Accueil Chronique de concert I Muvrini + les Grands Ducs
Vendredi 3 juillet 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

I Muvrini + les Grands Ducs

I Muvrini + les Grands Ducs en concert

Silo, Marseille 18 mars 2013

Critique écrite le par

le Silo by Pirlouiiiit 18032013

Que de chemin parcouru pour les mouflons depuis que les 2 frères, initiés au chant par leur père Ghjuliu, se lançaient sur les routes corses à la rencontre de leur public... A l'époque, la municipalité d'Ajaccio leur interdisait même de se produire dans la cité impériale, à cause de leurs chansons, jugées trop subversives ! Il est vrai que les frères Bernardini clamaient alors haut et fort "Lingua, cultura, populu, nazione" (langue, culture, peuple, nation).

I Muvrini by Pirlouiiiit 18032013

Mais en 85, le duo décide de changer d'orientation musicale (exit les guitares, place au piano et à la variété) et commencent à se démarquer des groupes plus politisés (et indépendantistes) comme Canta U Populu Corsu ou I Chjami Aghjalesi. Plus de 20 ans plus tard, et après avoir collaboté avec ce que la scène française et internationale compte de meilleur, les Muvrini sont toujours là, distillant leurs chansons à un public toujours aussi fidèle, mais sans doute différent...

les Grands Ducs by Pirlouiiiit 18032013

Ce lundi, dans un Silo où les sièges vides se comptaient sur les doigts d'une main, les Muvrini, après avoir invité en 1ère partie un groupe Ajaccien, les Grands Ducs (pour une prestation honnête mais inégale), ont donc offert un spectacle de plus de 2h30, ce qui est suffisamment rare pour être souligné.


Comme d'habitude, Jean-François Bernardini introduisait chaque chanson par un discours humaniste qui, s'il était sincère, devint lassant au fil des minutes, en raison de textes par trop naifs parfois. Là où les groupes corses engagés jouent du "Liberta", les frères Bernardini usent des mots "terre, fraternité et humanisme" à en froler l'indigestion. Dommage car le discours, si répétitif, en perd de sa force finalement.


Musicalement, difficile d'oublier les mélodies absolument merveilleuses des premiers albums et notamment les inoubliables "E campa qui" (1981) et "Lacrime" (1984), que les spectateurs reprenaient par coeur à l'époque. Aujourd'hui, il est frappant de voir que plus personne ne reprend la moindre chanson, et pour cause : elles se ressemblent toutes, et sont construites sur le même modèle (couplet et refrain sur les mêmes accords, et boucles interminables sur 4 accords...).

I Murvini by Pirlouiiiit 18032013

Artistiquement, le groupe est en place, évidemment, porté par des musiciens de haut niveau (et notamment un bassiste-chanteur africain de grand talent...). Mais il est clair que l'embourgeoisement du groupe et sa direction artistique (toutefois assumée) lui ont fait perdre une bonne partie de sa grace et surtout sa corsitude ("A cursita", une de leurs plus belles chansons).


Paradoxalement, le groupe, connu aujourd'hui internationalement, produit finalement des chansons sans grande saveur, tout juste sauvées par les voix magnifiques de Jean-François et, surtout (et c'est un autre paradoxe), d'Alain qui est de plus en plus rare sur scène, alors que chacune de ses envolées lyriques vous donne des frissons interminables. Allez, Jean-François, donne plus d'espace à Alain, il le mérite tellement...


Pas de "Diu vi salve regina", pour terminer le spectacle (hymne corse), pas de paghjele non plus (polyphonie), quasiment pas d'acoustisque (un seul morceau, Di, qui obtint un très grand succès...)... Bref, en devenant un groupe de variété et en s'éloignant de leurs origines, les Muvrini sont en train de perdre (ou ont déjà perdu) leur âme, et c'est bien dommage. Car ils ont beaucoup de talent.


Pour ceux qui n'en sont pas convaincus, qu'ils écoutent les joyaux que sont "Inseme', "Cu lu stessu destinu", "Rivecu", "O Ma", "Quale sera", "Venite incu me", "A cursita", etc.
Lorsque l'on se remémore ces chansons, au delà de la nostalgie, on réalise que les Muvrini se sont perdus en route.
Mais ce sont des stars à présent.
Mais où est passée leur authenticité ?

