Accueil Chronique de concert Lana Del Rey (Festival Rock en Seine 2014)
Mercredi 5 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Lana Del Rey (Festival Rock en Seine 2014)

Lana Del Rey (Festival Rock en Seine 2014) en concert

Parc de Saint-Cloud, près de Paris 24 août 2014

Critique écrite le par





Juste après le set électrisant de Thurston Moore et avant la tête d'affiche du jour, les toujours fringants Queens Of The Stone Age, la divine pin up/chanteuse/tête à claques Lana Del Rey a réussi à emmener dans son troublant univers une grande partie du public réuni en début de soirée au festival Rock en Seine... Quand l'excessivement sexy jeune femme apparaît en plein jour sur l'immense et très dépouillée scène dressée dans le Parc de Saint-Cloud, on ne sait pas trop à quoi s'attendre : grand spectacle marketé pour les kids en mal d'émois adolescents, show en playback avec fausse héroïne en carton pâte, concert formaté digne d'une émission de télé réalité présentée par le désespérant Nikos Aliagas ou prestation sincère d'une jeune étoile filante un peu perdue... En fait, pour résumer la chose, c'était un peu un mélange de tout ça !



Ce que l'on remarque immédiatement lors de ce début de concert de Lana Del Rey, outre sa beauté plastique et la sensualité de ses déplacements sur les planches (OUCH !), c'est que la belle Américaine semble avoir réussi à vaincre le trac qui l'empêchait de chanter juste à ses débuts. Là, encouragée par une horde de fans complètement hystériques (ils auront d'ailleurs droit à une première séance de selfies et de dédicaces dès la fin du morceau inaugural... ), la récente auteure de l'album Ultraviolence paraît - presque - à l'aise, plutôt contente d'être là et bien décidée à faire le job. Entre deux sourires enjôleurs (voire plus si affinités) et quelques poses outrageusement lascives, elle n'oublie pas créer de jolies atmosphères, mélancoliques et suicidaires à la David Lynch dans la série Twin Peaks. Certes, le groupe de scène de Lana est peu inventif et assez scolaire... Certes, la scénographie est plutôt cheapos, avec un pauvre écran en fond de scène qui diffuse des clips déjà vus et revus. Mais il se passe quelque chose, une sorte de frisson chargé d'émotions fortes, un truc sans doute provoqué par le sentiment d'avoir le privilège d'assister dans de bonnes conditions au concert événement d'une diva appelée à disparaître tragiquement (n'a-t-elle pas récemment déclaré à un journaliste anglais vouloir être déjà morte ?). Bref, on se fait de petits films dans la tête et l'on apprécie la pléiade de tubes et de titres langoureux proposés en live : Cola, Body Electric, Blue Jeans, West Coast, Born to Die.  



Mais au bout d'un certain temps, apparaît une impression de monotonie encouragée par l'accumulation de ballades désespérées avec tempo lent : on se lasse un peu. Et le légèrement plus enlevé Summertime Sadness n'y fait pas grand chose. Sur ce, Lana sent qu'on décroche un peu et fait venir un assistant qui lui allume une clope, qu'elle fume à la perfection, c'est à dire comme une femme fatale dans un film des années 60. Puis, elle joue son tout premier tube, le bouleversifiant Video Games, avec un touchant mélange de nonchalance, de conviction premier degré et de professionnalisme. Et elle choisit de terminer la chanson en empruntant l'avancée de scène, ce qui donne l'impression surréaliste d'un ange déchu flottant au dessous de la multitude des fans.



C'est reparti pour un tour, on est à nouveau dans le concert... Qui se termine par le très hip hop/R&B, National Anthem, permettant à la Marilyn Monroe du 21ème siècle (clin d'oeil à la vidéo de ce titre... ) de partir sur une note un peu plus "nerveuse". Ultime salut à ses aficionados hardcore, pendant que son combo ferraille une outro musclée un peu cliché, elle descend près des barrières pour une nouvelle séance de selfies, dédicaces, bisous sur la bouche, sourires, fumages de clopes etc. Puis elle disparaît définitivement, pour ce soir. Rideau sur un show sexy et divertissant.



