Accueil Chronique de concert Arthur Satan + Bryan's Magic Tears (15 ans de Born Bad Records) + Heimat
Samedi 22 janvier 2022 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Arthur Satan + Bryan's Magic Tears (15 ans de Born Bad Records) + Heimat

Arthur Satan + Bryan's Magic Tears (15 ans de Born Bad Records) + Heimat en concert

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand 18 novembre 2021

Critique écrite le par



Mais c'était quoi cette soirée de déglingos avec Arthur Satan et Bryan's Magic Tears à La Coopé puis avec Heimat dans un squat punk que l'on ne nommera pas ? On s'attendait à un truc énorme rue Serge Gainsbourg pour fêter les 15 ans du label Born Bad Records, et on l'a eu, mais on n'était pas sûr que les horaires correspondent et donc de pouvoir enchaîner ensuite. Encore moins de finir la nuit sur une piste de danse en compagnie des groupes dans un appart.


Arthur Satan

Comme à chaque fois qu'il y a un truc vraiment bien à La Coopérative de mai, il n'y a pas assez de public à notre goût. Mais si l'on considère que ce jeudi 18 novembre est la fête des beaufs qui veulent s'arsouiller du Beaujolais (puis ensuite repeindre leurs chiottes, beurk !) et qu'il y a d'autres concerts en ville (5 groupes dans le squat évoqué plus haut, entre autres), le co-plateau Arthur Satan/Bryan's Magic Tears n'est pas un four, il y a suffisamment de monde pour que tous les protagonistes passent un bon moment. Déjà vu en forme à La Route du Rock cet été en première partie de La Femme, le songwriter de JC Satan en escapade solo bénéficie ce soir de plus de temps (une heure) et d'expérience sur la route pour démontrer toute l'étendue de ses talents pop, mais pas que.



Au programme de ce début de soirée : la présentation par le dénommé Arthur et son groupe (deux guitares, basse, batterie, synthés) des très belles chansons issues de son album "So Far So Good", influencé par les Beatles et les Kinks (on a trouvé pire comme références). Voix doucement pop, mélodies classieuses, arrangements aux petits oignons : c'est un véritable bonheur, d'autant plus que tout cela est relevé par des envolées façon solo psyché rock 'n roll que n'auraient pas reniées Neil Young And Crazy Horse (sur les longues chevauchées), voire Josh Homme ou Jack White (quand ça dérape en notes aiguës et près de l'os).



Monsieur Satan remercie même le grand Neil au micro "pour avoir permis ça, avant c'était pas possible !", entre deux blagounettes destinées à son ingé son clermontois (qui bosse une fois de plus impeccablement) et aux Bryan's Magic Tears, "des intellos qui analysent tout", à qui il demande de se casser pour pouvoir se concentrer sur le morceau le plus dépouillé et fragile du set, joué presque en solo à la guitare sèche. Ce très beau titre, qui bénéficie de parties de Mellotron enchanteresses, est vraiment très classe et se termine de manière un peu plus musclée avec tout le groupe à la manœuvre. Et si les cinq mecs tenaient là leur "Strawberry Fields Forever" ?



Bref, ce show d'Arthur Satan & Co est imparable de bout en bout, tous les musiciens présents sur scène sont à féliciter, particulièrement le bassiste groovy et le deuxième gratteux, inventif et toujours là où il faut. Ces jeunes mecs ultra doués sont en tournée en France fin 2021 puis en 2022, ne passez pas à côté de leurs dates !


Bryan's Magic Tears

On enchaîne ensuite avec les Bryan's Magic Tears, qui viennent de publier leur chef d'œuvre (en attendant le prochain !), "Vacuum Sealed", un disque truffé de hits marqués au fer rouge par le shoegaze nineties, digéré en mode punk garage circa 2021. Les quatre mecs et la fille semblent plus décontractés et souriants (il ne faut rien exagérer, hein, ils ont une réputation à défendre) qu'à Rock In The Barn 2020 et Levitation France 2018.



