Accueil Chronique de concert Nadj / Naast
Dimanche 25 juillet 2021 : 11352 concerts, 25885 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Nadj / Naast

Nadj / Naast en concert

Poste à Galène, Marseille 4 mai 2007

Critique écrite le par


Nadj : un coup de boule ... dans ma face
Ayant passé tout l'aprème et un bout de ma soirée enfermé à attendre un plombier, j'arrive de fort méchante humeur au Poste à Galène. Va pas falloir me chauffer... Toutefois, objectivité légendaire oblige, pas plus que pour les Plastiscines, je n'ai l'intention d'être indulgent ni insultant par principe. Celles-ci ont d'ailleurs prouvé qu'elles s'en tiraient pas mal du tout ici-même il y a 3 semaines.



Il faut dire que l'album des filles était déjà bien meilleur que le plutôt décevant Antichambre, premier EP des Naast. On peut donc légitimement être plus inquiet de la performance en live de ceux-ci... J'arrive seulement 10 minutes avant la fin de Nadj et je suis très déçu... d'être arrivé si tard.



Parce que ce trio a l'air d'être sacrément abrasif, on sent d'ailleurs que la salle est en transe (et en sueur...) malgré la différence flagrante de style avec ce que les gens sont venus écouter ce soir. La chanteuse vocifère, en français s'il vous-plaît, le guitariste ou bassiste se roule par terre, le batteur défonce tout, le groupe produisant un son et une image metal-punk qui n'est pas sans me rappeler la délicieuse Queen Adreena. Ca tabasse bien du cul et je me promets de revoir au plus vite ce trio qui, au moins sur les 10 dernières minutes, sonne tout à fait explosif et jouissif !



Ils quittent la scène sur un petit triomphe, et à ma suprise beaucoup de gens forment même le "signe du diable" copié par Ronnie James Dio sur sa grand-mère superstitieuse (vérifiez si vous ne me croyez pas *)... et propre aux publics de métalleux !

* Source : Metal, Voyage au Coeur de la Bête, un film de Sam Dunn et... un must-see total !


Naast : un coup de boule ... dans ta face
Survient ensuite une longue mise en place (avec environ 3 heures de balances), qui permet de faire le tour du propriétaire. Curieusement la salle semble drôlement plus jeune que pour les baby-dolls rockeuses, en fait elle est surtout beaucoup plus féminine, pleine de jeunettes toutes émoustillées ! Ce qu'on pourrait appeler abusivement des "pisseuses", terme inapproprié puisqu'elles font surtout la queue aux toilettes pour ... remplir des bouteilles d'eau. La plupart des garçons me rendent 10 ans d'âge et autant de centimètres de cheveux.


Et puis quand même, on croise quelques punks-rockeurs locaux curieux, comme nous, de juger sur pièces, le photographe de LiveinMarseille qui tient vaillamment sa place devant, dans une marée de minettes déchaînées (qui ont bien failli nous estourbir quand on fait mine de se placer devant elles), ainsi que le redoutable commercial du magasin Lollipop, venu capturer de nouveaux publics. Même France 3 Méditerranée s'est déplacé pour l'"événement" !


Entendre les jeunes filles piailler me fiche un peu les boules... ne serait-ce pas un peu le public de Tokio Hotel ? En tout cas je regarde mon jeune voisin qui tousse et je pense à cette citation d'Hemingway (n'importe quoi, cette chronique, vivement les Naast !) : à 15 ans on commence à fumer pour se prouver qu'on est un homme, et à 30 ans on essaye d'arrêter pour la même raison... à nous deux on en est l'illustration parfaite. Bref, c'est dans un grand hurlement suraîgu qu'arrivent les 4 minets sur scène, lookés Paris-rive-droite sur scène, qui commencent avec La fille que j'aime.


Deux points frappent d'emblée : le son est mal réglé (et le restera tout le concert - à croire que c'est un parti pris pour masquer une ou plusieurs faiblesses...), et au moins deux personnes du groupe ont un gros problème d'égo... je parle bien sûr d'abord du clavier Clod qui a l'air de se prendre pour le chanteur de Lords of Altamont sans en avoir aucunement l'envergure, ni le talent. Quant au chanteur, je me permettrai de dire qu'il ne me paraît pas si beau qu'annoncé (à moins d'aimer les mines d'enfant boudeur à la Pete Doherty). Gustave voudrait sûrement ressembler à Corto Maltese avec sa casquette de marin... il ne ressemble hélas qu'au Capitaine Stubbing. Je ne commenterai cependant pas plus avant son look, par respect pour les 20 millions de gens qui ont voté à droite ce week-end (et ne peuvent donc pas tous se tromper).


