudi) et humide (le vendredi et le samedi) La Route du Rock Collection Été numéro 29, avec comme tous les ans une prog bien au-dessus de la moyenne dans... La suite

(mes) Eurockéennes 2016, 2/2 : Courtney Barnett, Kurt Vile, Mac Demarco, The Kills, Tame Impala, Sleep, Ratatat, ZZ Top en concert

(mes) Eurockéennes 2016, 2/2 : Courtney Barnett, Kurt Vile, Mac Demarco, The Kills, Tame Impala, Sleep, Ratatat, ZZ Top par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2016
Le samedi, c'était par ici ! Sous un climat absolument parfait (pas de pluie, pas de canicule, quelques nuages sympathiques), on arrive sur le site au son de Blossoms,... La suite

Tame Impala (Festival Rock en Seine 2015) en concert

Tame Impala (Festival Rock en Seine 2015) par Pierre Andrieu
Domaine national de Saint-Cloud, le 30/08/2015
Tame Impala En début de soirée, sous un soleil radieux (et pile au même moment que Mark Lanegan, misère !), Tame Impala produit une onde sensuelle de good vibrations et... La suite

Franz Ferdinand + Tame Impala + Tomahawk + Team Ghost + Balthazar + Alt-J  (Festival Rock en Seine 2013) en concert

Franz Ferdinand + Tame Impala + Tomahawk + Team Ghost + Balthazar + Alt-J (Festival Rock en Seine 2013) par Lebonair
Domaine National de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2013
1ère journée du Festival Rock en Seine 2013, nous sommes le vendredi et le temps est chaud, ensoleillé. J'arrive vers 16h30 et je récupère en 5 minutes mon invitation pour... La suite

The Black Angels : les dernières chroniques concerts

MIEN en concert

MIEN par Samuel C
Le Café de la Danse - Paris, le 24/09/2018
Dans un Café de la Danse à l'éclairage judicieusement tamisé, une invitation à une expérience spatio-temporelle était proposée par MIEN, un groupe composé de membres de The Black... La suite

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground  (La Route du Rock 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, Etienne Daho, The Black Angels, Grizzly Bear, Shame, The Liminanas, Le Villejuif Underground (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 17/08/2018
Après une première soirée de fort bon aloi à La Nouvelle Vague de Saint-Malo en compagnie de Marlon Williams, Ezra Furman et The KVB, c'est avec une joie non dissimulée que... La suite

The Black Angels, Slowdive, A Place To Bury Strangers, Bo Ningen, Jen Cloher, Acid Mothers Temple, The KVB, Group Doueh & Cheveu, Elephant Stone, Cosmonauts, Ulrika Spacek, Moon Gogo, CFM, The Murlocs, The Holydrug Couple, Beach Fossils, Petit Fantome (Levitation France 2017) en concert

The Black Angels, Slowdive, A Place To Bury Strangers, Bo Ningen, Jen Cloher, Acid Mothers Temple, The KVB, Group Doueh & Cheveu, Elephant Stone, Cosmonauts, Ulrika Spacek, Moon Gogo, CFM, The Murlocs, The Holydrug Couple, Beach Fossils, Petit Fantome (Levitation France 2017) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 16/09/2017
Encore une super édition pour le festival Levitation France, l'immanquable version française du grand rassemblement d'obédience psychédélique initié à Austin, Texas par les... La suite

The Black Angels + A Place To Bury Strangers (Festival Levitation France 2017) en concert

The Black Angels + A Place To Bury Strangers (Festival Levitation France 2017) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 16/09/2017
Point d'orgue (électrique) d'une très belle édition du festival Levitation France au Quai, à Angers, le trippant concert des Black Angels a permis de conclure sur une superbe... La suite

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert : les dernières chroniques concerts

Kraftwerk (Eurockéennes de Belfort 2005) en concert

Kraftwerk (Eurockéennes de Belfort 2005) par Pierre Andrieu
Presqu'île du Malsaucy, le 03/07/2005
Les quatre informaticiens allemands de Kraftwerk nous avaient fait très fort impression lors des dernières Trans Musicales de Rennes, ils ont réitéré leur robotique performance... La suite

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Stray Cats + Turnstile + the Roots + the Smashing Pumpkins (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2019
Malgré la fatigue cumulée depuis jeudi, on est tout de même monté en régime au fil du week-end. Au programme, on retrouve notamment à l'affiche Stray Cats, Christine and the... La suite

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

Mass Hystéria + Kate Tempest + Weezer + Jain + Frank Carter and the Rattlesnakes + Angèle (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2019
Dans l'ambiance orageuse, bouillante et poussiéreuse d'un Malsaucy qui a fait le plein ce samedi, ceux sont les filles qui furent à l'honneur lors de cette troisième journée... La suite

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) en concert

John Butler Trio - Rival Sons - Idles - Jeanne Added (Eurockéennes de Belfort 2019) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 05/07/2019
John Butler Trio Grande Scène 19h15 20h15 Pour leur seconde journée, les Eurockéennes de Belfort font le plein. Sur la grande scène, en tout début de soirée, John Butler... La suite