Mais ce qui frappe surtout, c'est la qualité des morceaux, tous énormes, et le mur du son de guitares (y'en a trois !) duquel s'échappe une voix masculine un peu engourdie par la came et des parties vocales féminines absolument divines : on pense au chant éternellement adolescent de Kim Deal, en plus boudeur. Sur scène, Benjamin Dupont, à la guitare et au chant, Lauriane Petit, à la basse et au chant, Raphaël Berrichon et Medhi Briand, aux guitares, et Paul Ramon à la batterie font ce qu'il faut pour autoriser le décollage vers la stratosphère des fans de Jesus And Mary Chain (ce côté "pop extrémiste" et mal embouché), My Bloody Valentine (ce jouissif empilement de guitares fracassées) et Primal Scream (période groovy et "summer of love" de l'album "Screamadelica"), voire Stone Roses (quand les lignes de basse se font plus dansantes).



C'est à la fois brutal, inspiré, frontal et serti de mélodies qui tuent : on pourrait carrément parler de grand art ! Et ce, particulièrement sur les (nombreux) tubes de l'album, chaudement recommandé bien évidemment : "Greetings from Space Boys", "Excuses" (super riff et voix éthérée à tomber... ), "Sad toys", "Pictures of you" ou encore "Tuesdays (Bye Molly)"...



Comme pour Arthur Satan, on ne peut que conseiller le contact rapproché dans les salles de concerts avec Bryan's Magic Tears, qui, non content de pouvoir prétendre à un succès hexagonal (certes limité, on est en France chez les fans de Clara Luciani) pourrait bien arriver à séduire des oreilles anglaises et américaines.


Heimat

Pas le temps de souffler, on se casse vite pour voir le très bon duo d'électro gothico dégénérée Heimat, qui joue pas très loin de La Coopé, dans un lieu tenu secret pour éviter des problèmes divers et variés. Déjà aperçu dans les parages, à Billon, puis à La Route du Rock cet été, pour deux sets très réussis, Armelle, au chant barré, et Olivier, aux machines flinguées, réitèrent leur performance, faisant danser la foule dans une atmosphère assez impressionnante de fin du monde. Le mélange entre le chant de pythie chtarbée, entre Nina Hagen et Nico, et les musiques, aussi vrillantes qu'originales et dansantes, fait son petit (son gros, même) effet sur notre cervelle, déjà bien démontée à cette heure avancée. Joués de manière borderline et percutante, les titres de l'album "Zwei" claquent méchamment dans la nuit. Fin du set sur le démoniaque "Ita", un titre limite techno qui réveillerait un mort ! Il ne reste plus qu'à débriefer à la cool avec les musiciens, avant de partir trémousser notre corps sur le dance floor d'un bienfaiteur de l'humanité ayant invité les deux groupes de La Coopé à faire la chouille jusqu'à point d'heure chez lui. On n'en dira pas plus, si ce n'est que le lendemain fut un long chemin de croix.







Photos live à La Coopé : Yann Cabello www.yanncabello.com, www.facebook.com/yann.cabello.7, twitter.com/YannCabello, instagram.com/yanncabello...





Liens : jcsatan.bandcamp.com/album/so-far-so-good, www.facebook.com/ArthurSATAN, bryanmagictears.bandcamp.com/album/vaacum-sealed, www.facebook.com/bryansmagictears, teenagemenopause.bandcamp.com/album/zwei, www.facebook.com/HeimatdieMusik, www.lacoope.org






Bryan's Magic Tears : les dernières chroniques concerts

Rock In The Barn 2020 - 12 septembre : This Is The Kit, Warmduscher, Johnny Mafia, Bryan's Magic Tears, Structures, Péniche en concert

Rock In The Barn 2020 - 12 septembre : This Is The Kit, Warmduscher, Johnny Mafia, Bryan's Magic Tears, Structures, Péniche par Pierre Andrieu
Ferme de Bionval (Ecos), Vexin-sur-Epte, le 12/09/2020
Enorme final le samedi 12 septembre pour l'édition 2020 du festival Rock In The Barn, avec une belle salve de concerts explosifs et réjouissants (par ordre d'apparition) :... La suite

Fred Poulet + Mermonte + Bryan's Magic Tears + Flamingods + Nova Materia + the Hasbeenders (Festival Yeah! - jour 1) en concert

Fred Poulet + Mermonte + Bryan's Magic Tears + Flamingods + Nova Materia + the Hasbeenders (Festival Yeah! - jour 1) par Pirlouiiiit
Chateau de Lourmarin, le 07/06/2019
Comme l'année dernière après avoir récupéré notre voiture Drivy nous récupérons à la volée les enfants à la sortie de l'école et c'est parti. En effet le timing est serré puisque... La suite

