Accueil Chronique de concert Festival Hop Pop Hop 2020 - 18 septembre : Dombrance, Structures, The Mauskovic Dance Band, Camilla Sparkss, MSS FRNCE, The George Kaplan Conspiracy
Mercredi 2 décembre 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Festival Hop Pop Hop 2020 - 18 septembre : Dombrance, Structures, The Mauskovic Dance Band, Camilla Sparkss, MSS FRNCE, The George Kaplan Conspiracy

Festival Hop Pop Hop 2020 - 18 septembre : Dombrance, Structures, The Mauskovic Dance Band, Camilla Sparkss, MSS FRNCE, The George Kaplan Conspiracy en concert

Jardin de l'Evêché & Campo Santo, Orléans 18 septembre 2020

Critique écrite le par



Après Rock in The Barn, qui avait lieu mi septembre en Normandie, la minuscule fenêtre de tir pour les rassemblements autour de la musique se déroulant en plein air pendant l'été 2020 prenait fin le week-end des 18 et 19 septembre avec la 5ème édition d'Hop Pop Hop. Deux jours durant, ce festival dédié à l'émergence musicale a présenté une belle prog garantie sans têtes d'affiche dans trois lieux du centre-ville d'Orléans préservés des invasions de coronavirus grâce à moult mesures sanitaires appropriées.



Parfaitement organisé par l'équipe de l'Astrolabe (la salle de musiques actuelles du coin) dans un contexte plus que délicat, HPH (pour les intimes) a réussi à réunir plus de 4000 personnes en deux jours au Jardin de l'Évêché, au Campo Santo et à la Salle de l'Institut, trois superbes lieux chargés d'histoire situés non loin de la cathédrale Sainte-Croix, joyau architectural de la ville libérée par Jeanne d'Arc au 15ème siècle. Retour sur les faits d'armes musicaux ayant animé la fin de l'été dans le Loiret à quelques encablures de la statue de la célèbre pucelle en armes sur son cheval...


MSS FRNCE

Tout commence le vendredi 18 à l'heure de l'apéro au Campo Santo (très beau site verdoyant pouvant accueillir une jauge de 1300 spectateurs en période Covid et 4000 en temps normal), avec les très agités parigots de MSS FRNCE, descendus de la Capitale pour porter la bonne parole punk par l'intermédiaire de titres d'une minute trente secondes gueulés comme un putois par un chanteur au look propret de hipster à lunettes. Quoi qu'il en soit, le mec force le respect en vociférant tout à fond dans le rouge pendant les 30 minutes accordées à son groupe de punk chanté in french. Tout se termine sans binocles, couché par terre ou dans la fosse des photographes, au son du magnifique raffut ourdi par ses 3 inarrêtables collègues. Joli défouloir et super foutoir !


The George Kaplan Conspiracy

Après cette bonne gifle inaugurale, direction le cadre feutré et classe de la salle de l'institut (seul lieu fermé du festival), qui permet au groupe français The George Kaplan Conspiracy de prouver son talent pour créer des ambiances électro pop aussi prenantes que trippantes. Les pop songs synthético funky jouées par les deux protagonistes du groupe armés de guitare, basse et/ou machines, fonctionnent à plein régime : même assis et masqué, le public a la bougeotte et ressent clairement l'envie de danser. Le duo conclut son set par une jolie reprise de Air, " La femme d'argent ". Bien joué !


Camilla Sparkss

Membre du très bon duo de folk made in switzerland Peter Kernel, Camilla Sparkss évolue en solo dans un univers électronique à la fois gothique et sexy. Basé sur des sons triturés, des rythmes concassés et des voix menaçantes, ce projet très marquant fait de l'effet aussi bien sur disque que sur scène, où la dégingandée chanteuse/électronicienne possède une présence étrange et nonchalante, qui, couplée au son, ne manque pas d'attirer l'attention, voire plus si affinités. Même programmée un peu tôt, 19h45, Camilla Sparkss démontre tout le potentiel de sa musique, qui doit, en plus, être décuplé quand elle se produit nuitamment devant une foule interlope désireuse de se mélanger de diverses manières...


Structures

Déjà vu en mode "je défonce tout" au festival Rock In The Barn la semaine dernière, le groupe amiénois de post punk Structures réitère son impressionnante performance au Campo Santo d'Orléans en dégainant un set tendu et sec comme un coup de trique. La musique des quatre jeunes nordistes remontés à bloc porte admirablement sur les nerfs, donnant une furieuse envie de tout saccager autour de soi (dans le respect des mesures barrière etc etc.). Le public semble apprécier au plus haut point et commence à se comporter presque comme lors d'un concert normal, yeah ! On sent que Structures ne demandait que ça : en découdre sur scène avec ses instruments devant un vrai public. Un live qui tabasse sévère, ça fait du bien à tout le monde par les temps qui courent...


The Mauskovic Dance Band

Ce qui fait également du bien, c'est de tortiller du cul en écoutant un groupe qui connaît son affaire en la matière : The Mauskovic Dance Band. Les gars ne se sont pas nommés comme ça pour rien : la troupe de cadors bataves est emmenée par la batteur et multi instrumentiste répondant au nom de Nicola Mauskovic (qui joue également avec les excellents Altin Gun) et son but est d'œuvrer pour le rapprochements des corps par la danse. Bref, on n'est aucunement trompé sur la marchandise. Comme les descriptions sur les réseaux sociaux le laissent entendre (" mélange de cumbia, afro-caribbean rhythms & space disco ", " hypnotic groove ", ou encore " Space Rhythms & Heavy bass group ") les Hollandais basés à Amsterdam sont là pour faire bouger en intégrant dans leur mix un max de composants ultra explosifs. Et si en live le décollage est un peu lent (10 minutes ?), une fois que tout le monde est chaud, on comprend où les maîtres ès groove du Mauskovic Dance Band veulent nous embringuer : dans une transe psyché funky idéale pour onduler ses hanches jusqu'au bout de la nuit. C'est de la bombe bébé !