Pour le reste il joue et chante avec conviction, vite et fort, comme tout son groupe : la pétaradance est la principale qualité des Naast, qui jouent tout à fond la caisse... mais pas particulièrement bien même s'ils semblent prendre, et c'est heureux pour eux, un pied monumental. Mention amicale au batteur à qui on peut beaucoup pardonner vu sa grande jeunesse - avec un peu d'expérience de scène, de meilleurs compos et un bon coiffeur, il a un potentiel certain.


Le groupe enchaîne les chansons qui sonnaient toutes pareilles sur album et sonnent donc ... toutes pareilles sur scène - Va & Vient, où ledit Gustave chante faux et à 120 % de ses possibilités (comme sur disque), La fille que j'aime et Tu te trompes qui auraient littéralement révolutionné le rock yéyé en 1960 mais sonnent juste réchauffés ! Sublimation... mouais, probablement une des moins pires, mais sublimation de qui ? A cet âge y'en a quand même qui enregistraient The view From the Afternoon ... et pas des trucs au titre improbable et prétentieux comme Les Yeux de Dieu !!


Quelques problèmes techniques plus tard, auxquels ils semblent bien incapables de régler quoi que ce soit, et pourtant tout ça ne marche pas tout seul les gars, savez-vous que certains musiciens savent REPARER leurs pannes ?! Il est vrai qu'on ne peut pas en même temps être bricoleur et écrire un titre aussi puissamment évocateur que Coeur de Glace (rires)... Quand le chanteur enchaîne en anglais, c'est plutôt pénible aussi - des paroles ineptes ne suffisent donc pas à tout expliquer, ils sont vraiment nazes.


Bon ok, Mauvais Garçon ne sonne pas trop mal, Je te cherche qui conclut est certes supportable, même si le son est toujours atroce, que Gustave braille péniblement et que l'envie d'occire le clavier à coup de canettes se fait de plus en plus forte... A ce stade le public micro-féminin est en extase totale, les journalistes locaux consternés (on prononce le mot Star'Ac !), la curiosité de la scène locale est satisfaite, surtout quand la performance prend fin après 42 minutes et sans rappel, comme il se doit quand on est des vrais stars. 2 jours après, 53 % de ce public (bon, peut-être un peu moins ?) va élire un despotillon au pouvoir et je n'en fais pas partie.


A ce propos une collègue proposait ce jour de voter une loi empêchant les jeunes UMP d'aller voir autre chose en concert que Faudel, Doc Gyneco, Gilbert Montagné, Enrico Macias et Mireille Mathieu. J'approuve mais j'en reste là parce que trop de gens savent déjà que je suis moi-même allé voir Johnny un jour. Et puisque rien, absolument rien ne prouve au fond que les Naast soient, en plus de leurs nombreuses tares musicales, de petits péteux de droite. Gardons-nous donc des insinuations Rock'n'Folkophobes et anti-parisiennes, je vous prie !


On quitte donc la salle sur cette difficile question : est-il vraiment malin de distribuer des flyers à des gens qui ne connaîtraient pas ce site et vont instantanément nous prendre pour des vieux cons blasés (puisqu'on aime pas Gustaaaaaaaaaaaaaav & Clooooooooooooood Naaaaaaaaaaast) ? A priori non mais un certain goût de la provocation nous poussera quand même à finir notre pile ! Et quoi qu'il en soit, comme souvent, la scène n'a pas fait mentir nos impressions sur disques : les Plastiscines, oui et même franchement oui, les Naast, non, plus jamais !

