Accueil Chronique de concert Human Toys + Elektrolux
Mardi 7 avril 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Human Toys + Elektrolux

Human Toys + Elektrolux en concert

La Machine à Coudre, Marseille 23 janvier 2016

Critique écrite le par


Machine à Coudre by Pirlouiiiit 23012016

Ca faisait un moment qu'ils en parlaient et ça devait finir par arriver un jour : Elektrolux, meilleur trio garage-folk-punqueroque band de Marseille, et de bien plus loin si affinités, se sépare... A notre connaissance ils ne sont pas fâchés et personne n'y est même mort, mais là ne sont pas les uniques raisons possibles d'une fin concertée, bien sûr : un sujet aussi trivial qu'un mal de dos récurrent peut en être une aussi, par exemple. De toutes façons, savoir s'arrêter à temps est aussi la marque des grands groupes et, à 55 chroniques sur Concertandco (c'est notre record, sauf erreur), il est peut-être temps, sinon ce sont leurs chroniqueurs qu'ils vont finir par enterrer ! Il nous restera d'ailleurs quelques fort beaux vinyles de leur cru, en souvenir, ainsi que nos blenders, fouets électriques et autres frigos éponymes, en cuisine...

Machine à Coudre by Pirlouiiiit 23012016

Une foule compacte, bruyante et déjà presque saoûle, a donc pris possession de la Machine à Coudre ce samedi 23 janvier 2016, le lieu où tout a commencé pour eux, pour accompagner dignement cette sortie de route maîtrisée. Une foule si dense et de bon goût, que les quelques 70 vinyles apportés par le groupe (qui fait un dernier baroud d'honneur sur galette PVC) sont déjà épuisés avant l'arrivée de tout le public (mais à part ça, il paraît que les disques ne se vendent plus, mais si, puisque c'est le patron de la FNAC qui vous le dit...). Inutile de préciser que ce public, rempli de visages familiers, comporte presque autant de musiciens que de spectateurs - aucun groupe local qui se respecte n'a évidemment voulu manquer la "final release party" d'Elektrolux, un pilier incontesté de la scène rock marseillaise !

Human Toys by Pirlouiiiit 23012016

En première partie, un groupe de la même galaxie, composé d'Emma "Catalogue" et d'une certaine (d'après bandcamp) Mademoiselle Poupée (quel joli prénom !), et appelé les Human Toys. Autrement dit deux pétroleuses branchés sur 220 volts, et qui envoient toute la gomme d'un rockabilly/punk sur boite à rythme électro, avec un son aussi compressé que le sont leurs pieds dans leurs escarpins... On a déjà écrit ailleurs la fascination que provoquait sur nous l'étoile rouge dans les cheveux, combinée à l'éclair de la bandoulière de guitare d'Emma ? On y ajoute les tatouages balèzes de la Poupée, sa nuisette à paillettes et sa frange si précise qu'elle semble avoir été dessinée par ordinateur. Comme disait un dieu du rock récemment disparu, "si tu montes sur scène tu dois être un extra-terrestre, pas ressembler à ton voisin de pallier !" : les Human Toys l'ont bien compris, merci pour elles.

Human Toys by Pirlouiiiit 23012016

La Poupée chante ou crie avec entrain, souvent rejointe en choeur par la guitariste qui tronçonne des riffs stoogiens en continu, c'est pêchu, énervé et parfois rigolo. On repense aux groupe de "Grrrl Power" façon Le Tigre, c'est assez plaisant même si l'aspect visuel est quand même important pour apprécier au mieux la performance, ce qui n'est pas forcément facile dans une salle bondée comme ce soir (où même la maman de notre baby-sitter est dans la salle, entre autres... ). L'usage d'un Theremine, s'il n'est pas déterminant ici, est un petit plus ludique, qui permet aux allumés du public de participer au son du bout des doigts... Une fois leur set fini, la petite foule est donc conditionnée à point pour les têtes d'affiche du jour.