Set list :

1. Cola 
2. Body Electric 
3. Blue Jeans 
4. West Coast 
5. Born to Die 
6. Ultraviolence 
7. Young and Beautiful 
8. Summertime Sadness 
9. Ride 
10. Video Games 
11. Money Power Glory 
12. Carmen 
13. Fucked My Way Up to the Top 
14. National Anthem 



Liens : www.rockenseine.com, www.facebook.com/rockenseine, https://twitter.com/rockenseine...


Rock en Seine : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite

Lana Del Rey : les dernières chroniques concerts

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar,  Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) en concert

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar, Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Live Nation avait assuré ne pas gagner d'argent en organisant le premier Lollapalooza parisien. Le cachet des artistes devait en effet être conséquent pour réunir sur 48 heures... La suite

Festival Lollapalooza Paris 2017 : Red Hot Chili Peppers, La Femme, London Grammar, The Hives, Seasick Steve, Tess, Lana Del Rey, Rival Sons...  en concert

Festival Lollapalooza Paris 2017 : Red Hot Chili Peppers, La Femme, London Grammar, The Hives, Seasick Steve, Tess, Lana Del Rey, Rival Sons... par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Caravane itinérante imaginée par Perry Farrell (fondateur et leader du groupe Jane's Addiction) au début des années 90, Lollapalooza était alors une vitrine du rock sonique et... La suite

EUROCKEENNES 2012 - JOUR 3 : Jack White, Cypress Hill, Lana Del Rey, Dope D.O.D en concert

EUROCKEENNES 2012 - JOUR 3 : Jack White, Cypress Hill, Lana Del Rey, Dope D.O.D par Fredc
Presqu'île du Malsaucy, Belfort, le 01/07/2012
DIMANCHE 1er JUILLET 2012 Temps : Pluie sans arrêt, gadoue jusqu'aux mollets ! On a vu : Le Comte de Bouderbala et Carbon Airways en interview ; des musiciens de Brian... La suite

(mes) Eurockéennes de Belfort 2012, 2/2 : The Brian Jonestown Massacre, Refused, Alabama Shakes, Lana del Rey, Poliça,  Jack White, Miles Kane en concert

(mes) Eurockéennes de Belfort 2012, 2/2 : The Brian Jonestown Massacre, Refused, Alabama Shakes, Lana del Rey, Poliça, Jack White, Miles Kane par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 01/07/2012
Le samedi, c'est par ici ! Retour sur le site du Malsaucy, détrempé après une nuit et une matinée très, très pluvieuse. Si on ne dort plus très souvent sous tente en festival... La suite

Parc de Saint-Cloud, près de Paris : les dernières chroniques concerts

Foals (Festival Rock en Seine 2019) en concert

Foals (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Une heure de show à haute teneur en tubes pour l'imparable passage de Foals à Rock en Seine fin août... Remontés à bloc et visiblement ravis de jouer une nouvelle fois à Paris,... La suite

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Murder Capital (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 25/08/2019
Dimanche 25 août en plein après-midi dans le caniculaire été parisien, le groupe irlandais The Murder Capital retourne tout sur son passage au festival Rock en Seine... Sous le... La suite

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) en concert

The Cure (Festival Rock en Seine 2019) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, près de Paris, le 23/08/2019
©Mauro Melis Contrairement à PNL en 2018, The Cure a fait le plein cette année à Rock en Seine, le festival francilien affichant complet vendredi 23 août, jour tant attendu du... La suite

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard en concert

(mon) Rock en Seine 2018 : The Orielles, Nick Murphy, The Limiñanas, Gothking, Carpenter Brut, Malik Djoudi, Anna Calvi, King Gizzard and the Lizard Wizard par Philippe
Parc de Saint-Cloud, le 24/08/2018
Damnation, l'été 2018 s'est déjà enfui ! On a eu beau y poser autant de jalons festivaliers que possible (Tinals, Hellfest, Eurocks...), nous voilà déjà à sa borne de fin, celle... La suite