Photos Pirlouiiiit

Bonus video :

Et une de Naast ici

Naast : les dernières chroniques concerts

The Rakes + Akron/Family + Bromheads Jacket +  Deerhoof + Galaxie + Acoustic Ladyland + Naast (Printemps de Bourges 2007) en concert

The Rakes + Akron/Family + Bromheads Jacket + Deerhoof + Galaxie + Acoustic Ladyland + Naast (Printemps de Bourges 2007) par Pierre Andrieu
Le 22, Bourges, le 19/04/2007
Après une journée déjà bien remplie, et dès la fin de Joan As police Woman au théâtre Jacques Cœur, nous avons juste le temps de traverser en quatrième vitesse... La suite

Naast (Garage Club 8) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 16/11/2006
LES NAAST. LES NAZES ? Les Naast... Insupportables têtes à claques ? Fils à papa à qui tout tombe tout cuit dans l'assiette ? Pistonnés profitant du carnet d'adresse de leurs familles pour voler la vedette à quantité de groupes authentiquement rock ‘n roll ? Gamins poseurs de Joinville le Pont faisant leurs crises d'adolescence bien... La suite

Nadj : les dernières chroniques concerts

Keden + Nadj + Housse de racket + Les Putafranges par Andy Trax
Cabaret aléatoire (Marseille), le 08/06/2007
La soirée commence avec Keden, groupe de métal (ou du moins de rock très péchu) aux grosses guitares et chant en français. Les musiciens sont efficaces (notamment le batteur) mais il manque tout de même un petit quelque-chose, ils se situent un peu entre deux styles : pas assez ou trop métal... Je n'arrive pas à accrocher. Vient ensuite... La suite

Nadj par papy
run ar puns chateaulin, le 28/04/2007
Alors Nadj, c'est un petit bout de bonne femme survitaminée, avec un son "Stooges", donc un peu "purée", compensé par une énergie totale et spontanée. Donc, grosse énergie, baston sonore, et un mix à revoir... La suite

Just Jack, Peter Bjorn & John, Pravda,The Automatic, Pravda, Nadj, Nelson (Printemps de Bourges 2007) par cadfael
22 est-ouest, Bourges, le 17/04/2007
Bonne soirée rock au 22. Nelson, groupe français sympathique, très jeune. Pravda : un super show et un beau duo. Jolie prestation scénique. La voix de la chanteuse m'a parfois fais pensé à Blondie. En tout cas, une formation française vraiement au point, rodée au son électro-pop 80's. Nadj : le groupe de rock traditionnel. Basse guitare... La suite

So Many Little Sexy Meringues + Nadj + Dy Dy Die par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2007
Soirée filles réussie à la Coopérative de Mai, avec des débutantes tout juste sorties du garage - So Many Little Sexy Meringues (retenez bien ce nom improbable !) - et le power trio Nadj, emmené par une chanteuse/guitariste ultra énervée. Tout cela rattrape le temps perdu la veille lors de la première soirée "Allez les filles" organisée à la Coopé... La suite

Poste à Galène, Marseille : les dernières chroniques concerts

Gontard - Splash Macadam en concert

Gontard - Splash Macadam par Lb Photographie
Le Makeda - Marseille, le 12/02/2020
Splash Macadam. Bis Repetita. Y aura t'il quelque chose à ajouter à une chronique écrite il y a moins d'un mois sur un groupe vu en novembre ? Pas de promo d'album en vue, pas... La suite

Venus en Mars + Marie-Flore en concert

Venus en Mars + Marie-Flore par Pirlouiiiit
Makeda, Marseille, le 16/01/2020
Pour être honnête ça partait mal ... rien ne me laissait penser que j'allais accrocher à la musique de cette Marie-Flore dont le portrait envahissait les rues du quartier depuis... La suite

The Bellrays + Lemon Cars en concert

The Bellrays + Lemon Cars par G Borgogno
Le Makéda, Marseille, le 19/10/2019
BELLRAYS Acte III. The Bellrays aiment Marseille. Qui le leur rend bien. C'était au moins leur troisième passage phocéen en groupe. Plus un Bob et Lisa, les deux "leaders",... La suite

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) en concert

Alexis Evans + Syndicat Du Chrome (Festival Tighten Up! #18) par Sami
Makeda, Marseille, le 21/11/2019
Entre deux têtes d'affiche internationales du festival Tighten Up, de Puppetmastaz la veille au cabaret aléatoire à Pete Rock à la voute quelques jours après, c'est ce soir un... La suite