Accueil Chronique de concert Marilyn & the Rocking Bombs + Darell Higham & The Enforcers
Mercredi 20 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Marilyn & the Rocking Bombs + Darell Higham & The Enforcers

Marilyn & the Rocking Bombs + Darell Higham & The Enforcers en concert

Le Molotov, Marseille 24 janvier 2014

Critique écrite le par

Ce vendredi soir au Molotov, c'est grand-messe rockabilly ! Le public ad hoc est donc de sortie, tous tatouages et mèches en avant : psycho, rocker, skin *, partant du trentenaire et jusqu'à des gens qui ont apparemment l'âge du rockabilly lui-même... La salle est remplie à ras-la-gueule et c'est bien agréable de revoir ainsi prospérer l'ex-Balthazar, qui offre en outre une carte de bières importées d'Albion, tout à fait passionnante à explorer et pour des prix très raisonnables. Compte-rendu succinct puisque non photographique (sauf si quelqu'un me vient en aide... ce qui n'arrive généralement pas).



Première partie, Marilyn & The Rocking Bombs. Putain, une bonne photo m'aurait bien aidé quand même, donc j'en ai piqué une (le type de gauche était absent) : le look du groupe est absolument magnifique ! Le contrebassiste a une coupe de rocker gominé des 50's absolument parfaite avec une raie latérale tracée comme à la règle, et des lunettes Buddy Holly, le gretschiste (on ne dit pas guitariste bien sûr, dans ce style-là !) également gominé de frais ressemble à un garçon de ferme de la Bible Belt qui se serait fait beau pour l'église du dimanche. La chanteuse, toute mimi et gironde, porte robe et chapeaux tout à fait dans le même esprit. Le tout semble arriver fraichement décongelé d'Alabama en 1957 et à ce titre, le batteur black (également fort sapé) paraît presque anachronique : à cette époque-ci, avec ces gens-là ... il aurait joué dans un autre groupe !

Mais plus important que leur physique, ces gens sont excellents dans le genre. Marilyn a une voix puissante et sexy, passant sans difficulté de chattemitte à harangueuse, avec un accent américain irréprochable (c'est pourtant une toulonnaise pur-jus, semble-t-il !). La section rythmique batterie/contrebasse enchaîne sans coup-férir le morceaux les plus énervés et d'autres mid-tempo, et le gretschiste est techniquement irréprochable. L'entente apparente du groupe et une salle toute acquise à sa cause (pas mal de rednecks varois ont fait le déplacement !) font le reste : super show. Au point qu'une bagarre envisage de démarrer devant - tout le monde voudrait y voir et ici c'est toujours difficile ! - avant que le patron Hazem, à la présence apaisante, ne vienne rouler quelques gros yeux. A priori surtout (que ?) des reprises mais pas des tartes à la crème : je n'idendifie formellement que Fever, sexy en diable comme il se doit. Dans le genre, concert parfait : comme du Imelda May, mais en plus authentique !


Deuxième partie justement, Darell Higham (qui accompagne icelle) et ses Enforcers, un duo qui contient à la contrebasse notre bien-aimé Mick Wigfall désormais local depuis quelques années. J'hésite à dire qu'il porte la même chemise orange douteuse que la dernière fois, ça reviendrait à avouer que je l'ai vu avec ses Toxics sans avoir le courage de le re-re-re-chroniquer il y a quelques semaines au Lounge... Donc je m'abstiendrai pour souligner l'élégance raffinée du batteur très flegmatique, et la bonne bouille de gendre idéal du frontman Darell Higham, extrêmement sympathique et qui imite très, très bien Elvis Presley vocalement, comme on pourra le constater lors d'une reprise d'icelui. Encore un groupe qui connaît ses références et domine sa gestuelle, et honore des classiques comme, semble-t-il, des compositions bien à lui également.

La salle étant toujours cuite à point, les trois compères poursuivent donc dans un joyeux raffut (maîtrisé !) cette soirée de pure orthodoxie rockabillyque, sur un répertoire qui me paraît d'ailleurs moins varié que celui du groupe du contrebassiste. J'avoue que, troisième bière anglaise de 50 cl aidant, je décroche quelque peu, d'autant qu'il y a de bons copains dans la salle. Qu'à cela ne tienne, ils font danser les gens, osciller les têtes, rougir les filles, et sont pleinement raccord avec les précédents quoiqu'un peu moins bien lookés. Je pars un peu avant la fin du deuxième concert de cette soirée vraiment aimable et dont tout, jusqu'au flyer parfaitement magnifique, a joliment glorifié une certaine idée du rock'n'roll éternel et en particulier, de ce moment magique ou les cul-terreux white-trash des USA s'en sont emparé... On remet ça quand vous voulez : girls, guys, I love you because you are you !

Setlist Marilyn & the RB's :
You lied to me Honey
Don't bug me
Addicted to You
Fever
Desperado Love
I Love you because
Long As I Movin
Whole Lotta shakin going on
Just thought i'd set you straight
Searchin'
Hysteric Love
When I found you
Devil Man
Savin My Love
Voodoo
Mercy

* à ce propos de skins et autres espèces à poil court et au look parfois ambigu : on part du principe que personne ne peut ignorer le grand drapeau Antifa déployé à l'entrée du Molotov et diverses autres décorations thématiques, et on est donc pleinement rassurés : impossible d'être en mauvais compagnie ici...