Un peu plus de photos par Pirlouiiiit en cliquant ici


I Muvrini : les dernières chroniques concerts

Vitalic, Meute, I Muvrini, Christophe Maé, Broken Back, Régis, Alan Corbel, Mat Bastard (Paléo Festival 2017) en concert

Vitalic, Meute, I Muvrini, Christophe Maé, Broken Back, Régis, Alan Corbel, Mat Bastard (Paléo Festival 2017) par Lionel Degiovanni
Paléo Festival , Nyon, le 22/07/2017
Meute Pour démarrer l'avant dernier jour du Paléo, place à la fanfare MEUTE qui vient d'Allemagne. Cette fanfare fait de la musique techno hypnotisante car elle fait un... La suite

Festival du Bout du Monde : Bernard Lavillers & Bonga + Aloe Blacc + AfroCubism + Moriarty + 17 Hippies + I Muvrini + Muchachito Bombo Inffierno + Yael Naim & David Donatien + Systema Solar + Moussu T E Lei Jovents + Hanggai + Professor en concert

Festival du Bout du Monde : Bernard Lavillers & Bonga + Aloe Blacc + AfroCubism + Moriarty + 17 Hippies + I Muvrini + Muchachito Bombo Inffierno + Yael Naim & David Donatien + Systema Solar + Moussu T E Lei Jovents + Hanggai + Professor par Flag
Presqu'île de Crozon, le 06/08/2011
Le Festival du Bout du Monde - Jour 2 Deuxième journée de festival, avec une amplitude d'horaires plus large que la première journée. Aujourd'hui et demain, ce sera 15h00 -... La suite

I MUVRINI par DANIEL BACHELIER
Salle de l'amphy à YUTZ en moselle, le 14/12/2008
Un concert EXCELLENT avec 100 CHORISTRES (à donner le frisson) plus de 2H30 de musiques et de chants ! bref, des artistes qui ont un respect incroyable de leur public (groupe qui a du mal à sortir de scène tant les musiciens aiment ce qu'ils font... et quelle gentillesse !). Le seul regret : beaucoup de vieux dans la salle mais très réceptifs... La suite

I Muvrini (Les Voix Du Gaou 2006) par G
Presqu'île du Gaou - Six Fours les Plages, le 15/07/2006
I Muvrini aux Voix du Gaou, voilà une idée qui a tout pour séduire. Tout d'abord le site : une (petite) île non construite au bout du bout de l'extrémité ouest du sauvage Cap Sicié, autant dire un véritable petit bout de Corse dans le Var West. Une grande et belle scène en plein air. C'est dire si l'impatience était grande d'entendre... La suite

Silo, Marseille : les dernières chroniques concerts

Philippe Katerine (featuring Lomepal) en concert

Philippe Katerine (featuring Lomepal) par Moog Arnoux
Le Silo - Marseille, le 13/12/2019
Bonjour. Vendredi 13 décembre 2019 je suis allée au concert de Philippe Katerine et je suis mandatée pour écrire une chronique. Je ne me sens pas d'écrire ça hors l'abyssal... La suite

Max & Igor Cavalera en concert

Max & Igor Cavalera par Rich
Le Silo - Marseille, le 03/12/2019
Les frères Cavalera étaient de passage à Marseille ce mardi 3 décembre dans le cadre de leur tournée "Beneath/Arise", 2 albums cultes de leur ancien groupe Sepultura dont il furent... La suite

Oxmo Puccino + Col En Fleurs en concert

Oxmo Puccino + Col En Fleurs par Sami
Le Cepac Silo, Marseille, le 27/11/2019
Coïncidence ou pas, cette semaine est placée sur le rap des années 90 avec la sortie d'un album d'IAM (dont le concert au Silo prévu en mars est déjà complet), les adieux de... La suite

Joey Starr en concert

Joey Starr par Agent Massy
le Silo, Marseille, le 19/03/2019
Il s'agit d'un one-man show avec un pupitre et un canapé club sur scène. Public assez homogène, blanc, classe moyenne supérieure, 40 ans. Il s'agit de dire des textes classiques... La suite