Accueil Chronique de concert John Maus (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018)
Samedi 15 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

John Maus (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018)

John Maus (TINALS This Is Not A Love Song Festival 2018) en concert

Paloma, Nîmes 2 juin 2018

Critique écrite le par





Ouch ! Il faut avoir le cœur bien accroché pour attaquer direct peu après 18 heures dans la grande salle de Paloma avec le concert du gentil taré John Maus, qui joue en ouverture du deuxième jour du This Is Not A Love Song Festival. Venu présenter ses derniers disques Screen Memories et Addendum, le mec se lance dans un set mémorable et complètement hystérique où son comportement incontrôlable (il hurle comme un possédé, se met des coups de poings et des gifles dans la tronche etc.) est en claire opposition avec la musique délivrée, une sorte de synth pop à la fois mystérieuse, planante, gothique et remuante.



Un truc plutôt dérangé certes, mais qui pourrait être assez lisse (il y a beaucoup de synthés un peu kitsch qui sonnent parfois à la A-Ha !) si tout cela n'était pas chanté par un vocaliste totalement habité faisant penser à un croisement audacieux entre Ozzy Osbourne (il y un air de ressemblance entre les deux et leurs côtés psychiatriques les rapprochent) et Iggy Pop, pour la déglingue scénique et les litres de sueurs déversés. Un croisement réalisé sous le haut patronage de John Carpenter, auquel on pense pour cette fascinante utilisation des synthés délivrant des ambiances zarbis foutrement malaisantes.



Entouré par un batteur, un bassiste et un claviériste, qui ont l'air de bien halluciner (comme le public, d'ailleurs !), John Maus réussit le tour de force de faire enter la plupart de la foule dans son infernale spirale électronique, à la fois cinématique et étrange. Le son proposé est dansant, évocateur et totalement barré, Maus pouvant chanter comme un être à peine sorti de l'asile juste après avoir vocalisé à peu près "normalement". La schizophrénie du truc interloque, laissant l'impression d'assister à un show assez rare où un mec bipolaire se sort les tripes pour tout donner à son public, en allant parfois très loin. Quand il franchit les limites, on a mal pour lui, surtout quand on comprend (au bruit) qu'il se frappe réellement le visage entre deux cris bestiaux ! En live, John Maus autorise à vivre une expérience vraiment à part...



Photos : Titouan Massé www.facebook.com/titouanmassephoto, titouanmasse.tumblr.com, www.flickr.com/photos/titouanbzh, twitter.com/titouanbzh






This Is Not A Love Song Festival : les dernières chroniques concerts

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Samedi 1er juin, minuit, Nîmes, la dernière journée de TINALS 2019 touche à sa fin et l'on commence à être passablement chaud (on vient de s'enquiller cul sec Fontaines... La suite

Warm Drag (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Warm Drag (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Bien mis en jambes par le set explosif de Fontaines D.C., qui lance parfaitement le dernier jour de TINALS sur la scène extérieure Mosquito, on arrive à température idéale... La suite

Low (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Low (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Au milieu d'une programmation de haut vol lors du dernier jour de TINALS (Fontaines D.C., Warm Drag, Rendez-Vous, Shame, Prettiest Eyes et Johnny Mafia), le cultissime... La suite

Fontaines D.C. (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Fontaines D.C. (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Déjà vu en pleine possession de ses moyens à La Coopé en octobre 2018, c'est à dire bien en amont de la sortie de "Dogrel", son premier album en forme de gifle indie rock... La suite

John Maus : les dernières chroniques concerts

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Chorale La Paloma, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 2-3 : John Maus, Chorale La Paloma, Mattiel, The Buttertones, Chocolat, Father John Misty, Black Bones, Yellow Days, Phoenix, Ecca Vandal, Viagra Boys, Ty Segall par Philippe
Paloma, Nîmes, le 02/06/2018
Le vendredi, c'était par ici ! Deuxième journée et pas la moindre à TINALS, qui se joue encore une fois des nuages vaguement menaçants qu'on aperçoit ici ou là pendant la... La suite

Paloma, Nîmes : les dernières chroniques concerts

The inspector Cluzo en concert

The inspector Cluzo par Lionel Degiovanni
Paloma, Nîmes, le 08/02/2020
Ce soir, direction la salle de Paloma à Nîmes pour voir un groupe que j'avais déjà vu en live. Mais pour ce soir, l'ambiance ne sera pas rock and roll mais plutôt acoustique. (Mais... La suite

Cocoon + Lola Marsh en concert

Cocoon + Lola Marsh par Lionel DEGIOVANNI
Paloma, Nîmes, le 16/01/2020
Départ ce soir pour le concert de Cocoon, qui se fait attendre ici depuis plusieurs années... Groupe recomposé ou plutôt, devrai-je dire seulement composé de Mark Daumail, son ex... La suite

Vanessa Paradis + Verdée en concert

Vanessa Paradis + Verdée par lionel
Paloma, Nîmes, le 19/12/2019
Pour cette soirée-là, pas de possibilité de faire des photos mais Paloma m'a quand même invité pour pouvoir assister à ce concert. Je tiens à remercier encore une fois Nicolas pour... La suite

Skip The Use + La Pieta  en concert

Skip The Use + La Pieta par lionel
Paloma, Nîmes, le 29/11/2019
Ce soir, retour dans une salle de concert bien agréable : Paloma à Nîmes. Avant le concert, la chorale de Paloma faisait un petit récital bien sympa dans la partie centrale... La suite