> Réponse le 27 janvier 2014

ce n'est pas une réaction au concert mais à la critique je partage, je ne peux pas dire que j'aime, dommage qu'il n y a pas le choix ''j'aime pas' le mec ne sait absolument pas de quoi il parle, comme si on etait la que pour le look, sa critique n'est pas negative, loin de la, mais IL N A RIEN COMPRIS!! rien contre le premier groupe, mais la chanteuse n'a absolument pas l'accent américain( et c'est pas une critique car nous sommes bien en france),et n'est absolument pas comparable à Imelda may!! Quand aux enforcers, qu'est ce qu'on s'en fou s'ils sont moins lookés, si mick a la meme chemise que le dernier concert ou si Darrel imite Elvis, d'ailleurs il voulait plutot parler d'eddie cochran, ça montrerait qu'il comprend un peu mieux de quoi il parle! enfin, de la bêtise pure et simple!  La suite | Réagir

> Réponse le 13 février 2014, par Philippe

Bon eh bien puisque j'ai validé cette réaction in extenso, je me donne le droit d'y répondre : d'abord ce serait bien de signer ton attaque en règle mais, bon. De nos jours on se défoule anonymement sur le web, ca fait du bien, et c'est vite oublié... Ensuite, c'est manifestement l'angle de la chronique (angle visuel en l'occurrence) qui te déplait. c'est vrai que j'aurais pu en faire des caisses en décortiquant les techniques des uns et des autres, la construction des morceaux, etc. pour montrer l'étendue de mon savoir (j'ai bien du Eddie Cochran à la maison, merci...). Mais : pas envie, pas le temps, pas sur que ça donne envie à des gens de me lire, ni surtout de venir voir ces groupes la prochaine fois (ce qui est quand meme le but d'une chronique). Par ailleurs on ne peut pas nier...  La suite | Réagir


Mick Wigfall & The Toxics : les dernières chroniques concerts

Warrior Kids + Mick Wigfall & the Toxics en concert

Warrior Kids + Mick Wigfall & the Toxics par Philippe
La Maison Hantée, le 13/10/2018
Un bel exemple de consanguinité entre groupes marseillais, ce soir-là (et comme déjà la veille) à la Maison Hantée, puisque 4 musiciens suffisent à faire 2 groupes de 3 !... La suite

Mick Wigfall and the Toxics + Keith Richards Overdose en concert

Mick Wigfall and the Toxics + Keith Richards Overdose par pirlouiiiit
le Molotov, Marseille, le 29/06/2014
Quand j'ai vu passer l'annonce de la date Mick Wigfall + Keith Richards Overdose au Molotov je n'ai pas hésité une seconde. Il y avait bien VENDETTATATATATA à l'Embobineuse, mais... La suite

Festival Phocea Rocks : Thee Atom Brain + Mick Wigfall  en concert

Festival Phocea Rocks : Thee Atom Brain + Mick Wigfall par Prakash
Sud Side - Marseille, le 05/07/2013
Aujourd'hui, épisode 4 du Phocéa Rocks, avec La Rue du Rock et la soirée Sud Side. C'est l'heure de l'apéro, on se dirige tout d'abord rue Consolat qui a été investie pour... La suite

Mick Wigfall & The Toxics en concert

Mick Wigfall & The Toxics par Patrick. L
le Molotov - Marseille, le 19/04/2013
Mick WIGFALL & the TOXICS au Molotov !!!! Même lorsque la salle s'appelait le Balthazar, rares ont été les groupes qui ont généré une telle ambiance. Un ami m'avait parlé de ce... La suite

Le Molotov, Marseille : les dernières chroniques concerts

Mars Red Sky + Avee Mana + Claude Fernand en concert

Mars Red Sky + Avee Mana + Claude Fernand par Pipoulem
Leda Atomica Musique (L.A.M) puis Molotov, Marseille, le 07/03/2020
Samedi soir, il y a beaucoup de concerts, difficile de faire un choix mais il faut bien. Soirée pleine de contrastes. Claude Fernand Je commence par le LAM, avec Claude... La suite

Tamaryn + Some Ember en concert

Tamaryn + Some Ember par Sami
Le Molotov, Marseille, le 28/01/2020
Il fallait se motiver un mardi avec un mistral décourageant pour aller au Molotov, mais comme souvent on n'est pas déçu du déplacement. La salle n'est pas blindée mais... La suite

Sirius Void + Sovox en concert

Sirius Void + Sovox par pirlouiiiit
Molotov, Marseille, le 03/01/2020
Et dire que j'ai failli ne pas aller au Molotov ce soir ... A la base c'est quand j'avais vu que le Pinguin risquait fort d'y aller pour voir les turcs de Umut Adan que je... La suite

The Blank Tapes - les Tchoquers en concert

The Blank Tapes - les Tchoquers par Pascaloo
Le Molotov - Marseille, le 08/12/2019
Alors pour bien finir le weekend et commencer une nouvelle semaine avec des étoiles plein la tête, quoi de mieux qu'un bon concert un dimanche soir au Molotov ? Et ça tombe bien,... La suite