Elektrolux by Pirlouiiiit 23012016

Les Elektrolux croient donc qu'ils vont pouvoir dérouler sur tapis rouge et en terrain conquis, et ont manifestement fait le choix de ne pas jouer trop fort : d'une part pour qu'on entende bien leur son toujours plus travaillé qu'il n'y paraît, et d'autre part aussi pour entériner un virage terminal vers des chansons globalement plus calmes... C'est compter sans les facéties d'un public espiègle qui va, par exemple, faire disparaître la set-list du leader dès la fin de la toujours pétaradante Nova Express qui ouvre le set... Quoi qu'il en soit ils se démerdent tant bien que mal pour dérouler la totalité de nouvel album, Skin Deep high noon, soit les 2/3 de la set-list. Comme quoi on peut avoir chroniqué 50 fois un groupe et encore, ne pas reconnaître ses titres... Cela dit on a l'habitude, les Conger! Conger! nous font la même tous les quelques mois.

Eric (Elektrolux) by Pirlouiiiit 23012016

Par contre, quelques "oldies but goldies" ne seront pas jouées : pas de Omar killed me, Hamburger Boys, Inflatable Life, même pas de Capitalist Ghost : une autre raison pour laquelle il est temps qu'ils arrêtent : trop de fucking tubes ! Heureusement leur album posthume comporte quelques jolies embardées largement auto-portantes : cavalcade surf/cowboy en diable de Steam Heat, rock'n'roll party avec You gotta be mean, zolies ballades slow tempo avec You Do Voodoo & The Gift... Et oui, bon, on peut une fois encore citer Nick Cave ou Tom Waits - selon que ça chante ou que ça braille, 16 Horsepower ou Jon Spencer - selon que ça trottine ou que ça galope, comme repères musicaux, mais on apprendra plus rien à personne, pas vrai ? Puisqu'on vous dit que tous les gens de bon goût étaient déjà dans la salle... Et qu'ils suivent le groupe depuis qu'il a prédit, il y a longtemps déjà, The Death of rock'n'roll, rappelée idéalement ce soir du 23 janvier 2016, deadline d'Elektrolux, sur une Terre que ne foulent plus ni Lemmy Kilmister, ni David Bowie...

Manu (Elektrolux) by Pirlouiiiit 23012016

Alors pour se finir en beauté, le groupe dégaine le morceau anthem (et donc éponyme) qu'il a enfin composé (il était temps !) : Elektrolux, un rock'n'roll classique et hanté à la fois, howling-wolfé de frais, super cool ! Mais de finir, il n'est point question dans le public, qui en réclame plus, les potards dans le rouge (personnellement je n'ai pas vraiment pu parler le dimanche matin), hurlant à leur en arracher leurs chemises. Pour leur "Encore", Cédric, Eric & Manu devront donc enchaîner, soi-disant contre leur gré mais avec entrain, leurs deux reprises les plus mythiques (et qui prouvent leur belle ouverture d'esprit) : Overkill (de Visage, bien sûr) et Fade to Grey (de Motörhead, évidemment)... aussi plaisantes l'une que l'autre !

Cédric (Elektrolux) by Pirlouiiiit 23012016

La bonne nouvelle pour conclure : comme les Elektrolux ne sont pas morts électroluxés à 27 ans, ni de combustion spontanée, ni étouffés dans leur vomi (ni même dans celui de quelqu'un d'autre), on retrouvera rapidement ces fringants pistoleros dans leurs nouveaux groupes respectifs. Encore merci pour tout, vraiment, et à bientôt, donc !

Set-list : ----------
Nova Express
Splinters
Steam heat
Custer's last stand
Skin deep - high noon
Yo gotta be mean
Lobsters
You do voodoo
The Gift
Burning bridges
Death of rock'n'roll
Dark Summer
The Distance
Elektrolux
Encore : -----------
Overkill
Fade to Grey

Plus de photos et videos par Pirlouiiiit par ici

Bonus video :
Elektrolux by Pirlouiiiit 23012016 - 9

et une petite de Human Toys ici




Elektrolux : les dernières chroniques concerts

Release Party du livre Histoire du Rock à Marseille, Vol.2 avec De la Crau feat. Nicolas Dick + Screamin' Jungle + Oh Wee + Neurotic Swingers + Parade (Vendredi) / Elektrolux + Conger! Conger! + Cowboys from Outerspace + Venus as a Boy en concert

