Accueil Chronique de concert Lynyrd Skynyrd + Jared James Nichols
Samedi 8 août 2020 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Lynyrd Skynyrd + Jared James Nichols

Lynyrd Skynyrd + Jared James Nichols en concert

Palais des Sports, Paris 25 avril 2015

Critique écrite le par




Lynyrd Skynyrd en live à Paris en 2015 donc. Mon premier contact avec ce groupe date de 1994 où, grâce à la presse spécialisée de l'époque (feu Hard Rock Magazine ou Hard Force) je fis l'acquisition d'un album remarquable et totalement acoustique "Endangered Species".

Je pus ensuite me familiariser avec leur histoire tragique (cf. notamment un très bel article datant de 1982 dans un n° hors série pour les 30 ans de Rock & Folk par leur chef de sécurité en tournée Gene Odom).

Ailleurs que sur une platine CD, Lynyrd Skynyrd allait faire sa réapparition assez régulièrement (dans ma vie) :
_ T-Shirt porté par Axl Rose de Guns & Roses dans la vidéo du mythique Live At The Ritz 1988, un des groupes cultes de feu Cliff Burton de Metallica (il aurait voulu que le groupe reprenne "Freebird").
_ au cinéma : "Sweet Home Alabama" et "Freebird" (lors d'une soirée agitée de Jenny jouée par Robin Wright) dans "Forrest Gump" en 1995 ; la scène de l'avion dans "Almost Famous" en 2000 ; le groupe de jeunes qui écoutent dans leur van "Sweet Home Alabama" tout en se rendant à un concert du groupe à Austin (époque 1973) dans le reboot de "The Texas Chainsaw Massacre" de 2003 (film qui au passage a relancé, pour le meilleur mais aussi pour le pire, la vague des reboots de films d'horreur. Bon, je disgresse...).
_ dans le monde du jeu vidéo : aaah ces parties de "Guitar Hero" avec le solo final de "Freebird" que t'as mal aux doigts même si tu n'joues pas vraiment de guitare hein... On s'était promis avec mon pote partenaire de jeu (Olivier si tu me lis...) de la jouer pour de bon un jour. Y'a du boulot  .

N'ayant jamais vu le groupe original (et pour cause ! né 4 jours après le ‘crash') et n'ayant pas pu aller au Zénith de Paris en juin 2009 ni au Hellfest en 2012, j'eus droit à une (petite) séance de rattrapage avec Skinny Molly en 1ère partie du Pat Travers Band à l'Oméga Live de Toulon en novembre 2013 : Mike Estes (ex-Lynyrd Skynyrd période "Endangered Species" justement) nous gratifia de "Devil In The Bottle" et "Freebird".

Et nous voilà un samedi soir d'avril à Paris, 1er week-end des vacances scolaires de ma zone. Parfait.

C'est une double-première car non content de voir Lynyrd pour la 1ère fois (peut-être la seule, étant donné l'âge de la formation...), je découvrais le Palais des Sports également. La ressemblance avec notre bon vieux Dôme de Marseille est frappante, jusque dans l'acoustique vraiment limite de la salle (trop de basse d'où on était, à droite au fond de la fosse). L'accès au parterre n'est vraiment pas terrible non plus mais ce n'est pas le principal bien sûr. J'ai cru comprendre qu'il s'agissait d'un endroit important historiquement pour avoir accueilli les Beatles dans les sixties, puis notre Jojo national et désormais les comédies m... euh musicales.

Ouf ! J'en ai fini avec l'introduction. Le concert maintenant.





La première partie est assurée par un jeune loup du nom de Jared James Nichols (dont c'est la première date dans une salle de type Arena) qui livre pendant une demi-heure du blues-rock bien burné, avec des relents zeppeliniens (à tel point que j'ai cru que la reprise à la fin était un titre de Led Zep, et bien après recherche sur le net, il semblerait qu'il s'agisse de "Mississipi Queen" de Mountain). Une bonne mise en bouche.

Pendant le changement de plateau, j'observe les T-Shirts portés dans le public (avec tous les âges représentés, alors que je pensais naïvement que les gens seraient assez âgés dans leur majorité. Il y a du renouvellement, c'est bien). Outre le groupe vedette, on trouve du Motörhead, Airbourne, Guns (pas étonnant, y'a du Lynyrd dans Guns : "Paradise City" / "Sweet Home Alabama" ; "Don't Cry" / "Simple Man" voire "Patience". Les gunners assumaient sans problème cette filiation).

