Accueil Chronique de concert JC Satan + The Anomalys + Regal
Dimanche 17 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

JC Satan + The Anomalys + Regal

JC Satan + The Anomalys + Regal en concert

La Flèche d'or, Paris 17 Octobre 2013

Critique écrite le par




Ça fait bien trois ans désormais que JC Sàtan occupe le devant de la scène garage française. Quoi de plus normal alors pour la Flèche d'Or que de leur offrir une soirée carte blanche, afin qu'ils puissent, accompagnés de leur potes, nous éclater les oreilles à grands coups de riffs dévastateurs et de chants possédés. On aurait aimé voir une salle pleine à craquer et prête à bouillir tel que c'était le cas lorsqu'on a aperçu les JC à la maroquinerie pour une soirée Gonzai il y a de ça six mois, mais c'est une salle à moitié pleine de jeunes (et quelques vieux de la vieille) travailleurs éreintés par un dur jeudi de boulot qui assistera aux très bons (annonçons la couleur tout de suite) concerts de la soirée.




Regal

On arrive un peu en retard (à Paris on est malheureusement habitués à ce que les concerts démarrent toujours une heure après l'heure indiquée sur l'affiche) pour le dernier tiers du concert des Regal qui nous frappent d'entrée par leur minois de jeunes adultes. Et ouais quand on a écouté leurs morceaux sur bandcamp pour s'échauffer (un vrai rock critic connait ses tympans et ne veut pas risquer le claquage ), on s'imaginait des vieux briscards, du coup là ça choque un peu. Reste que malgré leur jeunesse le quatuor fait tout ce qu'il peut pour animer cette foule clairsemée qui manifestement à besoin d'une deuxième voire d'une troisième pinte avant de commencer à bouger son petit fion fion.



Pour ce qu'on a vu, le boulot est fait plus que correctement. Le garage rock qu'ils envoient sans complexe est taillé pour la scène et on se prend assez vite à regretter de s'être pointé un peu tard. Bien sur, les Lyonnais jouent en premier dans une salle pas trop chaude, donc on a du mal à voir tout leur potentiel scénique. Mais sans nul doute, on demande à les revoir très vite. En attendant foncez sur leur bandcamp et si ça vous plait, lâchez les sousous, ou faites au moins tourner pour que vos trois amis Facebook se rendent compte qu'il y a bien une scène rock en France, maintenant tout de suite.




The Anomalys

Après une pinte et un shot de Jack (ça fait toujours cool de prendre les deux en même temps, j'ai gagné trois points de virilité sur le coup) et un petit tour vers le stand de merchandising, on se dirige ver la scène pour le début de The Anomalys. Le trio de Hollandais débarque dans une salle que la deuxième tournée a manifestement chauffée suivi d'une réputation de "groupe de scène" , comprendre des gens bizarres qui sautent partout et qui se roulent par terre. Les gens s'attendent donc à un sacré bordel et sacré bordel il y aura.



Les influences ici prennent une source beaucoup plus lointaine que celle des Regal et des JC Satan, celle des 50's d'un côté et du rock à billy et de l'autre des 70's et du punk américain à la clash (on pensera d'ailleurs souvent aux Clash). Leur punk' n'roll est assez bien rodé et bien qu'ils n'inventent rien ils appliquent une recette bien connue à la lettre, ce dont on se contente aisément. Comme convenu, le trio fonctionne sur pile électrique, se roule dans tous les sens et parfois, se mêle à la foule - qui à l'air d'aimer ça, cette petite coquine. Pourtant, on se demande parfois s'ils le font parce qu'ils savent que c'est ce qu'on attend d'eux, ou parce qu'ils en ont envie... On se pose la question un peu... et puis au final on se dit que ces simagrées ne sont que des considérations futiles de pseudo intellectuel et on bouge la tête comme les autres. Note aux lecteurs et à moi-même : Un groupe qui arrive à te faire arrêter de penser ne serait-ce que deux minutes trente, pour te concentrer sur ton balancé de tête, l'alcool qu'il y a dans ton verre et les fesses de ta compagne est un bon groupe. The Anomalys est donc un bon groupe... de scène au moins. Si vous aimez le rock bête et méchant, la sueur et la bière ne les ratez pas.




JC Sàtan

Place aux têtes d'affiche. Les célébrissimes Jean Claude Satàn et leur attirail de chansons mitraillettes arrivent devant une foule qui occupe désormais les deux tiers de la superficie de la (très bonne ) salle de la Flèche d'Or, précédés eux aussi d'une réputation parfois encombrante : celle d'être l'un des meilleurs groupes de rock français sur scène en ce moment. Pour les avoir interviewés il y a de ça un an (time flies) je sais que les Bordelais apprécient particulièrement les dates parisiennes qu'ils accumulent de plus en plus (Maroquinerie, Rock en Seine, Flèche d'Or et on doit en oublier, tout ça dans les six derniers mois) et les Parisiens le leur rendent bien. Pourtant, et même si on les aime beaucoup il est vrai que leur set n'a que très peu évolué en cette dernière année, ce dont Arthur le frontman va s'excuser assez vite "bon là on a pas de nouveaux morceaux mais la prochaine fois on en aura plein". Que diable, on a beau déjà avoir vu ce concert trois fois cette année on va quand même en profiter avec plaisir.