Dombrance

Après pareille démonstration, quoi de plus normal que de finir en boite de nuit, enfin au Campo Santo, avec un autre roi du groove, certes plus électronique, mais tout aussi dansant : Dombrance ! En arrivant, on a déjà dans un coin de la tête son inoubliable tube "Poutou", qui "évoque" notre homme politique préféré, le génial Philippe Poutou. Oui, vous savez c'est le mec qui se présente aux présidentielles mais qui va à l'usine tous les matins et qui, quand il se retrouve dans un débat télévisé avec tous les autres candidats les défonce tous en leur balançant en face leurs quatre vérités. Mais avant de twerker (ou presque) sur ce formidable refrain qui fait "Poutou Poutou Poutou, Poutou Philippe Poutou", le très hot set de Dombrance se charge de tester les guibolles de tout le public, venu en nombre et bien motivé. Histoire de chauffer la foule dans les règles de l'art, le DJ français balance un autre de ses "hits", le très disco/techno "Fillon", sur lequel on a très envie de hurler des chœurs faisant "rends l'argent !" Et quand peu de temps après les premières notes de "Poutou" retentissent, on sent bien que tout le monde a très envie de faire des gros poutous partout à tout le monde jusqu'au petit matin. Des Bisous, des bisous, des bisous, des bisous à Dombrance et à tout le public du festival Hop Pop Hop pour cette super première soirée !

Compte-rendu et photos du jour 2 du festival Hop Pop Hop (avec Matt Elliott, Le Villejuif Underground, Popof, Madmadmad et Pongo) à lire ici...



Photos : Anthony Kwan Chung (Dombrance, Structures de dos), Aaron Benjamin (MSS FRNCE, Structures), Jack Torrance (The Mauskovic Dance Band), Laure Clarenc (Camilla Sparkss), Sarah Yarmond (The George Kaplan Conspiracy)



Site et réseaux sociaux du festival : www.hoppophop.fr, www.facebook.com/hoppophop, twitter.com/AstroOrleans, www.instagram.com/hoppophop...




Festival Hop Pop Hop : les dernières chroniques concerts

Festival Hop Pop Hop 2020 - 19 septembre : Matt Elliott, Le Villejuif Underground, Popof, Madmadmad, Pongo en concert

Festival Hop Pop Hop 2020 - 19 septembre : Matt Elliott, Le Villejuif Underground, Popof, Madmadmad, Pongo par Pierre Andrieu
Jardin de l'Evêché & Campo Santo, Orléans, le 19/09/2020
Après une première soirée bien remplie (Dombrance, Structures, The Mauskovic Dance Band, Camilla Sparkss, MSS FRNCE, The George Kaplan Conspiracy, chronique ici), il y avait... La suite

Structures : les dernières chroniques concerts

Rock In The Barn 2020 - 12 septembre : This Is The Kit, Warmduscher, Johnny Mafia, Bryan's Magic Tears, Structures, Péniche en concert

Rock In The Barn 2020 - 12 septembre : This Is The Kit, Warmduscher, Johnny Mafia, Bryan's Magic Tears, Structures, Péniche par Pierre Andrieu
Ferme de Bionval (Ecos), Vexin-sur-Epte, le 12/09/2020
Enorme final le samedi 12 septembre pour l'édition 2020 du festival Rock In The Barn, avec une belle salve de concerts explosifs et réjouissants (par ordre d'apparition) :... La suite

Idles, Bertrand Belin, Amyl & The Sniffers, Ho99o9, Requin Chagrin, Le Villejuif Underground, Namdose, Slift, Muddy-Gurdy, Rendez-Vous, Structures, We Hate You Please Die, Lysistrata, Mourn, The Psychotic Monks (Printemps de Bourges 2019) en concert

Idles, Bertrand Belin, Amyl & The Sniffers, Ho99o9, Requin Chagrin, Le Villejuif Underground, Namdose, Slift, Muddy-Gurdy, Rendez-Vous, Structures, We Hate You Please Die, Lysistrata, Mourn, The Psychotic Monks (Printemps de Bourges 2019) par Pierre Andrieu
Bourges, le 20/04/2019
43ème édition sous un soleil estival pour le Printemps de Bourges, qui a une nouvelle fois permis de prendre une grande rasade de concerts marquants. Et en bonne compagnie s'il... La suite

Jardin de l'Evêché & Campo Santo, Orléans : les dernières chroniques concerts

Festival Hop Pop Hop 2020 - 19 septembre : Matt Elliott, Le Villejuif Underground, Popof, Madmadmad, Pongo en concert

Festival Hop Pop Hop 2020 - 19 septembre : Matt Elliott, Le Villejuif Underground, Popof, Madmadmad, Pongo par Pierre Andrieu
Jardin de l'Evêché & Campo Santo, Orléans, le 19/09/2020
Après une première soirée bien remplie (Dombrance, Structures, The Mauskovic Dance Band, Camilla Sparkss, MSS FRNCE, The George Kaplan Conspiracy, chronique ici), il y avait... La suite