Accueil Chronique de concert Janelle Monáe
Mercredi 20 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Janelle Monáe

Janelle Monáe en concert

Le Trianon, Paris 11 Juillet 2012

Critique écrite le par



L'artiste américaine Janelle Monáe, révélée au grand public en 2010 à la sortie de son album "The ArchAndroid", et pourtant nommée dès 2009 à un Grammy Award, s'est rapidement forgé une solide réputation scénique. Pas étonnant donc de la retrouver face à un Trianon complet, même s'il a fallu attendre les tous derniers jours pour que les ultimes billets trouvent preneur.



Après une agréable première partie assurée par le bluesman Gary Clark Jr, ce n'est pas Janelle qui entre immédiatement en scène, mais un MC en chapeau haut de forme et queue de pie ! Tel le Monsieur Loyal de la soirée, il chauffe la salle comme il se doit et s'assure avec un talent évident qu'un triomphe soit bien réservé à la chanteuse dès son arrivée. Arrivée qui tarde un peu à venir, d'ailleurs, tant l'intro est longue (et pompeuse), mettant d'abord en avant ses 13 (!) musiciens. Ces premières minutes annoncent bien la couleur d'un concert dont ce qui ressort le plus est sans conteste l'incroyable mise en scène : outre le MC, tous les musiciens sont habillés de façon très étudiée, dans le dresscode "black and white" uniquement, et même les techniciens respectent la règle, avec chemise blanche et nœud papillon de rigueur ! Janelle Monáe est elle-même des plus élégantes, dans un look garçonne impeccable, surmonté d'une coiffure toujours aussi étudiée.



Ca ne l'empêche toutefois pas de bouger en tous sens : l'artiste est absolument intenable et déploie une énergie inépuisable. Sans relâche, elle vient au contact de la foule, qu'elle électrise avec une science impressionnante : elle prend la pose, grimace, esquisse des pas de danse... En fait, il se passe tout le temps quelque chose sur scène, on est sans cesse surpris par cette mise en scène un tantinet mégalomaniaque, mais qui en met plein la vue à chaque instant. Poussant le concept jusqu'au bout, Janelle Monáe va jusqu'à se prendre pour un peintre en réalisant une toile en direct sur scène le temps d'un morceau, tout en continuant de chanter. Non seulement il fallait oser le faire, mais en plus le résultat n'est même pas moche !



Et si l'on peut craindre à certains moments que cet incroyable foisonnement de la mise en scène finisse par éclipser un peu la musique (parce que bon, c'est quand-même à un concert qu'on est venu assister), on est en permanence abreuvé d'une excellente production musicale, qui tient parfaitement la route avec ses arrangements superbes et mélange avec aisance soul, funk, rock et hip hop. Alternant les ambiances, Janelle Monáe fait se succéder morceaux rythmés et irrésistiblement dansants et moments plus calmes, où sa voix révèle toute sa subtilité.



La chanteuse se permet même de reprendre avec beaucoup d'assurance le fameux I Want You Back des Jackson 5, qui restera comme un des grands moments de la soirée, avec évidemment le tube Tightrope, interprété dans une version échevelée après une heure d'un concert mené tambour battant. On ne voit pas le temps passer et il n'est pas étonnant que le public, chauffé à blanc, fasse des pieds et des mains pour en avoir encore en rappelant vigoureusement l'artiste sur scène.



Janelle Monáe revient vêtue d'une superbe veste de smoking blanche à revers noir et interprète entre autres une reprise du thème mythique de "Goldfinger", originellement interprété par Shirley Bassey, et un nouveau titre, intitulé Electric Lady. Après avoir fait chanter le public, la chanteuse fait s'asseoir toute la fosse et entame sur scène une chorégraphie démente, dansant comme une possédée, tandis que ses musiciens sont étalés par terre. On a dépassé l'heure et demie de show et on se demande où elle trouve encore toute cette énergie, une énergie que lui rend au centuple un public complètement survolté.



Après une grosse trentaine de minutes de rappel, le Trianon offre logiquement une incroyable ovation à Janelle Monáe, qui revient sur scène une dernière fois pour permettre à ses musiciens de saluer l'un après l'autre. Enfin, elle fait monter sur scène tous les spectateurs habillés en noir et blanc et offre le tableau peint en live un peu plus tôt à celle qui se voit désignée à l'applaudimètre comme la plus élégante.



En vraie bête de scène, Janelle Monáe aura enflammé le Trianon comme rarement en offrant un spectacle fou, d'un genre qu'on ne voit presque plus jamais. A la fois audacieuse et incroyablement talentueuse, la chanteuse donne tout sur scène. Poussant les spectateurs toujours plus loin, jusqu'à ce que tout le monde soit littéralement déchaîné, elle ne recule devant rien, sans jamais se départir de sa classe insensée. A voir et revoir absolument !


Merci à Carole et Sam chez WEA.

Janelle Monae : les dernières chroniques concerts

Janelle Monae + M.I.A. + Salem + Paris Suit Yourself + Madensuyu + Connan Mockasin + Oy (Transmusicales de Rennes 2010) en concert

Janelle Monae + M.I.A. + Salem + Paris Suit Yourself + Madensuyu + Connan Mockasin + Oy (Transmusicales de Rennes 2010) par Pierre Andrieu
Parc Expo, Rennes, le 10/12/2010
Après un jeudi 9 décembre bien rempli aux Transmusicales de Rennes, place à une autre chaude soirée (c'est archi complet !) au Parc Expo le vendredi 10, avant le bouquet... La suite

Le Trianon, Paris : les dernières chroniques concerts

Frustration en concert

Frustration par lol
Le Trianon, Paris, le 06/03/2020
Frustration, qui d'habitude se cantonne à donner des concerts dans de petits clubs (qu'il retourne systématiquement), s'offrait une date parisienne de gala au Trianon pour terminer... La suite

Zakk Sabbath en concert

Zakk Sabbath par Lebonair
Le Trianon - Paris, le 15/02/2020
Le vendredi 13 février 1970, les pionniers du heavy metal sortaient leur premier album, " Black Sabbath ". Ce premier opus et tous ceux qui suivront dans les années soixante-dix... La suite

Les Ramoneurs de Menhirs + Les Sales Majestés en concert

Les Ramoneurs de Menhirs + Les Sales Majestés par lol
Festival Du bruit sur Paris, Le Trianon, le 16/11/2019
Arrivé trop tard à ce festival "Du bruit sur paris" pour apercevoir The Sons of O'Flaherty et Pipes and Pints, je suis malgré tout plongé directement dans le bain par le concert... La suite

Bill Deraime feat. Tryo, Kad Merad en concert

Bill Deraime feat. Tryo, Kad Merad par Pirlouiiiit
Le Trianon, Paris, le 16/11/2018
Ouf il était moins une. Ceux qui me connaissent bien vous diront que j'ai une vision assez personnelle de l'écoulement du temps et de combien de temps à l'avance il faut partir... La suite