Bien sûr, on ne revivra pas la claque qu'on a prise il y a un an, mais on apprécie tout de même toujours autant ces chansons ciselées pour la scène et surtout l'énergie déployée sur les planches. Même si on sent bien que à l'image des paroles d'Arthur en début de set le groupe est un peu las de son répertoire et à hâte de passer à autre chose, de passer un cap supplémentaire avec de nouveaux morceaux. Pour la première fois on a presque l'impression que les JC s'ennuient. Ils ont fait le tour de France et de Navarre avec leur dernier album et cette Flèche d'Or aux trois quart pleine semble être une demi-régression pour ce groupe qui aspire ET qui mérite beaucoup plus. Il faut garder en tête que ces réflexions sont issues d'une personne ayant vu le groupe 4 fois sur scène en peu de temps... On est convaincu que les novices en ont pris une. On regrettera aussi les réglages un peu foireux (problème de balance ? ) qui ont la plupart du temps occulté la voix de Paula, là ou précisément c'est l'alliage de ces deux voix qui fait la singularité de ce groupe. Reste des chansons fabuleuses qui, bien qu'on les ait entendues 6500 fois sonnent toujours aussi bien. Tout ça pour dire qu'on a très envie de les revoir vite, avec un nouveau set.


Liens : www.jcsatan.com, www.facebook.com/pages/JCSatàn, jcsatan.bandcamp.com, www.facebook.com/teenagemenopause, teenagemenopause.bandcamp.com/...


Vidéo J.C. Satàn - Dragons - Live (Cabaret Vert 2013) :




Merci à la Flèche d'or pour les invites, l'accueil chaleureux, le Jack, et sa programmation toujours impeccable.

J.C. Satàn : les dernières chroniques concerts

Frustration + JC Satan (10 ans de Picture Organic Clothing) en concert

Frustration + JC Satan (10 ans de Picture Organic Clothing) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 08/12/2018
Non, contrairement aux apparences, et même s'il y a Frustration et JC Satan en haut de l'affiche du soir à La Coopé, ce n'est pas un concert pour fêter les 10 ans du label Born... La suite

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 21/09/2018
Encore un week-end bien rempli à Angers pour le festival Levitation France, déclinaison française du rassemblement organisé à Austin par les Black Angels et leurs potes... Les... La suite

Interview avec Arthur de J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records) en concert

Interview avec Arthur de J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records) par Pierre Andrieu
Bordeaux, le 17/05/2018
Juste avant qu'il ne se lance dans un Tour de France en utilisant moult produits dopants (parmi lesquels nous citerons le Jack Daniel's) afin de promouvoir sur les routes en... La suite

J.C Satàn (Release Party de l'album Centaur Desire) en concert

J.C Satàn (Release Party de l'album Centaur Desire) par Lebonair
La Maroquinerie - Paris, le 11/04/2018
On était très heureux de se rendre à La Maroquinerie en ce mercredi 11 avril afin de fêter la sortie du 5ème album d'un groupe qu'on aime énormément, J.C Satàn. Sorti le 3 mars... La suite

The Anomalys : les dernières chroniques concerts

The Anomalys + Thee Watched Voyeurs en concert

The Anomalys + Thee Watched Voyeurs par Pierre Andrieu
Le Bombshell, Clermont-Ferrand, le 18/04/2016
Afin de lutter efficacement contre la lose du lundi soir et après nous être renseigné auprès du tenancier de ce lieu de perdition qu'est le Bombshell sur la qualité des... La suite

La Flèche d'or, Paris : les dernières chroniques concerts

King Gizzard And The Lizard Wizard en concert

King Gizzard And The Lizard Wizard par Pierre Andrieu
La Flèche d'Or, Paris, le 03/03/2016
Les " petits " génies australiens du rock psyché de King Gizzard And The Lizard Wizard ont fait plus que le job à Paris, à la Flèche d'Or, transformant la salle - complète à... La suite

Elvis Perkins en concert

Elvis Perkins par Coline Magaud
La Flèche d'Or, Paris, le 08/12/2015
Elvis Perkins est un de ces artistes qu'on aimerait voir plus souvent. Ses prestations sur notre continent sont rares et il n'est pas un de ces musiciens prolifiques à outrance... La suite

Curtis Harding (Pias Nites) en concert

Curtis Harding (Pias Nites) par Lebonair
La Flèche d'Or, Paris, le 05/03/2015
J'ai découvert le mois dernier le jeune artiste Curtis Harding, originaire du Mississippi et qui a sorti fin janvier son premier et savoureux album "Soul Power". D'ailleurs,... La suite

Joy en concert

Joy par Lartsenic
La Flèche d'Or, Paris, le 17/11/2014
J'ai déjà longuement développé sur la construction savante des 11 chansons de All The Battles et j'avoue que j'attendais de voir comment cela respirait sur scène. Les premiers... La suite