Accueil Chronique de concert Michael Schenker
Samedi 16 janvier 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Michael Schenker

Michael Schenker en concert

Theatre Galli Sanary sur Mer 26 novembre 2014

Critique écrite le par

Direction Sanary pour le retour du Schenk et ses deux dates assez inespérées dans le Sud, la première au Théatre Galli et, le lendemain, à l'Espace Julien de Marseille. Ne boudons pas notre plaisir. C'est avec une joie immense que nous repartons, les copains et moi, assister aux concerts de la légende, plus en forme que jamais  !

Sanary, un mercredi soir sous la pluie, n'invite pas spécialement à la gaudriole. Mais la découverte de cette jolie sale qu'est le théâtre Galli a vite fait de nous rendre notre bonne humeur. Premier constat, l'affluence, ce soir, sera maigrichonne, bien que la configuration assise de la sale permette de donner l'illusion d'un public plus conséquent. Second constat, le son est de très bonne facture. Et cerise sur le calamar, le bar de ce petit théâtre est fort bien achalandé en douceurs en tout genre  !

Nous arrivons au cours du set de Maxxwell, groupe Suisse de Heavy qui accompagne le Schenk sur ses dates Françaises. Le groupe est bien en place, son son est lourd et puissant à souhait. Ses titres, hormis peut être la ballade dont nous nous serions volontiers passé, sont fait pour taper du pied et pour headbanguer. Une bonne introduction malgré peut être un manque de personnalité de la musique proposée. Allez, Maxxwell, pas besoin d'en rajouter (désolé...pas pu résister).


Changement rapide de plateau, et deux verres de rouge plus tard, et il est temps de passer aux vibrations de Schenker and Co. Son dernier passage dans le Sud m'avais complètement chamboulé, remuant en moi toute les émotions que sa guitare pouvait transmettre. Ce soir, il va remettre ça. Putain mais quel bonheur de le voir débarquer sur scène, sourire aux lèvres, tapant dans les mains du public agglutiné devant lui tout en jouant de sa flying V  !


L'image du Schenk a moitié défoncé, dos au public, les doigts à coté du manche semble relever aujourd'hui d'un mauvais souvenir, lointain et flou. Le maître n'a jamais parut aussi heureux et en forme que ces dernières années  ! Quelle joie d'entendre ce son de guitare si particulier et ces merveilleux solos sur les titres mythiques tel que Doctor Doctor, Let it Roll Shoot Shoot  ou Lights out! Et ce Rock Bottom, seigneur, ce Rock Bottom  !!! Ce solo, hypnotique, transcendantal, qui vient vous chercher dans les tripes  ! Quelle claque.


Bon, le choix de la setlist reste toujours aussi étonnant et mystérieux. Pourquoi, avec une telle carrière solo, piocher majoritairement dans des titres de UFO et Scorpions  groupe que le Schenk a tout de même quitté? A peine trois titres du MSG (Armed and Ready, Victim of Illusion et Into the Arena) et trois des deux derniers efforts studio (Where the Wild Wind Blows, Before the Devil knows you're Dead et Lord of the Lost and Lonely). Le plus étrange de la part du Schenk est encore de jouer Blackout et Rock you like a Hurricane, titres sur lequel il n'apparaît pas originellement. Mais enfin, si je pinaille, c'est que l'amour est exigeant, hein  ?


Le groupe semble entièrement là pour le mettre en valeur, et assure tranquillement mais avec fermeté son rôle de support. Les ex-Scorpions Herman Rarebell et Françis Buchholz, ressemblent aujourd'hui à des bons papas venus jouer autour du barbecue du dimanche-midi mais tiennent la baraque le visage heureux. Wayne Findlay assure les textures et double les solos à la tierce sans sourciller. Seul Doogie White m'inspire un léger bémol, sa voix ne rendant pas justice aux titres d'UFO. SI le garçon s'en sort sensiblement mieux sur les morceaux de Scorpions, il reste, à mon sens, le maillon faible du groupe.

Mais le plaisir de danser, de bouger, de chanter sur ces moments magique n'en a pas été altéré pour autant.

Michael Schenker est bel et bien de retour. Allez rêver avec lui  .

Michael Schenker : les dernières chroniques concerts

Michael Schenker + 77' en concert

Michael Schenker + 77' par Gilles Borgogno
Jas'rod - les Pennes Mirabeau, le 07/11/2015
C'est le groupe 77' (Valence, Espagne) qui ouvre les hostilités, bien amicales, au demeurant. Une formation qui sonne plus AC/DC qu'AC/DC, lui-même, sans que ce soit... Gênant.... La suite

Michael Schenker's Temple of rock en concert

Michael Schenker's Temple of rock par Gandalf
Espace Julien à Marseille, le 27/11/2014
Pour clore ce mois et demi très chargé en concerts Métal sur Marseille et alentours, j'avais le choix entre trois lives, rien que ça ! Rodrigo y Gabriela aux Docks des suds,... La suite

Michael Schenker's Temple Of Rock  en concert

Michael Schenker's Temple Of Rock par Abigail Darktrisha
Rock School Barbey, Bordeaux , le 20/11/2014
Les légendes c'est un peu comme la loi des séries et la série actuelle s'appelle Rainbow. Après avoir assisté au concert de Graham Bonnet en Pays Basque Espagnol la semaine... La suite

Michael Schenker Group en concert

Michael Schenker Group par Abigail Darktrisha
Sala Totem Villava-Atarrabia, le 05/05/2012
Une légende du Rock qui ce soir transformera la Sala Totem en véritable Temple du Rock à l'image du nom de son dernier opus. Le compositeur de titres phares de... La suite

Theatre Galli Sanary sur Mer : les dernières chroniques concerts

Michel Jonasz en concert

Michel Jonasz par Cabask
Théâtre Galli - Sanary sur Mer, le 01/02/2013
Malgré une arrivée moins à la dernière minute que d'habitude, je n'ai pu m'assoir à ma place que quelques secondes avant le début du spectacle. Il a en effet été délicat de trouver... La suite

Grand Corps Malade en concert

Grand Corps Malade par Adeline F
Théâtre Galli - Sanary, le 13/03/2009
Grand Corps Malade au Théâtre Galli, ou comment la télé arrive à amener le slameur devant le grand, grand public... La voix off vient de nous rappeler qu'il est strictement... La suite

MAXIME LE FORESTIER par Gérard Niedda
THEATRE GALLI SANARY, le 19/03/2009
Du très grand Maxime, un florilège de se dernières chansons et de ses standards. Il a enchanté le public. Un régal, beaucoup de nostalgie ! La suite

Etienne Daho par Carole
théatre Galli, Sanary sur mer, le 29/04/2008
et si Etienne Daho voulait dire sensualité ? Un concert toute en finesse, poésie et pourtant toute en énergie. Il n'y a pas besoin de beaucoup d'artifices lorsqu'on a son talent. La suite