Release Party du livre Histoire du Rock à Marseille, Vol.2 avec De la Crau feat. Nicolas Dick + Screamin' Jungle + Oh Wee + Neurotic Swingers + Parade (Vendredi) / Elektrolux + Conger! Conger! + Cowboys from Outerspace + Venus as a Boy par odliz
Le Makeda, Marseille, le 30/11/2019
Deux mois après la Rue du Rock, Phocea Rocks remet le couvert, sauf que cette fois-ci, on laisse la sono branchée le temps d'un week-end dédié au rock immortel. Histoire de... La suite

Kurse en concert

Kurse par Catherine B
Lollipop Music Store, Marseille, le 29/06/2018
... Alors que James devient Cédric à grand renfort d'incertitude, son avenir nous semble enfin tout tracé : Tu feras du rock mon Petit ! J'en profite pour gentiment balancer... La suite

Human Toys-Elektrolux en concert

Human Toys-Elektrolux par Phil2guy
La Machine à Coudre - Marseille., le 23/01/2016
Gros affluence à La Machine à Coudre ce soir. En effet, Electrolux donne son dernier concert après quinze ans d'un parcours exemplaire et sans concession marqué sous le signe d'un... La suite

Elektrolux + Hummingbird en concert

Elektrolux + Hummingbird par Pirlouiiiit
Machine à Coudre, Marseille, le 14/11/2014
A la base je n'avais pas prévu de passer à la Machine à Coudre ce soir, puisque j'avais plutôt prévu d'y aller le lendemain pour voir entre autre La Coupure et Conger ! Conger!,... La suite

Human Toys : les dernières chroniques concerts

Human Toys, Stoo Odom & the Odomiseurs en concert

Human Toys, Stoo Odom & the Odomiseurs par odliz
La Machine à Coudre, Marseille, le 05/10/2017
Ce soir, en poussant la porte de la Machine à Coudre , on traverse un Vortex spatio-temporel pour atterrir en eau trouble à la Nouvelle Orléans, où le jazz brut côtoie le blues... La suite

Human Toys-Elektrolux en concert

Human Toys-Elektrolux par Phil2guy
La Machine à Coudre - Marseille., le 23/01/2016
Gros affluence à La Machine à Coudre ce soir. En effet, Electrolux donne son dernier concert après quinze ans d'un parcours exemplaire et sans concession marqué sous le signe d'un... La suite

Human Toys + Lo en concert

Human Toys + Lo par Mystic Punk Pinguin
Machine à Coudre, le 23/10/2009
Soirée prévu pour la sortie du nouvel album de Lo, groupe bien connu des fidèles de Live in Marseille. Ce sont les Human Toys, duo electrobilly from Paname, qui ouvrent.... La suite

La Machine à Coudre, Marseille : les dernières chroniques concerts

Sing or Die ! Karaoke (special Halloween), à La Machine à Coudre en concert

Sing or Die ! Karaoke (special Halloween), à La Machine à Coudre par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 11/11/2018
Petite chronique-prétexte en forme d'hommage et de soutien, à la Machine à Coudre et à ce qu'elle représente pour tout le public "underground" de Marseille. A l'heure où j'écris,... La suite

Jeffrey Lewis & Los Bolts en concert

Jeffrey Lewis & Los Bolts par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 17/09/2018
On devrait toujours faire confiance à ce magnifique outil qu'est le site Concertandco ! Grâce à son agenda bien à jour (et à quelques critiques déjà élogieuses trouvées sur le... La suite

Parade - Welcome to the Parade en concert

Parade - Welcome to the Parade par Catherine B.
La Machine à Coudre Marseille, le 14/09/2018
... Parade. La musique prend tout son sens. Le truc authentique. Je suis simplement conquise pour la deuxième fois. Le meilleur reste à venir et comme me glissait un Pro à... La suite

Stella Pire + Jawohl Mi Amor en concert

Stella Pire + Jawohl Mi Amor par pirlouiiiit
Machine à Coudre, Marseille, le 24/03/2018
Après superbe concert de Bögö au théâtre du Têtard, pas assez de temps pour aller manger un bout, mais largement assez de temps pour repasser à la maison pour raccompagner notre... La suite