Spiritualized, MIEN, Flamingods, Rendez-Vous, Sextile, Juniore, Spelterini, Oktober Lieber, Go!Zilla, Bryan's Magic Tears, Flavien Berger (Levitation France 2018) en concert

Spiritualized, MIEN, Flamingods, Rendez-Vous, Sextile, Juniore, Spelterini, Oktober Lieber, Go!Zilla, Bryan's Magic Tears, Flavien Berger (Levitation France 2018) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 22/09/2018
Après un vendredi bien chargé en concerts marquants (BJM & Co) lors de l'édition 2018 du festival Levitation France, rebelote le samedi avec un copieux programme psyché - mais... La suite

Girls In Hawaii + Concrete Knives + Kelley Stoltz + Bryan's Magic Tears + Park Hotel (La Route du Rock Collection Hiver 2018) en concert

Girls In Hawaii + Concrete Knives + Kelley Stoltz + Bryan's Magic Tears + Park Hotel (La Route du Rock Collection Hiver 2018) par Pierre Andrieu
La Nouvelle Vague, Saint-Malo, le 23/02/2018
Après une bonne mise en bouche à Rennes la veille avec Lee Ranaldo, Cotillon et Vox Low, La Route du Rock Collection Hiver se poursuit à La Nouvelle Vague de Saint-Malo, avec... La suite

J.C. Satàn & Arthur Satan : les dernières chroniques concerts

La Femme + Arthur Satan (La Route du Rock Collection Capsule 2021) en concert

La Femme + Arthur Satan (La Route du Rock Collection Capsule 2021) par Pierre Andrieu
Château de Saint-Malo, le 21/08/2021
Samedi 21 août, avant dernier jour de La Route du Rock Collection Capsule, on a rendez-vous au château de Saint-Malo pour La Femme et Arthur Satan, le plus gros concert de... La suite

Frustration + JC Satan (10 ans de Picture Organic Clothing) en concert

Frustration + JC Satan (10 ans de Picture Organic Clothing) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 08/12/2018
Non, contrairement aux apparences, et même s'il y a Frustration et JC Satan en haut de l'affiche du soir à La Coopé, ce n'est pas un concert pour fêter les 10 ans du label Born... La suite

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 21/09/2018
Encore un week-end bien rempli à Angers pour le festival Levitation France, déclinaison française du rassemblement organisé à Austin par les Black Angels et leurs potes... Les... La suite

Interview avec Arthur Satan du groupe J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records) en concert

Interview avec Arthur Satan du groupe J.C. Satan à propos de l'album Centaur Desire (sorti le 2 mars 2018 chez Born Bad Records) par Pierre Andrieu
Bordeaux, le 17/05/2018
Juste avant qu'il ne se lance dans un Tour de France en utilisant moult produits dopants (parmi lesquels nous citerons le Jack Daniel's) afin de promouvoir sur les routes en... La suite

La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Requin Chagrin + La Main en concert

Requin Chagrin + La Main par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 15/10/2021
Soirée "French New Wave" de qualité supérieure à La Coopé le 15 octobre avec Requin Chagrin en tête d'affiche et La Main en ouverture. Pas assez de monde malheureusement,... La suite

Feu! Chatterton en concert

Feu! Chatterton par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 09/12/2021
Grande salle de La Coopérative de mai complète et euphorique lors du concert de Feu! Chatterton début décembre, pour le dernier concert de l'année 2021 du groupe parisien, les... La suite

Natalie Bergman en concert

Natalie Bergman par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 21/11/2021
Dimanche... Comme l'a si bien chanté Bertrand Belin avec les Liminanas, on ne peut pas dire que ce soit la journée la plus facile de la semaine, surtout quand on est au mois de... La suite

Thurston Moore Group + Jerusalem In My Heart en concert

Thurston Moore Group + Jerusalem In My Heart par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 08/11/2021
Ça fait un bail qu'on est fan de Sonic Youth (vu pour la première fois en 1999 au Transbordeur de Lyon puis lors de festivals à Paris, Belfort ou encore Saint-Malo) et de... La suite