A la sono, boum, "Highway Star" de Deep Purple, public aux anges qui réagit.
Puis, reboum, "Thunderstruck" d'ACDC (plus qu'un mois avant le SDF !) à fond la caisse et entrée sur scène du groupe avec bannière géante (émotion !) et beau lightshow (sobre mais efficace).

Le groupe, parlons-en : j'ai lu certaines critiques ici ou là, il n'y a plus que le soliste Gary Rossington (au passage le co-fondateur du groupe quand même !) du groupe original décimé en octobre 1977 rappelons-le (Mr Thousand, bluesman mais pas que de la scène marseillaise, m'avait dit au détour d'un concert avoir eu la chance de voir le groupe reformé à l'Elysée-Montmartre en 1991 et c'est vrai qu'il y avait encore à l'époque Artimus Pyle, Leon Wilkeson, Billy Powell et Ed King excusez du peu...), c'est un coverband et blablabla...
Ok pas faux mais l'esprit me semble-t-il y était. Le répertoire, et quel répertoire est bien vivant lui !
Il y a de sacré zicos sur scène : l'immense Ricky Medlocke (Blackfoot) à la guitare qui avait tenu les fûts au début des 70's dans Skynyrd, Johnny Colt (Black Crowes de la grande époque) notamment, ça joue et plus que bien. L'esprit de Ronnie Van Zant étant préservé grâce à son frère Johnny, en voix, volubile et soucieux du bien-être du public.

La plupart des grands morceaux seront joués (cf. setlist) avec mention spéciale pour "I Ain'T The One", "Saturday Night Special", "Call Me The Breeze" (coucou JJ Cale !), "Tuesday's Gone" (et là grosse pensée pour la version de Metallica), et bien sûr les incontournables "Gimmie Three Steps", "Simple Man" (réarrangée pour l'intro ?), "Sweet Home Alabama" avec grosse participation des spectateurs (comment pourrait-il en être autrement ?) et "Freebird" avec la bannière hommage en rappel classique. Voir Ricky Medlocke et Gary Rossington ferrailler ensemble sur la fin donnait carrément le frisson.

Au final, une excellente soirée où l'esprit du rock sudiste des seventies a flotté fièrement pendant 1h40 !



Setlist trouvée sur internet :

Workin' For MCA
I Ain't The One
Call Me The Breeze (JJ Cale Cover)
What's Your Name
That Smell
Saturday Night Special
The Needle And The Spoon
I Need You
Simple Man
Swamp Music
Tuesday's Gone
Gimme Three Steps
Sweet Home Alabama

Freebird


Lynyrd Skynyrd : les dernières chroniques concerts

Lynyrd Skynyrd en concert

Lynyrd Skynyrd par corinne
Zénith Paris, le 05/06/2009
Lynyrd Skynyrd, c'était certainement la dernière fois et rien que pour ça c'était forcément bien ... même si la mémoire revient à un concert salle Pleyel en 75 où le groupe... La suite

Palais des Sports, Paris : les dernières chroniques concerts

Bob Dylan en concert

Bob Dylan par Xavier Averlant
Palais des Sports de Paris, le 18/10/2015
Nouvelles étapes parisienne pour le "Never ending tour" de Bob Dylan, les 18 et 19 octobre dernier au Palais des Sports cette fois-ci. Nous avons eu la chance d'avoir deux... La suite

Hubert-Félix Thiéfaine en concert

Hubert-Félix Thiéfaine par Xavier Averlant
Palais des Sports de Paris, le 17/10/2015
Après le concert de Bruxelles au mois de mars, nous retrouvons Hubert-Félix Thiéfaine pour la suite de la tournée, le " VIXI TOUR XVII ", à l'occasion de la sortie de l'album... La suite

Alain Souchon et Laurent Voulzy en concert

Alain Souchon et Laurent Voulzy par lol
Palais des Sports de Paris, le 04/05/2015
Alors qu'ils collaborent ensemble depuis près de 40 ans, Souchon et Voulzy n'avaient jamais tourné ensemble. C'est donc à 71 ans pour l'un et 66 ans pour l'autre, que ces... La suite

Bénabar en concert

Bénabar par lol
Palais des Sports, Paris, le 26/03/2015
En 20 ans de carrière, Bénabar s'est imposé comme une valeur sure de la chanson française grâce à son écriture vive, simple et pleine d'humour. Il fait assurément partie des... La suite